Littérature

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, qui explore les thèmes du soi et de l’identité culturelle, est la première expression du concept de négritude. La “négritude” est devenue un principe central du mouvement des droits civiques, ainsi que du mouvement culturel “Black is Beautiful” en Amérique du Nord et du Sud. Césaire n’était pas seulement le créateur du mouvement de la négritude, mais aussi un homme politique et une personnalité publique de premier plan, un membre du mouvement surréaliste et l’un des écrivains franco-caribéens les plus vénérés de tous les temps.

Résumé de l’oeuvre poétique Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire

Aimé Césaire a été un pilier central de la négritude. Son Cahier d’un retour au pays natal se présente comme un long texte de 40 pages environ sous forme de vers libres.

Les masques

Lorsque le narrateur du poème retourne dans sa ville natale, il est frappé par l’inertie des habitants. Ils sont devenus complaisants face à la pauvreté, au colonialisme et au dégoût de soi. Le locuteur du poème veut faire quelque chose pour changer la situation des Noirs de sa ville. Il veut être la voix qui annonce une métamorphose des croyances et de l’identité, mais il ne sait pas trop comment s’y prendre.

Le reste du poème passe par une série de métaphores relatives aux masques d’identités. Le locuteur essaie d’abord un masque d’identité, puis un autre, dans l’espoir de trouver un moyen de motiver son peuple et de forcer la réévaluation dont il a désespérément besoin. Du rôle grandiose de libérateur, de porte-parole de tous les opprimés du monde, à celui de porte-parole du seul peuple noir des Caraïbes, en passant par celui de descendant d’un glorieux héritage africain, tous les masques sont inadéquats pour la tâche à accomplir. Le poème alterne entre un espoir extatique et un profond désespoir, tandis que le locuteur s’éprend puis se désillusionne de ses différents masques.

La négritude

L’épiphanie ou le tournant du poème commence avec l’introduction du concept de négritude. Si Césaire énonce explicitement tout ce que la négritude n’est pas, il ne donne jamais une définition exacte de ce qu’est la négritude. Après une analyse plus approfondie, il apparaît que la négritude est plus qu’un simple état, concept ou théorie, mais une action relevant d’une intense auto-analyse et redéfinition.

Le narrateur du poème est incapable de créer l’idée d’un peuple basé uniquement sur l’héritage et la tradition africaine, car comme il le dit :

Non, nous n’avons jamais été les amazones du roi du Dahomey, ni les princes du Ghana avec huit cents chameaux, ni les sages de Tombouctou sous Askia le Grand… Autant avouer que nous avons toujours été d’assez médiocres laveurs de vaisselle, des cireurs de chaussures sans ambition, au mieux des sorciers consciencieux et que le seul record incontestable que nous ayons battu est celui de l’endurance sous la chicote…”.

Afin de créer une nouvelle identité qui soit plus qu’une fantaisie ou un vœu pieux, le narrateur doit accepter à la fois son héritage africain et l’héritage de l’esclavage, de la pauvreté et du colonialisme. Il ne sera jamais capable d’être la voix de son peuple ou de représenter l’idée d’une personne intégrée et entière s’il ne fait pas face à son histoire bien réelle. Et la négritude, plus qu’un simple sentiment de fierté de la couleur de sa peau ou de ses origines, se trouve dans ce processus de découverte de soi et de sa culture.

Conclusion

A la fin, le narrateur est humble et a commencé à comprendre le processus de sa propre négritude. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il est enfin capable de parler au nom des habitants de son “pays natal”. Ces gens, qu’il a d’abord trouvés “inertes”, “étalés à plat”, une “foule qui ne sait pas comment se rassembler”, peuvent maintenant s’élever métaphoriquement. C’est cette confrontation avec ses propres origines, ses propres insécurités, sa propre haine de soi et son passé conflictuel qui permet à l’orateur d’être une voix qui inspire les autres à transcender leur identité passive et horizontale.

Présentation des personnages

Le poème raconte le retour d’un jeune homme idéaliste dans son pays natal, la Martinique, après un séjour en Europe, et aborde toutes les idées qui ont germé pendant son séjour à Paris. Le locuteur du poème est en voyage pour affronter l’histoire, le négatif et le positif, et pour trouver un moyen de comprendre son identité et celle de son peuple à la lumière de cette histoire.

Analyse de l’œuvre

Le Cahier d’un retour au pays natal est un mélange de prose et de poésie lyrique. Il n’y a pas de structure narrative logique dans ce poème. Au lieu de cela, le poème consiste en des juxtapositions abruptes, des changements de thèmes et de contenu, et la répétition de certaines phrases et de certains mots qui rendent ce récit lyrique parfois frustrant à lire.

Dans ce poème, Aimé Césaire appelle à l’unification de tous les Noirs dans diverses régions. Il exprime les horreurs de la colonisation et la façon dont elle place les Noirs au bas d’une structure hiérarchique. Il cite divers incidents d’esclavage et de discrimination pour étayer ses propos. À la fin, le narrateur se rend compte que son devoir est d’être un leader dans sa communauté et aussi de découvrir et d’accepter sa négritude comme quelque chose de spécial et de puissant.

Deux mouvements ont contribué à l’écriture d’Aimé Césaire. Le premier est le mouvement artistique et littéraire connu sous le nom de “surréalisme”. Dans le surréalisme, les artistes et les écrivains mélangent la réalité dans des cadres oniriques et vice versa. Les artistes et les écrivains laissent l’inconscient s’exprimer dans leurs œuvres, créant des scènes illogiques où “les objets n’apparaissent pas comme ils le sont dans la réalité”. En conséquence, vous ne pouvez pas dire ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Le meilleur exemple est le peintre surréaliste, Salvador Dali. Maintenant, en tant que lecteur, vous lisez ces moments surréalistes lorsque Césaire utilise le jargon d’une région spécifique, des phrases qui décrivent des objets et la nature d’une manière telle que vous devez deviner le sujet, et les juxtapositions changeantes intégrées dans la prose lyrique. La grammaire utilisée n’est pas illogique, mais plutôt expérimentale et automatisée, dans laquelle Césaire laisse son inconscient s’exprimer dans ses mots, au point que cela peut dérouter le lecteur.

Le deuxième mouvement auquel ce texte est associé est le mouvement de la négritude dans les années 1930. Ce mouvement a été fondé par des universitaires, des écrivains et des politiciens francophones de la diaspora africaine. Le mouvement visait à répandre le pouvoir de la conscience noire en Afrique et dans les régions où il y a une grande population d’ascendance africaine. Ce mouvement prend le terme péjoratif concernant les Noirs et le transforme en quelque chose de positif. Il s’approprie le terme et cultive une identité qui renforce la “négritude”. Le mouvement de la négritude a été influencé par le style d’écriture surréaliste et a écrit sur des sujets tels que l’identité “noire”, la culture africaine et l’anticolonialisme.

Césaire a commencé à écrire le Cahier d’un retour au pays natal en 1936, alors qu’il était encore en France. En tant que poème unique, il est assez long, mais en tant que livre, il est court. Césaire y exprime ses sentiments et ses émotions lors de son retour dans son pays natal après avoir étudié en France. La Martinique est petite. Elle couvre 436 miles carrés et abrite une population bien inférieure à un demi-million d’habitants. Son histoire est typique d’une colonie des Caraïbes. Ses indigènes ont été battus et expulsés de l’île. Ils sont remplacés par des esclaves africains pour travailler dans les nouvelles plantations de sucre. L’île passe de l’Espagne en 1493 aux Français en 1635, puis aux Britanniques pendant la guerre de Sept Ans et les guerres napoléoniennes, avant de revenir aux Français. L’île a souffert d’une économie fondée sur une seule marchandise, le sucre, ce qui a conduit à l’affranchissement des esclaves en 1848. En 1946, la Martinique est devenue un département d’outre-mer de la France et finalement un simple département en 1974. Elle dépend encore largement de l’aide française.

Césaire était actif au sein du gouvernement et a été communiste pendant un certain temps. Une explication du terme communiste est nécessaire pour comprendre ce qu’il signifiait exactement à l’époque. Des pays comme la Martinique étaient sous domination coloniale et avaient peu ou pas d’autonomie en tant que nation. Après la fin de l’esclavage, les habitants d’origine africaine connaissaient les mêmes problèmes que ceux rencontrés aux États-Unis. L’acte éclairé de libérer les esclaves n’a pas été suivi d’assurances de liberté, d’égalité et de fraternité. Césaire le montre clairement en utilisant le terme péjoratif pour désigner un homme noir. Le communisme, en tant qu’idéal, a pris racine dans ces environnements. La promesse de supprimer le joug des puissances coloniales et l’égalité qu’il promettait à tous les hommes étaient assez séduisantes. Ici, vous avez des gens qui sont exploités et contrôlés par un pouvoir situé à des milliers de kilomètres, dans le cadre d’un système appelé capitalisme. Pour ces personnes, le capitalisme ne fonctionne pas, il ne reste donc que le système alternatif. Leurs préoccupations sont locales et ne concernent pas l’exportation d’une révolution mondiale. Ils désirent simplement la liberté.

Une fois que vous avez compris le contexte, qui est très étranger pour beaucoup, les mots de Césaire prennent un nouveau sens et une cause. Il n’est pas difficile de voir la similitude entre Césaire et Fanon. Leurs styles diffèrent, le marteau de Fanon et le marteau de velours de Césaire, mais tous deux cherchent à trouver une identité au-delà du colonialisme. Césaire écrit dans un mélange de prose et de poésie, le tout dans un rythme lyrique et surréaliste. Par moments, j’avais l’impression d’être sur un radeau dans l’océan, me berçant du rythme et de l’intensité de la voix de Césaire. Le poème a une grande sensation qui aide à transmettre les messages politiques et culturels pointus. La sensation lyrique rappelle la lecture des feuilles d’herbe. On peut se perdre simplement dans le rythme des mots. Mais ici, le message est aussi important que l’art. Césaire est plus qu’une voix appelant à la justice ou une voix de protestation. C’est un Français et il saisit ce style particulier qui rend la poésie française unique.

Son style littéraire est qualifié de négritude, un rejet du racisme colonial et un terme développé par Césaire. Il a délibérément choisi d’utiliser la racine Nègre. Il l’a prise comme un titre de fierté. Selon Sarte, la négritude est la dialectique hégélienne du racisme. C’est un regard intéressant et unique sur la vie coloniale et le racisme.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !