Littérature

Henrik Ibsen, Une maison de poupée : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

La pièce de théâtre Une maison de poupée écrite en 1879 par l’auteur norvégien Henrik Ibsen, explore les thèmes de la femme et de la société masculine en se basant sur un fait divers réel qui a touché l’auteur lui-même. Il s’agit de l’histoire de Laura Kieler, une femme mariée à un professeur qui, pour sauver son mari malade, a dû emprunter de l’argent en secret, ce qui lui a causé des problèmes. Son mari a fini par divorcer. La pièce examine le conflit entre les femmes et la société masculine, en mettant en lumière la “double morale” qui existe selon laquelle les hommes sont jugés différemment des femmes. Les idées féministes qui étaient très populaires en Norvège à l’époque où la pièce a été écrite, sont aussi abordées dans l’œuvre.

Résumé acte par acte de Une maison de poupée de Henrik Ibsen

ACTE PREMIER

Le jour de Noël, Nora entre dans le salon des Helmer en fredonnant joyeusement. Elle porte des paquets, un chapeau et un manteau. Elle dépose les paquets sur une table près de l’entrée. La porte de l’antichambre est ouverte, et on voit un commissionnaire qui apporte un arbre de Noël et un panier, il les remet à la bonne qui lui ouvre la porte.
Torvald Helmer, le mari de Nora vérifie les achats de sa femme, qui est de nature dépensière. Torvald est un banquier qui vient juste d’être nommé directeur de la banque. Il doit prendre ses fonctions dans les jours à venir. Leur situation financière va s’améliorer. On apprend que Torvald n’emprunte pas d’argent étant donné qu’il déteste ça. Il s’est toujours arrangé pour ne pas s’endetter.

Le docteur Rank arrive en même temps que Kristine (Madame Linde). Cette dernière est une amie d’enfance de Nora. C’est une veuve esseulée qui est à la recherche d’un travail. Nora profite de la nouvelle situation professionnelle de son mari pour trouver du travail pour son amie. Nora fait une confidence à Kristine. Elle lui confie que l’argent qui lui a servi à aller en Italie afin de sauver son mari malade ne lui a pas été donné par son père comme elle le prétend à tout le monde. Il y a huit ans, elle a emprunté une grosse somme d’argent à Krogstad et elle s’arrange pour rembourser en puisant sur l’argent du ménage destiné à son usage personnel ainsi qu’en réalisant divers travaux.

Toutefois, Krogstad est menacé de se faire licencier par Torvald. Ce dernier qualifie Krogstad comme “un homme moralement perdu”. Dès lors, Krogstad décide de faire pression auprès de Nora afin qu’elle puisse influencer son mari pour qu’il ne le licencie pas. Il la menace de révéler que la caution paternelle qu’elle lui avait donnée, pour emprunter de l’argent, est un faux. Cette affaire risque de ruiner la nouvelle nomination de Torvald mais également le mariage de Nora.

ACTE DEUXIÈME

Nora se sent perdue et ne sait pas comment se sortir de toute cette affaire. Elle demande à son mari de ne pas congédier Krogstad. Toutefois, le licenciement de ce dernier devient effectif. Dans un premier temps, Nora tente de trouver une solution auprès du docteur Rank, mais celui-ci, étant sur le point de mourir, lui avoue qu’il a toujours été amoureux d’elle. Nora décide de ne pas lui demander d’argent. En apprenant qu’il a été congédié, Krogstad décide de déposer un courrier dans la boîte aux lettres en expliquant l’affaire à Torvald. Il souhaite trouver une solution à l’amiable pour ne pas l’ébruiter. C’est une occasion pour lui de se voir octroyer un poste et de devenir le bras droit de Torvald.

Nora révèle l’affaire à Kristine et lui demande de l’aide, étant donné qu’elle a bien connu Krogstad. Elle part le retrouver tandis que Nora reste seule avec son mari et le docteur Rank. Nora essaie de retarder le moment où Torval ira prendre le courrier. Elle lui demande de laisser les affaires pour aujourd’hui afin qu’il puisse se consacrer entièrement à elle. Torvald accepte la proposition de sa femme. Kristine revient et apprend à Nora que Krogstad est parti pour la campagne. Elle lui a laissé un billet pour s’entretenir avec lui. Nora se sent prise au piège.

ACTE TROISIÈME

Kristine s’entretient avec Krogstad. On apprend qu’ils ont eu une aventure par le passé, mais que Kristine a rompu pour être avec un autre homme plus fortuné. Seule et veuve, Kristine tente de séduire Krogstad. Elle y voit une opportunité de retrouver une famille étant donné que Krogstad a trois enfants. Krogstad accepte la proposition de Kristine et lui demande si elle souhaite qu’il retire la lettre qu’il a écrit à Torvald. Kristine lui fait comprendre que Helmer doit savoir. Lorsque Torvald et Nora reviennent du bal, Kristine fait comprendre à Nora qu’elle n’a rien pu faire. Nora se rend compte que tout est perdu.

Torvald finit par lire la lettre et se montre assez virulent avec Nora. Il accepte de continuer avec elle pour sauver les apparences, mais ne souhaite plus qu’elle s’occupe d’élever leur enfant. Le prodige tant attendu par Nora arrive : Krogstad a envoyé une autre lettre en donnant le reçu. Torval est sauvé. Néanmoins, Nora souhaite discuter. Elle lui explique que cette histoire lui a fait prendre conscience qu’ils doivent se quitter. Elle veut partir pour aller chez Kristine et récupérer ses affaires dès le lendemain. Elle confie à Torvald que lui et son père l’ont toujours considéré comme “une poupée”, une femme malléable qui se plie aux exigences. Aujourd’hui, elle rêve d’autres choses. Elle souhaite “être seule pour prendre conscience” d’elle-même. Elle finit par partir en donnant une chance infime à Torvald. Peut-être pourront-ils se réunir à l’avenir si un prodige a lieu, celui qu’ils se transforment à tel point que leur union devienne un vrai mariage. Seul sur scène, Torvald espère.

Présentation des personnages

Nora Helmer est la femme de Torvald. Cette mère de trois enfants est soumise à la mentalité du XIXe siècle. Son mari la décrit comme une femme dépensière. Toutefois, on apprend qu’elle sait gérer l’argent étant donné qu’elle a réussi à emprunter de l’argent à Krogstad, il y a huit ans, à l’insu de son mari, et que la fin de son remboursement arrive incessamment sous peu. Durant toute la pièce, elle s’arrange pour dissimuler à son mari, cette histoire d’emprunt et du faux document signé à la place de son père. Néanmoins, à la fin de la pièce, elle prend conscience de sa condition en tant que femme et souhaite s’émanciper. La pièce se finit au moment où Nora décide de se désengager des devoirs imposés par la société (épouse, enfant) pour s’émanciper et se “trouver”.

Torvald Helmer est le mari de Nora. C’est un banquier droit et honnête qui a été nommé directeur de la banque. Il appelle “affectueusement” sa femme l’écureuil ou l’étourneau, en référence au fait qu’elle est dépensière. C’est un homme qui respecte scrupuleusement les règles et qui est très à cheval sur les principes moraux de l’époque. Bien qu’il prétende être amoureux de sa femme, il s’indigne lorsqu’il apprend sa conduite en étant assez virulent.

Docteur Rank est un ami des Helmer. C’est le meilleur ami de Torvald. Il tient sa richesse d’une part d’héritage qu’il a reçu. Étant proche de la mort, il révèle à Nora qu’il est secrètement amoureux d’elle depuis toutes ces années.

Kristine Linde est une amie d’école de Nora. Elle a eu une aventure avec Nils Krogstad, mais elle lui a préféré un autre homme plus fortuné. Celui-ci est mort, la laissant seule, sans fortune et sans enfants. Grâce à Nora, elle réussit à obtenir un emploi à la banque en obtenant le poste de Krogstad. Lors d’une entrevue qu’elle a avec ce dernier, elle réussit à le séduire une nouvelle fois. Kristine réussit donc à obtenir ce qu’elle souhaitait : un nouvel emploi et une nouvelle famille.

Nils Krogstad est un employé à la banque de Torvald. Ce dernier, étant très à cheval sur la morale, désire le congédier. Krogstad est un père célibataire qui élève seul ses enfants. Poussé au désespoir, il n’a pas toujours pris les bonnes décisions. Néanmoins, il voit son licenciement comme une injustice étant donné que depuis un an, il s’efforce de travailler en toute honnêteté. En sachant que Nora a fait usage de faux (fausse caution paternelle) pour lui emprunter de l’argent, il décide de faire du chantage aux Helmer afin de s’assurer de garder sa place au sein de la banque. Dans le troisième acte, il change d’avis au nom de l’amour qu’il a pour Kristine.

Ivar, Bobby et Emmy sont les trois enfants des Helmer.

Anne-Marie est la vieille nourrice de Nora. Elle s’occupe maintenant des enfants de la famille Helmer. On apprend qu’elle a eu une fille qui a été élevée par une tierce personne.

Hélène est la bonne des Helmer

Le commissionnaire n’apparaît qu’au début de la pièce, c’est lui qui apporte le sapin à la famille Helmer.

Analyse de l’oeuvre

L’émancipation d’une femme

Nora Helmer est une jeune femme élégante et joyeuse qui mène une vie heureuse avec son mari, avocat et futur directeur de banque, et leurs trois enfants. Elle se conforme aux conventions de la société bourgeoise norvégienne du XIXe siècle et fait tout pour plaire à son mari. Cependant, derrière cette apparence parfaite, se cache une réalité plus sombre. La pièce Une Maison de Poupée d’Ibsen, créée en 1879, met en lumière les rouages de cette société hypocrite et les luttes de Nora pour retrouver sa liberté individuelle. Cette histoire passionnante a suscité des réactions vives de la part des mouvements féministes et montre le génie d’Ibsen dans la création d’une héroïne moderne et consciente d’elle-même.

La pièce Maison de poupée d’Ibsen est avant tout une histoire sur l’individualité et la lutte pour l’affirmation de soi. Il ne s’agit pas d’une pièce à thèse, mais plutôt d’une peinture de caractères. Dans une scène qui n’est plus présente dans l’oeuvre, on pouvait assister à Madame Linde qui interrogeait Nora sur son intérêt pour le féminisme. Nora répondait qu’elle n’était pas concernée par ce combat, étant donné qu’elle avait déjà assez à faire pour elle-même. Ibsen lui-même a déclaré que sa mission était de peindre des caractères et de contribuer à l’élévation de son pays et de son peuple, plutôt que de se concentrer sur des thématiques spécifiques comme le féminisme. Ibsen se concentre sur l’émancipation d’une femme, Nora, qui souhaite tout quitter pour se trouver elle-même.

Une conversation pleine de sens

Au cours de leur dernière conversation, vers la fin du troisième acte, Torvald Helmer insiste sur les “trois K” (Kinder, Kirche, Küche), c’est-à-dire les enfants, l’église et la cuisine, en lui rappelant ses devoirs d’épouse et de mère. Nora a une conception différente où elle n’a des devoirs qu’envers elle-même.
Je n’y crois plus… Je crois qu’avant tout je suis un être humain, au même titre que toi… ou au moins que je dois essayer de le devenir. Je sais que la plupart des hommes te donneront raison, Torvald, et que ces idées-là sont imprimées dans les livres. Mais ce que disent les hommes et ce qu’on imprime dans les livres ne me suffit plus. Il faut que je me fasse moi-même des idées là-dessus, et que j’essaie de me rendre compte de tout.”. Avec cette réplique, Nora apporte sa propre vision à Torvald, elle ne se définit plus en tant que mère, épouse ou femme, mais en tant qu’être humain, indépendamment de son sexe ou de sa condition sociale. En empruntant de l’argent en faisant usage de faux, Nora a enfreint les règles morales et sociales de la société bourgeoise dans laquelle elle est née et s’est mariée, mais c’était pour l’amour. Un amour vrai, total et fou qui est le “prodige” dont il est question tout au long de la pièce. Elle était convaincue que son choix était juste et que si son secret était révélé, elle serait immédiatement excusée, et même approuvée. Toutefois, durant toute la pièce, elle s’efforcera de dissimuler la vérité à son mari. Au fond, elle sait que, même si son choix était juste, son mari ne l’acceptera jamais. C’est sans doute cette prise de conscience qui la force à vouloir tout quitter.

Quel est le rôle du docteur Rank dans cette pièce de théâtre ?

Dans Une maison de poupée d’Ibsen, “presque” tous les personnages sont impliqués dans l’intrigue dramatique. Nous avons mis presque entre guillemets étant donné que l’ami proche des Helmer, le personnage du docteur Rank ne joue aucun rôle direct dans l’intrigue. En effet, il est le seul personnage de la pièce qui n’a aucune idée de ce qui se passe dans l’action. Le docteur Rank a un rapport de confiance exclusif et particulier avec Nora, toutefois, cela n’a aucun impact sur l’intrigue en soi. Le fait que le docteur Rank soit amoureux de Nora permet de faire s’écrouler le dernier espoir de Nora, soulignant le caractère mélodramatique de la pièce.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !