Littérature

George Sand, La Mare au Diable : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Résumé chapitre par chapitre de La Mare au Diable de George Sand

La Mare au Diable est un roman de George Sand, un auteur français, publié en 1846. Cette œuvre champêtre raconte l’histoire d’amour entre Germain, un veuf paysan, et la jeune Marie, une orpheline. Dans un cadre bucolique, Sand explore la vie rurale et les traditions paysannes tout en exaltant la simplicité, l’honnêteté et la bonté de ses personnages. Le récit offre une vision idéalisée du monde paysan, mêlant réalisme et imaginaire poétique.

Chapitre 1

Ce Chapitre est écrit par George Sand à la manière d’un préface. Au cours de ce chapitre, l’autrice décrit une peinture de Holbein, peintre de la renaissance, assez macabre et pessimiste.

Chapitre 2

L’autrice poursuit la description du paysage champêtre et décrit également un couple : un jeune homme paysan et son fils. Elle s’apprête à raconter l’histoire de ce paysan, Germain.

Chapitre 3 : Le père Maurice

Le Père Maurice pousse Germain, veuf, à se remarier. En effet, selon le Père Maurice, il est nécessaire pour Germain de ” faire couple ” à nouveau pour travailler à deux et qu’une femme élève avec lui ses enfants.

Chapitre 4 : Germain le fin laboureur

Le Père Maurice indique a Germain qu’il a arrangé un mariage entre lui et la fille Léonard. Il ne manque plus que l’accord des deux. Le Père Maurice convainc Germain du bienfondé de faire un mariage de raison. Ainsi, Germain part rendre visite à la famille Léonard afin de rencontrer la fille, qui a une bonne réputation, et lui demander sa main. Il appréhende, car il était très amoureux de son épouse et n’avait pas pour projet de refaire sa vie.

Chapitre 5 : La Guillette

La mère Guillette, une femme du voisinage fort pauvre mais appréciée et respecter, demande au Père Maurice si Germain peut emmener sa fille aux Ormeaux. En effet, la fille de la Mère Guillette va résider aux Ormeaux, qui est sur la route de Fourche. La Mère Guillette fait part au Père et à la Mère Maurice qu’elle compte envoyer sa fille Marie travailler là-bas en tant que bergère. C’est une déchirure pour la mère et la fille de se séparer, mais la nécessité impose que la fille de La Guillette aille subvenir aux besoins de sa mère. Le couple Maurice conforte la Mère Guillette dans cette décision. La narratrice dresse aussi un portrait de Germain, considéré comme le plus bel homme du village. On apprend également que Marie est âgée de 16 ans. Personne ne voit le problème

Chapitre 6 : Petit-Pierre

Petit-Pierre et Marie sont sur la route. Germain demande à Marie de rentrer la première dans la maison afin de lui rapporter ce qu’elle pense de la future épouse de Germain, qui ne l’a encore jamais rencontrée. La Grise est effrayée par quelque chose et Germain croit reconnaître un agneau égaré. Ils reconnaissent Petit-Pierre qui dort. Il supplie son père de l’emmener avec lui et la Petite Marie, avec tant d’insistance que les 3 finissent par pleurer. Petite Marie encourage avec force Germain afin que ce dernier accepte de prendre Germain avec eux. Il finit par céder. Germain confie à Marie qu’il aurait préféré qu’elle soit recrutée par sa famille pour qu’elle s’occupe de ses enfants durant la Saint-Jean, plutôt qu’il soit obligé de se marier avec une femme qu’il ne connaît pas pour élever ses enfants.

Chapitre 7 : Dans la lande

Germain, Marie et Petit-Pierre s’arrêtent dans un cabaret (il s’agit plutôt d’un gîte) afin de se substanter. La Petite Marie est encore malheureuse de quitter sa mère mais dit que ce n’est que sept mois qui seront vite passés, et se réjouis d’être prise au service par Le Père Maurice et Germain, l’année prochaine lors de la Saint-Jean. Germain fait admirer à Marie la vue de la Vallée par la fenêtre du cabaret et Marie demande si on voit la maison des Belair (gens chez qui elle est embauchée). Germain, Marie et Petit-Pierre sont perdus en forêt. Il y a trop de brouillard et La Grise s’enfuit.

Chapitre 8 : Sous les grands chênes

La Petite Marie confectionne un lit pour Petit Pierre avec la bâtine et un manteau. Elle fait aussi un feu. Marie et Germain se mettent à parler de leur vie, de la perte de l’épouse de Germain et de la vie difficile qu’on connue Marie et sa mère. Germain se souvient que sa défunte femme aimait beaucoup Marie. On comprend que le rapport entre Marie et Germain commence à être ambigüe.

Chapitre 9 : La prière du soir

Germain confie à Marie qu’il a peur qu’une femme de 30 ans qui n’a jamais été mère ait du mal à communiquer avec ses enfants, quand Marie, 16 ans, est proche en âge d’eux et sait parfaitement comment leur parler, jouer et raisonner avec eux. Petit Pierre rêve éveillé et dit que si il devait avoir une seconde mère, il faudrait que ce soit La Petite Marie.

Chapitre 10 : Malgré le froid

Germain insiste pour savoir pourquoi Marie ne compte pas se marier. Celle-ci se prétend trop pauvre, qu’elle doit réunir une certaine somme afin de pouvoir se marier, somme qu’elle ne peut réunir avant des années. Germain invoque qu’elle pourrait se marier avec quelqu’un d’aisé, afin d’assister sa mère. Germain demande à Marie si un homme de son âge lui conviendrait pour se marier. Marie répond que c’est un âge trop vieux, qu’elle préfèrerait Bastien, un jeune homme âgé de 18 ans, en raison de son âge. Germain éprouve de la jalousie. Il l’exprime en lui disant ” je vois bien que je ne te plais pas “, mais une fois de plus, Marie n’entend pas car elle s’est endormie avant. Germain se rend compte que Marie lui plait vraiment. Il lui trouve mille qualités.

Chapitre 11 : A la belle étoile

Marie et Germain sont toujours perdus en forêt. Marie est fébrile et Germain, touché par son état, se déclare. Il plaide sa cause en disant que 28 ans, ce n’est pas si vieux. Elle objecte en disant que lorsque le mari est trop âgé, la femme doit s’en occuper à la fin de sa vie et ce n’est pas plaisant, voire cela pourrait la ruiner. Qu’elle ne partage pas les sentiments de Germain et craint les moqueries. Le lendemain, il propose de l’amener aux Ormeaux mais elle refuse. Ils croisent un bûcheron qui leur indique que La Grise s’est réfugiée dans son hangar. Marie propose de garder Petit-Pierre avec elle aux Ormeaux, juste le temps que Germain aille à Fourche demander la main de sa promise.

Chapitre 12 : La lionne du village

Germain se présente enfin à Fourche afin de se présenter au père Léonard. Il y fait la rencontre de Catherine, et, à sa grande surprise, celle-ci est déjà entourée de 3 autres prétendants. Germain, les autres prétendants et le Père Léonard se dirigent tous vers la messe.

Chapitre 13 : Le maître

Germain fait croire au Père Léonard qu’il ne vient pas pour épouser sa fille mais pour lui acheter des boeufs. Entre temps il apprend que ” une jeune fille et un enfant ” sont passés par Les Ormeaux mais sont reparties. Germain est fou d’inquiétude.

Chapitre 14 : La vieille

Germain se retrouve dans l’endroit des bois où il était perdu avec La Petite Marie et Petit Pierre. Une dame vieille et sourde lui indique que l’endroit est hanté depuis un drame survenu il y a des années. Il finit, à cet endroit, par retrouver Petit Pierre et Marie, cachée derrière les buissons. Il comprend que l’homme qui était censé la recruter aux Ormeaux lui a fait des avances. Il donne une correction à celui-ci.

Chapitre 15 : Le retour à la ferme

Germain n’ose pas faire recruter, pour la Saint-Jean, Petite Marie par le Père Maurice, du fait de leur passif. Mais pour la protéger de la misère, il dépose du bois et de la nourriture devant chez la Mère Guise toute la saison. Marie fait mine de ne rien voir.

Chapitre 16 : La mère Maurice

Germain avoue à la Mère Maurice qu’il aime Petite Marie.

Chapitre 17 : La Petite Marie

La mère Maurice reproche à Germain de ne pas communiquer du tout avec Marie depuis que celle-ci a éconduit ce dernier. Germain décide de suivre les conseils de la Mère Maurice et reprend la communication avec Marie. Il lui demande une fois de plus sa main, alors qu’il se rend chez la Mère Guillette. Cette-fois ci, Marie accepte et lui confie qu’elle l’aime en retour.

DEUXIEME PARTIE : APPENDICE

Chapitre 1 : Les noces de campagne

Les noces de Germain et Marie sont décrites. Puis, la narratrice se lance dans la description du broyeur de chambre et du rôle que celui-ci va jouer dans le mariage.

Chapitre II : les livrées

Une compétition de chansons a lieu entre le fossoyeur et le chanvreur, c’est une cérémonie dédiée à ce que le fiancé puisse rejoindre sa fiancée. La cérémonie des livrées est me symbole de la prise de la possession du cœur et du domicile de la mariée.

Chapitre III : Le mariage

Germain et Marie se marient, il y a encore une description des noces champêtres et des jeux de circonstances.

Chapitre IV : Le chou

La 3e journée de noces arrive. La cérémonie du chou est le symbole de la fécondité de l’hymen.

Présentation des personnages

  • Germain
  • Le Père et la Mère Maurice
  • La Guillette
  • Marie
  • La Grise : la jument
  • Le vieille grise : jument mère de la jument
  • Petit-Pierre, Sylvain : fils de Germain

Analyse de l’œuvre

1. Germain et la Petite Marie

La scène au cours de laquelle La Grise découvre Petit Pierre qui dort en pleine forêt, suppliant son père de l’emmener avec lui dans son voyage jusqu’à La Fourche.
Il y a une sorte de parallélisme entre la complicité dans la maternité qui lie La Grise avec sa mère la Vieille Grise, et, plus tard dans le Chapitre, le sentiment maternel qui s’exprime de la part de la Petite Marie envers Petit Pierre.
La narratrice semble avoir créé cette scène avec Petit Pierre, ce chapitre, comme le premier moment fort qui va être vecteur d’émotions partagées entre Marie et Germain, et, ainsi, les unir.
Germain et Marie se retrouvent sur leurs valeurs morales communes et dans la souffrance. En effet, Marie est une femme courageuse qui a vécu dans beaucoup de pauvreté avec sa mère. Germain, père veuf courageux lui aussi, n’a jamais manqué de rien mais est travailleur est connaît un différent type de souffrance, traversé par la perte de son épouse tant aimée. Germain semble admirer également la bravoure, la débrouillardise et la facilité à vivre de Marie. Elle ne se plaint jamais.
La scène dans la forêt, au cours de laquelle Marie confectionne un lit et un feu pour Petit-Piere, et ne se plaint pas de la faim qu’elle ressent, nous donne les premiers indices sur les sentiments naissants de Germain à l’égard de Petite-Marie. Il plaisante en disant qu’une femme comme elle ne coûte pas grand chose, car elle ne se plaint de rien. Dans ce chapitre, il envisage même à haute voix de la marier, mais il se limite aussi en disant qu’elle est trop jeune. Ses interrogations sont stoppées par Petit-Pierre, qui se réveille. Germain estime beaucoup Marie, il lui trouve mille qualités, qui peuvent apparaître contradictoires mais s’harmonisent très bien entre elles, il trouve qu’avec elle ” on ne s’ennuie pas, et que c’est gai, sage, laborieux, c’est aimant et c’est drôle… ” Germain est néanmoins pris dans ses intérêts divergents, car sa famille n’accepterait pas l’union avec la Petite Marie, trop jeune, et même cette dernière ne voudrait pas de Germain. Plus tard, après avoir déclaré sa flamme, Germain argumente en sa propre faveur, en disant que son rival Bastien est trop bête et immature pour voir toutes les grâces de Marie. Marie éconduit Germain et, lorsque leurs routes respectives se séparent, elle l’encourage à se marier.

2. Catherine et Germain

Germain est surpris par la ” fraîcheur ” de Catherine, mais il n’apprécie pas la confiance en elle que celle-ci dégage, ni sa toilette raffinée qui tranche avec l’idée qu’il se faisait d’une veuve ” sérieuse et rangée “. Il est constatable que Germain s’imaginait une féminité plus discrète, plus pudique, moins tape-à-l’œil. Or, Catherine est coquette et a de l’assurance. Elle contraste avec le personnage de Marie, qui est espiègle, drôle et a beaucoup d’esprit, mais qui dégage probablement quelque chose de plus humble.
Au départ, Catherine ne plaît pas à Germain. Elle lui paraît ” vieille et laide ” du fait de son apprêtement, en contraste avec le côté ” nature ” de Marie, alors qu’elle n’est ni l’un ni l’autre. Il la compare immédiatement à Marie, car il est amoureux de cette dernière tout simplement. Des habits et parures qui iraient à ravir, selon lui, à Marie, font paraître Catherine vulgaire.
Le faste de la table du père Léonard, des habits de la veuve, impressionnent Germain, dans le mauvais sens du terme. Il se tient sur la défensive, mal à l’aise.
La narratrice semble vouloir montrer que rien ne peut se mettre sur le chemin de deux personnes réunies par le destin : Marie et Germain.

A propos de l'auteur

Les Résumés

1 commentaire

  • Ce résumé est vraiment très pratique, pas très long et composé des informations les plus importantes. De plus, étant donné avoir lu La Mare au Diable il y a un moment maintenant, j’avais besoin de me remémorer certains points que j’ai heureusement trouvés dans l’analyse.

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !