Littérature

Romain Gary, La Vie devant soi : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Résumé chapitre par chapitre

Chapitre 1

Momo est un jeune enfant arabe, fils d’une prostituée qui est gardé par Madame Rosa, vieille femme juive en compagnie de six autres enfants. L’appartement d’accueil est au sixième étage sans ascenseur, quelque part dans le quartier de Belleville, à Paris.

Chapitre 2

Momo et ses amis réclament leurs mères à grand cris. Devant cette crise d’hystérie collective, Madame Rosa s’arrache le peu de cheveux qui lui reste en expliquant à Momo que ce n’est pas possible. Il demande s’il peut avoir un chien à la place de sa mère. Il court en voler un petit caniche.

Chapitre 3

Momo appelle son chien Super. Il le vend 500 francs à une dame dans la rue. Pris de remords, il jette l’argent dans les égouts. L’apprenant, Madame Rosa emmène Momo chez le docteur Katz. Ce dernier console Momo et fournit des tranquillisants à la vieille gardienne.

Chapitre 4

Momo s’interroge sur son âge réel, car Madame Rosa a fait des faux actes de naissance pour chaque enfant. Ancienne prisonnière à Auchwitz, elle fait la nuit de terribles cauchemars. Momo et les autres enfants s’amusent à lui faire peur. Momo la retrouve cachée dans une cave.

Chapitre 5

Le dimanche, Madame Rosa écrit des lettres pour le compte de Monsieur N’Da Amédée, un proxénète du quartier. Un des gardes du corps se saisit de Momo et le met sur ses genoux. Momo, de nouveau, pique une crise et Madame Rosa l’emmène chez le docteur Katz, qui, une fois de plus lui prescrit des tranquillisants.

Chapitre 6

Pour se calmer Madame Rosa prend des tranquillisants, mais n’en donne jamais aux enfants, contrairement à d’autres logeuses qui les assomment de médicaments. Le soir, elle continue d’avoir peur des nazis, bien que la guerre soit finie depuis longtemps. Les enfants jouent avec cette peur. Elle se cache dans ce qu’elle appelle « son trou juif ».

Chapitre 7

Momo aime bien la salle d’attente du docteur Katz, car il sent que cet homme l’aime bien. Madame Rosa continue d’accueillir de nouveaux enfants chez elle. Elle prend soin de leur faire de faux papiers afin qu’ils soient tranquilles.

Chapitre 8

L’état de santé de Madame Rosa se détériore. Momo l’aide pour s’occuper des autres enfants. De nouveau, elle va voir le docteur Katz qui tente de la rassurer. Momo se rend compte que l’âge qu’il y a sur ses faux papiers n’est pas son âge réel. Madame Rosa a de plus en plus de peine à monter les escaliers. Momo fait les courses pour elle.

Chapitre 9

Momo évoque son meilleur ami, Arthur, qui est un parapluie qu’il a déguisé. Avec lui, il arrive à gagner quelques sous dans les rues de Paris. Les mandats qui servaient à payer la pension de Momo n’arrivent plus. Madame Rosa est maintenant trop malade pour s’occuper des enfants. Elle raconte à Momo le jour où ses parents sont venus le déposer chez elle.

Chapitre 10

Devant la pénurie, Momo commence à voler dans les marchés, avec son ami Banania. Il apporte aussi à Madame Rosa des fleurs coupées qu’il trouve dans les rues. Mahoute, un ami, propose de l’héroïne à Momo, il refuse, mais par erreur, il pique les fesses de Madame Rosa qui devient euphorique.

Chapitre 11

Momo s’émerveille devant les vitrines animées des grands magasins près de l’Opéra. Une jeune fille l’aborde. Momo a peur que ce soit une assistante sociale. Il prend confiance et la suit jusque chez elle.

Chapitre 12

L’état de santé de Madame Rosa désespère Momo. Il sort souvent dans la rue et pense à elle. Il rêve d’être policier. Elle n’arrive presque plus à monter les escaliers. Momo rend visite à Monsieur Hamil, un vieil homme amant de Victor Hugo, qui, lui aussi, va de moins en moins bien.

Chapitre 13

En fin d’après-midi, Momo revoit la femme qu’il avait rencontrée devant les vitrines de l’Opéra. Il ne se montre pas. Il apprend qu’elle s’appelle Nadine.

Chapitre 14

Momo va dans un cinéma. Il entend les paroles : « Mon amour, mon amour ». Il pense aussitôt à Madame Rosa qui n’a jamais entendu ses mots-là.

Chapitre 15

Dans le cinéma, il revoit encore Nadine. Elle lui demande son prénom et lui raconte son travail. Momo est fasciné quand Nadine rembobine le film. Ensuite, Nadine invite Momo à manger une glace. Il lui dit qu’il aimerait pouvoir rembobiner la vie pour éviter que Madame Rosa ne meure. Nadine lui donne son adresse. Elle lui promet de l’inviter à la campagne avec ses enfants.

Chapitre 16

Cela fait un mois que Madame Rosa n’est plus sortie. Momo appelle en urgence le docteur Katz. Celui-ci lui donne une ordonnance et lui annonce qu’elle est très malade et qu’elle doit aller dans un hôpital. Momo dit à Madame Rosa qu’elle peut être tranquille, car elle n’a pas le cancer. Elle sourit. Momo invite Monsieur N’da Amédée pour fêter la nouvelle. Madame Rosa fait promettre à Momo qu’il ne se prostituera pas.

Chapitre 17

Momo n’ose plus regarder la vieille dame tellement sa santé est délicate. Il demande à Monsieur Hamil de l’épouser.

Chapitre 18

Une voisine prostituée, Madame Lola, aide Momo pour qu’il puisse nourrir Madame Rosa. Les voisins coopèrent tous pour l’accompagner. Les voyant si gentils avec elle, Madame Rosa s’inquiète davantage.

Chapitre 19

Les frères Zaoum, qui sont déménageurs ont descendu Madame Rosa pour une promenade dans Paris. Elle est heureuse. Momo rend visite à Monsieur Hamil et lui dit que Madame Rosa va bientôt mourir.

Chapitre 20

A la maison, Momo retrouve Moise en train de hurler, car Madame Rosa se promène toute nue dans l’appartement. Momo s’enfuit, puis revient. Madame Rosa est en plein délire et pense que la police française va venir la chercher. Elle a de plus en plus d’absences.

Chapitre 21

Pour la distraire, Momo va chercher Monsieur Maloumba, un éboueur cracheur de feu ou bien des danseurs africains. Elle ne bouge guère. Monsieur Maloumba montre à Momo comment on distingue une personne vivante d’une personne morte. Momo promet à Madame Rosa qu’il ne l’emmènera pas à l’hôpital.

Chapitre 22

Un homme sonne à la porte. Il s’agit d’un certain Youssef Kadir qui prétend être le père de Mohamed (Momo). Madame Rosa lui demande pourquoi il n’envoie plus d’argent. Momo apprend que son père était proxénète et qu’il a tué Aicha, sa mère. Youssef vient, car il veut embrasser son fils avant de mourir. Momo apprend qu’il a 14 ans. Madame Rosa fait croire à l’homme que Moise est son fils. Il tombe raide mort.

Chapitre 23

Madame Rosa livre quelques informations à Momo sur sa mère. Lors d’une visite, le docteur Katz tente de convaincre à nouveau la vieille dame pour qu’elle aille à l’hôpital.

Chapitre 24

Madame Lola promet à Momo qu’elle s’occupera de lui. Madame Rosa n’arrive plus à manger. Momo part retrouver Nadine dans la salle de cinéma. Elle lui saute au cou et l’invite chez elle. Momo se sent en confiance et lui raconte sa vie. Parler lui fait du bien. Nadine et son ami Ramon, qui est docteur, lui ont dit qu’ils passeraient le voir chez lui.

Chapitre 25

Momo retrouve Madame Rosa étendue sur son fauteuil. Il la couvre de baisers. Une ambulance attend devant l’immeuble. Momo la rassure, ce n’est pas pour elle. Momo lui demande pourquoi elle avait menti sur son âge. Elle lui avoue qu’elle avait peur qu’il ne parte.

Chapitre 26

Madame Rosa agonise. Le docteur Katz veut à tout prix l’emmener à l’hôpital. Momo lui demande s’il peut abréger ses souffrances. Le docteur refuse. Ensuite, il lui confirme son âge. Enfin, il consent à attendre quelques jours de plus.

Chapitre 27

Monsieur Walomba, suivant les recommandations du docteur, fait faire de l’exercice à Madame Rosa. Elle souriait. Momo finit par lui dire que le docteur Katz veut l’emmener à l’hôpital, dans quelques jours. Ils prient ensemble.

Chapitre 28

Le docteur Katz est sur le point d’appeler une ambulance quand Momo lui dit qu’elle attend de la famille d’Israël. Le docteur Katz repart, rassuré.

Chapitre 29

Le gérant de l’appartement passe pour réclamer son loyer. Momo l’éconduit avec habileté.

Chapitre 30

Avec de grandes difficultés, Momo et Madame Rosa descendent l’escalier. Elle veut aller dans la cave, son « trou juif ». Momo allume des bougies et vient se coucher près d’elle.

Chapitre 31

Momo fait un tour dans le quartier. Il revoit Monsieur Hamil qui a perdu la tête. Il annonce à tout le monde que Madame Rosa est partie en Israël. Il retourne dans le trou. Madame Rosa est froide et commence à sentir mauvais. Momo reste trois semaines à ses côtés. Il la maquille sans arrêt et lui verse du parfum. Momo part vivre chez Nadine et Ramon.

Principaux personnages du roman

Momo

Héros et narrateur du roman, il habite chez Madame Rosa. Il entretient avec elle une relation forte.

Madame Rosa

Vieille prostituée juive, elle habite au sixième étage à Paris sans ascenseur. Elle recueille chez elle des enfants de femmes prostituées qui n’ont pas le temps de s’occuper d’eux.

Monsieur Hamil

Il vient d’Algérie. Il est « le philosophe » du roman. Il questionne souvent Madame Rosa et Momo sur des questions profondes comme l’amour ou le bonheur.

Madame Lola

C’est une voisine de Madame Rosa. Travesti et solidaire, ancien boxeur sénégalais, elle sera d’un grand secours lorsque Momo traverse de périodes difficiles, en particulier lorsque Rosa a des crises. Docteur Katz

Docteur juif qui reçoit à plusieurs reprises Momo et Madame Rosa. La consultation finit toujours par une ordonnance de tranquillisants pour la vieille femme.

Monsieur N’Da Amédée

Proxénète du quartier, il se rend chez Madame Rosa pour qu’elle écrive à sa place des lettres pour sa famille restée en Afrique.

Monsieur Waloumba, Frères Zaoum, Monsieur Charmette

Voisins solidaires de Madame Rosa

Moise, Banania

Enfants de prostituées en pension chez Madame Rosa

Analyse de l’œuvre

Romain Gary, l’illusionniste

La vie devant soi reçoit le prix Goncourt en 1975. L’auteur français est récompensé sous le nom d’Emile Ajar, pseudonyme secret de Romain Gary. Il avait déjà obtenu le Goncourt en 1956, là sous son vrai nom, pour le roman Les racines du ciel. On retrouve ce goût de l’illusion dans la vie devant soi. Le narrateur est un enfant dont l’âge oscille entre 10 et 14 alors que l’auteur a déjà 61 ans lorsque ce chef d’œuvre est publié.

L’humour du désespoir

L’histoire est tragique, le roman est drôle. Il est constellé de perles comme : « Je peux vous dire aussi dès le début que c’était une femme qui aurait mérité un ascenseur » ou bien « Pendant longtemps, je n’ai pas su que j’étais arabe parce que personne ne m’insultait. » Cet humour est la fenêtre ou la soupape de ceux qui ont souffert. Le jeune Momo, « fils de pute », comme il se dénomme lui-même a été abandonné par ses parents puis recueilli par une vieille femme. Le vocabulaire et la syntaxe foisonnent d’expressions forgées, heureuses et volontairement maladroites qui font le bonheur du lecteur.

La vieillesse et la mort

L’auteur décrit avec tendresse et crudité l’état physique de Madame Rosa. « Elle avait les seins, le ventre et les fesses qui ne faisaient plus de distinction comme chez un tonneau. » Elle décrépit peu à peu à chaque chapitre. Cette narration du vieillissement féminin est touchante quand Madame Rosa arrive à ne plus se reconnaître dans un miroir. Sa mort est programmée. Momo la craint et la refuse. L’allégorie du film que l’on rembobine lui fait espérer un court instant que l’on peut,, dans la vie revenir en arrière.

Une histoire d’amour et d’amitié

L’attachement de Momo pour Madame Rosa est sans limite. Il restera auprès d’elle trois semaines après sa mort. Chaque sortie ou chaque parole entendue lui font penser à la vieille dame. Sous des descriptions très crues de son état physique transparaît à travers son amour pour elle. Ce livre est aussi une ode à l’amitié. Madame Lola, Monsieur Maloumba, Monsieur Hamil et tous les voisins, chaque à sa mesure, tente de faire en sorte que les derniers jours de Madame Rosa soient légers.

Les « Misérables » du XXe siècle

Monsieur Hamil, vieil arabe cultivé, a une passion pour le Coran et pour Victor Hugo. Le roman a un côté naturaliste en ce sens ou les bas-quartiers de Paris dans les années 1970 sont décrits dans toute leur misère. L’auteur dénonce, entre les lignes, l’injustice suprême de la pauvreté. De la vie des enfants de prostituées abandonnés, à celles des émigrants, le contexte social du quartier est omniprésent. Le merveilleux est que ces « misérables » s’aident, se soutiennent et donnent le peu qu’ils ont.

Le livre de la résilience

Le mot n’était pas utilisé dans les années 70. Madame Rosa craint les accès de violence de Momo car elle sait son père l’a abandonné après avoir tué Aicha, sa mère, une prostituée. Elle craint cette hérédité mortifère. En elle-même, grâce aux soins et à l’amour qu’elle prodigue à Momo, Madame Rosa est un tuteur de résilience. Grâce à elle, il surmonte les traumatismes qu’il a vécus et peut, à son tour, l’aider.

A propos de l'auteur

Les Résumés

2 Commentaires

  • J’ai un examen de cet livre pour une épreuve externe espagnole et j’ai pas eu temps pour le préparer. En parlant avec des autres étudiants qui ont lu cet livre, je peux conclure que ce résumé est très bien et comprend tout le nécessaire pour bien passer l’examen.

  • Ce résumé est INCROYABLE, bien détaillé mais pas trop non plus. Bien résumé, bon profil des personnages. Vraiment tout ce qu’il faut pour bien comprendre le livre et ou réviser un test !

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !