Littérature

Eugène Ionesco, Le roi se meurt : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Le roi se meurt est une pièce de théâtre en un acte écrite par Eugène Ionesco. À l’origine, elle est annoncée sous le titre “La Cérémonie“. Explorons cette œuvre appartenant au genre du théâtre de l’absurde.

Résumé détaillé de la pièce Le roi se meurt de Eugène Ionesco

Le déclin du royaume : l’imminence de la fin

Le palais royal est confronté à de graves difficultés alors que les éléments naturels semblent avoir perdu toute obéissance. Le soleil refuse de donner sa chaleur.

Le garde annonce l’arrivée des membres de la famille royale et du Médecin. Le Roi, la Reine Marguerite et la femme de ménage Juliette entrent et sortent du plateau à différents moments. La Reine Marie, la seconde épouse du Roi, entre avec des bijoux et plus de prestance. Le Garde tente en vain d’allumer le chauffage. La Reine Marguerite se plaint de la poussière et des mégots sur le sol, tandis que Juliette explique qu’elle vient de traire la vache et n’a pas eu le temps de nettoyer. La Reine Marguerite corrige Juliette en lui disant que c’est la salle du trône et non un living-room, puis remarque qu’il fait froid. Le Garde explique qu’il a essayé d’allumer le feu, mais en vain. Il mentionne également une fissure dans le mur qu’il a tenté de colmater avec Juliette. La Reine Marguerite demande où est la Reine Marie, qui finit par arriver après avoir pleuré dans sa chambre. Elle est accablée par la tristesse due à la maladie de son époux, le roi Bérenger Ier. Ce dernier souffre de divers maux inexpliqués, mais ne semble pas réaliser l’imminence de sa propre mort. La reine Marguerite tente de raisonner Marie en lui expliquant qu’il est préférable d’accepter la vérité et d’agir pour le bien de tous. Le médecin du royaume confirme que la mort du roi est inévitable, tandis que les signes de la nature – tels que des collisions de planètes et de la neige au pôle Nord – confirment un déclin généralisé. Le royaume lui-même est en train de s’effondrer.

La panique du roi à l’approche de la mort

Après avoir été informé de sa mort imminente, Bérenger Ier semble ne pas être effrayé, il sait que tout ce sort est réservé à tout être. De plus, il a du mal à y croire, convaincu d’être encore en bonne santé. Il tente de prouver sa suprématie en donnant des ordres, mais constate avec effroi que personne ne peut les suivre. En prenant conscience qu’il va réellement bientôt mourir, le roi Bérenger commence à paniquer. Il supplie qu’on lui accorde plus de temps pour réfléchir à sa fin, une chose qu’il a toujours remise à plus tard. En agissant comme un enfant à l’approche de la mort, la reine Marguerite est choquée. Elle espérait une attitude plus digne de la part de son mari, d’autant plus qu’il est roi. Elle lui rappelle qu’il aurait dû se préparer à la mort chaque jour, mais Bérenger avoue qu’il y avait pensé sans jamais agir. Il implore alors l’aide du peuple, mais les attributs de son pouvoir lui sont retirés contre sa volonté, alors que l’émotion submerge les membres de la Cour. Malgré cela, la reine Marguerite reste digne et réprimande son entourage pour leur comportement, regrettant que la situation empêche le roi de progresser. La reine Marie, dans un acte de courage, demande au roi d’être lucide et fort, mais finit par fondre en larmes face à ce roi qui réagit comme tout être humain face à la mort.

Après une vie longue et pleine d’expériences, le roi Bérenger Ier veut être sûr que son nom ne sera jamais oublié et qu’il restera le seul à avoir existé. Malgré cela, il commence à douter de l’immortalité qu’il a si ardemment souhaitée et continue de se plaindre de son sort. Il préfère souffrir plutôt que de ne pas exister du tout. Il se tourne alors vers la religion pour trouver du réconfort. Il entame une conversation avec Juliette, mais il est incapable d’écouter ses plaintes et ses difficultés. Selon lui, la vie est belle et il parle déjà de sa propre vie au passé avec une tristesse et une mélancolie dignes d’un philosophe.

Le dernier périple du roi

Marie essaie de le sortir de son désespoir en évoquant l’amour, mais cela ne suffit pas et le roi tombe peu à peu dans la folie. Sa seconde épouse tente de le réconforter en lui exprimant son amour et en énumérant toutes les réalisations qu’il a accomplies.

Le roi vieillit rapidement et est de moins en moins reconnu. Les gens lui rendent hommage et Juliette doit même l’asseoir sur une chaise roulante. L’entourage du roi Bérenger tente de solliciter l’aide des éléments de la nature pour le soutenir, mais même ces derniers semblent impuissants face à la situation. Après avoir fait un effort pour dissimuler son état de santé et paraître en forme, le roi s’effondre sur un fauteuil roulant apporté par Juliette. Au cours de leur discussion, il prend conscience du travail accompli par Juliette ainsi que de la vie qu’il lui a offerte. Il commence à ressentir de la nostalgie pour les événements les plus simples de sa vie ainsi que pour les moments les plus malheureux. Ce n’est qu’après avoir accepté de renoncer à tout cela que la peur le quitte enfin et qu’il commence à accepter la pensée de sa propre mort.

Finalement, tout commence à disparaître peu à peu autour de lui. Marie lutte pour le maintenir en vie, mais il finit par perdre la vue. Néanmoins, il prétend pouvoir “voir” et surtout se voir lui-même. Il estime qu’il doit apprendre à se détacher de tout ce qui l’entoure pour pouvoir partir. Devenu aveugle, le roi est guidé par Marguerite dans le dernier périple de sa vie. Le royaume arrive à son terme et seul le roi et la reine Marguerite restent. Cette dernière écarte les obstacles sur le chemin du souverain. Elle finit par disparaître, tout comme les meubles et les objets présents sur scène. Peu de temps après, Bérenger finit également par disparaître.

Présentation des personnages

Bérenger Ier est un roi vieillissant qui apprend qu’il va mourir dans l’heure. Ce personnage, déclinant et capricieux, est complexe et traverse différentes étapes émotionnelles tout au long de la pièce. Au début de l’histoire, il est dépeint comme un monarque tout-puissant qui a régné pendant de longs siècles et dont le royaume s’étend sur des milliers de kilomètres. Cependant, au fur et à mesure que la pièce progresse, il devient évident que son pouvoir est en train de s’effondrer. Son royaume se rétrécit, ses sujets disparaissent et sa santé se détériore rapidement. Tour à tour, il incarne le déni, la colère, le marchandage, la dépression et finalement l’acceptation, qui sont les cinq étapes du deuil selon le modèle Kübler-Ross. Ces étapes sont une représentation universelle de la manière dont les individus font face à leur propre mortalité. Le personnage du roi symbolise ainsi l’expérience humaine de la vie, du vieillissement et de la mort. Sa lutte pour accepter l’inévitable est à la fois pathétique et touchante, mais elle présente également des éléments d’absurde et d’humour noir caractéristique du théâtre de l’absurde. Il est entouré de personnages qui incarnent différentes attitudes face à la mort, offrant ainsi une réflexion sur la condition humaine et les différentes façons dont les individus abordent leur propre fin.

La Reine Marguerite est la première épouse du Roi Bérenger Ier. Pragmatique, cette femme forte et réaliste représente la voix de la raison. Elle assume le rôle d’éducatrice et de guide pour le roi vieillissant. Elle fait preuve d’autorité et de sagesse pour aider Bérenger à affronter la réalité de sa mortalité et à comprendre la nécessité d’accepter sa fin imminente. C’est elle qui va l’amener à passer par les différentes étapes du deuil. En un sens, elle sert de contrepoint à la naïveté et au déni de la Reine Marie. Bien qu’elle puisse paraître froide, du fait de son approche pragmatique, elle se révèle compatissante et empathique. Elle cherche à soutenir Bérenger dans son cheminement vers l’acceptation de sa propre mortalité et sera présente auprès de lui jusqu’à la fin de la pièce. Elle symbolise ainsi la force et la résilience face à la réalité inévitable de la mort.

La Reine Marie est la seconde épouse du Roi Bérenger Ier, plus jeune et plus naïve que la Reine Marguerite. Si elle incarne l’amour et l’espoir, elle symbolise aussi le déni face à la mort imminente du roi. Elle tente de réconforter et de soutenir Bérenger en refusant d’accepter la réalité de sa mort. Elle préfère se concentrer sur les aspects positifs de la vie et chercher des moyens de prolonger le temps qu’ils ont ensemble. Son déni et son optimisme contrastent avec l’approche pragmatique et réaliste de la Reine Marguerite, ce qui crée une tension entre les deux personnages. Ce personnage émouvant et attachant représente les émotions humaines et l’affection sincère que l’on peut ressentir envers un être cher qui fait face à sa mortalité. Elle incarne également la peur et l’angoisse que l’on peut éprouver face à la perte imminente d’un proche que l’on aime. Contrairement à Marguerite, Marie offre une perspective différente sur la manière dont les individus abordent leur propre fin ou celle d’un être cher.

Le Médecin représente l’objectivité face à la mortalité du Roi Bérenger Ier. Il confirme la mort imminente du roi et, en tant qu’homme de science, il essaie de l’aider à comprendre sa condition. Il sert de pont entre la réalité objective de la situation et les émotions complexes qui entourent l’acceptation de la mortalité. Son approche est pragmatique et fondée sur la connaissance scientifique, ce qui le met en contraste avec les approches émotionnelles et irrationnelles des autres personnages comme Marie. Il peut être perçu comme un symbole de la limite de la science et de la rationalité face à la mort. Bien qu’il soit capable de diagnostiquer et de prédire la fin imminente du roi, il est impuissant à changer le cours des événements ou à offrir un réconfort émotionnel. Cela montre que, malgré les progrès de la science et de la connaissance, la mort reste une réalité inévitable et mystérieuse que l’humanité doit affronter. Il permet d’avoir un regard détaché et analytique sur la manière dont les différents personnages abordent la fin de Bérenger.

Juliette est la servante dévouée à la cour et assiste les deux reines, Marguerite et Marie, dans leurs tâches quotidiennes. Bien que son rôle dans la pièce soit plus modeste par rapport aux autres personnages principaux, Juliette incarne la loyauté et la simplicité face à la mortalité du Roi Bérenger Ier. Elle occupe également le rôle d’infirmière. Discrète et humble, elle consacre sa vie à servir la cour et à soutenir les autres personnages dans leurs efforts pour aider le roi à affronter sa fin imminente. Elle représente les personnes ordinaires qui, bien qu’elles n’aient pas un statut élevé ou un grand pouvoir, peuvent jouer un rôle important en fournissant un soutien émotionnel et pratique à ceux qui en ont besoin. Elle incarne également la compassion et l’humanité dans la pièce, montrant que même les personnages les plus modestes peuvent avoir un impact significatif sur la vie des autres.

Le Garde est un personnage qui contribue à maintenir l’ordre et à protéger le roi, toutefois, face à la mort qui se profile, il se retrouve incapable d’assumer correctement son rôle. Tout comme les autres personnages, il est impuissant face à la mort imminente du roi.

Analyse de l’oeuvre

Le théâtre d’Ionesco se distingue par sa singularité, son énergie, sa vivacité et surtout sa capacité à mêler divers genres théâtraux, rendant son œuvre difficile à classer.
Le Roi se meurt emprunte des éléments au théâtre antique tout en adoptant un rythme comique. La pièce suit un découpage ininterrompu, centré sur la mort imminente du roi. Les costumes luxueux rappellent le théâtre antique tragique et soulignent le lien entre le roi et son royaume déclinant. Toutefois, malgré le respect de l’unité de temps, il ne s’agit pas d’une tragédie. En effet, les scènes tragiques succèdent à des moments burlesques, où les personnages décalés provoquent le rire. Le roi, entouré d’un cortège limité, ne peut être pris au sérieux, tandis que les autres personnages révèlent leur désillusion face au pouvoir souverain.

Le contraste entre la situation tragique et les protagonistes burlesques est au cœur de la pièce, créant un climat de confusion, de doute et d’instabilité. Le roi Bérenger traverse différentes étapes émotionnelles avant de mourir, passant de la colère à la peur, reflétant ainsi l’angoisse humaine face à l’inconnu et à la mort.
L’influence du théâtre de l’absurde se fait sentir à travers les personnages perdus dans un monde dépourvu de sens. L’arrière-plan déroutant, le langage incohérent et le burlesque contribuent à créer un sentiment de malaise.
La pièce explore les diverses réactions humaines face à la mort, avec des personnages incarnant chacun une attitude différente (refus, désinvolture, acceptation). L’évolution du roi met en évidence la peur omniprésente de la mort que Ionesco semble considérer comme universelle.

Les thématiques abordées

La mortalité et l’impuissance de l’être humain face à la fin

Dès le début, la pièce met en lumière la confrontation inévitable avec la mort. L’annonce de la mort imminente du Roi Bérenger par la Reine Marguerite est un élément central de l’intrigue :
Tu vas mourir, Bérenger, il faut que tu t’y fasses. Il te reste très peu de temps.” “Il va mourir dans une heure et demie environ. Il va mourir à la fin de la représentation. C’est écrit.
Tout au long de la pièce, le Roi Bérenger se débat avec cette réalité, passant par différentes étapes du deuil, notamment le déni, la colère, la négociation et finalement l’acceptation. La mort est inévitable, et personne ne peut échapper à sa mortalité, pas même un roi.

Le pouvoir et la déchéance

Autrefois puissant, le roi Bérenger se retrouve impuissant face à la mort. La perte de pouvoir et la déchéance du Roi sont soulignées par des moments où il réalise qu’il ne contrôle plus son royaume :
Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi suis-je tombé ? Pourquoi ai-je perdu mon sceptre ? Où est mon sceptre ? Qui me l’a pris ? Je ne suis plus roi.
Cette prise de conscience du Roi montre l’effritement du pouvoir face à l’inexorable passage du temps. La pièce examine la manière dont les personnes puissantes peuvent se retrouver impuissantes face à la réalité de leur propre mortalité. Cela peut faire écho à un proverbe italien qui dit qu'”À la fin de la partie, le Roi et le Pion retournent dans la même boîte.

La résistance au changement

Le Roi résiste à l’idée de sa propre mort et tente de préserver sa vie et son pouvoir :

Je ne veux pas mourir, je veux vivre, vivre, vivre éternellement. Je veux reconquérir mon royaume, je veux que tout redevienne comme avant.” Il est difficile pour Bérenger d’accepter le changement et la perte, en particulier lorsqu’il est confronté à l’inéluctabilité de la mort. Cette résistance au changement est un thème central de la pièce, illustrant comment les individus luttent pour accepter leur sort. Cela fait écho aussi à notre condition humaine, nous sommes récitent à vouloir changer alors que nous évoluons dans un monde qui est en mouvement constant. Nous nous berçons d’illusion en quelque sorte. Ainsi, Le Roi se meurt interroge la frontière entre l’illusion et la réalité, en montrant comment le Roi Bérenger se voile la face, face à sa propre mortalité. Par exemple, il refuse d’accepter la réalité de sa situation :

Je ne suis pas malade, je ne vais pas mourir, tout cela est une erreur, une méprise.

La pièce soulève des questions sur la manière dont les individus perçoivent la réalité et choisissent de l’affronter ou de s’en éloigner.

L’absurdité de l’existence humaine

Dans Le Roi se meurt, Ionesco souligne l’absurdité de la condition humaine à travers les efforts déployés pour échapper à la mortalité et les dialogues non séquentiels. Par exemple, le Roi Bérenger tente d’arrêter le temps :

Je commande au temps de s’arrêter. Je veux vivre éternellement. Je ne mourrai pas.” Malgré ses efforts, il ne peut échapper à l’inéluctabilité de la mort, mettant en évidence l’absurdité de la vie humaine face à sa fin inévitable.

Le Roi Bérenger tente de donner un sens à sa vie et à sa mort imminente. Par exemple, il se demande ce qui lui restera après sa mort :

Qu’est-ce que j’aurai laissé derrière moi ? Qu’est-ce qui restera de moi, quand je ne serai plus là ?

La pièce explore comment les individus cherchent à donner un sens à leur existence et les défis que cela représente. La recherche de sens est un thème récurrent dans l’œuvre d’Ionesco et dans le théâtre de l’absurde en général.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !