Littérature

Gaël Faye, Petit pays : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Partiellement autobiographique, Petit Pays est un roman écrit par Gaël Faye en 2016. Il raconte l’histoire d’une famille dans le génocide du Rwanda et du Burundi. Partons à la découverte de ce roman.

Résumé chapitre par chapitre de Petit pays de Gaël Faye

Prologue

Le prologue se compose en deux parties.

Dans la première partie du prologue, le narrateur, Gabriel, apprend par son père qu’au Burundi, pays d’afrique de l’Est, il y a trois ethnies différentes :

  • les Hutu, qui sont les plus nombreux, sont petit avec un gros nez ;
  • les Tutsi, moins nombreux, sont grands et maigres avec un petit nez. La mère de Gabriel est de cette ethnie ;
  • les Twa qui sont une minorité et qui, selon le père de Gabriel, ne comptent pas.

Gabriel tente de comprendre pourquoi les Hutu et les Tutsi se font la guerre. Son père lui explique que c’est à cause de la différence de leur nez.

Gabriel et sa sœur, Ana, tentent de discerner les Hutu et les Tutsi en portant leur attention sur leur nez.

Dans la deuxième partie, Gabriel exprime son dégoût pour la vie qu’il mène en France. Il n’arrive pas à trouver sa place. Les seuls moments où il parvient à s’échapper de son existence morne, c’est lorsqu’il est avec des femmes ou lorsqu’il boit. Il est nostalgique de la période où il était enfant lorsqu’il était au pays. Il idéalise l’Afrique et rêve d’y retourner.

Le jour de son anniversaire, alors qu’il fête ses trente-trois ans, on apprend qu’il a reçu un appel.

Chapitre 1

Gabriel nous raconte le mariage de ses parents. Son père vient du Jura, en France, et sa mère est une Rwandaise. Selon lui, si leur mariage n’a pas tenu, c’est qu’ils se sont marié trop jeune. Ils se sont dits oui alors qu’ils n’étaient pas encore vraiment adultes et responsables. Ils ont été dans l’obligation de se responsabiliser trop tôt. Ils n’ont pas su gérer les obligations de la vie quotidienne, ils n’ont pas réussi à s’entraider lorsque la politique s’est dégradée. Ils se sont bercés d’illusions et quand la réalité les a rattrapés, ils se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas prêts à combler les attentes de l’autre.

Chapitre 2

Gabriel relate un épisode de son enfance où ils sont partis avec sa mère, son père ainsi que sa sœur au Zaïre pour rendre visite à Jacques, un colon originaire de Bruxelles. Ce dernier est comme un second père pour Michel, le père de Gabriel. Michel et la mère de Gabriel, Yvonne, ne s’entendent plus très bien. Michel souhaite rester vivre en Afrique, car il trouve que sa vie est parfaite telle qu’elle est. Yvonne se sent menacée comme c’est une Tutsi et elle rêve de vivre à Paris. Les propos racistes échangés entre Jacques et Michel finissent par énerver la mère de Gabriel qui part énervée en les insultant.

Chapitre 3

Le père de Gabriel tente de se faire pardonner auprès de sa femme. Ils partent tous les quatre pour profiter d’une escapade familiale. Plus les heures passent, plus la mère et le père de Gabriel semblent s’éloigner l’un de l’autre. Il ne s’adresse pas la parole et les rares moments où Michel tente de faire un rapprochement, sa femme le repousse.

Au bout d’un certain temps, Gabriel voit ses parents discuter ensemble. S’il a l’espoir que tout revienne à la normale, il se rend vite compte qu’ils sont en train de se disputer.

Après la journée familiale, le père et la mère de Gabriel se disputent violemment et finissent par se séparer. La mère de Gabriel quitte la maison.

Chapitre 4

Les parents étant séparés, il est convenu qu’Ana passe Noël et le Nouvel An avec sa mère tandis que Gabriel partage ses moments avec son père.

Gabriel reçoit un superbe vélo BMX pour Noël. Le lendemain, il décide de sortir pour le montrer aux jumeaux qui habitent en face de chez eux. Il est rejoint par son père, furieux, qui le gifle pour avoir osé sortir sans l’avertir.

Ils passent tous deux le Nouvel An 1993 chez les Pygmées dans une forêt.

À leur retour, ils se rendent compte que Calixte, un de leur domestique, a disparu. Ils apprennent par le jardinier que Calixte est parti en volant plusieurs choses, dont le nouveau vélo de Gabriel.

Chapitre 5

Ana revient chez son père la veille de la rentrée des classes avec une coiffure qui ne plaît pas à son père. Il en fait part à la mère de Gabriel qui se sauve à moto sans embrasser son fils.

Gabriel retrouve les jumeaux. Ces derniers lui racontent leurs péripéties vécues au village de leur grand-mère : ils ont été circoncis de force par leur oncle, sous les ordres de leur grand-mère, ce qui n’a pas plu à leur père qui est français. Gabriel est sceptique quant à leur mésaventure, car les jumeaux ont souvent l’habitude de raconter des mensonges. Pour le prouver à Gabriel, ils baissent leurs slips avant de lui révéler qu’ils ont vu un enfant rouler avec son vélo dans le village où ils étaient.

Chapitre 6

Gabriel croit entendre son père l’appelait, mais ce n’est que le perroquet. Au cours du petit-déjeuner, cuisiné par Prothé, qui s’est remis d’une maladie dont les soins ont été payés par le père de Gabriel, l’enfant nous parle des différents employés de son père :

  • Donatien est le plus fidèle employé de son père. Il a quitté le Zaïre après son baccalauréat pour travailler dans l’entreprise supervisée par le père de Gabriel au Burundi : l’usine d’huile de palme de Rumonge.
  • Innocent est un salarié avec les autres employés. C’est un chauffeur, mais il est également l’homme à tout faire, c’est un employé précieux pour le père de Gabriel.

Chapitre 7

En classe, Gabriel reçoit une lettre de sa correspondante en France. Il s’agit de Laure qui habite à Orléans. En voyant sa photo, il la compare aux poupées de sa sœur. Il est ému par sa lettre et par le bisou qu’elle lui adresse. En réponse, il lui écrit un autoportrait amusant en lui décrivant le Burundi et sa vie quotidienne.

Chapitre 8

Gabriel est avec Donatien et Innocent pour retrouver la trace de son vélo. Ils se dirigent d’abord vers la maison de la grand-mère des jumeaux. Le fameux Mathias a revendu le vélo. S’ensuit une longue quête pour retrouver le vélo volé. Durant leur recherche, ils tombent sur Calixte qui finit par se retrouver sous les verrous. Aidé par Donation, Innocent et les autres enfants, Gabriel trouve enfin son vélo chez une famille de paysans pauvres. Le père de famille a utilisé toutes ses économies pour payer ce cadeau à son fils. Donatien demande à Gabriel de mentir à son père en lui disant qu’ils n’ont pas retrouvé le vélo. Il lui explique que cette famille ne retrouvera ni leur argent ni un vélo pareil pour leur enfant. Encouragé par Innocent, Gabriel repart avec son vélo. Il est néanmoins rongé par la culpabilité au point de ne plus vouloir toucher son vélo une fois qu’il revient à la maison.

Chapitre 9

Gabriel séjourne chez sa grand-mère maternelle qui est partie vivre au Burundi avec d’autres réfugiés Rwandais pour fuir la violence et la guerre de leur pays. Son oncle, Pacifique est un homme séduisant qui est passionné de bandes dessinées et de tristes chansons d’amour française. Il est aussi doué pour jouer de la guitare et pour chanter, bien que son timbre de voix ne soit pas aussi agréable pour Gabriel que celui de sa mère. On apprend que Pacifique souhaite rejoindre le Front Patriotique Rwandais (FPR) comme son frère Alphonse avant lui. Ce dernier était ingénieur et a choisi de se battre pour un pays qu’il n’a jamais connu. Il est mort au front. La détermination de Pacifique à vouloir rejoindre le FPR inquiète sa famille.

Rosalie, l’arrière-grand-mère de Gabriel, raconte les légendes du Rwanda qu’elle a fui. La mère de Gabriel, qui a à cœur d’éduquer ses enfants comme des blancs, n’y prête pas une oreille attentive. Pour autant, Pacifique écoute Rosalie avec attention, lui promettant qu’il lui sera possible de retourner vivre au pays.

Chapitre 10

Gabriel nous parle de ses amis : les jumeaux, Armand et Gino et de leurs activités quotidiennes telles que voler des mangues et les revendre, se baigner, pêcher. Tous les cinq ont un grand rival, Francis, un enfant de treize quatorze ans qui vit avec son oncle. Il n’est pas forcément fort, mais il a une forte résistance à la douleur. Il n’aime pas Gabriel et sa bande, car ils représentent pour lui, les gosses de riches. Les cinq amis décident progressivement de se liguer contre le reste du monde, basculant vers la peur.

Chapitre 11

Gabriel nous dresse le portrait de Gino qui, âgé de seulement 12 ans, rêve de participer à la guerre, comme l’a fait Pacifique, pour libérer le Rwanda. L’envie de Gino de partir au front étonne Gabriel, elle est incompatible avec celle de cet ami qu’il connaît qui a peur des mygales et de l’orage. Pourtant, Gino a été jusqu’à se tatouer le sigle FPR avec une branche, et ce, jusqu’au sang.
À la différence de Gabriel, Gino connaît la politique. Son père, qui est professeur à l’université, lui demande souvent son avis.

À la tombée de la nuit, ils se dirigent tous deux dans le cabaret de leur impasse pour déguster une bière et en profiter pour écouter les débats sur la démocratie.

Chapitre 12

Avec les élections présidentielles qui se précisent, Gabriel est témoin d’une euphorie qu’il compare à celle suscité par les matchs de football du dimanche matin.

Deux parties se disputent les élections présidentielles :

  • Uprona qui a régné pendant plus de trente ans au Burundi. Leurs couleurs sont le rouge et le blanc et ils ont choisi les trois doigts du milieu levé comme signe.
  • Frodebu est un nouveau parti politique. Ses couleurs sont le vert et le blanc et leur signe est un poing levé.

Au domicile de Gabriel, Innocent et Prothé, le cuisinier, symbolisent le conflit entre Uprona et Frodebu, l’ancien contre le nouveau.

Chapitre 13

C’est le moment des élections et les gens se mettent à voter. Le père de Gabriel étant un étranger, il ne peut pas voter, tout comme sa mère qui est Rwandaise.

Après un long moment de suspense, les résultats tombent et c’est Frodebu qui remporte les élections face à Uprona qui a le soutien de l’armée. Melchior devient le président. Cela enchante Prothé, indigne Innocent et inquiète le père de Gabriel.

Gabriel en profite pour adresser une lettre à sa correspondante d’Orléans, Laure, pour lui raconter les résultats des élections.

Chapitre 14

À l’occasion de ses onze ans, le père de Gabriel réalise une belle fête dans le jardin où toutes les personnes du quartier sont rassemblées. On y déguste le crocodile chassé par Jacques, cuit au barbecue.
Gabriel a des nouvelles de Pacifique, les choses semblent s’arranger au Rwanda. Il s’est marié avec une Rwandaise nommée Jeanne. Lorsque le conflit sera terminé, il compte se lancer dans la chanson.
Le père et la mère de Gabriel semblent avoir fini de se quereller : Gabriel entretient encore l’espoir qu’ils se remettent ensemble.

En étant posés ensemble, Gabriel et ses quatre amis (Gino, Armand et les jumeaux) voient arriver Francis à la fête. Celui-ci va de groupe en groupe et discute avec tout le monde. Gino ne voit pas cela d’un bon œil.

La fête est interrompue lorsque Gino et Francis se battent. La faute étant rejetée sur Francis, celui-ci est écarté de la fête. Il les menace avant de partir. C’est à ce moment-là que Jacques se rend compte qu’il n’a plus son Zippo, mais il est trop tard, Francis est parti.

La soirée continue dans la joie et la bonne humeur.

Chapitre 15

Gabriel nous relate ces vacances d’été où il s’est ennuyé. C’est déjà le moment de reprendre l’école et il est content : il passe au collège. Lui et ses amis se rendent compte qu’une hiérarchie s’opère entre ceux qui n’ont pas de marque et peu d’argent et ceux qui possèdent les choses.
Armand, qui ne possède rien, est toutefois admis dans les groupes, car il est doté d’un grand sens de l’humour.

Gino confie à Gabriel qu’il jalouse Armand. Il lui avoue également qu’il a hâte que la situation change au Rwanda pour y vivre avec sa mère et son père. Gabriel ne partage pas cet avis, il veut que les choses restent tel quel, mais il n’en fait pas part à son ami.
Leur discussion est interrompue par le père de Gino qui leur demande de s’éloigner des murs. La fissure dans la maison avertit qu’un séisme se prépare : c’est le calme avant la tempête.

Chapitre 16

Ana réveille son frère Gabriel apeuré par les bruits qu’il y a dehors. Gabriel comprend qu’il s’agit des bruits de balles. Ils ne sont que tous les deux dans la maison, leur père est absent.

Quand il est l’heure de passer au petit-déjeuner, ils se rendent compte qu’il y a quelque chose d’anormal : Prothé n’est toujours pas là et les employés de leur père ne viennent pas. Ils préparent leur petit-déjeuner et s’aperçoivent que la radio émet une musique classique. Leur père finit par arriver leur expliquant qu’il y a eu un coup d’État et qu’ils doivent rester à la maison pour aujourd’hui. Gabriel comprend alors que la musique classique indiquait la tournure des événements.

Pendant qu’ils sont chez eux, Gabriel voit Gino qui lui apporte des précisions sur ce qu’il se passe. Le président Melchior a été assassiné par l’armée. Gabriel partage les inquiétudes de son père. En écoutant la radio le soir, Gabriel s’endort pendant qu’on énonce le couvre-feu.

Chapitre 17

Si les choses reviennent à la normale pour les privilégiés du pays, ce n’est pas la même chose pour tous les habitants du Burundi. Le pays plonge progressivement dans le chaos et la violence et les massacres se perpétuent. Les événements provoquent l’exode de la population.

Cependant, Gabriel et ses amis continuent de vivre paisiblement, protégés par le coup d’État ce qui n’est pas le cas d’Innocent ou de Prothé qui sont en danger à tout instinct.

En tentant de voler des mangues dans le jardin de Francis, ce dernier réussit à attraper Gino et Gabriel et tente de les noyer dans la rivière. Gabriel s’en sort grâce à la fureur de Gino qui oblige Francis à utiliser ses deux mains contre lui.

Gino finit par avouer à son bourreau, qui se moque de sa mère, car personne ne l’a jamais vu, qu’elle est morte.

Les pleurs de Gino provoquent la colère de Gabriel à l’encontre de Francis.

Chapitre 18

Au Burundi, l’atmosphère devient pesante. Les massacres et les disputes font partie du quotidien de la vie. Prothé et Innocent se disputent et Innocent en vient aux mains. Menaçant et ne voulant pas s’excuser, le père de Gabriel est contraint de le licencier.

À l’école, les choses changent également. De ce qui possède et ceux qui n’ont rien, on passe à ceux qui sont dans le camp des Hutu et ceux qui sont dans le camp des Tutsi.

Chapitre 19

Gabriel part en vacances au Rwanda chez sa tante Eusébie avec sa mère et sa sœur Ana pour assister au mariage de Pacifique. Ce dernier explique que ce mariage arrive plus tôt que prévu, car sa bien-aimée est enceinte. Il confie à la mère de Gabriel qu’au Rwanda, c’est le calme avant la tempête et que les temps de paix sont incertains. Les extrémistes Hutu se préparent. Pacifique demande à la mère de Gabriel d’héberger les filles d’Eusébie ainsi que sa future femme à partir des vacances de Pâques. Elle accepte.

Chapitre 20

La famille se rend en voiture au domicile de Jeanne. Ils tombent sur un barrage militaire qui demande les papiers d’Eusébie et de la mère de Gabriel. Les soldats Hutu savent qu’ils sont tombés sur des Tutsi et ne cachent pas leur mépris. Ils finissent par les laisser passer en explosant la vitre arrière.

Le mariage de Jeanne et de Pacifique a lieu. C’est un mariage rapide, car, vu la tournure des événements, la famille de Gabriel doit vite retourner à Kigali avant la fin de l’après-midi.

Chapitre 21

En souhaitant mettre un terme au malaise avec Gino, Gabriel découvre qu’il a intégré Francis à la bande.

Cela provoque la colère de Gabriel qui s’adoucit quand Gino lui explique que Francis est comme eux, il a simplement perdu sa mère lui aussi. Gino rassure Gabriel en lui confiant qu’ils sont toujours meilleurs amis.

Francis décide de leur faire une surprise en entraînant la bande dans une piscine publique. Gabriel se distingue auprès de ses camarades en sautant du haut du plongeoir, se débarrassant également de sa peur.

Lors de leur retour, le taxi se met à piler lorsqu’il tombe nez à nez avec un cheval noir.

Chapitre 22

Le 7 avril 1994, la mère de Gabriel appelle à la maison. Se rendant compte de l’absence de leur père, elle les rejoint.

Elle leur apprend que les présidents du Rwanda et du Burundi ont été tués pendant leur trajet en avion.

Lorsque la mère arrive à avoir Eusébie au téléphone, cette dernière lui révèle que les Tutsi sont tenus pour responsables. C’est le début des massacres au Rwanda. Eusébie fait ses adieux au téléphone à la mère de Gabriel.

Le père et la mère de Gabriel tentent d’obtenir l’extradition de leurs proches au Rwanda, en vain.

D’avril à juillet 1994, le génocide bat son plein. La mère de Gabriel reçoit des nouvelles de Pacifique qui lui apprend que le gouvernement génocidaire est progressivement mis en déroute par le Front Populaire Rwandais.

Chapitre 23

Inquiet des violences au Burundi, le père des jumeaux prend la décision de ramener toute sa famille en France.
La bande perd alors deux membres, ce qui laisse plus de place à Francis pour imposer ses idées : il souhaite faire un gang et combattre les Hutu lors des journées de “ville morte”. Cette vision est partagée par Gino au grand désespoir de Gabriel qui décide de prendre ses distances avec ses camarades.
Il se sent pris au piège dans l’impasse et finit par se rapprocher de Madame Economopoulos, une de ses voisines. Avec elle, il découvre les plaisirs de la littérature qui lui offre la perspective d’un monde nouveau.

Chapitre 24

Au Burundi, personne n’est en sécurité. Gabriel voit un homme se faire passer à tabac alors qu’il va vérifier dans la boîte aux lettres s’il n’a pas eu des nouvelles de sa correspondante.

Jacques vient au domicile en ramenant la mère de Gabriel qui était partie au Rwanda pour retrouver sa famille. Amaigrie, elle leur apprend qu’elle est tombée sur le corps sans vie des quatre enfants d’Eusébie qu’elle a enterrés elle-même.
Jeanne et toute sa famille ont également été tuées, ce qui a provoqué la colère de Pacifique qui a assassiné les meurtriers. Sa vengeance a été sévèrement punie par la Cour Martiale Tutsi qui a ordonné son exécution. Il a été fusillé. Durant son séjour au Rwanda, la mère de Gabriel n’a pas réussi à retrouver Eusébie.

Chapitre 25

Après avoir retiré une puce chique logée dans la plante des pieds de Gabriel, Donatien et lui discutent. Donatien lui fait part de sa vie faite d’épreuve et de misère. Il lui confie également que c’est sa croyance en Dieu qui lui donne de l’espoir.

Gino arrive surexcité et demande à Gabriel de le rejoindre. En ouvrant le congélateur, il montre fièrement à Gabriel et à Armand les deux grenades qu’ils ont achetées avec Francis. Gabriel ne reconnaît plus son ami. Il découvre également que Francis et Gino ont volé un télescope à Madame Economopoulos. Gabriel cherche à le récupérer, mais ses efforts sont vains. Il décide de quitter définitivement la bande.

Chapitre 26

Les événements traumatisants auxquels elle a participé ont précipité la mère de Gabriel dans la dépression.

Le jour, elle est inexpressive et la nuit, elle vient partager les cauchemars qu’elle a vécus à Ana. Fatigué et inquiet, Gabriel fait part à son père de ce que sa mère inflige à sa sœur.
Une violente dispute éclate entre les deux. La mère de Gabriel jette un cendrier en direction d’Ana lui ouvrant l’arcade. Le père de Gabriel emmène sa fille aux Urgences. Lorsqu’il revient avec sa fille, leur mère a disparu. Gabriel culpabilise d’être à l’origine de la disparition de sa mère.

Chapitre 27

Ce chapitre est une lettre de Gabriel destiné à son cousin, Christian décédé. Il lui confie son amour pour Laure avec laquelle il se voit marier. Il lui avoue avoir compris les raisons de son père qui essayait de l’éloigner de la politique. Il lui fait part de ses amis qui changent, de cette violence qui s’est installée et de ce monde qu’il trouve absurde.

Chapitre 28

Ana est en train de dessiner les nombreuses horreurs que lui a décrites sa mère : “des villes en feu, des soldats en armes,…”.

Leur quiétude est interrompue par l’arrivée de Tutsi armés qui menacent Prothé, qui est Hutu. Ils ordonnent à Gabriel et Ana de dire à leur père de partir de leur pays, car les Français ne sont plus les bienvenus au Burundi. Ils les tiennent pour responsable de ce qui s’est passé au Rwanda.

L’enfance du narrateur est tuée, mais il trouve tout de même une échappatoire grâce à la lecture des livres de Madame Economopoulos.

Chapitre 29

Alors qu’il est tranquillement en train de lire, Gabriel est interrompu par Gino qui lui demande de le rejoindre. Ils se dirigent tous deux à la planque. Armand est présent avec un t-shirt maculé de sang. C’est celui de son père qui a été assassiné par des Hutu. Gabriel se rend compte que la guerre est là, au porte de son impasse. Cela le pousse à agir et à rejoindre la bande qui rejoint le gang des “Sans Défaite”. Leur chef est Innocent et demande à Gabriel de tuer le responsable de la mort du père d’Armand pour prouver qu’il est bien de leur côté.
Pour ce faire, Gabriel doit lancer le zippo, celui volé à Jacques, pour embraser le taxi et brûlé l’assassin.
Sous la pression et les menaces, Gabriel est contraint d’allumer le feu. Il ressort de cette épreuve avec un fort sentiment de culpabilité.

Chapitre 30

Ce chapitre est une lettre de Gabriel destinée à sa correspondante, Laure. Cette lettre poétique évoque la beauté de Bujumbura sous la neige. C’est une façon pour Gabriel d’écrire à Laure, mais également de s’éloigner de la violence et de la cruauté dans laquelle il vit.

Chapitre 31

Au Burundi, la violence s’intensifie au point de faire la une de l’actualité internationale. Prothé a été assassiné, dilapidé à mort, et Donatien est introuvable. Les ressortissants français sont rapatriés. Gabriel et Ana vont vivre dans une famille d’accueil. Ils ne quittent pas le pays, ils le fuient. Gabriel dit au revoir à Madame Economopoulos qui lui tend une page d’un poème. À l’aéroport, ils disent au revoir à leur père qu’ils verront pour la dernière fois.

Epilogue

L’appel qu’a reçu Gabriel est celui de l’annonce de la mort de Madame Economopoulos qui lui a laissé une malle remplie d’ouvrages à son attention.
Gabriel revient donc 20 ans plus tard dans son pays d’origine qu’il ne reconnaît plus. Seul Armand habite encore dans l’impasse. Ensemble, ils se dirigent au cabaret, se remémorant leurs enfances autour d’une bière. On apprend que Francis est devenu pasteur et que le père de Gabriel est mort dans une embuscade peu de temps après leur départ en France.
Durant leur échange, Gabriel entend une voix qui lui est familière, c’est celle de sa mère qui le prend pour Christian.

À cet instant précis, Gabriel ne sait pas quel sera son avenir, il n’a qu’une seule certitude : celle de prendre soin de sa mère.

Présentation des personnages

Gabriel

C’est le narrateur de cette histoire. Il a grandi au Burundi et a connu la violence et les atrocités du génocide entre Hutu et Tusti. Naïf, il juge les atrocités qu’il voit absurdes. Il ne souhaite pas rentrer dans un camp, ce qui l’éloigne de ses camarades.
Il finit par fuir son pays pour la France, un pays qu’il n’apprécie pas. Il idéalise l’Afrique et aspire à revenir dans son pays d’origine.

Michel, le père de Gabriel

Michel est un ingénieur français qui supervise l’usine d’huile de palme de Rumonge. Il jouit d’une situation confortable au Burundi. Cela lui permet d’apporter un confort matériel à sa famille.

Il s’attache à éloigner ses enfants des problèmes politiques. Ce père protecteur et aimant n’arrive pas à garder sa femme qui décide, après une dispute, de se séparer de lui.

Finalement, il sera contraint de rapatrier ses enfants en France pour les préserver de la violence qui règne dans le pays. Il finira par être tué dans une embuscade.

Yvonne, la mère de Gabriel

Originaire du Rwanda, elle a été contrainte de quitter son pays pour vivre au Burundi en raison des troubles politiques. Décrite comme une très belle femme, elle aspire à partir à Paris avec ses enfants, ennuyée de sa vie au Burundi. Elle s’attache à éduquer ses deux enfants métis, Gabriel et Ana, comme des blancs.

Après le massacre de sa famille au Rwanda par les Hutu, Yvonne sombre peu à peu dans la folie. Elle disparaît le jour où elle blesse sa fille après lui avoir lancé un cendrier.
Elle réapparaît à la fin du récit sous les traits d’une vieille femme, amaigrie et ravagée par l’alcool.

La famille d’Yvonne

On y recense :

  • Rosalia, sa grand mère ;
  • Alphonse qui est mort au combat en voulant délivrer le Rwanda ;
  • Pacifique, un chanteur qui finit par s’enrôler au FPR. Il trouve l’amour auprès d’une Rwandaise, Jeanne. Cette dernière étant assassinée par les Hutu, il se venge et finit par être fusillé ;
  • Sa tante Eusébie, avec ses quatre enfants : Christelle, Christiane, Christian et Christine. Les quatre enfants sont retrouvés morts par Yvonne et Eusébie restera introuvable.

Ana

Ana est la jeune sœur de Gabriel, elle a trois ans de moins que lui. Ils s’entendent très bien. Ana est une enfant sage, c’est aussi une très bonne élève.
Un traumatisme apparaît lorsque sa mère se met à lui raconter, durant la nuit, les horreurs qu’elle a vécues au Rwanda. Une fois arrivée en France, elle ne souhaite plus entendre parler du Burundi.

Les employés de la maison

Le père de Gabriel emploie plusieurs personnes pour gérer sa maison :

  • Calixte fuit la maison après avoir volé plusieurs objets dans la maison dont le vélo de Gabriel reçu pour Noël. Il finit par être emprisonné.
  • Prothé est le cuisinier de la famille. Cet Hutu se réjouit de l’arrivée au pouvoir du président Melchior. Ses réjouissances sont de courte durée. Il finit par être dilapidé à mort.
  • Innocent est un jeune Tutsi qui est le chauffeur de la famille. Le père de Gabriel l’emploie également comme homme à tout faire. Il finit par être renvoyé après une altercation avec Prothé. Il finit par devenir le chef du gang des “Sans Défaite”.
  • Donatien est le plus fidèle employé de son père. Il a quitté le Zaïre après son baccalauréat pour travailler dans l’entreprise supervisée par le père de Gabriel au Burundi : l’usine d’huile de palme de Rumonge. Il est profondément croyant. Il disparaît sans laisser de traces.

Les amis de Gabriel

  • Gino est le meilleur ami de Gabriel. Progressivement, il se radicalise, influencé par Francis. Son amitié avec Gabriel finit par se briser.
  • Les jumeaux sont des êtres joviaux, assez bavards et légèrement affabulateurs. Ils finissent par quitter le Burundi pour vivre en France.
  • Armand est une personne sociable disposant d’un bon sens de l’humour. Cela lui permet d’être populaire au collège. Il finit par se joindre au Gang des “Sans Défaite” à la mort de son père, assassiné par les Hutu. C’est également le seul à rester vivre dans l’impasse.
  • Francis est le dernier à rejoindre la bande. Au départ, il est l’ennemi juré de Gino, mais progressivement, ils se trouvent des points communs. Leur mère est morte à tous les deux et tous deux aspirent à se venger des Hutu. Francis influence Gino dans sa radicalisation. Francis finit par devenir pasteur.

Madame Economopoulos

Cette voisine grecque de Gabriel incarne le cosmopolitisme du Burundi avant que le génocide n’éclate.
Si au départ, Gabriel et ses amis lui volent des mangues pour lui revendre ensuite, Gabriel se lie d’amitié à elle quand il prend de la distance avec ses camarades.
En lui faisant découvrir la littérature, elle lui donne une échappatoire face à la violence et aux atrocités qu’il vit tous les jours.

S’il retourne au pays vingt ans plus tard, c’est avant tout pour récupérer des ouvrages que Madame Economopoulos lui a laissé à sa mort.

Laure

C’est la correspondante française de Gabriel. Elle vit à Orléans. Gabriel finit par tomber amoureux de cette fille qu’il ne verra jamais.

Analyse de l’œuvre

La mélancolie de l’enfance

Le récit de Petit pays est tourné autour de la thématique de la mélancolie enfantine. Dès le début du roman, Gabriel, qui vit en France, nous fait part de la nostalgie qui l’habite.

Cette mélancolie est associée à l’insouciance et à la vie paisible qu’il avait avec sa bande, l’union familiale. Tout cela disparaît progressivement. C’est d’abord la mère de Gabriel qui part vivre ailleurs et ses camarades perdent leurs insouciances au profit de la radicalisation.

L’enfance regrettée de Gabriel, c’est avant tout sa vie qu’il avait avant que la tournure des événements ne prenne une autre tournure : chaos, violence, destruction. Une vie qui lui échappe, et ce, même lorsqu’il revient dans son pays après 20 ans : “Je pensais être exilé de mon pays. En revenant sur les traces de mon passé, j’ai compris que je l’étais de mon enfance. Ce qui me paraît bien plus cruel encore.”

Un quotidien paisible qui devient chaos

L’impasse est le quotidien de Gabriel. C’est le lieu où il se sent bien, là où il a ses camarades. Là où il a ses attaches. Les événements vont, peu à peu, bouleverser son quotidien paisible. L’assassinat du président par l’armée, le génocide des Tutsi par les Hutu, font que la vie de Gabriel va sombrer dans le chaos et la violence.
Il ne sera plus en sécurité dans les rues du Burundi, dans son école et au sein de sa propre maison, comme l’illustre le passage où de jeunes Tutsi armés font irruption pour menacer Prothé.

Gabriel perd tout ce qui rendait sa vie paisible. Il perd ses amis, ses repères, sa mère. Les lettres adressées à Laure incarnent très bien cette vie paisible qui se transforme en cauchemar éveillé.

La critique de l’Afrique Post-Coloniale

Jacques, considéré comme un second père pour Michel, le père de Gabriel, ne se cache pas pour insulter ouvertement les habitants du Zaïre dans lequel il vit. Cet être méprisable incarne la mainmise de la Belgique sur le pays.

La domination des Européens sur l’Afrique est également symbolisée par Michel, le père de Gabriel. Ce Français du Jura est venu s’installer en Afrique pour jouir d’une situation plus confortable qu’il n’aurait pu l’espérer en France. Il fait partie de la classe supérieure de l’Afrique et fait travailler des autochtones pour assurer son confort matériel. Ces inégalités sociales sont d’ailleurs critiquées par la mère de Gabriel.
Bien qu’étant innocent, le père de Gabriel sera porté pour responsable de la situation qui se passe au Rwanda et au Burundi.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

1 commentaire

  • Bonjour, ce site est parfait pour les les étudiants, par exemple moi j’avais lu ce livre il y a longtemps, mais les résumés de ce site m’ont permi de bien revoir l’histoire et de l’avoir en tête !

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !