Littérature

Anne Frank, Le Journal d’Anne Frank : résumé, personnages et analyse

Ecrit par lesresumes
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Résumé de l’oeuvre

Anne Frank, née le 12 juin 1929, a tenu un journal pendant la Seconde Guerre mondiale. Cachée dans le grenier de “L’Annexe”, elle a écrit, entre le 12 juin 1942 et le 1er août 1944, les déboires qu’elle et sa famille ont subis lors de la guerre.
C’est lors de son anniversaire de l’année 1942 qu’Anne Frank a reçu son journal. Elle a alors commencé à y décrire ses camarades de classe, son anniversaire et va se confier à son journal comme l’ami qu’elle n’a jamais connu. Toutes ses pensées et ses émotions vont être retranscrites. Anne Frank va raconter sa vie, celle de sa famille et de la vie clandestine qu’elle a menée. Durant l’année 1942, les lois allant à l’encontre des Juifs n’ont guère cessées et se sont au contraire amplifiées. Il leur était désormais impossible de sortir le soir, de rouler à vélo ou de prendre la voiture. L’étoile jaune, qu’ils devaient porter en toutes circonstances, a été un des symboles marquants de la persécution des nazies envers les Juifs.

Au mois de juillet 1942, Otto Frank le père d’Anne, lui annonce qu’ils vont rentrer dans la clandestinité. Le départ a été précipité suite à la convocation qu’a reçue sa sœur Margot, pour travailler dans un camp en Allemagne. Au lendemain de la réception de la convocation, la famille Frank s’est installé dans ce qu’ils vont appeler “l’Annexe”, située dans les zones inexploitées de l’entreprise du père de famille. Le 13 juillet, ils sont rejoints par la famille Van Daan. La relation entre Anne et les Van Daan ne va guère être joyeuse. En effet, la famille reproche à Anne son comportement prétentieux, rendant alors leurs relations conflictuelles. Il en va de même pour la relation qu’entretient Anne avec sa mère et sa sœur. Anne va, à de nombreuses reprises, reprocher à sa mère son manque d’éducation, jugeant qu’elle s’éduque seule et que sa mère ne joue pas pleinement son rôle. En novembre 1942, les Frank et les Van Daan sont rejoints par le dentiste Albert Dussel.

Au travers de son journal, Anne Frank va montrer ses faiblesses et avouer qu’elle ne se sent pas comprise. Elle avoue notamment cela à Peter Van Daan, à qui elle va également pouvoir parler de sexualité, des problèmes rencontrés avec ses parents ou d’autres sujets divers et variés d’adolescents. Anne a longtemps nié le fait qu’elle était amoureuse de Peter. Toutefois, ses sentiments évoluent et deviennent très fort ce qui va l’amener à avoir son premier baiser avec Peter.

Des cambriolages ont lieu à l’Annexe, mais c’est en avril 1944 qu’Anne et son entourage ont failli se faire découvrir. En effet, le veilleur de nuit a remarqué un trou dans la porte ce qui l’a conduit à revenir avec un policier. Suite à cela, Anne a vécu des mois encore plus compliqués qu’auparavant. Les Juifs étaient de plus en plus traqués et elle n’avait plus grand espoir quant au sort qui leur était donné. Toutefois, les Anglais ont commencé le débarquement, et Anne l’a appris. Son courage et sa force sont petit à petit réapparus.

Il n’empêche que le 1er août 1944 fût la date de la dernière lettre écrite par Anne Frank. Comme si elle avait pressenti quelque chose, Anne décrit dans cette lettre sa personnalité la plus profonde, celle qu’elle n’a jamais vraiment voulue exposer au grand jour, qui est plus belle que l’autre. Le 4 août 1944, Anne Frank, sa famille, les Van Daan et Albert Dussel furent arrêtés.

Présentation des personnages principaux

  • Anne Frank : personnage principal, c’est Anne qui écrit le journal. De son vrai nom Annelies Marie Frank, elle est née le 12 juin 1929 à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne. Elle et sa famille ont déménagé aux Pays-Bas quelques années avant la Seconde Guerre mondiale pour échapper aux persécutions nazies envers les Juifs qui ne cessaient d’augmenter à cette période suite à l’arrivée au pouvoir d’Hitler.
    Décrite comme bavarde, elle s’attire souvent les foudres des autres membres de l’Annexe suite à son côté rebelle. Des tensions entre elle et les adultes sont alors vivement présentes au sein de l’Annexe. Toutefois, Anne est d’une maturité remarquable pour son âge, qu’on doit notamment au fait qu’elles vivent dans des conditions très particulières où il est obligé de se responsabiliser très vite.
    Anne voudrait être journaliste ou écrivain plus tard. Elle dit, le 5 avril 1944, qu’elle souhaite vivre après sa mort. Son triste sort a malgré tout permis à son vœu de s’exaucer, puisque son journal sera, en 1947, publié et le nom d’Anne Frank traversa des dizaines de décennies.
  • Otto Frank est né 12 mai 1889 à Francfort-sur-le-Main en Allemagne. Il est le père d’Anne qu’elle surnomme “Pim”. Directeur de l’entreprise Opekta, cette dernière a permis à la famille Frank et ses amis de se réfugier dans la partie inutilisée de l’entreprise afin de se cacher des nazis.
    Anne aime beaucoup son père qui est d’un tempérament très calme et optimiste. Vrai chef du groupe, il prend de nombreuses décisions et n’hésite pas à aider sa fille lorsqu’elle en ressent le besoin. Malgré cela, Anne va parfois lui reprocher le fait qu’il ne la comprend pas et qu’elle se sent parfois abandonnée par lui.
    Otto Frank est le seul survivant. Il retrouvera grâce à Miep, après la guerre, le journal de sa fille et le fera publier.
  • Edith Frank est la mère d’Anne. Née le 16 janvier 1900 à Aix-la-Chapelle, la mère de famille entretient une relation très tendue avec Anne. Rarement d’accord, elle ne lui montre aucun intérêt et va à l’encontre de ce que devrait être une mère selon Anne. Très bavarde, elle critique beaucoup ce que fait Anne.
    Au cours de son journal, Anne a parlé de sa mère avec des mots très durs et peu tendres. Aucun doute possible sur le fait que la relation entre les deux femmes a toujours été conflictuelle.
    Edith de son côté n’arrive pas à comprendre pourquoi cela se passe mal avec sa fille et il lui arrive de pleurer.
  • Margot Frank est née le 16 février 1926 à Francfort-sur-le-Main en Allemagne. Bien plus discrète que sa petite sœur Anne, Margot est plus sérieuse et se démarque davantage par son intelligence et son assiduité. Plus proche de sa mère, elle entretient elle aussi une relation conflictuelle avec Anne. Toutefois, il leur arrive d’avoir des moments de complicité que décrit Anne dans son journal.
  • La famille Van Daan est composée d’Hermann van Daan, le père, Petronella van Daan, la mère et Peter van Daan, le fils. Mr et Mme Van Daan, de leur vrai nom Van Pels, reprochent à Anne son manque d’éducation et le fait qu’elle soit trop bavarde. Peter quant à lui, est un ami d’Anne a qui elle n’hésite pas à confier toutes ses histoires. Elle tombe finalement amoureuse de lui et va connaître son premier baiser avec lui.
  • Albert Dussel, de son vrai nom Fritz Pfeffer, est dentiste. Décrit comme quelqu’un de grincheux, il va partager sa chambre avec Anne dès son arrivée le 17 novembre 1942.
  • Et enfin, on retrouve les quatre personnes qui ont veillé sur les familles Frank, Van Daan et Dussel : Jo Kleiman, un collègue d’Otto, le père d’Anne. Victor Kugler, le principal protecteur de la famille. Miep Gies, la secrétaire, qui va beaucoup aider Anne et sa famille. C’est elle qui va découvrir le journal d’Anne. Enfin, Bep Voskuijl qui va régulièrement apporter des fruits, cahiers ou fleurs à l’Annexe.

Analyse du journal d’Anne Frank

Le contexte historique

C’est lors de la Seconde Guerre mondiale qu’Anne Frank a commencé à écrire son journal. D’abord sous forme de journal intime, il a très vite pris une tournure plus dramatique où elle a raconté son histoire et celle de sa famille vivant dans la clandestinité.

C’est le 1er septembre 1939, qu’Hitler a envahi la Pologne, le pays allié à la France. Sur décision collective avec le Royaume-Uni, la France a déclaré la guerre à l’Allemagne, le 3 septembre de cette même année. La Seconde Guerre mondiale était enclenchée. Bien que déclaré comme pays neutre dans cette guerre mondiale, les Pays-Bas, pays où vivaient Anne Frank et sa famille, se sont vu envahir par les nazis le 10 mai 1940. La vie des Juifs s’est énormément dégradée à partir de ce moment. Le 14 mai, soit 4 jours après l’envahissement, l’armée néerlandaise a capitulé laissant alors les Pays-Bas sous l’ordre d’Hitler et des nazis.

Les Allemands ont posé un ultimatum au Néerlandais, exigeant alors la reddition du port de Rotterdam. Si la reddition n’avait pas lieu, la ville de Rotterdam serait mise à feu et à sang. Une fois la fin de l’ultimatum, la reddition a été annoncée. Malheureusement, les bombardiers avaient déjà été envoyés et ne pouvaient donc être rappelés. Rotterdam a alors été détruite pour laisser la place aux nazis, ce qui n’a fait qu’amplifier les persécutions des Juifs. Les habitants se sont alors vu dans l’obligation d’aller travailler dans les camps allemands, le pays est rentré dans sa période la plus sombre. Sous l’autorité d’Arthur Seyss-Inquart qui a répandu l’idéologie nazie, le pays a été exploité tant sur le plan humain que sur le plan économique.

C’est en 1941, que la traque des Juifs a réellement commencé aux Pays-Bas. Ces derniers ont alors été déportés dans les camps de concentration allemands, ce qui a conduit à la mort la majeure partie de la population juive néerlandaise.

Le Journal d’Anne Frank : les preuves d’une vie clandestine

Le journal que tient Anne Frank va, après la guerre, voyager dans le monde entier. Réelle preuve des conditions dans laquelle les Juifs vivaient, le journal permet de mieux les comprendre. En effet, grâce à cette vision de l’intérieur, puisque Anne retranscrit ses émotions telles qu’elles sont, nous avons accès au réel malheur que les Juifs ont eu à connaître et à vivre.

La clandestinité, une épreuve très difficile décrite par Anne, prouve encore plus à quel point les conditions étaient misérables et que le moindre faux pas n’étaient pas permis. Vivre reclus et caché de tous pendant des années, sans connaître la chance de sortir, de voir un médecin ou d’avoir son intimité.
Outre le fait d’être enfermé, les clandestins étaient totalement dépendants des gens qui les aidaient. Les protecteurs ont leur vie entre les mains et la moindre erreur serait fatale. De plus, vivre constamment avec le même groupe de personnes ne fait qu’augmenter des tensions déjà présentes. Les caractères se mélangent et ne s’accordent pas toujours, et il n’est psychologiquement pas simple de faire face à des personnes qui ne vous apprécient pas ou qui vous dénigrent pour ce que vous êtes ou ce que vous représentez.
La psychose s’installe également dans les esprits, entre bombardements, cambriolages et les nombreuses précautions à prendre comme le fait de ne faire aucun bruit lors des heures de bureau ou encore de ne passer en aucun cas devant une fenêtre, font de cette vie une réelle torture psychologique.

Publié pour la première fois le 25 juin 1947 par Contact Publishing, Le Journal d’Anne Frank a aujourd’hui atteint plus de 25 millions d’exemplaires vendus dans le monde et a été traduit dans plus de 70 langues.
Cette douloureuse épreuve qu’a écrite Anne n’est que le fruit des persécutions nazies envers les Juifs, sous l’autorité d’Hitler. De quoi réfléchir sur les actions qui se sont produites et sur les effets néfastes, tant physiques que psychologiques, que la Seconde Guerre mondiale a créés.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

lesresumes

Laisser un commentaire