Littérature

Le Clézio, Mondo et autres histoires, Hazaran : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Hazaran est une nouvelle de Jean-Marie Gustave Le Clézio, un romancier français, publiée pour la première fois en 1978. Explorons cette œuvre ensemble tirée de Mondo et autres histoires.

Résumé détaillé de Mondo et autres histoires – “Hazaran” de Jean-Marie Gustave Le Clézio

La Digue

La Digue des Français était un lieu de vie précaire pour des travailleurs immigrés d’origines diverses. Il n’y avait pas de maisons ni de rues, seulement des huttes construites en quelques heures avec des matériaux de récupération. Alia, une jeune fille qui avait perdu ses parents, vivait là avec sa tante depuis le début de la colonie. Au fil du temps, la Digue qui à l’origine ne comptait qu’une dizaine d’habitations, s’était agrandie avec des centaines de huttes et de familles. Des camions arrivaient régulièrement pour déposer de nouveaux habitants et en emmener d’autres. La police venait parfois pour noter les départs et les arrivées.

Martin

Alia se souvient de l’arrivée de Martin, un homme qui s’est installé à l’écart de la Digue. Il a construit sa hutte dans un endroit éloigné de la route et des pompes d’eau douce. Malgré sa pauvreté, sa maison sans fenêtres dégageait un mystère et une majesté qui intimidaient les autres. Martin vivait seul et passait son temps à réparer de petites choses sans demander d’argent en retour. Les gens lui apportaient de la nourriture en guise de paiement.

Les enfants aimaient Martin, car il savait raconter des histoires. Alia aimait lui rendre visite pour écouter ses talents de conteur et admirer la couleur de ses yeux. Martin avait un nom spécial pour chaque enfant, il appelait Alia “lune“. Personne ne savait rien de Martin, c’était un homme silencieux et énigmatique. Alia aimait observer Martin travailler. Elle a essayé d’en apprendre plus sur lui afin de savoir d’où il venait. Martin lui avait expliqué qu’il venait d’un bel endroit, mais qu’il ne pouvait pas être heureux là-bas en sachant que d’autres souffraient. Alia comprenait sa réponse, même si elle n’était pas totalement convaincue. Lorsque Martin termina son travail, il lui montra le paysage pour lui indiquer qu’il venait de là. Alia avait essayé de regarder les alentours avec insistance, espérant voir les merveilles qu’il décrivait, mais elle ne voyait que le ciel, la terre plate et l’estuaire de la rivière. Elle pensait qu’il venait du ciel alors elle se mit à le regarder et les autres enfants, tout aussi intrigués, firent de même.

Le jeûne de Martin

Parfois, Martin refusait de manger, ce qui inquiétait Alia. Dans ces moments-là, il semblait ailleurs, comme s’il était dans son pays d’origine. Un jour, il est revenu et a expliqué à Alia qu’il jeûnait parce qu’il désirait Dieu plus que la nourriture ou l’eau. À ce moment-là, Martin avait commencé à enseigner aux enfants de manière informelle. Ils se réunissaient près de la digue, devant le “château” de Martin, pour jouer, discuter et écouter ses histoires. Pendant que Martin réparait des objets, il parlait avec les enfants, leur demandant ce qu’ils avaient fait, puis il leur racontait une histoire. Martin connaissait de nombreuses histoires étranges qui se déroulaient dans des pays lointains. Parmi elles, l’histoire d’Hazaran était la préférée des enfants, même s’ils ne la comprenaient pas bien. Ils étaient captivés à chaque fois qu’elle commençait.

L’histoire d’Hazaran

Trèfle était une petite fille pauvre qui vivait seule dans une cabane. Elle avait pour seuls amis les animaux des champs, qui venaient la voir et lui parlaient. Un jour, la grande sauterelle verte lui parla du pays d’Hazaran et lui expliqua qu’elle pourrait changer de vie si elle répondait aux questions posées par le gardien des portes d’Hazaran. Trèfle demanda alors au scarabée Kepr et à la sauterelle verte de lui enseigner tout ce qu’ils savaient. Après avoir appris de nombreuses choses, Trèfle rencontra un homme riche qui cherchait quelqu’un pour aller à Hazaran. Elle lui dit qu’elle était celle qu’il cherchait et qu’elle répondra aux questions pour devenir la princesse d’Hazaran.

Trèfle résolut trois énigmes posées par un ministre. Les réponses aux énigmes concernaient le monde, les saisons et le soleil et la lune. Impressionné par sa sagesse, le ministre envoya Trèfle au pays d’Hazaran, un lieu magnifique habité par tous les oiseaux du monde. Trèfle y devint princesse et apprit à parler le langage des animaux. Elle put se transformer en mésange pour rendre visite à ses amis sur Terre. Les enfants écoutaient l’histoire de Martin avec fascination. Alia rêvait qu’un beau jour un homme vienne la chercher pour l’emmener dans un monde merveilleux comme Trèfle.

La “Ville future

Un jour, sans crier gare, des émissaires du gouvernement ont débarqué en ville pour y effectuer des mesures et poser des questions aux habitants. Ces inconnus semblaient étranges et leurs interrogations peu claires, si bien que les habitants hésitaient à leur répondre. Alia, elle, les observait avec attention, mais elle savait qu’ils n’étaient pas à la recherche d’une personne en particulier. C’est plus tard qu’ils ont découvert leur véritable dessein : déplacer la ville et ses habitants vers un nouvel emplacement. Les représentants gouvernementaux leur ont présenté des plans de la “Ville Future”, mais ces dessins ne ressemblaient en rien à ce qu’ils connaissaient.

Martin, quant à lui, n’était pas du tout en accord avec les projets du gouvernement. Il a entamé un jeûne qui a duré des semaines, en signe de protestation. En vain, les enfants, dont Alia, ont tenté de lui apporter de la nourriture pour le faire changer d’avis.

La “Départ vers l’inconnu

Les étudiants du gouvernement ont arrêté de venir pendant trois jours, et Alia a pensé que c’était à cause de Martin. Mais ils sont finalement revenus pour annoncer que le départ vers la nouvelle ville aurait lieu le lendemain matin. Alia était inquiète pour Martin, car il avait arrêté de manger et elle craignait qu’il ne meure. Elle est partie se cacher, triste à l’idée que la Digue allait être détruite. Elle a voulu rendre visite à Martin et l’a trouvé immobile devant sa maison. Il lui a dit qu’il la cherchait et qu’il partirait bientôt. Martin a invité Alia à venir avec lui et elle a accepté avec joie. Elle a couru dans les rues pour annoncer leur départ imminent, et les habitants les ont rejoints. Une fois tous rassemblés devant la maison de Martin, il a commencé à marcher vers le fleuve sans un mot. Les autres l’ont suivi, sachant qu’il les guiderait de l’autre côté. Alors qu’ils traversaient l’eau froide, Alia a regardé la rive sombre devant eux, où aucune lumière ne brillait.

Présentation des personnages

Martin est un homme grand et maigre qui arrive à la Digue. Il a construit sa cabane tout seul en tâchant de s’éloigner de la route et de toute commodité. Il passe son temps à rendre des petits services aux gens afin d’avoir de quoi se nourrir. Alia le décrit comme étant plus pauvre que les autres et pourtant, il possède de nombreuses richesses : c’est un excellent conteur et il connaît de nombreuses histoires, ce qui fait qu’il est très apprécié des enfants. D’autre part, il est capable de réparer de nombreux objets. Martin n’est pas un personnage très bavard, il entretient une certaine part de mystère qui entretient l’imagination des enfants. Alia est persuadée qu’il vient du ciel. De temps en temps, il arrête de manger pendant quelques jours. Il tente de faire comprendre à Alia qu’il agit ainsi au nom de sa dévotion envers Dieu. On comprend que Martin est un homme de foi. Symboliquement, Martin est un homme empathique qui ne supporte pas la misère d’autrui. Il refuse de vivre dans un endroit confortable et douillet quand il sait que certaines personnes vivent avec trois fois rien. Cet homme de foi utilise ses histoires pour enseigner à la nouvelle génération à percevoir le monde d’une façon différente. A la fin de la nouvelle, on peut noter une similitude entre Martin et Moïse. En effet, tous deux guident leur peuple vers une terre promise.

Alia, surnommée “lune” par Martin, est une jeune fille qui vit à la Digue avec sa tante. Ses parents sont morts. Fascinée par Martin et son caractère mystérieux, elle cultive son imaginaire grâce à ses histoires qui lui offrent l’espoir d’une vie meilleure et lui permettent de s’évader de sa pauvreté. En effet, tout comme dans l’histoire d’Hazaran, elle se prend à rêver qu’on vienne pour rechercher quelqu’un et qu’elle réponde à trois questions pour jouir d’une vie plus confortable. Lorsque les membres du gouvernement arrivent, elle fait preuve de perspicacité car elle sait qu’ils ne sont pas là pour rechercher quelqu’un. On peut y voir une rupture entre le rêve et l’imaginaire et la réalité. Sans le réaliser, Martin l’aide également à accepter sa condition et à apprécier les petites choses de la vie, telles que le paysage qui l’entoure ou le magnifique ciel au-dessus de sa tête. Alia est très curieuse et cherche à comprendre le monde qui l’entoure tout en gardant sa naïveté et son insouciance d’enfant. De plus, elle se distingue par son empathie.

Trèfle est le personnage principal de l’histoire d’Hazaran, contée par Martin. C’est une jeune fille très pauvre qui vit en pleine nature et qui n’a pour seuls amis que les animaux des environs. Un jour, elle apprend par une sauterelle verte qu’elle pourrait devenir riche en se rendant à la cité d’Hazaran. Cependant, les portes de la cité ne s’ouvrent que pour ceux qui sont capables de répondre à des énigmes difficiles. S’ensuit alors un long apprentissage au cours duquel Trèfle va acquérir de nombreuses connaissances qui lui permettront de répondre aux trois énigmes et de devenir la princesse d’Hazaran. Ce conte est très apprécié des enfants de la Digue, car il leur permet de rêver à une vie meilleure que la leur. Alia se met alors à rêver qu’un jour, quelqu’un viendra la chercher et qu’elle pourra répondre aux trois énigmes. Le conte transmet également un message important : Trèfle est en harmonie avec la nature, même si elle est pauvre, elle a tout ce dont elle a besoin et la nature lui donne les outils nécessaires (la connaissance) pour répondre aux énigmes et mener une vie plus confortable tout en restant connectée au monde animal.

Le gouvernement et les étudiants sont les personnages antagonistes de cette nouvelle. Ils viennent troubler la quiétude des habitants de la Digue. Leur proposition de les reloger dans cette “ville future” n’est qu’un moyen de pouvoir les contrôler et de les intégrer à la société. En effet, les habitants de la digue vivent en marge sur des terres convoitées.

Analyse de l’oeuvre

Hazaran est une nouvelle qui se présente sous forme de “roman-tiroir“, dans la mesure où nous avons une histoire qui se déroule et qui est interrompue par une nouvelle histoire. Ici, cette nouvelle histoire est un conte narré par Martin qui permet d’enseigner aux jeunes enfants de la Digue de nombreuses choses de façon informelle.

En effet, Trèfle est une fille pauvre qui vit dans des conditions difficiles, mais elle ne renonce pas à l’espoir de trouver une vie meilleure. Elle est prête à apprendre et à travailler dur pour atteindre ses objectifs. Dès lors qu’elle apprend qu’elle peut jouir d’une vie plus confortable au pays d’Hazaran, elle met à profit sa persévérance et sa détermination pour apprendre tout ce qu’elle doit savoir pour répondre aux énigmes. Cet épisode montre l’importance de l’éducation et de l’acquisition de connaissances. La valeur de l’amitié et de l’entraide sont également abordées puisque si Trèfle réussit dans sa démarche, c’est grâce au soutien du scarabée Kepr et de la grande sauterelle verte qui l’encouragent et qui l’aident. Même si elle a peur de ne pas savoir répondre aux énigmes, Trèfle fait preuve de courage. Elle se fait confiance pour user de ses capacités afin de mobiliser ses connaissances pour donner les solutions aux énigmes. Le conte montre également l’importance d’apprécier la beauté du monde qui nous entoure et de vivre en harmonie avec la nature.

Il est intéressant de noter que ce conte contient de nombreuses références :

  • Le scarabée Kepr pourrait être une référence à Khepri, un ancien dieu égyptien, associé à la renaissance et à la création, souvent représenté sous la forme d’un scarabée.
  • La sauterelle verte peut être liée à la mythologie grecque, où les sauterelles étaient considérées comme les muses de la musique et de la poésie.
  • Les énigmes que Trèfle doit résoudre pourraient être comparées à l’histoire d’Œdipe et du Sphinx dans la mythologie grecque.
  • Le voyage de Trèfle au pays d’Hazaran et sa transformation en princesse rappellent les contes de fées et les légendes où les personnages traversent des épreuves et des défis pour finalement être récompensés par une vie meilleure.
  • Le rossignol, roi des oiseaux dans le pays d’Hazaran, peut être associé au mythe grec de Philomèle, une princesse qui, après avoir été transformée en oiseau, devient un rossignol et chante avec une voix mélodieuse.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !