Littérature

Jean Giraudoux, La Guerre de Troie n’aura pas lieu : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

La Guerre de Troie n’aura pas lieu est une pièce de théâtre écrite par Jean Giraudoux, un auteur français, en 1935. Cette pièce met en scène l’histoire de la guerre de Troie, mais dans un contexte moderne et avec des personnages qui ont des personnalités et des motivations différentes de celles de l’épopée homérique originale. Découvrons ensemble cette nouvelle version de la plus grande guerre de la mythologie grecque.

Résumé détaillé scène par scène de La Guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux

ACTE 1

Décors : Une terrasse située sur un rempart, avec une vue sur d’autres remparts.

SCENE 1

Andromaque et Cassandre ont des points de vue différents sur la guerre potentielle. Andromaque pense que la guerre n’aura pas lieu, alors que Cassandre pense qu’elle aura lieu et que Hector ne pourra pas l’empêcher car on ne peut pas lutter contre le destin. Andromaque se concentre sur une vision positive, notamment parce qu’elle est enceinte.

SCENE 2

Hector rejoint les deux femmes. Il demande Pâris. Cassandre lui révèle que sa femme, Andromaque, est enceinte.

SCENE 3

Andromaque et Hector discutent de leur futur enfant à naître. Andromaque avoue à Hector sa peur de la guerre et lui demande s’il aime combattre, craignant que leur enfant lui ressemble. Hector révèle qu’il a autrefois apprécié la noblesse de la guerre, mais qu’il ne ressent plus cela aujourd’hui. Cependant, à sa grande surprise, Hector apprend que son frère cadet, Pâris, a enlevé Hélène et que les Grecs réclament sa restitution. Hector décide alors de demander à Pâris de rendre Hélène pour éviter la guerre contre les Grecs. Pâris arrive et Andromaque sort.

SCENE 4

Hector souhaite connaître les circonstances de l’enlèvement d’Hélène afin de déterminer s’il est possible de réparer les dégâts qu’ils ont causés aux Grecs. Il demande à Pâris de rendre Hélène aux Grecs, mais Pâris refuse de se séparer de cette femme. Ils décident de soumettre cette question au jugement de leur père, le Roi Priam. Cependant, Cassandre avertit Hector que Priam est passionné par Hélène et que tout le monde à Troie semble fasciné par la beauté de la jeune femme.

SCENE 5

Deux personnes âgées discutent et expriment une admiration immense pour Hélène, au point qu’ils ne peuvent pas imaginer passer une seule journée sans pouvoir la voir. La scène permet à Cassandre de prouver à Hector que Priam va agir de la même manière. Néanmoins, Hector est persuadé que son père réagira d’une façon différente. Pâris demande à son frère de regarder Hélène au moins une fois, mais Hector refuse. Priam entre avec Hécube, qui tient la petite Polyxène, Andromaque, le poète Demokos et un autre vieillard.

SCÈNE 6

Priam implore Hector de regarder Hélène, mais il reste indifférent à sa beauté en raison des enjeux qu’elle représente et de son désir de préserver la paix. Cependant, tous les autres à Troie sont sous le charme d’Hélène, et même le géomètre estime qu’elle donne de la signification au paysage. Hector est confronté à ceux qui estiment qu’il faut faire la guerre pour une femme, même si elle n’est pas parfaite. Andromaque prend la parole pour soutenir son mari en argumentant que la guerre n’est pas faite pour les hommes qui peuvent trouver leur bonheur dans la nature avec les animaux. Chacun avance des arguments pour défendre l’utilité ou les effets néfastes de la guerre sur les hommes. Pâris reste sur sa position. Hector demande à Pâris s’il accepterait de laisser partir celle qu’il aime si elle acceptait de retourner auprès des Grecs. Pâris accepte. Priam s’en va avec sa suite. Seul le poète Demokos reste présent parce que Hélène l’inspire. Hélène entre.

SCÈNE 7

Pâris s’entretient avec Hélène qui répète exactement tout ce qu’il lui dit de dire à savoir qu’elle hait Ménélas et qu’elle ne veut pas retourner en Grèce.

SCÈNE 8

Dans cette scène, Hélène révèle à Hector ce que lui a dit de dire Pâris et elle avoue que ce ne sont pas exactement ses pensées. Toutefois, Hector a du mal à conclure ce que Hélène pense réellement étant donné que ses réponses sont assez floues, voire parfois assez contradictoires.

SCÈNE 10

Hector informe Hélène qu’elle doit retourner en Grèce, mais elle s’y oppose, car elle ne sait pas ce qu’elle veut vraiment. Elle laisse les événements la guider sans prendre de décision. Néanmoins, Hector essaie de la faire réagir en lui expliquant les conséquences catastrophiques de la guerre, comme les pertes humaines et les destructions. Les prêtres troyens qui invoquent les dieux sont pour la guerre. Finalement, Hélène finit par accepter de partir. Un messager annonce que les Grecs arrivent à proximité de la ville. Hector confie Hélène à Cassandre et s’en va.

SCÈNE 10

Cassandre et Hélène échangent leur vision d’avenir. Un personnage nommé la Paix vient pour demander de l’aide à Hélène, il dit entendre des cris d’homme sur la plage et finit par disparaître.

ACTE 2

Décors : La place du Palais est carrée et chaque coin offre une vue sur la mer. Au centre se trouve un monument, les portes de la guerre, qui sont grandes ouvertes.

SCENE 1

Hélène demande à un jeune homme du nom de Troïlus de venir auprès d’elle, mais celui-ci refuse. Ce jeune homme de quinze ans refuse catégoriquement d’embrasser Hélène. Cette dernière est surprise étant donné qu’elle habituée à ce que les hommes acceptent tout ce qu’elle souhaite.

SCENE 2

Pâris dit à Hélène de se méfier de Troïlus qu’il qualifie de “dangereux personnage”. Hélène explique à Pâris que Troïlus veut l’embrasser. Pâris lui dit que s’il embrasse Hélène, il le tuera. Puis, Pâris se met à changer d’avis et demande à Troïlus d’embrasser Hélène, mais celui-ci refuse. Finalement, Pâris embrasse Hélène. Le baiser est différent et Hélène lui explique qu’il était destiné à Troïlus. Ce dernier s’en va, Hélène l’appelle, provoquant l’irritation de Pâris.

SCENE 3

Demokos explique à Hélène qu’il va lâcher un oiseau. Elle doit arranger ses cheveux et faire son plus beau sourire. Pâris ne comprend pas l’intérêt de tout ce cirque d’autant plus que l’oiseau semble être invisible. Hélène sort. Demokos explique à Pâris qu’il a souhaité contempler la belle Hélène afin de l’incruster dans sa mémoire. Cette scène fait référence à la photographie. Demokos est à la fois celui qui prend la photo et l’instrument qui permet de capturer la belle Hélène.

SCENE 4

Tous regardent les portes de la guerre qui sont ouvertes. La petite Polyxène demande à sa mère à quoi ça correspond. On lui apprend que cette porte symbolise la guerre et qu’en étant ouverte, cela signifie que la paix est finie. Demokos souhaite apporter aux hommes un nouvel hymne tandis que le géomètre souhaite dire des épithètes.

SCENE 5

Hector souhaite fermer les portes afin de mettre fin à la guerre, même si cela ne durera qu’un temps. Busiris, un expert en droit international, entre dans la pièce. On l’interroge et déclare qu’il faut entrer en guerre, car les Grecs ont enfreint certaines règles. Selon lui, ces infractions, bien que mineures, justifient déjà la guerre. Cependant, Hector résiste et soutient que les Troyens ne se sentent pas offensés par le comportement des Grecs et s’efforce de convaincre les autres de ne pas entrer en guerre. Les portes se ferment et Hector prépare un discours pour les Grecs.

SCENE 6

La petite Polyxène retrouve Hélène et à la demande d’Andromaque, elle dit à Hélène que si elle les aime, elle doit partir. Hélène lui fait comprendre que son raisonnement est illogique. Si elle les aime, elle doit justement rester.

SCENE 7

Hécube rejoint la petite Polyxène et se rend compte que celle-ci est en train de s’entraîner à ne rien ressentir. Hécube demande à Hélène d’arrêter de faire “toucher l’insensible” à Polyxène étant donné qu’elle est trop jeune. Hélène accepte, mais demande à ce qu’Andromaque n’utilise plus d’intermédiaire pour faire ses commissions. Hélène dit à Polyxène qu’elle va partir, mais celle-ci ne veut pas. Hécube repart avec Polyxène laissant Andromaque et Hélène ensemble.

SCENE 8

Pour Andromaque, le fait que Hélène n’est pas amoureuse de Pâris fait qu’on ne peut pas la porter responsable pour la guerre entre les Troyens et les Grecs. Cependant, tout le problème est là ! Si Hélène aimait Pâris, la guerre pourrait être justifiée, mais étant donné qu’elle ne l’aime pas, la guerre se révèle être un fléau. Andromaque demande à Hélène de faire preuve de pitié, mais cette dernière n’est pas douée pour ce genre de chose. Andromaque dit qu’elle est perdue.

SCENE 9

Oiax entre et cherche Pâris qu’il insulte de lâche. Quand il croise Hector qui se présente comme le frère de Pâris, Oiax cherche à décontenancer le prince troyen pour le faire entrer en guerre, mais celui-ci se contient au maximum, et ce, même lorsque le Grec lui donne une gifle.

SCENE 10

Demokos arrive avec Andromaque et Hélène. Demokos demande à Hector ce que veut Oiax. Hector ne souhaitant pas la guerre précise qu’il n’y a rien. Oiax précise qu’il a giflé Hector. Demokos souhaite appeler les Troyens à la guerre, mais Hector ne le souhaite pas. Demokos se présente et Oiax se demande si les Troyens rentreraient en guerre s’il le giflait. Oiax gifle Demokos et ce dernier appelle les soldats troyens à entrer en guerre. Hector lui demande de se taire, mais Demokos continue de crier. Hector le gifle à son tour. Oiax s’esclaffe.

SCENE 11

Priam arrive et demande ce qu’il s’est passé. Demokos se plaint en expliquant qu’Oiax l’a giflé et que Hector en a fait de même. Pâris ne comprend rien. Priam pense qu’il s’agit d’une folie propre au poète. Honteux, Demokos repart en expliquant à Hector qu’il le paiera. Oiax admire Hector et lui annonce qu’il va s’entretenir avec Ulysse pour régler cette querelle inutile. Oiax repart avec Ulysse. Andromaque est fière de Hector.

SCENE 12

Ulysse et Oiax reviennent. Ils souhaitent que Hélène revienne à Ménélas dans l’heure où ils entreront en guerre. Hector accepte de rendre Hélène et assure à Ulysse que Hélène n’a pas été touchée. Ulysse demande la vérité à Pâris qui lui explique qu’il ne l’a pas touché. Ulysse se moque de Pâris en le traitant d’impuissant. Pour sauver l’honneur de son maître, un des gabiers précise que tout ça n’est qu’un tissu de mensonges. Durant la traversée, il a bel et bien vu Hélène et Pâris se rapprocher. Iris, la messagère des dieux, transmet un message d’Aphrodite qui demande à Hector et à Ulysse de ne pas séparer Hélène de Pâris. Néanmoins, le message de Pallas Athéna dit qu’ils doivent être séparés, car “tout être amoureux déraisonne”. Enfin, Zeus essaie de trancher en demandant qu’on sépare Hélène et Pâris tout en ne les séparant pas. Iris repart en une grande écharpe dans le ciel. Hélène se dit qu’elle a oublié sa ceinture pendant la traversée.

SCENE 13

Hector et Ulysse s’engagent dans une joute verbale où ils pèsent chacun ce qu’ils valent dans la vie. Toutefois, la balance penche du côté d’Ulysse et Hector perd. Le prince troyen essaie de s’arranger avec Ulysse pour que la guerre n’ait pas lieu, mais très vite, il se rend compte que Hélène n’est qu’un prétexte. Troie est une cité qui regorge de richesses convoitées par les Grecs. Hector comprend que la guerre va forcément arriver. Toutefois, Ulysse lui annonce que le retour de Hélène peut encore donner une chance aux Troyens afin que la guerre soit évitée. Ulysse se rend compte qu’Andromaque a le même battement de cils que son épouse, Pénélope.

SCENE 14

Andromaque a écouté leur échange. Ivre, Oiax souhaite prendre Andromaque dans ses bras et résiste à Cassandre qui tente de l’emmener vers Ulysse qui repart avec Hélène. Demokos accuse le prince troyen de n’être qu’un lâche. Irrité, Hector le tue en lui lançant son javelot. Abnéos arrive et Demokos soutient que c’est Oiax qui l’a tué afin de déclencher la guerre. Hector se dénonce et hurle sa culpabilité, mais personne ne l’écoute. Les portes de la guerre s’ouvrent et on y voit Hélène en train d’embrasser Troïlus. Cassandre clôt ce dernier acte en disant : “Le poète troyen est mort… La parole est au poète grec” en hommage à Homère, l’auteur de L’iliade.

Présentation des personnages

Les personnages troyens

Priam est le roi de Troie. C’est le père de Hector et de Pâris. Passionné par la beauté de Hélène, il est prêt à ouvrir les portes de la guerre contre les Grecs.

Hécube est la femme de Priam. À la différence de son mari, elle est fortement opposée à ce que la guerre puisse avoir lieu. Elle est souvent présente avec Polyxène.

Hector est le fils aîné de Priam et de Hécube. Lassé de la guerre, ce prince troyen est opposé à ouvrir les portes et essaie, durant toute la pièce, de trouver un terrain d’entente. Il va jusqu’à se faire gifler, gifler Demokos ou laisser son frère se faire insulter d’impuissant par Ulysse. Tout est bon pour éviter que la guerre n’ait lieu.

Andromaque est la femme de Hector, tout comme son mari, elle souhaite la paix d’autant plus qu’elle est enceinte.

Pâris est le frère cadet de Hector. En ayant enlevé Hélène à Ménélas, il est responsable de ce qui est en train de se passer. Son avis, concernant la guerre, n’est pas clairement exprimé toutefois, il refuse de rendre Hélène aux Grecs.

Cassandre est la sœur de Pâris et de Hector. Elle est clairvoyante et annonce un triste destin pour la ville de Troie. Bien qu’elle ne veuille pas la guerre, pour elle, celle-ci aura lieu.

Demokos est à la fois un poète brillant et un guerrier entêté. Il se proposera d’écrire un nouvel hymne de guerre pour les Troyens. Il sera giflé par Oiax menaçant une première fois la guerre. Lors de la scène 14 du deuxième acte, il sera tué par Hector, mais mentira à Abnéos en expliquant que c’est Oiax qui l’a assassiné pour déclencher la guerre. En un sens, en déclenchant la guerre, tout en sachant que le prince troyen ne la désire pas, il fait payer à Hector l’affront qu’il lui a causé.

Troïlus est un autre fils de Priam et de Hécube. Pâris qualifie son frère de “dangereux personnage” auprès de Hélène. Cette dernière voudra l’embrasser, mais Troïlus refusera. En réalité, Troïlus est attiré par Hélène. Ce n’est qu’à la fin, lorsque les portes de la guerre s’ouvrent que l’on voit Hélène embrasser Troïlus.

Polyxène est le dernier enfant de Priam et de Hécube. Andromaque se servira d’elle pour envoyer un message à Hélène.

Le géomètre, les deux vieillards sont tous sous le charme de la belle Hélène comme le précise Cassandre à Hector.

Abnéos et Olpidès sont tous deux des membres qui siègent au conseil et ils sont favorables à l’ouverture des portes de la guerre.

Le gabier est l’un des marins qui a transporté Pâris et Hélène. Lorsqu’Ulysse prétend que Pâris est impuissant, le gabier n’arrive pas à se contenir et avoue qu’il a vu Pâris et Hélène se rapprocher et pas qu’un peu.

Les personnages grecs

Hélène est une belle jeune femme qui a été consentante pour que Pâris l’enlève et la ramène à Troie. Marié à Ménélas, le roi grec a été offensé et a demandé aux Grecs de le rejoindre dans la guerre contre les Troyens. Dans cette histoire, Hélène n’est pas amoureuse de Pâris. Elle n’a fait que suivre son destin sans se poser de questions.

Ulysse est le roi d’Ithaque que les Grecs ont désigné comme ambassadeur afin qu’il aille demander aux Troyens de rendre Hélène à Ménélas. Il s’assure que Hélène n’a pas été “souillée” et que les Troyens l’a retourne exactement comme elle était. Il accepte de repartir avec Hélène.

Oiax est un capitaine de la flotte grecque qui cherchera à irriter Hector pour que celui-ci entre en guerre. Néanmoins, il finira par admirer le prince troyen. Ivre, il tentera de prendre dans ses bras la femme de Hector. Il sera désigné par Demokos comme étant son assassin déclenchant ainsi la Guerre de Troie.

Les autres personnages

Iris est la messagère des dieux qui transmet le message d’Aphrodite, de Pallas Athéna et de Zeus. En repartant, elle laisse une “écharpe” dans le ciel.

La paix apparaît affaiblie devant Hélène et Cassandre dans la scène 10 du premier acte.

Analyse de l’oeuvre

Pâris, Hector, Ulysse des personnages différents de la version homérique

Le personnage principal de la pièce est Hector, le prince de Troie. Hector est un pacifiste convaincu qui tente de dissuader les Grecs et les Troyens de se faire la guerre. Il est aidé dans cette tâche par sa femme, Andromaque, mais également de Hécube qui essaie également de convaincre son mari, le roi Priam, de ne pas entrer en guerre.
Le personnage de Pâris, le prince troyen qui a enlevé Hélène et a déclenché la guerre de Troie, est également un personnage important de la pièce. Pâris est présenté comme un jeune homme superficiel et égoïste, qui ne comprend pas les conséquences de ses actions et qui ne pense qu’à lui-même.
Le personnage d’Ulysse est présenté également de manière différente. S’il est toujours un guerrier rusé et intelligent, il est aussi un homme prêt à tout pour obtenir ce qu’il veut, même si cela signifie mentir ou tricher. Il n’hésite pas à utiliser la violence et la force pour imposer sa volonté aux autres.

Hélène, un nouveau visage féminin

Dans la pièce de Giraudoux, Hélène est présentée de manière différente. Elle est toujours la cause de la guerre, mais elle est présentée comme une jeune femme indépendante et forte, qui ne se laisse pas manipuler par les hommes et qui refuse de devenir un objet de possession. Elle est également présentée comme une personne réfléchie et consciente des conséquences de ses actions. Néanmoins, à la différence de la version homérique, Hélène n’est pas amoureuse de Pâris dans la version de Giraudoux. Ainsi, le combat pour que la guerre n’ait pas lieu est beaucoup plus important. Comme le stipule Andromaque, la guerre pourrait être justifiée si l’amour était au rendez-vous mais ici ce n’est pas le cas.

Il y a donc un gros paradoxe qui se crée dans la pièce : pourquoi la déesse de l’Amour, Aphrodite souhaite que Hélène et Pâris ne soient pas séparé si l’amour n’est pas réciproque ? Tout simplement parce que dans le conte mythologique, Aphrodite, en récompense à la pomme d’or que lui a tendu Pâris, lui a proposé d’avoir la femme la plus belle au monde. Ainsi, la plus belle femme de l’époque était Hélène. Pâris étant son protégé, elle le protège et lui permet d’obtenir ce qu’elle lui a promis. Néanmoins, une femme n’est pas un objet et son cœur est libre de désirer qui elle souhaite. La guerre de Troie n’aura pas lieu reflète les idées et les valeurs de l’époque de Jean Giraudoux, qui vivaient dans un monde en pleine mutation où les femmes commençaient à revendiquer leur indépendance et leur émancipation.

A propos de l'auteur

Les Résumés

1 commentaire

  • Fiche bien faite en particulier pour le résumé de la pièce et pour les personnages. Il manque la situation dans la chronologie de la guerre de Troie, car la pièce présente l’originalité de se situer AVANT la guerre (alors que l’Odyssée ou l’Enéide par exemple se situent APRÈS la guerre). Il faudrait aussi rappeler que cette menace de guerre fait écho à la situation politique de l’Europe (montée du nazisme et menace de guerre de l’Allemagne).

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !