Littérature

Agatha Christie, Ils étaient dix (Dix Petits Nègres) : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Renommé Ils étaient dix dans la version française de 2020, ce roman policier d’Agatha Christie publié en 1939 raconte l’histoire de dix personnes invitées sur une île qui vont être assassinées les unes après les autres de manière similaire à une comptine. Étudions cette œuvre ensemble.

Résumé détaillé chapitre par chapitre de Ils étaient dix (Dix Petits Nègres) de Agatha Christie

CHAPITRE 1

Retraité, le juge Wargrave lit un article sur l’île du Nègre dans le train. Plusieurs rumeurs circulent sur l’achat de l’île, mais il reçoit une lettre l’invitant à s’y rendre, signée par Constance Culmington, une femme aventureuse et pleine de mystères, qui pourrait avoir acheté l’île.

Vera Claythorne voyage dans un train bondé vers son nouveau travail sur l’île du Nègre, réputée pour sa luxueuse maison construite par un milliardaire. Malgré son désir de fuir son poste de professeur de gymnastique, elle est hantée par un incident passé en mer impliquant un jeune garçon, Cyril. Elle se force à ne pas penser à Hugo. Un homme étrange au visage dur partage son compartiment de train, éveillant sa curiosité.

Philip Lombard, l’homme étrange au visage dur, s’est vu proposer un travail mystérieux par M. Isaac Morris. En échange de cent guinées, Lombard doit se rendre à Sticklehaven, puis sur l’île du Nègre. Lombard a soupçonné des activités illégales, mais Morris l’a rassuré en lui disant qu’il pouvait se retirer si nécessaire. Dénué de scrupules, Lombard anticipe avec enthousiasme son séjour sur l’île.

Miss Emily Brent, une femme stricte et austère, a reçu une lettre l’invitant à passer ses vacances d’été sur l’île du Nègre. L’invitation promet un environnement paisible, dénué de la permissivité moderne qu’elle méprise. Bien qu’elle ne se souvienne pas clairement du nom de l’expéditeur, Brent voit cela comme une opportunité. Elle a accepté l’offre, compte tenu de ses revenus en baisse et de son besoin de changer d’air.

Le général Macarthur prend le train en direction d’Exeter, où il doit emprunter une autre ligne. Il est curieux de voir l’île du Nègre, sur laquelle circulent de nombreuses rumeurs selon lesquelles elle aurait été acquise par l’Amirauté, le ministère de la Guerre ou l’armée de l’Air. Le milliardaire américain Elmer Robson aurait fait construire une maison luxueuse sur cette île. Macarthur est impatient d’arriver à destination.

Le Dr Armstrong, un médecin prospère, se remémore le début de sa carrière. Il a été invité sur l’île du Nègre par un certain O’Nyme qui souhaite un avis médical confidentiel pour son épouse. Malgré sa frustration face aux femmes qui se plaignent de problèmes mineurs, le Dr Armstrong a la faculté de pouvoir les rassurer. On apprend qu’il a dû surmonter une dépendance à l’alcool, il y a une dizaine d’années.

Tony Marston se rend sur l’île du Nègre et est agacé par les conducteurs lents. Il hésite à s’arrêter pour boire un verre, mais décide de continuer. Il espère que les propriétaires de l’île ne seront pas avares en boissons. En sortant de l’auberge, il attire l’admiration des femmes et poursuit sa route avec assurance.

Mr Blore prend des notes et récapitule les personnes qui seront présentes sur l’île du Nègre. Il prévoit de se faire passer pour un propriétaire sud-africain. Dans son compartiment, il y a un “vieux marin” qui, au moment de descendre du train, lui annonce que l’heure du jugement est proche.

CHAPITRE 2

Tous se retrouvent devant la gare d’Oakbridge, attendant des taxis pour les conduire à l’île du Nègre. Ils échangent quelques mots, puis décident de se répartir dans deux taxis. Vera Claythorne, la future secrétaire des O’Nyme, propose d’attendre l’arrivée de l’omnibus d’Exeter. Lombard décide d’attendre avec elle. Ils échangent sur divers sujets sur la région et l’île du Nègre. Un homme plus âgé descend du train et ils montent tous les trois dans le taxi. Le voyage se poursuit à travers la campagne du Devon, et les échanges se concentrent sur les préférences de chacun en matière de paysages.

Lombard, Macarthur et Vera arrivent à Sticklehaven, un petit village côtier, où ils rejoignent M.Blore et Emily Brent. Ils découvrent l’île du Nègre au loin. Ils sont accueillis par Davis, un homme extravagant, et préparent leur départ en bateau vers l’île. Un mystérieux jeune homme (Anthony Marston) apparaît avec une voiture puissante, laissant une forte impression sur les invités.

Fred Narracott, surpris par l’étrangeté des invités de Mr O’Nyme, trouve la situation bizarre. Les invités sont impressionnés par la majestuosité de la maison sur l’île, mais sont également mal à l’aise et intrigués. Vera trouve les invités curieux et ressent une inquiétude grandissante. Le Dr Armstrong est attiré par l’île malgré une étrange rencontre avec le vieux Wargrave. Le juge Wargrave, méfiant, observe les femmes présentes dont Mrs Rogers, la femme du domestique qui semble être morte de peur. Anthony Marston se prépare pour l’inconnu, tandis que M. Blore se sent isolé et nostalgique. Le général Macarthur est déconcerté et suspecte Lombard. Ce dernier, optimiste, prévoit une semaine intéressante. Emily Brent, fervente, lit la Bible, portant un bijou distinctif, avant de se rendre au repas.

CHAPITRE 3

Le dîner touche à sa fin et les invités se sentent à l’aise. Soudain, une voix mystérieuse les accuse de meurtres passés. Chacun est nommé et les crimes qui leur sont attribués sont révélés.

M. Rogers, le domestique, laisse échapper un plateau de café de ses mains. On découvre alors que Mme Rogers s’est évanouie dans le hall. Lombard trouve un gramophone dans une pièce adjacente, reliée au salon. Après avoir secouru Mme Rogers, ils interrogent Rogers qui affirme avoir simplement suivi les instructions de M. O’Nyme pour démarrer le disque, pensant qu’il s’agissait de musique. Le titre du disque était “Le Chant du cygne“.

Ils réalisent alors qu’ils ne connaissent pas le propriétaire de la maison, M. O’Nyme, et commencent à partager leurs informations. Il devient évident que les invitations étaient un leurre et que le ou la mystérieuse O’Nyme est une personne anonyme (Alvina Nancy / Algernon Norman O’Nyme) qui les a réunis pour une raison spécifique. Les invités découvrent que M. Davis est en réalité M. Blore. Ce dernier leur explique qu’il est venu en tant que détective et qu’on lui a demandé de se faire passer pour un invité sous un faux nom.

CHAPITRE 4

Le juge a reçu une lettre de son amie, lady Culmington, l’invitant à la rejoindre. Il réalise que celui qui les a rassemblés les connaît tous très bien. Le juge s’explique sur le “meurtre” d’Edward Seton, un homme qu’il a condamné à mort dans l’exercice de ses fonctions. Le Dr. Armstrong suppose que c’était une affaire personnelle entre Seton et le juge. Vera Claythorne nie toute implication dans la noyade de Cyril Hamilton, tandis que le général Macarthur réfute les rumeurs liées à la mort de son officier, Arthur Richmond. Philip Lombard admet avoir abandonné des indigènes pour survivre, ce qui horrifie Vera. Anthony Marston reconnaît avoir causé la mort de deux enfants dans un accident. Rogers nie toute implication dans la mort de Miss Brady et insiste sur son dévouement envers elle. Mr Blore met l’accent sur l’héritage qu’ils ont reçu. Rogers se défend en affirmant que c’était une récompense pour leurs bons et loyaux services. Blore a enquêté dans une affaire de hold-up où il a condamné un homme dans le cadre de ses fonctions. Cet homme est mort en prison. Le Dr. Armstrong cache le fait qu’il a effectué une opération en état d’ébriété, ce qui a entraîné la mort d’une patiente. Tous décident d’attendre le lendemain pour quitter l’île, à l’exception de Marston qui souhaite éclaircir cette affaire. Cependant, il meurt soudainement après avoir bu son verre.

CHAPITRE 5

Le Dr Armstrong déduit que le poison trouvé dans le verre est probablement du cyanure de potassium. Malgré le suicide apparent d’Anthony, son motif demeure mystérieux. Tous sont troublés par les circonstances étranges de son décès. Après avoir mis le corps d’Anthony au lit, tous se retirent pour la nuit. Le juge Wargrave repense au procès d’Edward Seton, il se sent heureux du jugement. Rogers s’aperçoit qu’il n’y a plus que neuf statuettes sur la table, or, il est sûr qu’il y en avait dix à la base.
Le général Macarthur est hanté par le souvenir de l’infidélité de sa femme, Leslie, avec son général, Arthur Richmond, qu’il a envoyé à la mort lors d’une mission. Il accepte son isolement sur l’île. Vera Claythorne est tourmentée par des souvenirs d’amour avec Hugo et de la tragédie qu’il y a eu avec le petit Cyril. Elle consomme des somnifères pour échapper à la réalité de la mort d’Anthony et à sa propre peur de la mort.

CHAPITRE 6

Le Dr Armstrong se réveille d’un rêve troublant dans lequel il commettait un meurtre lors d’une opération chirurgicale. Il est tiré de ses pensées par Rogers, qui l’appelle pour s’occuper de sa femme qu’il n’arrive pas à réveiller.
Après avoir constaté son décès, le Dr Armstrong interroge Rogers sur sa santé et ses habitudes de sommeil, mais il ne trouve aucune explication évidente à sa mort.
Au petit-déjeuner sur l’île, les invités discutent de la situation politique, l’absence de bateau les inquiète. Le Dr Armstrong annonce la mort de Mrs Rogers, pendant son sommeil, suscitant des spéculations sur les causes de sa mort. Le Dr Armstrong annonce la mort de Mrs Rogers pendant son sommeil, suscitant des spéculations sur les causes de sa mort. Brent suggère que c’est le remords qui l’a tué en raison de son crime présumé. Blore émet l’hypothèse que son mari l’aurait empoisonnée pour la faire taire. Tous se demandent pourquoi le canot n’est pas encore arrivé et émettent des doutes quant à leur départ imminent. Le général Macarthur exprime son sentiment de résignation et quitte la terrasse pour se rendre vers la mer. Blore et Lombard discutent de la santé mentale de Macarthur, affirmant qu’ils ne succomberont pas au même état. Rogers sort soudainement de la maison, présentant des signes de nervosité. Il demande à Armstrong de le suivre à l’intérieur. Rogers lui fait remarquer que deux des petites figurines en porcelaine ont disparu.

CHAPITRE 7

Emily Brent et Vera Claythorne discutent sur le promontoire de l’île du Nègre. Emily révèle son histoire avec une domestique qui s’est suicidée, après qu’elle l’a congédiée en apprenant qu’elle n’était pas une “fille bien”, mais elle rejette toute responsabilité. Vera prend alors conscience de la monstruosité d’Emily.
Le Dr Armstrong se tourne vers Lombard pour éclaircir la situation. Ils évoquent la mort de Mrs Rogers. Le Dr Armstrong soulève l’idée que certains crimes sont commis sans que les coupables ne puissent être inculpés, citant l’exemple de Wargrave. Armstrong réalise que l’île a été choisie pour cette raison précise. Ils discutent ensuite des hypothèses entourant les décès, écartant l’idée du suicide et concluant qu’Anthony Marston a été assassiné. Ils supposent qu’il y a un autre individu sur l’île et décident de fouiller l’île avec l’aide de Blore pour le démasquer.

CHAPITRE 8

Blore se joint facilement à eux. Ils suspectent leur hôte d’avoir sous-traité les crime. Lombard estime que du cyanure a été versé dans le verre de Marston. Blore propose de commencer l’enquête, et Lombard révèle alors qu’il a un revolver. Blore redoute que le criminel sur l’île dispose d’un arsenal d’armes à feu. Après avoir exploré l’île, ils se rendent compte qu’aucune cachette n’y est présente. Ils croisent le général Macarthur, qui semble être dans un état de transe et demande à ne pas être dérangé. Les hommes décident alors de le laisser tranquille. Ils cherchent des moyens de signaler leur présence depuis l’île, mais suspectent que leur hôte ait imaginé une histoire pour les isoler. Ils envisagent d’explorer une falaise afin de trouver une éventuelle cachette. Le Dr Armstrong se demande si le général Macarthur est réellement sain d’esprit.
Vera évite Emily Brent, ressentant une profonde aversion pour elle. Le général Macarthur lui confie ses regrets, évoquant l’attente de la fin, le soulagement et le vide qu’il ressent depuis la mort de sa femme. Vera ne comprend pas. Blore revient avec de la corde et trouve Armstrong perdu dans ses pensées. Ils discutent de la santé mentale de Macarthur et émettent des doutes sur Lombard. Ce dernier explore les environs, mais finit par conclure qu’il n’y a pas d’autres options : leur hôte se cache dans la maison. L’exploration de la maison ne donne pas plus de résultat. Ils sont bel et bien seuls sur l’île. Et ils ne sont plus que huit.

CHAPITRE 9

Lombard admet qu’il a apporté son revolver, ayant été contacté par un certain Morris pour une mission énigmatique. Ainsi, il n’a pas été invité de la même manière que les autres.
À table, tout le monde se rend compte que le général Macarthur n’est pas présent. Le Dr Armstrong propose d’aller le chercher, mais lorsqu’il revient, il annonce que le général est décédé.
Une tempête éclate tandis que le corps du général est ramené à l’intérieur de la maison. Un coup fatal lui a été porté. Pour le juge Wargrave, l’assassin fait partie des convives. Il dirige les discussions, suggérant d’examiner les alibis de chacun. Personne ne peut être totalement écarté des soupçons. Le débat se poursuit, portant sur les circonstances des meurtres et les possibilités d’identifier le coupable. La conclusion est que tous doivent rester vigilants et se méfier les uns des autres pour assurer leur sécurité, en attendant l’arrivée des secours.

CHAPITRE 10

Après s’être éliminés comme suspects, Véra et Lombard spéculent sur l’identité du tueur. Lombard mise sur Wargrave tandis que Vera pense que le docteur Armstrong pourrait être l’assassin. Lombard trouve l’idée de Vera intéressante. De leur côté, Rogers et Blore discutent ensemble. Ce dernier a une vague idée de l’identité du tueur mais n’en est pas certain, tandis que Rogers est à la fois perdu et terrifié.

Le Dr Armstrong veut partir de l’île par crainte d’être assassiné, mais le juge Wargrave est confiant et affirme qu’ils peuvent prendre des précautions. Le juge pense même savoir qui est responsable, bien qu’il n’ait pas de preuves concrètes. Le Dr Armstrong est perplexe.

Miss Brent monte dans sa chambre et se pose près de la fenêtre avec la bible. Après avoir hésité, elle abandonne le livre saint pour prendre un petit carnet noir dans la coiffeuse. Elle y écrit ce qu’il s’est passé avec le général Macarthur et le fait que le juge soupçonne un meurtrier parmi eux. Dans une sorte de transe, elle écrit le nom de Béatrice Taylor, comme étant la responsable. En se réveillant, elle voit ce qu’elle a écrit et se demande si elle ne devient pas folle.

Pendant un moment de détente autour du thé, Rogers se rend compte que le rideau de la salle de bains a disparu mystérieusement. Après le dîner, certaines personnes se retirent, s’enfermant à double tour dans leurs chambres. Rogers verrouille les portes et prépare la maison pour la nuit.

CHAPITRE 11

En se réveillant assez tôt, Lombard découvre que Rogers a disparu. Ils le retrouvent plus tard mort dans la buanderie, assassiné avec une hache. Tout le monde s’étonne de voir Miss Brent revenir en imperméable après avoir fait un tour dehors. Le groupe discute des suspects potentiels, et Vera Claythorne se comporte de manière étrange, riant hystériquement, en parlant d’abeilles et de ruches. Pour elle, tout se passe comme dans la comptine des dix petits nègres. Malgré tout, ils continuent à préparer le petit déjeuner et utilisent le petit bois que Rogers avait préparé pour allumer le feu.

Blore exprime ses soupçons à Lombard au sujet de Brent. Il lui avoue également qu’il a fait un faux témoignage contre Landor pour recevoir un pot-de-vin de la part du gang Purcell. Lombard pense que le manque d’imagination de Blore le rend encore plus vulnérable aux dangers.

Vera cuisine des œufs tout en réfléchissant à des événements passés et à son état émotionnel. Emily Brent semble calme, mais elle porte en elle des traumatismes refoulés de son enfance. La conversation lors du petit déjeuner est emplie de pensées intérieures et de suspicions. Malgré leur apparence maîtrisée, tout le monde est incertain et tendu.

CHAPITRE 12

Après le repas, les invités décident de se réunir pour discuter de la situation. Pendant ce temps, Emily Brent commence à se sentir mal et refuse toute aide. Rapidement, des soupçons commencent à peser sur elle avant qu’elle ne soit retrouvée morte, empoisonnée avec une seringue. Les soupçons se portent sur le Dr Armstrong, d’autant plus qu’il est le seul à posséder ce type de seringue et qu’elle a disparu de ses affaires. De son côté, Lombard s’aperçoit que son revolver a été volé. Face à ces événements troublants, le juge décide de fouiller tout le monde afin de trouver le revolver manquant et d’autres substances potentiellement dangereuses. Finalement, la seringue est découverte près de la fenêtre, à côté de la sixième figurine en porcelaine cassée, mais le revolver reste introuvable.

CHAPITRE 13

N’étant plus que cinq, ils fixent des mesures de sécurité pour éviter tout nouveau drame. Méfiants les uns envers les autres, des pensées paranoïaques investissent leurs esprits. En montant dans sa chambre, Véra a le malheur de sentir quelque chose de froid lui effleurer la gorge. Ses cris alertent ceux qui sont en bas, mais il s’avère que ce n’est qu’une algue. Très vite, ils se rendent compte qu’ils ne sont plus que quatre : le juge Wargrave a disparu.
Ils le retrouvent mort, tué d’une balle dans la tête. Les objets manquants – tels qu’une perruque et le rideau rouge de la salle de bain – sont découverts près de lui. Lombard, qui l’avait initialement accusé, se rend à l’évidence : ce n’était pas le juge le tueur.

CHAPITRE 14

Après avoir mangé, chacun se retire dans sa chambre pour se protéger. Lombard, avec stupeur, se rend compte que le revolver qui lui avait été volé est de nouveau dans le tiroir.

Véra envisage de rester enfermée pour sa sécurité, mais réalise que cela signifierait des heures de solitude et de réflexion. Ses pensées dérivent vers les souvenirs d’un événement passé impliquant Cyril et son rôle dans celui-ci. Elle sait qu’elle est responsable de la mort de Cyril. Elle essaie de ne pas penser à Hugo, mais se demande s’il a su qu’elle était responsable de la mort de son neveu. Blore entend du bruit à l’extérieur de sa chambre. Il se rend compte qu’Armstrong n’est pas dans la sienne. Lombard lui explique qu’il a retrouvé son revolver et part à la recherche du docteur. Après un petit moment d’hésitation, Blore accepte de suivre Lombard. Véra reste enfermée dans sa chambre.

Seule, Véra essaie d’imaginer comment le Dr Armstrong pourrait tenter de l’amadouer. Au rez-de-chaussée, elle entend le bruit d’un verre qui se brise. Puis, peu à peu, elle entend des voix. Lombard et Blore arrivent et lui annoncent que le Dr Armstrong a disparu et qu’il ne reste plus que trois petits nègres sur la table.

CHAPITRE 15

Blore, Lombard et Véra décident d’envoyer des signaux lumineux pour demander de l’aide. S’appuyant sur la comptine des “dix petits nègres”, Vera suggère qu’Armstrong se cache toujours quelque part sur l’île, le poème faisant allusion à un “poisson d’avril“. Tandis que Lombard et Vera restent sur les falaises, Blore se charge d’explorer la maison. Alertés par un bruit provenant de la maison, ils y accourent pour y retrouver Blore, mort, le crâne fracassé par une pendule. À ce stade, ils ne doutent plus : Armstrong est le coupable. Cependant, lorsqu’ils décident de se réfugier sur les falaises pour passer la nuit, Vera et Lombard découvrent le corps d’Armstrong échoué sur les rochers.

CHAPITRE 16

Véra et Lombard sont les seuls survivants. Chacun estime que l’autre est l’assassin. Lombard pointe son revolver sur Véra, mais cette dernière souhaite sortir Armstrong. Dans un élan de compassion, Lombard accepte et Véra en profite pour lui subtiliser son revolver. Lombard soupçonne les intentions de Véra et essaie de lui reprendre le revolver, mais il meurt d’une balle dans la poitrine. Véra ressent un soulagement et réalise qu’elle est seule sur l’île avec neuf cadavres. Elle entre dans la maison et se sent enfin en sécurité. En montant les escaliers, elle a une hallucination de son crime. Submergée, elle finit par se pendre.

EPILOGUE

Dix personnes ont trouvé la mort sur l’île du Nègre, une affaire mystérieuse liée au passé du précédent propriétaire de l’île et un certain Isaac Morris. Des histoires controversées et des morts suspectes entourent les victimes, mais malgré les enquêtes, le véritable coupable reste inconnu. L’inspecteur Maine propose l’existence d’un onzième individu sur l’île comme principal suspect. Cependant, le mystère persiste.

DOCUMENT MANUSCRIT ENVOYÉ À SCOTLAND YARD PAR LE PATRON DU CHALUTIER L’EMMA JANE

Lawrence Wargrave avoue, dans une lettre qu’il envoie dans une bouteille à la mer, avoir orchestré une série de meurtres sur l’île du Nègre. Animé par son amour de la justice et son désir de commettre le crime parfait, Wargrave a soigneusement sélectionné ses victimes et manipulé les événements pour créer un mystère insoluble. À travers des tactiques astucieuses et un plan méticuleux, il a éliminé chaque invité un par un, faisant passer leur mort pour des accidents ou des suicides. Finalement, Wargrave prévoit de simuler sa propre mort et de laisser derrière lui une énigme déconcertante pour que les enquêteurs la résolvent, assurant ainsi son héritage tordu en tant que cerveau des événements macabres sur l’île.

Présentation des personnages

Le Docteur Edward George Armstrong est un médecin prospère. Toutefois, il accepte de se rendre sur l’île du Nègre pour ausculter la femme de Mr O’Nyme afin de faire une pause et de changer d’air. Bien qu’il jouit d’une certaine renommée, le docteur a eu une période sombre dans laquelle il a été alcoolique. Durant une opération, il a tué Louisa Mary Clees et son crime a été couvert par l’infirmière présente à ce moment-là. Le Docteur est d’ailleurs le personnage qui a le plus confiance au Juge. C’est d’ailleurs grâce à lui que le Juge va pouvoir se faire passer pour mort. Armstrong finira par être tué par le Juge qui le poussera du haut de la falaise.

Emily Brent est une femme de soixante-cinq ans qui a reçu une éducation stricte de la part de son père. Cette fervente chrétienne juge les gens sans remettre ses propres actions en question, comme nous pouvons le voir avec sa prise de position concernant Lombard qui a fait le choix d’abandonner des indigènes pour sa survie. Emily est une femme légèrement antipathique, voire cruelle, qui n’a pas hésité à congédier sa domestique lorsqu’elle a appris que celle-ci était enceinte. Bien qu’elle soit directement à l’origine du suicide de la jeune femme, Emily semble se rattacher à la bienséance dans sa prise de décisions. Toutefois, malgré les apparences, on ressent qu’elle se sent en partie responsable de cette histoire, même si elle ne l’admet pas explicitement dans l’œuvre. En effet, elle a tendance à se montrer impassible et n’affiche aucune émotion, apparaissant ainsi comme une femme froide et monstrueuse. Après avoir été droguée par le Juge, celui-ci lui injecte du cyanure de potassium. L’abeille présente dans la pièce n’est là que pour la poésie de la comptine.

William Henry Blore un ex-agent du C.I.D (Criminal Investigation Department), qui maintenant gère une agence de détectives privés basée à Plymouth. Il détient des informations concernant tous les invités, une connaissance unique que l’hôte, O’Nyme, compte utiliser en lui demandant d’enquêter pendant leur séjour. Pour ce faire, Blore se présente sous une fausse identité, se faisant passer pour un certain Mr Davis, un industriel sud-africain. Toutefois, sa véritable identité est rapidement révélée. Malgré sa carrure imposante, cet homme manque d’imagination et semble être un détective médiocre. Blore est responsable d’avoir causé indirectement la mort de Landor, ayant réalisé un faux témoignage qui a mené à sa condamnation. C’était un policier corrompu qui cherchait à obtenir de l’argent du Gang Purcell. Même s’il n’a reçu qu’une maigre somme en guise de compensation, cette affaire lui a permis d’avancer dans sa carrière. Il meurt le crâne fracassé par une pendule.

Vera Elizabeth Claythorne est une jeune femme séduisante qui enseigne la culture physique à l’année. Acquittée à son procès, elle reste néanmoins dépendante de son passé de criminelle. Effectivement, elle a laissé le jeune Cyril se noyer, alors qu’elle en avait la responsabilité, dans le but que Hugo, l’homme qu’elle aime, qui était également l’oncle du garçon, puisse percevoir l’héritage. Bien qu’elle prétende avoir orchestré ce crime pour Hugo, on peut supposer qu’elle l’a fait surtout pour elle-même dans la mesure où Véra est en quête d’une vie meilleure. D’autant plus que Hugo Hamilton confie au juge Wargrave qu’il aimait profondément son neveu. Sur l’Île du Nègre, Véra est employée comme secrétaire pour l’été. Après avoir tué Lombard, son crime passé remonte à la surface. Rongée par le remords de ses crimes, elle finit par se pendre.

Philipp Lombard est un homme sans scrupule qui n’hésite pas à commettre des larcins ici ou là pour gagner de l’argent. C’est d’ailleurs comme ça qu’Isaac Morris réussit à l’appâter pour venir sur l’île du Nègre. Ruiné, Lombard accepte la mission en emportant son revolver. Il est important de souligner que cet homme aux yeux clairs est présent sur les lieux pour ouvrir l’œil. Isaac Morris lui a même expliqué qu’il pourrait quitter l’île à tout moment. S’il a été choisi par le Juge, c’est parce qu’il a été responsable de la mort de vingt-et-une personnes. En effet, il les a abandonnés en leur volant toute leur nourriture. Contrairement à certains personnages, Lombard avoue les faits dès le début de l’histoire, mais justifie son acte pour des motifs de survie. Cet événement de son passé l’amuse ce qui montre qu’en plus d’être cruel, cet homme a la stature imposante n’éprouve aucune compassion pour autrui. Il finit par mourir, tué par Véra lorsqu’il tente de récupérer son revolver.

John Gordon Macarthur est un ancien général au physique disgracieux. Avec sa moustache et ses yeux bleu-gris, ce militaire, profondément épris de sa femme Leslie, a malheureusement découvert son infidélité. Apprenant que sa femme entretenait une relation avec son ami et collègue militaire, Arthur Richmond, Macarthur décide de l’envoyer en mission de reconnaissance dans un territoire hostile. Il sait que cela équivaut à une condamnation à mort pour son “ami”. Ce crime le hantera tout au long de sa vie, et après la mort de sa femme quatre ans plus tard, il mènera une existence marquée par une solitude totale. De nature paranoïaque, il est l’un des premiers à se résigner et à refuser de continuer à vivre. Dans une certaine mesure, on peut se demander si cette résignation n’est pas une tentative de racheter la faute qu’il a commise. Le juge le frappera violemment à la tête, provoquant une fracture du crâne.

Anthony James Marston est un jeune homme au physique avantageux. À de nombreuses reprises, il est comparé à un dieu et les femmes semblent ne pas être indifférentes à ses cheveux blonds et à ses yeux bleus. Loin d’être immoral, c’est un personnage inconscient qui aime profiter pleinement de la vie : rouler à grande vitesse, l’alcool, etc. À deux reprises, son permis lui a été retiré et il a tué accidentellement deux enfants, John et Lucy Combes. Cependant, il a réussi à échapper à la justice grâce aux témoignages de ses amis. C’est le premier personnage à mourir, car le juge estime que son crime est avant tout d’être inconscient, voire légèrement idiot. Il boit un verre dans lequel on a versé du cyanure de potassium.

Thomas Rogers et Ethel Rogers sont les domestiques de la maison. Mrs Rogers est cuisinière, c’est une femme assez discrète qui semble en proie à une peur constante. Son mari s’occupe de tous les travaux manuels, il est un peu plus loquace que sa femme. Par le passé, ils ont été au service de Jennifer Brady pendant un long moment. Toutefois, selon le médecin légiste, ils auraient été responsables de la mort de cette femme en omettant de lui donner un traitement au moment où elle en avait besoin. Cela leur a permis de toucher l’héritage qu’elle leur laissait beaucoup plus rapidement. Le juge estime que Mrs Rogers a agi sous l’emprise de son mari, ce qui explique pourquoi il l’a tuée juste après Marston en lui versant du chloral lorsque son mari lui a apporté du cognac. Mr Rogers, quant à lui, a connu une mort un peu plus violente puisque le juge l’a tué à coups de hache.

Lawrence John Wargrave est un juge qui vient tout juste de prendre sa retraite. C’est un homme qui porte deux visages. D’une part, nous avons cet homme honnête et intègre qui juge les faits de manière méthodique. D’autre part, il a des pulsions meurtrières qu’il n’arrive pas à freiner. Il a ce besoin de tuer et pour agir sans compromettre son sens aiguisé de la justice, il sait qu’il doit assassiner des personnes qui ont commis des crimes. Ici, Wargrave n’est pas seulement celui qui juge. En effet, dans ce huis clos, il endosse le costume du bourreau en venant à bout des différents personnages. Pour arriver à ses fins, il n’hésite pas à manipuler les différents protagonistes. Il s’associe même à Armstrong pour se faire passer pour mort. En un sens, cela lui permet d’éviter toute suspicion tout en sachant que Blore estime qu’il s’agit de l’assassin. Le juge serait responsable du meurtre d’Edward Seton, une affaire qui, selon certaines personnes, dont Armstrong, a été jugée de manière partiale. Or, Edward Seton était bel et bien coupable, comme on a pu le constater grâce aux preuves après son incarcération. Après avoir envoyé ses aveux écrits, scellés dans une bouteille qu’il a jetée à la mer, le juge s’est suicidé pour faire croire qu’il s’agissait d’un meurtre.

Isaac Morris n’occupe pas une place prépondérante dans cette histoire. Cependant, c’est grâce à lui que Wargrave parvient à mettre en œuvre son plan. Isaac est un individu malhonnête, impliqué dans des affaires louches, et il sait comment dissimuler les preuves. Wargrave le tue une fois qu’il n’a plus besoin de ses services.

Analyse de l’oeuvre

Dans l’oppressante atmosphère de l’angoisse et de la culpabilité qui imprègne Les Dix Petits Nègres d’Agatha Christie, nous assistons à la lente transformation de convives en accusés de meurtres lors d’un dîner ordinaire. Au fur et à mesure que l’intrigue se déroule, la plupart des personnages rejettent toute responsabilité, engendrant une ambiance de méfiance et de paranoïa qui amplifie leur culpabilité. L’ombre constante de la mort stimule la mémoire des survivants, leur faisant revivre leurs délits passés. Pourtant, quelques protagonistes tels que le jeune Anthony Marston, Lombart ou encore le Juge Wargrave demeurent imperturbables, comme indifférents à cette atmosphère de plus en plus chargée.

La culpabilité se matérialise progressivement, poussant les personnages à confronter leurs actes passés jusqu’à être obsédés par eux. À travers cette exploration de la culpabilité, Christie amène habilement le lecteur à examiner son propre comportement et ses actions.

Grâce à la profonde introspection des personnages, le roman éveille une réflexion sur la relativité de la gravité des crimes. L’auteure scrute minutieusement l’échelle de gravité des crimes à travers les actions de ses personnages, en proposant une hiérarchisation où certains actes semblent plus répréhensibles que d’autres. Cependant, le récit démontre que les circonstances et les intentions peuvent brouiller cette perception. Malgré les efforts du code pénal pour classifier la gravité des crimes, le facteur humain, si délicatement exposé dans ce livre, peut orienter notre jugement. Le roman remet ainsi en question l’existence d’une hiérarchie criminelle fixe et souligne le rôle central de l’individu dans la justice et le risque qu’il représente s’il détient trop de pouvoir.

La vision d’Agatha Christie de la justice, incarnée par le Juge Wargrave, est une remise en question profonde du système judiciaire. Le personnage du juge devient la quintessence de l’appareil judiciaire, infligeant lui-même les sanctions aux coupables au nom des victimes, une mission qui pourrait être considérée comme noble. Pourtant, ses méthodes reflètent davantage une vengeance planifiée qu’une véritable quête de justice équitable. Les accusés sont privés de leurs droits fondamentaux, sans possibilité de se défendre ou de faire appel. Christie souligne que cette manière d’appliquer la justice est, en elle-même, un crime. En fin de compte, Wargrave admet son désir croissant de passer à l’action, de devenir un véritable “artiste du crime“. Le roman met ainsi en lumière les dangers d’un système judiciaire monopolisé par un seul individu, où la justice peut rapidement se transformer en oppression.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !