Littérature

Nathalie Sarraute, Enfance : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Enfance est un ouvrage autobiographique publié en 1983, seize ans avant la mort de Nathalie Sarraute. Ce récit s’inscrit dans le nouveau roman, mouvement littéraire du milieu des années 50 qui propose de renouveler les conventions romanesques du réalisme et du naturalisme en rejetant la notion de héros, d’auteur omniscient et de vraisemblance, au détriment de la clarté de l’intrigue. Enfance retrace l’enfance de l’auteure française jusqu’à sa onzième année, emmenant le lecteur dans plusieurs décors, de la Russie, son pays natal à Paris, avec un crochet à Genève en Suisse.

Résumé d’Enfance de Nathalie Sarraute

Ce roman à deux voix, celles de la narratrice et de son “double”, se compose de 70 chapitres, encadrés par trois pages d’introduction et une conclusion. Chaque chapitre constitue une unité mémorielle autonome et cette œuvre se présente comme un album d’images et de tropismes, dépourvus d’organisation logique et chronologique. L’auteur, en refusant se reconstituer l’enfance de façon ordonnée, fait le choix de l’intensité et de la spontanéité des sentiments.
Dans les Chapitres 1 à 26, de 2 ans à 6 ans, elle vit seule avec son père qui par la suite rencontrera Vera, ou bien avec sa mère et son compagnon Kolia
Dans les Chapitres 27 à 70 : Elle vit majoritairement chez son père et ses liens avec sa mère qui s’en éloigne se délitent peu à peu.
Les Chapitres 1 et 2 renvoient à un dialogue de la narratrice avec elle même et évoquent son possible projet d’autobiographie. Durant ces deux chapitres elle se trouve dans un hôtel en Suisse avec son père. Elle y apprend l’allemand et retient qu’elle déchire alors un fauteuil avec des ciseaux. Elle ne garde pas de beaux souvenirs de cette période durant laquelle on la force à manger et où elle n’a pas de lien particulier avec son père et sa belle mère.
Au cours des Chapitres 3 à 7, elle vit rue Flatters, à Paris chez sa mère, près d’un jardin public. Elle goûte au jardin du Luxembourg, et elle est opérée des végétations, ce qui la traumatise. Elle apprend que sa grand-mère paternelle va arriver. C’est aussi la période où elle réclame un petit frère.
Chapitre 8, Elle partage de “beaux souvenirs d’enfance” avec sa mère, notamment une visite en voiture à cheval à son oncle avocat en Russie. Elle évoque sa grande et belle maison, sa gentillesse, mais aussi sa propre maladie et sa mère qui commence déjà à se détacher et se montre agacée de devoir rester à son chevet en lui lisant La case de l’oncle Tom.
Le Chapitre 9 se situe à Moscou. Elle vit avec son père dans le cocon d’Ivanovo, grand chalet en bois digne des contes de Noël. La narratrice se souvient des maisons sous la neige, de l’absence de sa mère et de la tendresse de son père qui la surnomme affectueusement Tachok, qui lui donne ses médicaments avec de la confiture pour dissimuler leur mauvais goût, qui lui offre une poupée et Michka, son ours fétiche, qui lui chante des berceuses pour l’endormir. Elle se remémore les fois où elle allait le chercher à son usine de produits chimiques.
Le Chapitre 10 se situe chez ses grands-parents où elle se rend avec son père. La petite fille qu’elle est alors se trouve effrayée par la dureté des propos de son père à leur égard alors qu’ils sont venus les accueillir malgré le froid.
Du Chapitre 11 au Chapitre 15, la narratrice revient vivre à Paris avec sa mère. Elle se souvient d’une promenade heureuse avec son père venu la visiter et lui présenter sa nouvelle femme ainsi que d’un tour de manège et d’un mariage où elle était invitée.
Chapitres 16 à 26, elle est avec sa mère à Saint-Petersbourg. Elle y rencontre Kolia, son nouveau compagnon, et aussi Gacha, sa nouvelle bonne. Elle se souvient d’une période où les livres prennent une grande place dans sa vie mais aussi d’une ambiance glacée et d’objets effrayants comme un tableau qui se trouvait dans sa chambre et qu’il a fallu couvrir. Elle se remémore également avec amertume la visite d’un homme qui se montre critique et cassant envers son travail d’écriture et lui conseille d’apprendre l’orthographe avant d’écrire.
Chapitres 27 à 70 : La narratrice a 8 ans. Elle retourne à Paris auprès de son père qui lui réserve un accueil mitigé. Il a une nouvelle compagne, Vera, qui est enceinte.
d’une fille, Hélène, à qui l’on donne sa chambre et après qui elle semble passer pour son père. Elle ne se sent pas chez elle auprès de son père et de sa belle-mère qui le lui fait bien sentir, ce qui accentue la blessure de l’absence de sa mère qui lui manque. Au fil du temps, malgré les nouveaux amis qu’elle rencontre, rien n’efface la tristesse de ne pas avoir sa place et de voir qu’on lui préfère sa sœur.
A dix ans elle rentre à l’école où les mathématiques lui posent des problèmes mais elle est toujours accompagnée et aidée par son père. Par ailleurs, elle refuse la proposition de sa mère de la reprendre et déclare préférer rester avec son père malgré des relations tendues avec sa belle mère qui lui distille des paroles peu aimantes : elle lui apprend qu’elle a été abandonnée, lui répond qu’elle ne la déteste pas uniquement parce que c’est une enfant et refuse que Nathalie l’appelle maman.
Avec Lili, sa demi-sœur, les relations ne sont guère mieux. En effet, la petite déchire et jette son ours Mischka. Auprès d’elle, les gouvernantes se succèdent et ne restent jamais très longtemps tant l’enfant est difficile et capricieuse. Durant ces années de pré-adolescence, elle se confronte à l’injustice de ses professeurs qui ne reconnaissant pas ses talents pour l’écriture, ce qui la met très en colère. Elle vit également son premier deuil avec son oncle préféré décédé et se rapproche beaucoup de la mère de Vera qui lui raconte beaucoup d’histoires, puis de Vera qui progressivement devient plus proche et gentille avec elle qu’auparavant.
Au cours de ces derniers chapitres, elle reçoit une visite de sa mère, qu’elle rencontre à l’hôtel. Elle est devenue très distance et la narratrice mesure le fossé qui les sépare désormais. Elle repartira quelques jours plus tard sans avoir renoué de liens maternels avec Nathalie. Pire, l’été suivant, elle lui envoie une lettre où elle la considère comme un « monstre d’égoïsme ». Trois ans plus tard, sa mère reviendra à Royan puis repartira de nouveau en Russie au début de la guerre. Enfin, avant sa rentrée au lycée Fénelon, sur la route du retour de vacances, elle réalise que son enfance s’est arrêtée.

Présentation des personnages

Les personnages principaux

  • Natasha/Nathalie : personnage principal, également surnommée Tachok, Tachotchek, Pigalitza
  • Son père, Ilya Evseitch
  • Sa mère
  • Kolia, compagnon de sa mère
  • Vera, compagne de son père
  • Hélène, surnommée Lili: sa demi-sœur, fille de Véra et de son père.

Les personnages secondaires

  • Les docteurs Kevilly et Lesage
  • Niania, Gacha, Adèle : domestiques
  • Gricha Chatounovski, Iacha, oncles de Natasha
  • Aniouta : tante de Natasha
  • Varia : belle-soeur de Vera
  • Alexandra Korlovna : mère de Vera
  • Lola : cousine cadette de Natasha
  • Lucienne Panhard, Pierre, Micha: ses amis
  • Mr Ianov, Mr Bilit : amis de son père
  • Mr Georgin, Mr Laran professeurs
  • Miss Philips : gouvernante de Lili
  • Mr et Mme Florimond : travailleurs

Analyse de l’œuvre

Dans ce texte qui se présente sous la forme d’un dialogue entre la narratrice et son double, l’entreprise autobiographique se soumet constamment à un contrôle critique, au fil de moments isolés, sans lien entre eux. Nathalie Sarraute tente ainsi de se retrouver en reconstituant ses débuts avec la lecture et l’écriture dans ce récit original où elle se dédouble constamment à travers ses deux voix qui incarnent des postures distinctes quand à ce travail de mémoire : le récit de sa vie d’enfant et des événements qui l’ont marquée d’une part, la prise objective de recul dépourvue d’affect sur les faits d’autre part. Cette méthode d’écriture nous propose donc de lire deux livres : d’une part, un récit sur l’enfance de l’auteur jusqu’à sa rentrée au lycée et, d’autre part, une restitution de la méthode d’investigation du passé élaborée par l’auteur pour compenser les écueils rencontrés au long de l’entreprise autobiographique.
Ainsi, la narratrice tente d’explorer les sensations éprouvées par l’enfant qu’elle fut sans qu’elles aient été encore formulées. Et pourtant, cette formulation en mots de ces ressentis lui est nécessaire pour comprendre la façon dont elle a vécu les toutes premières années de sa vie. Ces sensations sont appelées tropismes, ou réactions causées par des agents extérieurs, physiques ou chimiques. En retranscrivant les tropismes à l’aide d’images ou de descriptions, Nathalie Sarraute cherche donc, à saisir les réactions profondes et dissimulées de son moi enfant, en allant au fond de l’individu et en faisant renaître ses sensations du passé. Le travail de l’écrivain consiste ainsi en
une mise en mots et en images à même de restituer l’intériorité de l’enfant. Si la petite fille était incapable de mettre tout ceci en mots, l’écrivaine en a la possibilité et c’est là sa mission.
Ce roman autobiographique représente d’ailleurs une véritable innovation dans le procédé.
Dès les premières lignes. Nathalie Sarraute, sceptique vis-à-vis du genre autobiographique, en fait un véritable enjeu en refusant les clichés, les impératifs esthétiques sous-tendant normalement la mise en mots et les souvenirs pré-construits, ce qui justifie la construction du livre, s’érigeant en refus d’embellir et de magnifier les souvenirs.
Par ailleurs, ce récit à double sens (récit d’enfance et témoignage sur la méthode d’investigation du passé) aborde également des thèmes sensibles et profonds. Parmi eux, le sujet de la parentalité est prédominant dans ce récit. La relation mère fille y apparaît au premier plan, paradoxale et compliquée car la mère de la narratrice, absente dans la vie de la fillette n’en est pas moins omniprésente dans son cœur. Par ailleurs, l’œuvre évoque la complicité profonde de l’auteur avec son père qui, compensatrice, comble le vide, guérit les maladies comme les manques et accompagne la petite fille vers l’adolescence en la rassurant et en la protégeant.
Par ailleurs, le thème de la famille recomposée prend beaucoup de place. Vera a un rôle ambigu tantôt affectueux tantôt distant et se dresse entre le père et la fille
Enfin, le roman aborde le sujet de l’importance et du pouvoir des mots pour la petite fille. Il s’agit d’un langage lié à la mère qui le lui appris, mais aussi d’une matière qui sera transformée en écriture.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !