Littérature

Conte mythologique du Cyclope Polyphème : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Le Cyclope Polyphème est un conte mythologique qui est apparu dans l’Odyssée pour la première fois avant d’apparaître sous la plume de Théocrite ou de Lucien.

Résumé détaillé du Cyclope Polyphème

La première histoire de Polyphème remonte à l’Odyssée. Odysseus (Ulysse) fait échouer son navire sur une contrée où vivent les Cyclopes. Ignorant où il a atterri, il se dirige avec douze de ses hommes vers une caverne légèrement ouverte afin de l’explorer. Ils se rendent compte que quelqu’un y vit. Ils décident donc d’attendre l’hôte des lieux. Quand celui-ci arrive, Odysseus voit arriver un cyclope. Il lui explique qu’ils sont sous la protection de Zeus, mais ce cyclope, qui n’est autre que Polyphème n’en a que faire des dieux. Il tue deux compagnons d’Odysseus et les dévore avant de s’endormir. Odysseus essaie de trouver une astuce pour trouver une issue, mais le lendemain, deux autres de ses compagnons trouvent la mort et le Cyclope les enferme dans la caverne. Aidé par ses compagnons, Odysseus crée une arme avec l’énorme pieu près des parcs à moutons. Le Cyclope revient et tue deux autres hommes. Avant de s’endormir, Odysseus lui sert du vin jusqu’à ce que Polyphème s’endorme. Odysseus et ses compagnons enfoncèrent le pieux dans l’œil du Cyclope qui devint aveugle. N’arrivant pas à les attraper, il se positionne à l’entrée de la caverne pour les débusquer.

Odysseus et ses compagnons sortent en étant positionnés sous les moutons tandis que Polyphème tâte le dos des moutons pour s’assurer que ses prisonniers ne sortent pas. En entendant la voix d’Odysseus à l’extérieur, le Cyclope jette une pierre qui manque de peu de toucher le navire.

La suite de l’histoire de Polyphème nous est racontée par Théocrite qui nous le peint comme une créature crédule et ridicule qui aime la nymphe de la mer, Galatée. Celle-ci est charmante et ne cesse de se moquer de ce pauvre Polyphème conscient de sa laideur. Le cyclope habite en Sicile et il a retrouvé son œil, sûrement grâce à son père, qui dans l’histoire est Poséidon. Polyphème ne cesse de poursuivre cette nymphe qui le fuit. Le satiriste Lucien s’occupe de terminer l’histoire dans laquelle Galatée ne dédaigne pas Polyphème, car c’est le fils d’un dieu toutefois, elle ne sera jamais conquise par le cyclope et finira par épouser un prince du nom d’Acis. Ce dernier est tué par le cyclope qui est jaloux de cette relation qu’il n’aura jamais.

Présentation des personnages

Le Cyclope Polyphème était un cyclope. C’était le fils de Poséidon et de la nymphe Thoôsa. En grec ancien, Πολύφημος / Polúphêmos signifie “bavard”, “qui parle beaucoup”. Si ce personnage est un monstre menaçant dans l’Odyssée d’Homère, sous la plume de Théocrite ou Lucien, il apparaît sous les traits d’une créature crédule.

Odysseus (ou Ulysse) était un des grands héros de guerre qui a mis plus de dix ans à rejoindre son pays. La contrée où vivait Polyphème était l’une des nombreuses étapes de son voyage.

Zeus était le roi souverain qui règne sur l’Olympe toutefois, il n’était absolument pas craint par le cyclope.

Poséidon était le dieu de la mer, c’était également le père du cyclope Polyphème. C’est d’ailleurs lui qui lui aurait rendu son œil après sa péripétie avec Ulysse et ses compagnons.

Galatée était une des Néréides (nymphe marine) c’était la fille de Nérée et de Doris. Elle savait que Polyphème était amoureux d’elle, mais elle a fini par épouser le prince Acis.

Acis est le fils de la nymphe Symaethis et du dieu Pan. Ce jeune prince de Sicile a été l’amant de Galatée. Il a été assassiné par Polyphème qui, amoureux de Galatée, a envoyé un rocher de l’Etna sur le jeune amant.

Analyse de l’oeuvre

Bien qu’il soit un monstre imposant, Polyphème est décrit comme un cyclope qui évolue en dehors de ses confrères. Il s’occupe de ses troupeaux et habite dans une caverne isolée des autres. Il n’est pas aussi sauvage que ça et, même s’il est en dehors de toute civilisation, Polyphème apparaît comme un bon berger. Il possède des bêtes soignées et il fabrique du fromage qu’il range soigneusement. L’épisode où Ulysse lui donne des coupes de vin montre que ce monstre gigantesque n’est pas insensible aux “bonnes choses”. Lorsqu’il demande à Ulysse, de façon courtoise, une autre coupe, nous comprenons que nous avons à faire à une créature beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.

Cependant, malgré ses “bonnes manières” et le fait qu’il ne soit pas aussi sauvage que ça, Polyphème bafoue les lois de l’hospitalité, si prisé par les dieux, et explique à Ulysse qu’il se fiche pas mal qu’il soit protégé par Zeus, car il ne les craint pas. “Sache que les Cyclopes sont les plus forts et qu’ils ne craignent pas les dieux” et Ulysse assiste impuissant aux meurtres de ses compagnons dévorés par la créature. La version d’Homère nous apporte la vision d’Ulysse et de ses compagnons. Nous sommes donc dans l’incompréhension lorsque le cyclope refuse l’hospitalité des héros. Le fait qu’il tue les compagnons d’Ulysse en toute impunité ne fait que surenchérir le caractère violent et sanguinaire du cyclope. Toutefois, pouvons-nous dire que les Grecs se sont comportés de façon honnête ? S’ils entrent dans la caverne sans savoir que quelqu’un y habite, ils finissent forcément par s’apercevoir que celle-ci est habitée. Cependant, plutôt que d’attendre leur hôte, il finit par boire et manger les provisions du Cyclope. Ils se donnent le droit de voler le Cyclope en prétextant qu’ils ne font que respecter la volonté des dieux concernant l’hospitalité. En un sens, nous pouvons-nous demander si ce n’est pas Polyphème qui est la “victime” dans cette histoire.

D’autre part, il ne faut pas oublier dans son épisode avec Ulysse, que Polyphème est le fils de Poséidon. Ce dernier est l’un des seuls dieux qui continuera jusqu’au bout à mettre des bâtons dans les roues d’Ulysse durant son voyage pour rejoindre Pénélope et sa patrie. Nous pouvons donc nous demander si Polyphème n’incarne pas la colère de Poséidon envers Ulysse. Toutefois, Ulysse est rusé et se présente au Cyclope ainsi : “Tu veux savoir mon nom ? Mon père, ma mère, et tous mes compagnons m’ont surnommé Personne”, ce qui pourrait indiquer que le Cyclope n’agit pas au nom de son père mais simplement dans son intérêt. Outre le combat d’un homme contre un cyclope, c’est également un combat des dieux, dont Zeus et Athéna, contre cette abomination incarnée par Polyphème.

À travers la version d’Homère, nous pouvons constater que le personnage du Cyclope Polyphème est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Il est à la fois sauvage, car il se moque de respecter l’hospitalité, mais en même temps, il est un bon pâtre. Il est cruel au point de tuer et dévorer les compagnons d’Ulysse, mais il ne semble pas s’attaquer à ces bêtes. Il est à la fois rusé, car il s’endort près de l’entrée de la caverne après qu’on lui ait crevé les yeux, mais tâte les moutons qui passent uniquement sur le dos sans toucher le ventre. Il n’est donc pas si rusé que ça et se laisse berner.

La version du cyclope de Polyphème de l’Odyssée en tant que monstre cruel et sanguinaire trouve une version moins violente et plus romantique avec les deux autres auteurs, Théocrite et Lucien. De l’adversaire redoutable qui tue sans remords les compagnons d’Ulysse, nous sommes passés à une créature qui, du fait de sa laideur, ne peut pas espérer un amour réciproque avec Galatée. Cette bête féroce et imposante devient, après le passage de l’amour, une créature qui attire notre pitié. S’il garde son caractère cruel et sanguinaire lorsqu’il tue froidement Acis, l’être aimé de Galatée, nous comprenons beaucoup plus son acte, guidé par les folies de l’amour, que lorsqu’il tuait froidement les compagnons d’Ulysse pour les dévorer. La fin de l’histoire est néanmoins heureuse puisque le prince Acis est transformé en fleuve et Galatée, en tant que nymphe marine peut continuer à jouir de son amant. Cependant, l’histoire n’explique pas si Polyphème arrive à se faire aimer de Galatée ou s’il arrive à se faire aimer d’une autre nymphe.
Ainsi, dans ses deux versions plus récentes, le cyclope de Polyphème apparaît comme une créature affaiblie par la puissance de l’amour qui est à la fois crédule et pathétique.

Ce changement n’est pas anodin puisqu’avec le temps, les Grecs se mettent à refuser certaines versions des mythes parce qu’ils traitent de thématiques qu’ils ne cautionnent pas tels que les sacrifices humains ou le cannibalisme.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: Contenu protégé - Copyright www.lesresumes.com