Littérature

Molière, L’Amour médecin : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Écrite en prose, cette comédie-ballet de trois actes est une œuvre de Molière, un auteur français, qui a été représentée le 14 septembre 1665 au château de Versailles. Découvrons cette pièce de théâtre ensemble.

Résumé scène par scène de L’Amour médecin de Molière

ACTE 1

Scène 1

Sganarelle est peiné d’avoir perdu sa femme. Il fait part de sa douleur, partagée par celle de sa fille unique, aux gens autour de lui. Il reçoit des conseils pour apaiser le chagrin de sa fille néanmoins, ils sont loin d’être désintéressés. En effet, étant orfèvre, M. Josse lui conseille de lui offrir des bijoux, M. Guillaume lui suggère d’acheter sa marchandise, Aminte, étant amoureuse du même homme que la fille de Sganarelle, propose que cette dernière soit mariée afin de l’évincer, et Lucrèce veut la voir devenir religieuse afin de pouvoir toucher l’héritage. Seul face à sa douleur, il leur explique qu’il ne suivra aucun de leurs conseils.

Scène 2

La fille de Sganarelle, Lucinde, entre en scène. Son père tente de savoir ce qui lui cause autant de mélancolie. Il la questionne sur divers sujets avant de comprendre qu’elle est amoureuse de quelqu’un en secret et qu’elle souhaiterait être mariée. Toutefois, Lucinde ne le verbalise pas et ne fait qu’acquiescer.

Scène 3

Lisette, la suivante de Lucinde, essaie d’apporter de l’aide à Sganarelle afin de comprendre ce qui peut bien causer autant de mélancolie à sa maîtresse. Après avoir questionné Lucinde sur divers sujets, elle finit par apprendre la même chose, tout comme Sganarelle avant elle, que sa maîtresse aime un homme et souhaite être mariée. Sganarelle fait semblant de ne rien entendre et, bien que Lisette essaie d’insister, il continue de s’emporter contre sa fille. Il la rejette et lui exprime son courroux pour ne pas vouloir lui révéler ce qui la rend mélancolique. Dans cette scène, on comprend que Sganarelle ne veut rien savoir de son mariage. Il est au courant que sa fille est amoureuse d’un homme puisqu’il en parle dès la première scène. Quel problème y a-t-il avec ce mariage ? (cf. Scène 5 / Acte I)

Scène 4

Lucinde et Lisette se trouvent seules. Cette dernière demande à sa maîtresse pourquoi elle ne lui a pas fait part de son projet amoureux avant. Lucinde lui fait comprendre qu’elle savait que son père se montrerait si tyrannique par rapport à cet amour. C’est pour cette raison qu’elle avait préféré ne pas en parler. Sganarelle qui, dans la première scène, se montrait prêt à tout faire pour apaiser le chagrin de sa fille ne souhaite pas lui accorder la seule chose dont elle ait vraiment envie. Lucinde est amoureuse d’un homme qui lui a demandé sa main. Ils ne se sont jamais parlé toutefois, elle perçoit beaucoup de tendresse, elle le qualifie d'”honnête homme“. Lisette promet à Lucinde de tout faire pour l’aider dans son entreprise.

Scène 5

Dans cette scène, on comprend les raisons qui ont poussé Sganarelle à faire la sourde oreille devant le souhait de sa fille. Il ne veut pas se soumettre à son désir, car il a le projet de garder ses biens et sa fille pour lui seul. Il n’a donc pas envie qu’un homme vienne s’immiscer entre eux. Ce père “tyrannique” refuse catégoriquement ce mariage.

Scène 6 et Scène 7

Lisette arrive en courant pour expliquer à Sganarelle que sa fille, ne supportant pas l’idée d’avoir causé tant de colère à son père, a songé à se jeter par la fenêtre. Sganarelle est soulagé qu’elle ne l’ait pas fait toutefois, Lisette lui fait comprendre que, bien qu’elle se soit résolue à ne pas le faire, la situation est si dramatique qu’elle pourrait finalement le faire. Elle lui annonce que, selon elle, Lucinde ne tiendra pas la journée. Affolé, Sganarelle appelle Champagne, son valet, afin qu’il aille chercher toute une ribambelle de médecins pour sauver sa fille.

Scène 8 et Scène 9

Dans la scène VIII, on voit Champagne danser en frappant aux portes de quatre médecins. Et dans la scène suivante, ce sont les quatre médecins qui dansent en se rendant chez Sganarelle.

ACTE 2

Scène 1

Lisette a des doutes concernant les compétences et les capacités des médecins pour guérir Lucinde. Elle en fait part à Sganarelle en lui racontant un où des médecins ont fini par tuer la personne qu’il devait guérir. Sganarelle ne veut pas écouter. Lisette finit par ironiser le travail du médecin en annonçant qu’ils vont lui dire, en latin, que sa fille est malade. Dès cette première scène, nous avons donc deux opinions sur les médecins, Sganarelle qui croit fermement aux médecins et Lisette qui s’y oppose. Cette distinction se fera ressentir durant toute la pièce.

Scène 2

Les médecins sont unanimes, l’humeur de Lucinde est corrompue. Ils doivent donc se concerter pour trouver la meilleure façon de guérir la “malade“. Lisette reconnaît un des médecins, M. Tomès, et lui apprend que le cocher, dont il s’était occupé, a fini par trouver la mort. M. Tomès est incrédule et Sganarelle ne veut rien savoir. Il demande à Lisette de laisser les médecins tranquilles. Avant de quitter la pièce, Sganarelle paie d’avance les quatre médecins.

Scène 3

Dans cette scène, les quatre médecins discutent de divers sujets tels que les longs trajets dans Paris et une querelle dans le corps médical opposant Théophraste et Artémius. Néanmoins, à aucun moment, ils ne parlent du cas de Lucinde.

Scène 4

Sganarelle revient pour savoir ce qu’il doit faire pour sa fille étant donné que la situation commence à devenir urgente. Les quatre médecins font mine d’y avoir réfléchi et l’un d’eux, M. Tomès, annonce que la cause de son mal est due à une chaleur de sang et qu’on doit la saigner. M. des Fonandrès s’y oppose en expliquant que sa pourriture d’humeur est causée par un trop-plein. Il préconise donc de donner de l’émétique. M. Fonandrès soutient également que la saignée risquerait de la tuer. Les deux médecins se disputent et finissent par sortir en restant campés sur leur position.

Scène 5

N’étant pas plus avancé, Sganarelle est bien embêté. Il se tourne vers les deux médecins qui restent, M. Bahys qui bredouille et M. Macroton qui parle très lentement, au point que les tirets séparent chaque syllabe dans ses répliques. Ils donnent une explication pompeuse des origines de la maladie de sa fille et finissent par prescrire des petits remèdes (tisanes) avant de procéder “à la purgation et à la saignée“. Ils précisent que tout cela n’empêchera pas la malade de mourir toutefois, si cela arrive, elle décédera “dans les formes“.

Scène 6

Seul sur scène, Sganarelle est perplexe et ne sait plus ce qu’il doit faire. Il décide d’acheter de l’orviétan, une sorte de remède magique, pour en donner à sa fille.

Scène 7 & Scène 8

Sganarelle commande de l’orviétan à l’opérateur qui vante son produit. Il précise que celui-ci guérit tous les maux. Dans la dernière scène de l’acte II, les spectateurs ont droit à une danse effectuée par les valets de l’opérateur.

ACTE 3

Scène 1

M. Filerin, un autre médecin, se montre en colère concernant la mauvaise attitude de M. Tomès et de M. des Fonandrès. Il dénonce les querelles et les disputes entre les médecins, qui nuisent à la réputation de leur art et peuvent décourager le public. Il encourage les médecins à s’entendre et à profiter de la faiblesse et de l’ignorance du public pour faire des bénéfices, plutôt que de détruire leur estime en se disputant publiquement. M. Tomès et M. des Fonandrès font la paix.

Scène 2

M. Tomès et M. des Fonandrès tombent sur Lisette qui leur annonce son scepticisme quant à leur art. Elle leur explique qu’elle préfère se donner la mort que de faire appel à leurs compétences.

Scène 3

Lisette s’entretient avec Clitandre, le bien-aimé de sa maîtresse. Elle veut aider Lucinde à se libérer de la tyrannie où elle est. Lisette et Clitandre ont déjà élaboré un plan pour y arriver. Sganarelle n’est pas très malin, toutefois, s’ils échouent, ils trouveront d’autres moyens d’atteindre leur objectif.

Scène 4

Lisette vient voir Sganarelle et lui fait savoir qu’elle a fait venir un grand médecin pour guérir sa fille. En réalité, il s’agit de Clitandre. Heureux de cette nouvelle, Sganarelle demande à Lisette de le faire venir.

Scène 5

Sganarelle s’étonne de la barbe bien jeune du “médecin“. Clitandre explique que ce n’est pas la barbe qui fait le professionnel. Il fait comprendre à Sganarelle qu’il guérit les personnes grâce à la parole. Il tâte le pouls de Sganarelle pour vérifier que la fille de ce dernier est bel et bien malade.

Scène 6

Lorsque Lucinde arrive, Lisette demande à Sganarelle de s’éloigner pour laisser le “médecin” s’occuper de la malade. À l’écart, Clitandre révèle ses sentiments à Lucinde. Cet amour étant réciproque, il décide de tromper Sganarelle pour conclure le mariage. En voyant sa fille un peu plus gaie, Sganarelle s’immisce entre les deux amants. Clitandre lui explique qu’elle a retrouvé le sourire lorsqu’il lui a promis de se marier. Il compte donc simuler un mariage. Persuadé qu’il s’agit d’un faux mariage, Sganarelle accepte. Il pense qu’il va duper sa fille alors qu’il tombe dans le piège que lui a tendu Lisette. Clitandre fait venir un notaire pour conclure le mariage et explique à Sganarelle qu’il s’agit de l’homme qui s’occupe de lui écrire “ses remèdes“.

Scène 7

Lucinde entre en scène et Lisette s’écarte avec Sganarelle afin que le “médecin” puisse mieux s’occuper de la “malade”. Clitandre avoue ses sentiments à Lucinde, c’est un amour réciproque. Ils décident donc de duper Sganarelle pour conclure le mariage. En voyant sa fille sourire, Sganarelle s’immisce entre les deux amants. Clitandre informe Sganarelle que sa fille a retrouvé le sourire lorsqu’il lui a promis de se marier avec elle. Il lui explique qu’il compte simuler un mariage pour la “guérir”. Persuadé de tromper sa fille, Sganarelle ne se rend pas compte qu’il tombe dans un piège. Clitandre appelle son notaire pour conclure le mariage en expliquant à Sganarelle qu’il s’agit de l’homme “qui écrit ses remèdes”.

Scène 8

Sganarelle, convaincu d’avoir réussi à manipuler sa fille, presse les amants et le notaire de signer le document. Lucinde, quant à elle, tient à relire le contrat avant de le signer. Clitandre a fait venir des chanteurs et danseurs pour célébrer le mariage.

Scène 9

Ne se rendant toujours pas compte que tout n’est qu’une ruse et qu’il vient de conclure un vrai mariage, Sganarelle trouve que ce remède est fort plaisant. Ne voyant pas sa fille et le médecin, il demande à Lisette de lui dire où ils sont. Lisette lui révèle la mascarade. Sganarelle s’élance après Clitandre et Lucinde, mais les danseurs le retiennent. Les amoureux ont fui la scène pour vivre pleinement leur amour.

Résumé détaillé acte par acte

ACTE 1

Sganarelle est triste de la perte de sa femme et partage sa douleur. Les gens autour lui donnent des conseils pour apaiser la tristesse de Lucinde, mais leurs intentions sont loin d’être pures. Sganarelle découvre que sa fille est amoureuse en secret et souhaite se marier. Cependant, il s’oppose à ce mariage pour conserver ses biens et sa fille pour lui tout seul. Après que Lucinde ait pensé à se jeter par la fenêtre, Sganarelle appelle des médecins pour la sauver.

ACTE 2

Lisette a des doutes sur la compétence des médecins à guérir Lucinde et en fait part à Sganarelle, qui ne veut pas écouter. Les quatre médecins présents dans la scène discutent de divers sujets, mais jamais du cas de Lucinde. Quand Sganarelle vient pour savoir ce qu’il doit faire, M. Tomès prétend que la cause de la maladie de Lucinde est due à une chaleur dans son sang et recommande la saignée, tandis que M. des Fonandrès n’est pas d’accord et préconise les émétiques. Les deux médecins se disputent et s’en vont, laissant M. Bahys et M. Macroton, qui prescrivent des tisanes et des purges, mais admettent que Lucinde peut encore mourir. Sganarelle ne sait plus quoi faire et décide d’acheter de l’orviétan comme remède.

ACTE 3

M. Filerin, un médecin, se montre en colère concernant la mauvaise attitude de M. Tomès et de M. des Fonandrès, qui se disputent publiquement et nuisent à la réputation de leur art. Lisette, sceptique quant à leur compétence, présente un plus grand médecin à Sganarelle. En réalité, il s’agit de Clitandre, le prétendant de Lucinde. Sganarelle, pensant duper sa fille, tombe dans un piège tendu par Lisette et accepte de conclure un “faux mariage” avec Clitandre et Lucinde, mais en réalité, c’est un vrai mariage. Les amoureux fuient pour vivre leur amour.

Présentation des personnages

Sganarelle est le père de Lucinde. Il se montre avare et possessif, n’acceptant pas le désir de sa fille pour garder ses biens et sa fille. Ce père tyrannique aime énormément sa fille et pour elle, il est prêt à tout : payer les meilleurs médecins, acheter un remède miracle, accepter une médecine qui sorte de l’ordinaire. Toutefois, il n’est pas disposé à accepter la seule chose qu’elle veut et, en un sens, il a une part d’égoïsme. Il se dit prêt à tout faire pour elle, mais est incapable de lui accorder la seule chose qu’elle désire étant donné que cela ne va pas dans son sens. Il n’est donc pas vraiment prêt à tout sacrifier pour elle.

Lucinde est la fille de Sganarelle. Ce dernier lui offre de nombreux présents (bijoux et tapisserie) mais tout cela n’est pas ce qu’elle désire au plus profond d’elle-même. C’est pour cette raison qu’elle semble si mélancolique. Elle souhaiterait se marier, mais son père refuse. Grâce à la complicité de Lisette, sa servante, elle feint d’être malade et élabore un plan pour conclure le mariage avec son bien-aimé Clitandre.

Lisette est la suivante de Lucinde. C’est une femme maline qui est sceptique quant aux réelles capacités des mèdecins. Elle n’hésite pas à leur en faire part. Lisette va élaborer un plan, permettant à Clitandre de se faire passer pour un médecin afin de sceller un mariage.

Clitandre est tombé amoureux de Lucinde dès la première fois où il l’a vu. Il espère secrètement que cela soit réciproque. Sganarelle étant un père jaloux et entêté, Clitandre accepte le stratagème de Lisette. Il se fait passer pour un médecin. Lorsqu’il comprend que l’amour qu’il entretient est réciproque, il décide de ruser en faisant croire à Sganarelle qu’ils vont signer un “faux mariage” pour que sa fille retrouve le sourire. En réalité, Clitandre a l’intention d’épouser Lucinde sous le nez de Sganarelle.

M. Guillaume est le vendeur de tapisserie qui propose sa marchandise à Sganarelle.

M. Josse est l’orfèvre qui propose à Sganarelle d’acheter ses bijoux.

Aminte est une femme qui est amoureuse de Clitandre. Sachant que ce dernier est amoureux de Lucinde, elle espère que Sganarelle marie Lucinde à un autre homme afin de l’évincer.

Lucrèce est la nièce de Sganarelle qui propose que Lucinde devienne religieuse, car elle espère secrètement recevoir l’héritage.

Les médecins : M. Tomès qui veut pratiquer la saignée et se dispute avec M. Des Fonandrès qui souhaite donner de l’émétique. M. Macroton parle très lentement, M. Bahys bredouille. M. Filerin est le médecin qui dispute M. Tomès et M. des Fonandrès lorsqu’il apprend qu’ils se sont disputés devant Sganarelle.

Des Trivelins, des Scaramouches, le Notaire, l’Opérateur, la Musique, le Ballet et la Comédie.

Analyse de l’oeuvre

L’amour médecin est une farce, un style théâtral populaire au Moyen Âge et au début du XVIIe siècle qui est caractérisé par sa satire de la vie quotidienne.
Dans cette pièce, Molière met en scène les défauts des médecins à travers des personnages caricaturaux. M. Tomès et Mr. des Fonandrès se disputent pour plaire à Sganarelle et sont prêts à tout pour obtenir la permission de soigner un patient. Les docteurs Macroton et Bahys sont ridiculisés par leurs défauts. M. Filerin semble plus raisonnable, mais révèle finalement que le succès des médecins vient de la crédulité des patients et que les médecins n’ont pas besoin de soigner réellement les malades. Si un patient meurt, ils peuvent rejeter la faute sur la nature. Avec sa “farce“, Molière montre ainsi que les médecins ont oublié le serment d’Hippocrate et sont devenus des hypocrites.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !