Littérature

Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Résumé scène par scène d’On ne badine pas avec l’amour

ACTE I

Scène 1

Dans cette scène d’exposition, c’est le chœur qui introduit les personnages de manière comique. Il présente d’abord le personnage de Maître Blazius en le tournant au ridicule (ivre, il arrive sur sa mule). Maître Blazius vient annoncer le retour imminent de Perdican. Le jeune homme revient de Paris où il a fait ses études, son érudition impressionne Maître Blazius.
Le chœur introduit ensuite dame Plume, qui arrive elle aussi sur son âne. Sa robe est retroussée jusqu’à ses jarretières, et le chœur la tourne au ridicule, tout en dialoguant avec elle. Le chœur de paysans s’adresse à Dame Pluche avec un ton ironique, en la considérant comme une Sainte. Dame Pluche vient porter la nouvelle du retour de Camille. Camille est la nièce du Baron, qui a exigé son retour au château. Dame Pluche considère que la jeune fille incarne la pureté.

Scène 2

Dans cette scène, nous découvrons le Baron annonçant ses intentions à maître Bridaine. Il compte marier sa nièce et son fils. Il expose à maître Bridaine une argumentation bien rodée, en deux parties, qui semble annoncer la suite de l’intrigue. Le premier point concerne le coût de leur éducation, qui s’élève à 6000 écus. Le second concerne sa propre solitude, depuis que le roi l’a nommé receveur. Quand Maître Bridaine lui oppose les liens de sang des jeunes, le Baron semble avoir tout prévu, jusque dans les moindres détails de leur arrivée simultanée au château.
La deuxième partie de la scène concerne d’ailleurs la rencontre de Perdican et Camille. Ils arrivent au même moment. Après les salutations, Perdican complimente Camille qui ne semble pas réceptive. Sa jeunesse passée au couvent se ressent.

Scène 3

Le chœur reprend sa fonction comique. Il décrit maître Bridaine et maître Blazius. Ils semblent être dans un conflit, et le chœur nous les présente comme deux ignorants, deux gros gloutons, deux prêtres, deux gourmets. Le baron rentre alors que le chœur part. Dame pluche écoute les plaintes du baron, qui se préoccupe de la froideur et l’indifférence qui semble régner entre son fils et sa nièce. Ses plans semblent s’envoler en fumée.
Nous assistons alors à une scène où Camille et Perdican discutent seuls dans le jardin. Le jeune homme, plongé et ému de leurs souvenirs d’enfance, propose à Camille d’en revivre (promenade et balade en bateau). Celle ci refuse catégoriquement : elle n’est qu’ennui et Perdican la plaint.
Alors Dame Pluche intervient auprès du Baron, désespéré. Elle défend la bonne morale de la jeune femme. Elle estime qu’une jeune femme respectable et qui se respecte ne doit pas faire certaines choses.

Scène 4

Perdican se balade dans son pays natal. C’est une scène émouvante, alors qu’il se balade dans son village natal, revoit le chœur (qui a assisté à sa naissance, l’a vu grandir, partir et revenir). Il rencontre Rosette, sœur de lait de Camille. Il la complimente, elle est très belle, et l’invite pour le dîner au château. Il se montre très amical et fraternel envers elle.

Scène 5

La dernière scène du premier acte se clôt sur un tableau comique. Elle s’ouvre sur des chamailleries entre le baron et Blazius. Ce dernier accuse Bridaine d’être un ivrogne, et le Baron ne remarque que l’ivrognerie de Blazius. Bridaine les rejoint.

ACTE II

Scène 1

Le deuxième acte s’ouvre sur Blazius et Perdican. Ce dernier confie à Blazius qu’il souhaiterait se marier avec Camille. La jeune femme entre, Blazius repart. Elle semble être elle aussi au fait des souhaits du Baron. Au contraire de Perdican, elle s’y oppose et demande à rejoindre le couvent dès le lendemain. Perdican ne dit rien de ses souhaits et ne conteste pas ses propos. Il lui offre sa simple amitié, puis quitte la scène.
La scène se termine sur Camille qui confie un billet à Dame Pluche. Elle lui demande de le remettre à Perdican. La dame s’en offusque, elle est outrée par ce billet.

Scène 2

Nous retrouvons les gros Bridaine et Blazius. Bridaine fait un monologue. Il se plaint d’un ton tragique de Blazius. Il a peur que les projets du Baron lui fasse perdre sa place auprès de lui, une place douillette surtout à sa table débordante de mets. Il craint de perdre l’abondance que lui offre sa place auprès du Baron.

Scène 3

Cette scène s’ouvre sur Perdican et Rosette qui passe du temps ensemble. La jeune femme explique à Perdican qu’elle est une fille simple, de la campagne, qu’elle est loin d’être une femme avec de l’esprit. Le jeune homme lui partage que le mariage avec Camille est manqué, qu’il n’aura pas lieu. Il flatte Rosette avec ardeur et l’embrasse à profusion. A la fin de la scène, Rosette verse une larme. On s’interroge sur la sincérité du médecin, qui semble retourner sa situation et devenir un bourreau des cœurs.

Scène 4

Le baron et Blazius offre au lecteur une scène comique. Blazius relate au baron ce qu’il a aperçu : Camille confiant un billet à Dame Pluche. Cette dernière pestant contre le “gardeur de dindons” qui doit recevoir le mot. De ce récit découle un quiproquo important. Le baron imagine que Camille a refusé la proposition de son fils, pour se marier avec un gardeur de dindons.

Scène 5

L’acte deux se termine sur cette scène où Perdican et Camille se retrouvent dans la forêt, près d’une fontaine. Ils discutent. L’humeur de la jeune femme est bien différente de leur dernière rencontre. Elle embrasse son cousin avec grande amitié. Elle revient sur son envie de se faire religieuse, qui est la raison de son départ du château.
Elle pose alors de nombreuses questions à Perdican, cet interrogatoire est étrange. Elle lui demande s’il a connu des maîtresses, s’il les a aimées. Leur conversation est longue et évoque leur considération de l’amour. Camille interroge Perdican sur sa conception de l’amour, à virevolter de cœur en cœur. Elle considère que sa manière d’aimer n’est pas noble, que ça ne vaut pas plus qu’une pièce de monnaie.
Elle évoque ses sentiments religieux. Sa volonté est de ne s’offrir qu’à Dieu et seulement Dieu. Sa vie au couvent, auprès de religieuses, ne lui a jamais permis de connaître l’amour.

ACTE III

Scène 1

Le troisième et dernier acte s’ouvre sur cette scène où Maître Blazius est congédié par le baron. Quand à Perdican, il interroge ses sentiments, remet en question ses actes. Aime-t-il Camille ? Oui, il en est convaincu. Mais la jeune femme ne semble pas l’aimer, il est certain maintenant qu’elle ne partage pas ses sentiments. Tout cela le rend complètement perdu.

Scène 2

Nous retrouvons les deux gros, Maître Blazius et Maître Bridaine. Ils s’épanchent sur le fait d’avoir quitté la table du baron, qu’ils regrettent. Lorsque Bridaine apprend que Blazius a été congédié, il réalise que lui n’a pas été mis à l’écart et rejoint la table pour dîner.
Maître Blazius décide alors de tout faire pour reprendre sa place. C’est ainsi qu’il décide d’intercepter le mot confié à Dame Pluche. Lorsqu’il la croise, il se bagarre avec elle pour mettre la main sur le billet. Au même moment, Perdican arrive et récupère le mot, qu’il lit.
Camille s’adresse à une religieuse. Elle lui confie qu’elle va quitter le château, que, comme elle l’avait imaginé, Perdican se désespère de son refus.
Le jeune homme est blessé par ces mots et la lecture de cette lettre. Il est heurté d’avoir été dans un tel désespoir, c’est surtout son grand orgueil qui est blessé. Il prend alors la décision de se venger de Camille avant son départ. Il lui transmet un billet dans lequel il l’invite à un autre rendez vous. Mais c’est Rosette qu’il convie et à qui il fera la cour, sous les yeux de Camille.

Scène 3

Camille se rend au rendez-vous donné par Perdican. Elle trouve Perdican en train de séduire Rosette. Il demande la jeune fille de campagne en mariage. Car celle-ci l’aime encore, car elle ne partira pas dans un couvent pour devenir religieuse. Il jette la bague offerte à Camille dans la fontaine. La jeune femme assiste aux fiançailles déboussolée.

Scène 4

Après la scène de séduction et fiançailles entre Perdican et Rosette, Camille est déboussolée. Elle ne souhaite plus partir au couvent, ne sait plus ce qu’elle veut. Maintenant que Perdican ne semble plus intéressé par elle, elle veut qu’il continue à la courtiser.

Scène 5

Dans cette scène, maître Bridaine annonce au Baron les fiançailles de son fils. Il lui apprend que Perdican a demandé la main d’une fille de la campagne, du village. En symbole de cette demande, le jeune homme lui a offert un collier en or, une chaîne, qui évoque le lien entre eux.

Scène 6

Camille découvre que Perdican a lu le billet et que ses fiançailles ne sont qu’une mascarade et une façon de se jouer d’elle. Elle invite alors Rosette, lui annonce que Perdican ne se mariera jamais avec elle. A son tour, elle l’invite à se dissimuler derrière un rideau, pour écouter la conversation qu’elle aura avec Perdican, ce fameux menteur.
Lorsque Perdican arrive, Camille l’accueille dans une robe toute neuve qu’elle a troqué contre ses robes de religieuses. C’est à son tour de jouer la comédie. Elle lui dit qu’elle ne s’est pas rendu au rendez-vous près de la fontaine, mais lui rend la bague qu’il avait jeté et la lui glisse à son doigt.
Perdican lui avoue alors son amour. Il promet de n’avoir jamais menti, et de ne jamais mentir. Camille triomphe alors de sa mascarade et lui montre Rosette, qui s’est évanouie sous le coup de l’émotion. Camille affirme à Perdican qu’elle ne l’aime pas, lui renvoie ses mensonges au nez.

Scène 7

Perdican persiste dans sa volonté d’épouser Rosette. Le baron désapprouve ce mariage, il est empli de douleur à cette idée, car son plan n’aura pas fonctionné et ses projets tombent à l’eau. Camille tente de dissuader son cousin de se marier, en vain.
Rosette vient remettre le collier d’or à Perdican. Les moqueries pleuvent sur la jeune fille du village, car elle n’aura été qu’un lot de consolation pour le jeune homme et que cette histoire l’empêcherait de se marier convenablement. Perdican pourtant, persiste et s’obstine auprès de Rosette. Ils sortent ensemble. Camille désenchante.
Camille devient alors confuse, exige de voir Perdican puis prétend ne jamais l’avoir appelé. Elle est prise sous la tourmente de ses sentiments et de ses propres manigances.

Scène 8

Dans cette scène de clôture de la pièce, on retrouve Camille près de l’autel. Elle parle avec Dieu, lui demande pourquoi il l’a fait mentir sur sa vérité. Lui demande pourquoi son Dieu ne veut plus d’elle, alors qu’elle ne voulait que de lui comme époux.
Perdican entre alors en scène, lui se plaint d’avoir cet orgueil qui lui est fatal. Les jeux jeunes gens se retrouvent. Ils se réunissent et s’avouent alors leurs sentiments, qu’ils se rendent compte avoir gâchés par simple vanité humaine. Ils échangent leur premier baiser, ce sera le seul et l’unique.
Au moment où ils s’embrassent, Rosette pour un cri violent. On découvre qu’elle était cachée derrière l’autel et a assisté à toute la scène. Perdican est impuissant et désemparé, cloué au sol. Camille se rend alors auprès de la jeune fille et découvre qu’elle est morte. La pièce se termine sur ces mots : “Elle est morte. Adieu, Perdican.”

Présentation des personnages d’On ne badine pas avec l’amour, d’Alfred de Musset

Le baron

Homme bourgeois et solitaire, il s’est chargé de l’éducation de son fils et de sa nièce. Il planifie le mariage des deux jeunes gens afin de palier à sa solitude et à une joie que son argent ne peut lui garantir.

Perdican, le fils

Le jeune homme rentre au château de son père, docteur fraîchement diplômé. Homme d’esprit et charmeur, il se plaît à papillonner de femme en femme, tout en aimant profondément et véritablement Camille. Il jouera de subterfuges pour rendre la jeune femme jalouse. Il a un grand amour-propre et un orgueil conséquent, qui le perdront quand ses manigances se retourneront contre lui.

Camille, la nièce

Jeune fille éduquée au couvent, elle est présentée comme naïve et pure. Sa vertu est vantée tout le long de la pièce, et on se rend pourtant vite compte que sa pureté n’est pas si étincelante. Elle étouffe ses sentiments pour son cousin et brandit le couvent comme un refuge, un endroit où elle peut échapper au monde et aux passions dont les sœurs lui ont averti de se méfier.

Rosette, sœur de lait de Camille

Naïve, innocente, et crédule, elle ne se rend compte que bien trop tard qu’elle n’était qu’un pion dans les badinages amoureux des deux cousins.

Dame Pluche, la gouvernante

Elle est la gouvernante de Camille et s’est occupée d’elle au couvent. Elle l’accompagne afin de récolter ses affaires pour retourner au couvent. Elle est dure et tient sa moralité en étendard. Elle pense contrôler et influencer Camille.

Maître Blazius, le gouverneur

Il a été le gouverneur du jeune Perdican. Il est fier de son élève et il lui est fidèle. Il a le pêché de l’ivrognerie, tout comme son rival Bridaine. Les deux passent le temps à se reprocher cela, et apportent un côté comique à la pièce.

Maître Bridaine, le curé

Curé du village, Maître Bridaine est un ami proche du baron. Il est ravi de pouvoir officier pour le mariage des jeunes gens et s’en réjouit. Il est pourtant plein de vices : l’ivresse, l’ambition, la gourmandise. Ce personnage permet à Musset de dénoncer l’hypocrisie de la religion.

Le chœur paysan

Le chœur paysan a un rôle comique ainsi qu’une fonction de narrateur dans la pièce. Les interventions du chœur permettent de faire la description au lecteur de ce qui se joue hors-scène, de ce que le spectateur ne voit pas. Ils ont un esprit lucide sur les autres personnages, et ajoutent une dimension comique et ironique à leurs interventions.

Analyse de la pièce de théâtre On ne badine pas avec l’amour

“On ne badine pas avec l’amour” est une pièce de théâtre publiée en 1834, qui fait partie du recueil “Un spectacle dans un fauteuil”, d’Alfred de Musset. L’auteur  Français n’en verra pas la représentation de son vivant. Elle ne sera jouée pour la première fois qu’en 1861. Composée de 3 actes, cette pièce évoque les sentiments amoureux de personnages ordinaires. Ni drame, ni comédie, elle est à part dans la production de l’époque : on la qualifie de drame romantique.
Cette pièce contient trois axes de lecture dominant :

  • Une pièce romantique : avant tout le récit de l’amour partagé entre Camille et Perdican, la pièce offre des réflexions sur l’amour. Elle interroge déjà sur l’amour idéal, à travers le personnage de Camille et ses questionnements. Elle met également en scène la fragilité de l’amour face à la vanité, et aux jeux.
  • L’orgueil : caractère prédominant de la pièce, notamment à travers le personnage de Perdican. C’est l’orgueil qui contrariera les sentiments du jeune homme, l’amour propre qui le conduira à manipuler la jeune Rosette jusqu’au drame. Ce caractère s’illustre d’ailleurs dès le titre, qui sonne comme un avertissement : ne badine pas avec l’amour, sinon…
  • La critique de la religion : à travers le personnage de Bridaine qui est grotesque, mais aussi avec l’omniprésence du couvent et de l’enseignement religieux à travers le personnage de Camille et la sévérité de Dame Pluche . La pièce est l’occasion pour Musset d’amener la critique de la religion, de l’hypocrisie des hommes religieux.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !