Littérature

François Mauriac, Thérèse Desqueyroux : résumé, personnages et analyse

Ecrit par lesresumes
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Présentation de l’oeuvre

Thérèse Desqueyroux est un roman de François Mauriac qui a été publié en 1927. Quelques années plus tard, en 1950, ce roman remportera le Grand Prix des Meilleurs roman du demi-siècle et le prix Nobel de littérature. Le roman connaît un fort succès et sera adapté en 1962 par le réalisateur Georges Franju, puis en 2012 par Claude Miller dans lequel Audrey Tautou joue le rôle de Thérèse. Thérèse Desqueyroux est le grand chef d’oeuvre de Mauriac. L’écrivain s’est d’ailleurs inspiré d’un véritable fait divers, l’histoire de Blanche Canaby.

Résumé de Thérèse Desqueyroux chapitre par chapitre

Chapitre 1

Le livre s’ouvre dans une salle de tribunal. On y rencontre Thérèse, son avocat et son père. Thérèse était présente à la cour car elle a été accusée d’avoir attenté à la vie de son mari en l’empoisonnant. N’ayant aucune preuve contre elle, le procureur décide la laisser partir et prononce un non lieu. Le père de Thérèse, Monsieur Larroque, s’inquiète que cette accusation entache sa carrière politique. Thérèse se rend ensuite à la gare où elle doit prendre un train pour Argelouse, là où se trouve son mari. Avant de partir, son père exige qu’elle obéisse au doigt et à l’oeil de son mari pour ne pas créer de scandale supplémentaire.

Chapitre 2

Dans la calèche la menant à la gare, Thérèse est épuisée, elle n’a pas hâte de retrouver son mari et reprendre sa vie d’avant. Elle espère toutefois que Bernard lui pardonne son geste. Elle pense tout lui avouer à son arrivée mais revient sur sa décision comprenant l’ampleur de ce qu’elle a tenté de faire. La calèche s’arrête enfin à la gare de Nizan et cela rappelle à Thérèse les meilleurs moments de sa vie passés avec son amie Anne.

Chapitre 3

Pleine de nostalgie, Thérèse repense à Argelouse, la ville où elle est née. Elle repense également à sa mère, qu’elle n’a jamais connue car elle est morte en la mettant au monde. Sa mère tenait une métairie, c’est-à-dire une sorte de ferme-restaurant. A l’époque, il y avait deux métairies dans la région, l’une appartenant à sa mère et l’autre à la famille Desqueyroux, celle de Bernard. C’est dans le but de réunir les deux propriétés que Thérèse et Bernard ont été mariés. Au début, Thérèse voyait dans ce mariage, l’opportunité de se faire un nom et obtenir un rang plus élevé dans la société. Elle était également heureuse de devenir la belle-sœur de sa meilleure amie. Mais la réalité la vite rattraper…

Chapitre 4

Dans ce chapitre, Thérèse repense au jour où elle s’est mariée. Ce jour fut horrible pour elle. Tout rapport sexuel avec Bernard la dégoûte et elle apprend au fil du temps à faire avec. Pendant son voyage de noce, elle reçoit des lettres d’Anne qui lui raconte son histoire d’amour passionnel avec Jean Azévédo. Par contre, ce dernier serait de confession juive et atteint de la tuberculose. Cela n’empêche pas Thérèse d’être emplie de jalousie et elle déchire chacune des lettres. Finalement, la relation entre Anne et Jean ne pourra dura car la famille Desqueyroux a prévu de marier Anne au fils Deghuilhem qui vient d’une famille bourgeoise.

Chapitre 5

La famille d’Anne décide de l’enfermer dans la métairie afin qu’elle ne puisse plus voir Jean. Anne tombe rapidement en dépression mais Thérèse ne fait rien pour l’aider à aller mieux. Quelques temps plus tard, Thérèse apprend qu’elle est enceinte mais cette nouvelle ne la réjouit pas, elle est morte de peur.

Chapitre 6

Anne est en voyage avec ses parents, Thérèse et Bernard sont seuls dans la propriété d’Argelouse. C’est à ce moment là que Bernard tombe gravement malade et craint qu’il ne s’agisse d’un problème cardiaque. Il a très peur et ne veut pas mourir. Pendant ce temps, Thérèse discute avec Jean qu’il lui avoue qu’il n’a pas du tout l’intention d’épouser Anne et qu’il voulait seulement d’une relation passionnée sans lendemain. Thérèse est séduite par l’élégance et l’élan de liberté que lui inspire Jean.

Chapitre 7

Thérèse aide Jean à écrire une lettre de rupture à Anne. Jean demande à Anne de revenir à Argelouse mais ce dernier s’en va à Paris. En rentrant, Anne réalise la trahison de son amie et est profondément blessée. Jean et Thérèse, eux, se rapprochent.

Chapitre 8

Thérèse n’a plus de nouvelles de Jean et ce dernier ne répond pas à ses lettres. Thérèse met au monde son enfant, c’est une fille et elle décide de l’appeler Marie. Elle ne parvient pas à aimer sa fille et se trouve totalement indifférente face à elle. Bernard a développer une allergie quand il prend une double dose d’arsenic. Ayant découvert cela, Thérèse commence à faire de fausses ordonnances pour obtenir encore plus d’arsenic. Elle commence à en mettre régulièrement dans la boisson de son mari. Toutefois, le médecin se rend rapidement compte de l’empoisonnement.

Chapitre 9

Après avoir pensé à tout cela, Thérèse revient dans le monde présent. Elle n’est plus dans le train à présent, elle vient juste d’arriver à la maison familiale. Face à la froideur de Bernard, elle ne parvient pas à lui avouer son acte. Pour la punir, la famille Desqueyroux enferme Thérèse dans sa chambre, elle est privée de sa fille et de Tante Clara. Son seul moment de sortie est le dimanche pour se rendre à l’église avec Bernard. Thérèse ne pense qu’à s’enfuir.

Chapitre 10

Au bord du désespoir, Thérèse décide de se suicider avec un poison. Alors qu’elle s’apprête à mettre fin à ses jours, Balionte, la servante de la famille, lui annonce que Tante Clara est morte.

Chapitre 11

Thérèse reste donc enfermée dans sa chambre et elle passe le plus clair de son temps à fumer. Bernard part en voyage à Saint Clair au mois de novembre, privant Thérèse de son seul jour de sortie. Pour éviter les rumeurs, la famille explique que Thérèse souffre de neurasthénie, un syndrome de fatigue chronique, et qu’elle doit rester couchée. Thérèse est au plus bas, mange peu, fume trop et passe toutes ses journées allongée dans son lit. Elle rêve de la vie qu’elle aurait pu avoir en compagnie de Jean , à Paris.

Chapitre 12

Bernard envoie une lettre à Thérèse pour lui annoncer son retour prochain pour fin décembre. Il ne vient pas seul, il est accompagné de sa mère, d’Anne et de l’époux de cette dernière. Bernard menace Thérèse de la punir encore plus sévèrement si elle ne se tient pas bien pendant la rencontre. Thérèse se présente fatiguée et extrêmement maigre. A l’arrivée de la famille, elle s’évanouit. Plein de pitié, Bernard décide de la délivrer et de s’occuper d’elle.

Chapitre 13

Le dernier chapitre du roman s’ouvre sur une amélioration. Bernard et Thérèse sont à Paris dans un restaurant. Bernard repart bientôt pour Argelouse tandis que Thérèse commence une nouvelle vie à Paris. Avant de partir, Bernard demande à sa femme pourquoi elle l’a empoisonné mais celle-ci répond qu’elle ne sait pas vraiment. Bernard exige de Thérèse qu’elle ne revienne seulement pour les cérémonies familiales. Ils se quittent enfin sans s’être vraiment jamais compris.

Présentation des personnages

Thérèse Desqueyroux

C’est le personnage principal de l’histoire. Son mari est Bernard Desqueyroux. Leur mariage est un mariage de volonté et non d’amour. Thérèse est amie avec Anne, qui est la demi-sœur de Bernard. Thérèse est une femme libre qui a soif d’indépendance. Elle vit son mariage comme un emprisonnement. Sa rencontre avec Jean Avézédo sera déterminante et changera à jamais son regard sur sa propre vie. C’est après cette rencontre qu’elle décidera d’empoisonner Bernard.

Bernard Desqueyroux

D’abord voisin de Thérèse, il deviendra par la suite son mari. C’est un homme peu ouvert d’esprit et qui n’a aucune gaieté. Il souffre de problèmes de coeur et Thérèse se servira de cette faiblesse pour l’empoisonner.

Jérôme Larroque

Il est le père de Thérèse. C’est un bourgeois et le maire de sa ville, il a donc une position sociale importante. Selon lui, toutes les femmes sont des hystériques et des bonnes à rien, il déteste toutes les femmes. Sa carrière passe avant toute chose.

Jean Avézédo

Cet homme est un libertin, il représente la liberté et la différence. C’est lui qui aidera Thérèse à ouvrir ses yeux sur sa situation et comment en sortir. Jean aura une liaison avec Anne mais il ne prend pas du tout leur histoire au sérieux.

Maître Duros

Il est l’avocat chargé de la défense de Thérèse. C’est notamment grâce à lui que Thérèse obtiendra un non-lieu.

Tante Clara

Il s’agit de la tante âgée de Thérèse. Les deux femmes entretiennent une excellente relation et Thérèse est totalement dévouée à sa vieille tante. La mort de cette dernière empêchera Thérèse de mettre fin à ses jours.

Anne de la Trave

Elle est la demi-sœur de Bernard et la grande amie de Thérèse. Elle tombe très rapidement amoureuse de Jean mais, à cause des conventions, elle épouse un homme de sa classe sociale c’est-à-dire un bourgeois. Thérèse se moque souvent d’elle sur ce point et lui reproche d’être trop soumise.

Quelques thèmes utiles pour l’analyse de Thérèse Desqueyroux

Le crime

Le crime de Thérèse est omniprésent durant tout le roman et on se rend très vite compte de la culpabilité ressentie par le personnage principal. Mais la liberté et ce qui compte le plus pour Thérèse et c’est bien ce besoin de liberté qui pousse l’héroïne à un tel extrême. Les rumeurs, le jugement d’autrui et les apparences sont tous les enjeux mis en cause par le crime.

L’individualisme

C’est le personnage de Thérèse qui représente le mieux l’individualisme dans le roman. Elle est prête à tout pour affirmer son caractère et veut se libérer des normes sociales dans laquelle on l’enferme depuis sa naissance. Thérèse est une femme anticonformiste qui rejette même la religion catholique. Elle est totalement indifférente à sa famille, souvent jalouse et pense avant tout à ses propres intérêts.

L’amitié

L’amitié de Thérèse et Anne est très ambiguë. Il s’agit d’une amitié forte mais empreint de jalousie. L’amitié des deux femmes se matérialise par l’échange de lettres mais sera fragilisée par la présence des hommes et leur vision du mariage. Leur amitié ne pourra survivre aux visions totalement opposées qu’ont les deux jeunes femmes de la vie.

La bourgeoisie provinciale

Cette bourgeoisie est surtout illustrée par la manière dont sont considérées les femmes dans leur foyer. Elles n’ont aucune choix et doivent devenir des épouses et des mères, rester à la maison cantonnée au rang de ménagère. La bourgeoisie est aussi représentée par les mariages arrangés, celui de Thérèse et Bernard, d’abord, puis, celui d’Anne et du fils Deghuilhem, ensuite. Le but de ces mariages arrangés est de conserver une fortune et des terres. De plus, les apparences sont ce qui comptent le plus pour les bourgeois. L’argent est également au centre de leurs préoccupations.

La religion comme façade

Les pensées de liberté de Thérèse ainsi que son anticonformiste la rapproche bien souvent de l’athéisme. C’est cette culture laïque qui empêche bien souvent Thérèse de se confier à sa meilleure amie Anne, de peur de passer pour une femme sotte. La religion catholique est surtout un moyen pour la famille de Beranrd de se faire bien voir en société, aucun membre de la famille n’a de véritables sentiments religieux et ils font vivre un enfer à Thérèse, qui se meurt sous leur yeux. La religion n’est qu’un prétexte, un moyen de plus de rentrer dans une case bien définie de petit bourgeois. Quant à Thérèse, son salut ne peut se faire que dans l’anéantissement de sa famille.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

lesresumes

Laisser un commentaire