Littérature

Molière, Le Médecin malgré lui : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Résumé scène par scène de Le Médecin malgré lui de Molière

Acte 1

Scène 1

La pièce débute par une dispute conjugale : les deux personnes qui se font face ne sont autres que Martine et Sganarelle. La première accuse son mari de dépenser le peu d’argent qu’ils ont dans l’alcool et dans les jeux tandis que l’autre se moque de leur mariage. En effet, Martine n’était pas vierge au moment de s’unir et aucun autre homme n’aurait voulu d’elle en sachant cela. La scène est assez comique, car les reproches sont lancés à vif. À un moment, l’affrontement devient violent, car Sganarelle prend un bâton et commence à battre sa femme.

Scène 2

Le voisin du couple entend des cris et arrive au cœur du conflit, il essaie de retenir Sganarelle pour qu’il ne puisse pas continuer de battre sa femme. Il s’arrêta et regarda son voisin d’un air désabusé, sa femme aussi. Elle prit la parole pour lui dire qu’elle aimait être battue et qu’il devait se mêler de ses affaires. Les deux époux se réconcilièrent et M. Robert quitta donc la maison. La scène se termine lorsque Sganarelle se prépare pour aller en forêt pour ramener 100 fagots de bois.

Scène 3

Martine est maintenant seule, elle veut se venger de son mari, elle ne sait pas encore comment elle va s’y prendre, mais elle se promet de le faire.

Scène 4

Valère et Lucas, deux domestiques d’une grande famille font alors leur apparition : ils sont à la recherche d’un docteur qui sera capable de soigner la fille de la maison. En effet, cette dernière est devenue muette, car son père lui avait appris qu’elle allait se marier avec un homme. Elle était en réalité secrètement amoureuse d’un autre et son mutisme ralentissait la cérémonie. Afin de pouvoir se venger de son mari, elle leur indiqua qu’elle connaissait un homme qui ramassait des fagots dans la forêt : elle a décidé de faire passer Sganarelle pour un grand médecin et dont le talent se révèle lorsqu’il donne des coups de bâton.

Scène 5

Ils retrouvèrent l’homme ivre dans la forêt. Ils commencent à parler ensemble et un quiproquo s’installe : les deux voyageurs aimeraient l’engager comme médecin, mais Sganarelle pense qu’ils sont à la recherche de ses talents de bûcheron. La discussion ne semble aboutir à rien, ils commencent donc à frapper l’alcoolique. Afin de faire cesser les coups sur lui, il leur avoue qu’il est médecin et choisit de les suivre.

Acte 2

Scène 1

Les deux domestiques reviennent à leur domaine et présentent Sganarelle comme étant un grand médecin. Il serait même le meilleur du monde bien qu’il ait parfois des absences et ne se souvient pas l’être. En chemin, ils ont fait la rencontre de la femme de Lucas, Jacqueline, qui est aussi, la nourrit de la famille. Elle leur explique que le silence de la mariée est seulement dû au fait qu’elle souhaite se marier avec l’homme qu’elle aime et non un autre. Il est donc simple de comprendre que le futur époux est riche et que ce mariage est aussi fait par intérêts. Malheureusement, Léandre, le véritable amour de Lucinde, est pauvre. Il a cependant un oncle qui est très fortuné, mais il ne peut pas bénéficier de cette richesse. Jacqueline essaie d’expliquer aux 3 hommes que la jeune fille n’est pas malade, en vain.

Scène 2

Quelques heures plus tard, tout le monde est réuni avec le père de la jeune fille, Géronte. Entre alors Sganarelle qui est affublé d’un grand chapeau pointu. Il demande d’ailleurs à tous d’enfiler un couvre-chef, car c’est une règle « qu’Hippocrate lui-même l’aurait dit ». Son comportement est étrange et tout le monde semble assez gêné des pratiques qu’il a. Il fait donc appeler Lucinde la muette. Pendant que les serviteurs partent l’a cherché, il en profite pour se rapprocher de Jacqueline, et même l’a tripoter. Il est rapidement repris par son mari Lucas qui n’accepte pas ce genre de comportements.

Scène 3

Il continue cependant ses avances en demandant à Jacqueline de montrer sa poitrine afin de faire avancer la science et la médecine. Lucas s’oppose fermement à cette idée, mais est rapidement repris par sa femme qui peut se défendre seule. Avant que les choses ne continuent, Lucinde est amenée dans la pièce.

Scène 4

Sganarelle commence à ausculter Lucinde, il semble très efficace, il lui diagnostique une perte de la parole en prenant simplement son pouls. Il continue de donner de nombreuses explications en affirmant que les muscles de sa langue ne fonctionnent plus puis, après s’être assuré que personne ne parlait latin, il continua ses explications dans un autre langage. Ce charabia dans une langue inconnue semble satisfaire tout le monde sauf Géronte qui le soupçonne d’être un charlatan. En effet, Sganarelle aurait dit que le cœur était situé à droite et le foie à gauche alors que c’est l’inverse. Il s’en sort en lui répliquant que les techniques et les avancées de la médecine ont fait évoluer cette croyance.

Scène 5

Léandre vient à la rencontre de Sganarelle pour parler avec lui du mal qui touche son amour secret. Il lui affirme qu’elle n’a pas perdu la parole et qu’elle ne parle plus volontairement pour ralentir les noces. La théorie de la Jacqueline la nourrisse était donc bonne. Il a ainsi un plan pour la suite des événements mais à besoin de l’aide de Sganarelle afin de réussir. Ce dernier refuse jusqu’à ce qu’on lui tende une bourse pleine d’argent. Il accepte donc de l’aider « au nom de l’amour. »

Acte 3

Scène 1

Léandre commence à expliquer le plan qu’il souhaite mettre en place et le partage à Sganarelle : il doit pour cela devenir apothicaire. Il demande alors à Sganarelle de lui apprendre des mots savants afin que tout le monde puisse y croire. Ce dernier le rassure en lui disant qu’un simple costume fait l’affaire. Il lui révèle qu’il n’est pas médecin, mais qu’il pense à le devenir tant, cette profession est facile. Pour lui, l’habit fait le moine et il est très simple de devenir ce qu’il souhaite.

Scène 2

Les talents de médecin de Sganarelle commencent à se faire entendre et deux paysans ne tardèrent pas à venir à sa rencontre : Thibaut et son fils Perrin demandent donc des conseils au bûcheron afin de soigner la mère de la famille. Cette dernière serait atteinte d’une grosse crise d’hypocrisie. Sganarelle ne choisit pas de les aider uniquement lorsque les deux paysans lui tendent une bourse pleine. En échange, il leur remet ce qui ressemble à un vieux bout de fromage. Il leur explique que ce remède est très efficace, car il contient de nombreux éléments précieux et que cela servirait à guérir la mère de la famille.

Scène 3

Sganarelle reste quelque temps auprès de la famille muette. En réalité, il est surtout ici pour courtiser Jacqueline, ce qu’il fait ouvertement. Il n’hésite pas à critiquer son mari Lucas et elle arrive à aussi le dénigrer. Par simple plaisir, il lui conseille d’en profiter avec de nombreux amants. Le mari insulté arrive et ils se turent. Malgré cela, il avait tout entendu de leur conversation.

Scène 4

Lucas est très énervé, il en veut à Sganarelle. Avant même qu’il puisse faire, n’importe quoi Géronte arrive et lui demande d’aller chercher sa fille. Il s’exécute.

Scène 5

Géronte vient donc à la rencontre de Sganarelle, il est inquiet, car le remède qu’il a donné à sa fille semble fonctionner : elle semble même plus mal en point qu’au début. Le médecin lui confirme que le remède agit et qu’il ne doit pas s’inquiéter.

Scène 6

Sganarelle décide d’amener Géronte à l’écart de la pièce. Il laisse ainsi Léandre et Lucinde parler. Cependant, le maître de maison entend distinctement la voix de sa fille et il est ravi. Cette dernière en profite pour prendre la parole et lui dire qu’elle ne souhaite plus se marier et qu’elle préfère Léandre. Géronte est choqué par un tel changement et demande même à Sganarelle de la rendre de nouveau muette, ce qui est impossible pour lui. Il lui propose plusieurs solutions et entre dans des explications. En réalité, c’est un moyen pour envoyer un message caché pour les amoureux : il leur conseille de fuir et de se marier en cachette.

Scène 7

Géronte revient vers Sganarelle et lui annoncer qu’il a tenu à l’écart sa fille de ce Léandre qu’il ne connaît pas. Ce qu’il ne sait pas, c’est que ce dernier n’est autre que l’apothicaire et assistant de Sganarelle.

Scène 8

Lucas, le domestique de Géronte vient à la rencontre de Sganarelle. Il lui explique que sa fille est en train de partir avec l’apothicaire qui est en réalité le Léandre qu’il redoutait. Il dit à son serviteur de les poursuivre et de lui ramener Lucinde tandis qu’il reste avec Sganarelle et l’accuse de complicité dans cette fuite.

Scène 9

Martine, la véritable femme de Sganarelle, arrive enfin à trouver la demeure ou son mari est devenu médecin. Elle croise alors Lucas et lui demande comment toute cette consultation s’est passée. Il lui raconte que Sganarelle est complice dans la fuite de la jeune fille du domaine et qu’il va être pendu. Martine souhaite le voir à tout prix avant qu’il ne meure. Il est alors impossible de savoir si elle est ici pour le soutenir ou si elle a encore ses idées de vengeance.

Scène 10

Sganarelle voit sa femme arriver et essaie de négocier sa sentence avec Géronte : il demande ainsi les coups de bâton ne sont pas suffisants pour le punir. Ce dernier refuse catégoriquement et lui dit qu’il sera pendu au plus vite. Avant même que l’action puisse continuer, le propriétaire du domaine voit un détail au loin.

Scène 11

La forme éloignée se rapproche et ce sont les deux amants qui sont revenus auprès de Géronte. Léandre prend la parole en premier et explique que son oncle vient de mourir. Il était ainsi l’héritier de toute sa fortune. Il souhaite aussi prendre la main de sa fille en la demandant à son père plutôt que de la lui voler et vivre une vie en tant que fuyards. Géronte accepte sur-le-champ, car c’est une fortune immense. Sganarelle est enfin relâché, ses erreurs sont pardonnées et il peut même repartir. Son travail étant terminé, Martine lui demande s’il peut continuer son travail, il accepte et en profite pour dire à sa femme que maintenant qu’il est médecin, ses crises de colère vont être plus récurrentes encore.

Les personnages dans le médecin malgré lui

Sganarelle : c’est le mari de Martine.
Martine : c’est la femme de Sganarelle.
M. Robert : il est le voisin du couple Marine/Sganarelle.
Géronte : c’est le père de Lucinde.
Luncinde : c’est la fille de Géronte. Elle a un amant secret qui s’appelle Léandre
Valère : il est le premier domestique de Géronte.
Lucas : c’est l’autre domestique de Géronte. Il est aussi le mari de Jaqueline.
Jacqueline : c’est la femme de Lucas, elle travaille aussi dans la maison des Géronte, mais en tant que nourrisse.
Thibaut : c’est le père de Perrin, c’est un paysan.
Perrin : c’est le fils de Thibaut qui travaille avec son père.

Analyse de l’oeuvre

Le comique de la pièce

Le médecin malgré lui est une véritable farce. Les événements et l’ensemble de la trame semblent être pensés de manière irraisonnée et sans grande volonté. En effet, l’ensemble des problèmes qui arrivent démarrent avec une simple dispute. L’enchaînement est aussi très anodin, car certaines situations se renversent sans réelle explication. Le fait que Martine parte à la recherche de son mari et qu’elle le retrouve au moment même ou il est sur le point de mourir. Il en va de même pour le retour des amants qui permet ainsi une fin heureuse dans laquelle tout le monde est content et où les personnes condamnées à mort se permettent même de faire de l’humour.

Le comique de la situation globale se retrouve aussi dans le quiproquo même du médecin : les servants qui vont taper sur Sganarelle afin de lui faire avouer qu’il est médecin sont une mécanique que l’on retrouvera à de nombreuses reprises dans la pièce. Cette violence banalisée et quasi-gratuite afin de faire avouer les personnages amuse le spectateur qui connaît la vérité.

D’autres éléments liés à l’humour sont très bien représentés dans l’œuvre. Le principe du retournement est très bien mis en place ici. La situation globale semble aller pour le mieux pour Sganarelle jusqu’à ce que ses mensonges et ses manipulations l’amènent dans une situation qui l’empêche de s’en sortir. Il est d’ailleurs amusant de remarquer que pour essayer de sauver sa vie, il demande à Géronte de lui donner des coups de bâton, action qu’il faisait à sa femme au début de l’œuvre. Ces répétitions participent aussi à constituer un environnement comique, propice à l’humour.

Le rapport entre religion et médecine

Malgré ses répliques humoristiques et ses situations comiques, la pièce se veut critique et pointe du doigt la médecine de l’époque. Le rôle du médecin que prend Sganarelle est équivoque et permet d’en montrer les penchants. Le fait qu’il utilise un jargon inconnu lorsqu’il ausculte une patiente ou encore le fait qu’il donne des explications logiques à un problème (elle est devenue muette, car elle a perdu la parole.) font de lui un médecin de l’époque. Il est important d’associer à cela une crédulité globale de tous les autres personnages qui croient à ses hypothèses parfois même contraire à la médecine. C’est l’exemple parfait de l’adage « l’habit ne fait pas le moine » dans lequel les personnages croient avoir affaire à un médecin compétent uniquement grâce à sa grande robe et son chapeau pointu.

En lien avec cela, c’est une critique de la religion qui gérait une bonne partie des recherches médicales de l’époque. Certains passages qui devraient relever du domaine médical se transposent même pour s’orienter vers cet autre sujet. Les guérisons opérées par Sganarelle sont alors vues comme un véritable miracle et ce médecin incompétent est rapidement vu comme le sauveur : on parle de lui de partout, la nouvelle se propage qu’un médecin peut tout guérir. Ce dernier ne s’en cache pas et abuse même de cette nouvelle notoriété en choisissant de continuer ce métier à la fin de l’œuvre.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !