Littérature

Anton Tchékhov, Les Trois Soeurs : résumé, personnages et analyse

Couverture du dossier de lecture Les Résumés.com de la pièce de théâtre Les Trois soeurs d'Anton Tchéckhov
Ecrit par Les Résumés

Les Trois Soeurs est une pièce de théâtre écrite par Anton Tchekhov, un auteur russe, en 1900. Elle raconte l’histoire de trois sœurs, Olga, Masha et Irina, qui vivent dans un petit village en Russie et rêvent de quitter cet endroit pour vivre à Moscou. Découvrons ensemble cette pièce de théâtre.

Résumé détaillé acte par acte de la pièce Les Trois Soeurs d’Anton Tchékhov

ACTE 1

Le décors

Le salon de la maison des Prozorov est rempli de colonnades et derrière elles se trouve une grande salle où l’on prépare la table pour le déjeuner. Il est midi et il fait beau dehors. Olga, habillée en uniforme de professeur de lycée pour jeunes filles, est occupée à corriger des cahiers d’élèves. Macha, vêtue de noir, est assise et lit, son chapeau posé sur ses genoux. Irina, en robe blanche, est debout et rêve.

Il est midi, par un temps ensoleillé et joyeux, dans le salon de la maison où vivent les enfants du colonel Serguï Prozorov, qui sont Andreï, Olga et Irina, ainsi que leur nourrice Anfissa, âgée de quatre-vingts ans, qui est au service de la famille depuis plus de trente ans. Le vieux médecin militaire Ivan Romanovitch Tchéboutykine, ami de leurs parents, habite au niveau inférieur de la maison, tandis que le baron Nikolaï Lvovitch von Touzenbach, lieutenant, habite au niveau supérieur. Cet événement se passe dans une ville russe qui sert de chef-lieu de gouvernement à la fin du XIXe siècle, et la famille Prozorov y habite depuis que leur mère est décédée, il y a onze ans.

Les invités

C’est le 5 mai, c’est le premier anniversaire de la mort du père, ce qui marque la fin du deuil de la famille et le début d’une nouvelle vie. C’est également l’anniversaire des vingt ans d’Irina, la cadette de la famille, qui est joyeuse et radieuse. Bien qu’elle affirme avoir atteint l’âge adulte, elle est encore fascinée par des choses simples, comme la toupie que lui offre le jeune sous-lieutenant Alexeï Petrovitch Fédotik.

En plus de leurs locataires habituels, Tchéboutykine et Touzenbach, les trois sœurs ont également des invités parmi les officiers désœuvrés qui apprécient les charmes de leur demeure. Parmi eux se trouvent :

  • le capitaine d’état-major Vassili Vassilievitch Soliony, connu pour ses bizarreries, Fédotik ;
  • un jeune sous-lieutenant, Alexeï Petrovitch Vladimir Karlovitch Rodé.

Mais le nouvel invité qui attire le plus l’attention est le lieutenant-colonel Aleksander Ignatievitch Verchinine. Verchinine a servi sous le commandement de Prozorov et évoque avec les enfants de celui-ci les années passées à Moscou. Il a été récemment nommé dans la ville où il doit rester le temps que durera l’installation de son régiment.

Olga, la plus âgée des trois sœurs, a vingt-huit ans et porte un uniforme bleu étant donné qu’elle est enseignante au lycée de filles. Elle n’aime pas son métier et jure de tout mettre en œuvre pour en sortir, mais ne fait pas grand-chose pour réaliser ce rêve.
Macha, une de leurs sœurs, est venue les voir. Elle est idéaliste et frondeuse et s’était mariée, sept ans auparavant, à Fiodor Ilitch Koulyguine, un professeur de latin ennuyeux au lycée. Elle n’a jamais réussi à l’aimer, d’autant moins qu’il essayait de manière comique de combler l’écart entre eux. Cela l’a rendue amère envers le monde.

Le désir de retourner à Moscou

Ces quatre enfants souhaitent échapper à la monotonie, à la vulgarité, à l’insignifiance et à l’ennui de la vie en province. Andreï aimerait devenir professeur d’université à Moscou, et ses trois sœurs, de jeunes bourgeoises charmantes, éduquées et cultivées, espèrent également vendre la maison en province et retourner à Moscou.
Elles sont très fières de leur frère et l’admirent beaucoup. Selon elles, il est très intelligent et pourrait réussir s’il s’appliquait davantage dans ses études au lieu de passer du temps à jouer du violon et à perdre au jeu.

Koulyguine offre à Irina un cadeau qu’il lui avait déjà offert, et vient chercher Macha. Cependant, Macha, séduite par Verchinine, décide de rester pour le dîner.
Alors que tout le monde se dirige vers la salle à manger, Irina et Touzenbach restent en retrait. Touzenbach déclare son amour à Irina, mais celle-ci le repousse gentiment.

Natacha, l’épouse d’Andreï

Natalia Ivanovna, connue sous le nom de Natacha, fait également son apparition. Elle est la fiancée d’Andreï et vient d’une ville de province de milieu plus modeste que celui des Prozorov. Sa tenue, comprenant une robe rose avec une ceinture verte, choque Olga. Natacha est perçue comme vulgaire et intimidée par les trois sœurs.
Pendant que Koulyguine et Tchéboutykine ironisent sur l’amour qui semble lier Andreï à Natacha, cette dernière quitte brusquement la table en larmes, suivie immédiatement par Andreï qui lui demande de l’épouser. Deux officiers entrent et voient le couple en train de s’embrasser. Ils s’arrêtent, stupéfaits.

ACTE 2

Le contexte

Plus d’un an après, il est huit heures du soir, dans la même pièce que l’acte premier. Natacha arrive en peignoir avec une bougie à la main. Elle s’arrête devant la chambre qui mène à la chambre d’Andreï. Ce dernier est en train de lire. On apprend qu’Olga travaille au conseil pédagogique et Irina au télégraphe. Natacha et Andreï se sont mariés et ont eu un enfant qui s’appelle Bobik. Natacha est inquiète pour la santé de son fils et ne souhaite pas que leurs invités viennent. Andreï lui explique que ce sont ses sœurs qui décident. Natacha apprend à Andreï que Féraponte du Conseil municipal cherche à le voir.

Des regrets

Andreï profite du fait que Féraponte soit malentendant pour exprimer la nostalgie de sa vie. Il a envie de quitter la province pour aller vivre à Moscou. Il regrette la vie qu’il avait lorsqu’il était encore célibataire.
Macha et Verchinine reviennent d’une nuit passée à l’extérieur. Tous deux se plaignent de leurs mariages respectifs. Macha explique qu’elle s’est mariée à Koulyguine lorsqu’elle avait dix-huit ans. Au départ, elle l’appréciait, mais très vite, elle s’est rendue compte qu’il était médiocre. Verchinine quant à lui, a du mal avec sa femme qui n’arrête pas de faire des tentatives de suicide.
Touzenbach a ramené Irina qui travaille au bureau du télégraphe, un métier qui la fatigue et qu’elle n’apprécie pas, car c’est un emploi “sans poésie, sans esprit”. Irina apprend à Macha que leur frère Andreï a encore perdu deux cents roubles au jeu. Elle espère qu’il perde tout très vite pour qu’ils puissent retourner à Moscou.
Soliony déclare son amour à Irina, qui le repousse froidement. Soliony affirme alors qu’il n’a pas besoin d’être aimé, mais qu’il tuera tout rival.

Un mariage malheureux

Natacha veut qu’Irina dorme dans la chambre d’Olga afin de laisser sa propre chambre disponible pour son petit garçon. En raison de sa maternité, elle a commencé à diriger la maison, mais cela ne l’empêche pas d’avoir une relation avec Protopopov, président de l’assemblée du “zemstvo“, dont son mari est le secrétaire. Autrefois plein d’ambitions et de rêves pour sa vie à Moscou, Andreï est devenu un couard qui dépense son argent dans le jeu et ne montre aucun intérêt pour sa vie familiale.
Tchéboutykine arrive après avoir fait sa sieste. Verchinine propose à Tchéboutykine d’échanger des propos philosophiques. Ils parlent de la vie telle qu’elle sera après eux. S’ensuit ensuite une discussion sur le bonheur, la foi et le sens de la vie.
Tchéboutykine et Touzenbach sont contraints de quitter la soirée sur demande de Natacha, qui s’efforce de gâcher l’ambiance.
Natacha finit par rejoindre Protopopov dehors. Irina reste seule et redit, avec tristesse, qu’elle a envie de retourner vivre à Moscou.

ACTE 3

L’incendie

Il est tard dans la nuit, entre 2 h et 3 h du matin, dans la chambre d’Olga et d’Irina lorsque le tocsin commence à sonner annonçant un incendie en ville qui a déjà été en cours pendant un certain temps. Quatre ans se sont écoulés entre le deuxième et le troisième acte. On peut voir que personne dans la maison n’est encore allé se coucher. Macha, habillée de noir comme d’habitude, est allongée sur un divan. Olga et Anfissa entrent dans la pièce.

Un Andreï abattu

Olga a donné des vêtements à Anfissa, la nourrice âgée, et à Féraponte, un employé du zemstvo, pour aider les victimes de l’incendie. Macha et Irina sont en colère contre leur frère, Andreï, qui a hypothéqué la maison sans leur dire, alors que c’est un bien qui leur appartient également. En plus de ne rien faire d’autres que de jouer du violon, Andreï a également donné tout son pouvoir à sa femme. Les dettes d’Andreï s’élèvent à trente-cinq mille roubles. Natacha est enceinte de son deuxième enfant et il semble que le père ne soit pas Andreï mais Protopopov.

Des confidences

Anfissa se confie à Olga sur sa fatigue, et cette dernière la réconforte. Natacha arrive alors et réprimande l’infirmière, se demandant pourquoi Olga la garde à son service. Olga tente de s’opposer à la cruauté de Natacha, mais ses efforts restent vains. Seule avec ses sœurs, Macha avoue avoir une relation avec Verchinine.
Koulyguine cherche frénétiquement Macha pour qu’ils puissent rentrer chez eux et avoue à Olga qu’il aurait pu l’épouser.
Tchéboutykine se sent coupable de ne pas avoir été capable de répondre aux demandes de soins pour les victimes de l’incendie, et a replongé dans l’alcoolisme. Ivre et sombre, il entre dans la chambre avec une bouteille de vodka à la main et casse accidentellement une pendule appartenant à la mère des trois sœurs et d’Andreï. Il révèle à tous que Natacha a une liaison avec Protopopov.

Envie de changements

Andreï avoue la haine qu’il a pour lui-même et reconnaît qu’il est conscient de la mauvaise condition de sa vie. Il avoue sa déception face au caractère de Natacha, et supplie ses sœurs de lui pardonner tout cela. Soliony menace Touzenbach qui, pour impressionner Irina, a démissionné de l’armée afin de travailler dans une usine de briques.
Irina, qui se sent désespérée et désillusionnée par sa vie ordinaire d’institutrice, accepte d’épouser Touzenbach, bien qu’elle ne l’aime pas, s’il l’emmène à Moscou. Olga approuve cette décision. Irina prie Olga pour qu’elles s’en aillent vivre à Moscou.

ACTE 4

Le décor

Il s’agit d’une scène se déroulant dans un jardin avec une maison à proximité. Il y a une longue allée de sapins menant à une rivière et une forêt de l’autre côté. Il y a une terrasse avec une table sur laquelle il y a une bouteille et des verres, et ils viennent de boire du champagne. Tchéboutykine est assis dans un fauteuil dans le jardin et porte une casquette et une canne. Irina, Koulyguine et Touzenbach sont sur la terrasse et disent au revoir à Fedotik et Rodé, qui sont en tenue de campagne. Des passants et cinq soldats traversent parfois le jardin.

La mort de Touzenbach

Le régiment doit quitter la ville et changer de garnison. Tous les officiers, y compris le vieux médecin et Verchinine, doivent partir et font leurs adieux aux jeunes filles. Une photographie est prise pour immortaliser l’occasion. L’atmosphère est triste en raison de rumeurs selon lesquelles une dispute aurait éclaté entre Touzenbach et Soliony la veille. Irina a un mauvais pressentiment et, alors qu’elle accepte enfin d’épouser Touzenbach dans une scène délicate et touchante où elle avoue ne pas pouvoir l’aimer, il s’en va brusquement.
Tandis que les militaires s’en vont, une détonation retentit et la mort de Touzenbach est annoncée, tué par Soliony à la suite d’un duel. Natacha est stupéfaite, tenant son petit Bobik dans ses bras, tandis que Macha sanglote dans les bras de Koulyguine. Ce dernier, rempli de compassion et de générosité, accepte de reprendre Macha sans poser de questions, bien que désespérée.

Une mégère tyrannique

Natacha a pris le contrôle de la maison et agit en tant que tyran mégère, imposant ses lois. Andreï essaie toujours de se faire valoir, mais il est coincé dans son mariage et avec ses deux enfants, qui sont les seuls êtres que Natacha aime vraiment. Il reconnaît son échec et est moqué en ville pour être le secrétaire du “zemstvo” dont le président est l’amant de sa femme.
Olga a accepté à contrecœur le poste de directrice de l’école et va s’y installer avec Anfissa, sauvant ainsi la vieille infirmière de la cruauté brutale de Natacha. Le sort d’Irina est incertain, mais malgré la douleur de la mort de Touzenbach, elle envisage de poursuivre son travail d’enseignante dans une autre ville.

Des soeurs prisonnières

Alors que la fanfare joue une marche militaire, Olga enlace tendrement ses deux sœurs. Elles restent prisonnières de leur vie déprimante, elles se tiennent dans une étreinte désespérée. Tchéboutykine fredonne tandis qu’Andreï promène Bobik dans son landau, comme indifférent au malheur qui vient de frapper ses sœurs, Olga essaie en vain de les consoler.

Présentation des personnages

André Serguéevitch Prozorov est un jeune homme intelligent et doué qui joue du violon et qui aspire à devenir plus que ce qu’il est. Il est très choyé par ses sœurs, mais cela le rend paresseux et faible, et il finit par être médiocrisé. Il épouse Natacha, une femme issue de la ville voisine, mais il n’a pas réellement d’affection pour elle et est totalement passif dans leur relation. Il devient le père de deux enfants et s’adonne au jeu, contractant des dettes et hypothéquant la propriété. Sa femme le trompe avec le président pour lequel il travaille. Finalement, déçu par sa vie ratée et mesquine, il se rend compte qu’il est devenu ennuyeux, terne, insignifiant, paresseux, indifférent, inutile et malheureux. Il se définit par sa pusillanimité, sa veulerie et son échec, ainsi que par sa traîtrise à lui-même et à son monde.

Natalia Ivanovna (surnommée Natacha) est une femme déplaisante en raison de sa vulgarité et de sa médiocrité, mais aussi redoutable en raison de son esprit étroit, de sa cupidité et de sa volonté de domination. Elle utilise son attrait sexuel et sa grossesse pour contraindre Andreï à l’épouser et, une fois mariée, elle prend de plus en plus le contrôle sur lui, l’éloignant de ses sœurs et le transformant en loque. Elle s’impose également dans la famille, dictant ses lois et prenant le pouvoir et l’argent. Cette mégère tyrannique montre également une méchanceté impitoyable en voulant chasser de la maison la vieille nourrice, Anfissa, simplement parce qu’elle ne peut plus travailler. Natacha se détache progressivement de son mari pour devenir la maîtresse de Prozorov le président dont Andreï est le secrétaire. Natacha est une personne avide et sans scrupules, prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut.

Olga Sergueïevna Prozorova (surnommée Olia) est l’aînée de la fratrie Prozorova et remplace sa mère décédée depuis longtemps. Elle est professeure au lycée de jeunes filles de la ville et souhaite s’échapper de cette carrière, mais n’agit pas concrètement pour y parvenir. Elle partage avec ses sœurs l’espoir d’une vie meilleure à Moscou. Elle éprouve du désir pour Koulyguine, mais personne ne lui demande sa main et elle sait qu’elle sera sans doute toujours célibataire. Malgré sa tristesse et sa résignation, Olga reste douce et évite les conflits. Elle prononce les paroles finales de la pièce, qui sont à la fois réconfortantes et pessimistes, insistant sur le fait qu’il est important de travailler sans attendre le bonheur, puisque nous ne le connaîtrons probablement jamais.

Maria Sergueïevna Kouliguina, née Prozorova (surnommée Macha) est une jeune femme de vingt-cinq ans, artiste talentueuse et passionnée. Elle a épousé Koulyguine par amour lorsqu’elle avait dix-huit ans, mais est déçue par lui et en vient à mépriser l’univers entier. Elle devient de plus en plus ironique et agressive, en particulier envers Natacha. Elle tombe amoureuse de l’idéaliste lieutenant-colonel Verchinine, mais leur histoire d’amour est condamnée, car ils sont tous deux déjà mariés. À la fin, elle reste avec son mari, remplie de rancœur et de mélancolie.

Irina Sergueïevna Prozorova est la cadette. Elle a vingt ans au début de la pièce et est décrite comme étant joyeuse et pétillante, mais aussi débordante d’énergie et ayant du mal à trouver comment s’exprimer. Elle est déterminée à lutter pour réaliser son rêve d’une vie nouvelle à Moscou et maintient un climat de confiance et de griserie grâce à sa force d’espérance, mais elle finit par céder et faire des concessions sur ce qu’elle considère comme des exigences légitimes. Elle finit par sacrifier ses rêves et ses illusions et, même si elle essaie de se rendre utile en travaillant, elle ne trouve pas le bonheur qu’elle recherche et finit par détester et mépriser son travail. Elle est aimée par deux hommes, mais ne les aime pas, car elle pense qu’elle ne pourra trouver de vrai amour qu’à Moscou, mais comme il devient de plus en plus évident qu’elle et ses sœurs ne reviendront pas là-bas, elle finit par accepter sa situation.

Fiodor Illitch Koulyguine est un professeur qui est considéré comme étant sot et prétentieux, mais qui est en réalité bon et jovial. Il essaie souvent de faire rire les autres pour réduire la tension, même dans les situations graves. Cependant, il est préoccupé par l’opinion que le directeur du lycée a de lui. Il est marié à Macha, qui est plus jeune que lui et qui a une relation avec Verchinine. Fiodor Illitch ferme les yeux sur cette relation, mais accepte finalement de reprendre sa femme et de lui pardonner sa faute, ce qui le rend de plus en plus sympathique au fil de leur relation.

Alexandre Ignatiévitch Verchinine est un lieutenant-colonel qui a connu les trois sœurs Prozorov lorsqu’il était à Moscou. Elles l’appelaient le “commandant amoureux“. Il a quarante-deux ans au début de la pièce et est commandant de batterie. Il est marié à une femme neurasthénique et instable qui essaie souvent de se suicider, ce qui le met dans l’angoisse constante pour ses deux filles. Bien qu’insatisfait de sa vie de famille et de l’absurdité de son existence, il est incapable de faire un effort pour changer quoi que ce soit, probablement à cause de son sens du devoir ou de sa faiblesse de caractère. Il tombe amoureux de Macha, qui sait l’écouter et répond à ses sentiments, mais leur relation est douloureuse, car il est incapable de quitter sa famille et abandonner ses filles, et est paralysé par le chantage moral de sa femme. De plus, leur relation est de courte durée, car le régiment quitte la ville et il doit le suivre, retournant à sa vie solitaire. Verchinine aime philosopher, mais est souvent pessimiste quant à l’avenir et pense que le bonheur n’appartient qu’à notre descendance lointaine.

Nikolaï Lvovitch von Touzenbach est un lieutenant dans l’armée qui a des problèmes de relation avec la réalité et la société. Il est très proche de Soliony, mais ils se disputent souvent. Nikolaï est amoureux d’Irina depuis cinq ans, mais elle ne l’aime pas en retour. Pour essayer de l’impressionner, il aimerait quitter l’armée pour travailler dans une briqueterie et passe beaucoup de temps à philosopher. Cet amour conduit à une rivalité avec Soliony et aboutit finalement à un duel au cours duquel Nikolaï est tué.

Vassili Vassilievitch Soliony est un personnage sombre et énigmatique dans la pièce, qui se comporte de manière incohérente et imprévisible. Il harcèle Touzenbach et déclare son amour pour Irina, mais elle le trouve fruste et déplaisant. Il a une fascination étrange pour le poète Lermontov et porte constamment sur lui un flacon de parfum qu’il utilise pour masquer l’odeur de cadavres sur lui. Il représente la force incontrôlable des pulsions refoulées des autres personnages et finit par tuer le baron en duel.

Ivan Romanovitch Tchéboutykine est un ancien médecin militaire âgé de soixante ans qui a des problèmes d’alcoolisme. Il est ami avec les enfants Prozorov et leur sert de confident, mais il est également considéré comme excentrique et peu agréable à cause de sa lucidité qui le rend souvent pessimiste. Il a été amoureux de la mère des Prozorov et il est possible qu’Irina soit sa fille. Ivan se sent coupable d’avoir échoué à soigner une patiente et cela a contribué à son alcoolisme. Il est également pusillanime et indifférent, mais a de bonnes intentions.

Alexeï Petrovitch Fédotik est un sous-lieutenant dans l’armée qui essaie de séduire Irina en lui offrant des cadeaux. Il est passionné de photographie et prend de nombreuses photos de tout le monde. Malheureusement, il perd tous ses biens dans un incendie, mais cela n’affecte pas sa personnalité joyeuse et enfantine.

Vladimir Karlovitch Rodé est un sous-lieutenant d’origine allemande qui a servi dans l’armée. Il enseigne également la gymnastique au lycée local.

Féraponte est un vieux portier sourd qui travaille dans un endroit appelé “zemtsvo”. Sa tâche consiste à apporter des nouvelles d’autres endroits, souvent de Moscou, mais il dit souvent des choses qui n’ont pas de sens, se répète et est à peine écouté par les autres.

Anfissa est une domestique de quatre-vingt ans.

Analyse d’oeuvre

Analyse Littéraire

Dans Les trois soeurs, Tchékhov crée une atmosphère de lassitude et de vanité en présentant des personnages qui disent des choses stupides mais aussi des débats philosophiques. Il utilise des répétitions de mots et d’expressions pour créer des liens entre les personnages et maintient une ambivalence en mêlant l’humour et le tragique. Il donne également de la force à certaines répliques de ses personnages, rend le texte musical grâce à sa structure et à l’utilisation de symboles, tels que les ailes qu’il fait pousser dans le dos d’Irina afin de reprendre le symbole de l’oiseau qu’il avait déjà utilisé dans La Mouette

Les trois soeurs sont des personnages qui se trouvent coincés entre le passé et l’avenir, incapables de s’engager dans le présent. Malgré leurs différences, elles partagent une tristesse profonde et un désir de retourner à Moscou, qui représente pour elles un moyen d’échapper à leur situation. Elles se plaignent souvent et blâment les autres pour leur malheur, mais continuent de rêver et de chercher le bonheur. Avec le temps, elles voient leur joie de vivre s’évanouir et constatent que la vie ne leur a pas encore apporté ce qu’elles espéraient. Elles tentent de trouver un sens à leur existence en rêvant, mais lorsque ces rêves sont trahis, elles sont déçues et désespérées. Cependant, elles continuent de lutter et de vouloir vivre pleinement.
Les personnages de Les Trois Soeurs sont des individus qui ont beaucoup de rêves et de projets pour l’avenir, mais qui sont souvent pris dans le passé et qui parlent beaucoup sans vraiment se communiquer les choses importantes. Ils semblent également avoir des comportements contradictoires et sont souvent pris dans un ennui constant et un mal-être commun. Ils ont un désir de liberté, mais ont peur de la déception et sont incapables de changer leur condition. Tchékhov invite les lecteurs ou les spectateurs à s’identifier à ces personnages et à voir leur propre vie reflétée dans les aventures de ces personnages.

Analyse philosophique

Les trois sœurs de Tchékhov est plus qu’une représentation de la vie difficile en Russie à la fin du XIXe siècle. C’est aussi une réflexion sur les racines et les causes de la tristesse et du désespoir, qui sont des problèmes universels. La pièce offre également des réflexions qui sont toujours pertinentes aujourd’hui.
L’auteur traite de l’émancipation des femmes et de la lutte de la jeunesse pour trouver sa place dans un monde qui ne semble pas être fait pour elle. L’auteur critique le mariage et promeut l’autonomie des femmes par le travail, et souligne le mal-être et l’angoisse ressentis par les jeunes qui se sentent sans avenir et impuissants face à leur vie. L’auteur suggère que l’on devrait être bouleversé et en colère en voyant ces jeunes gens perdre leur énergie vitale et renoncer à leurs rêves d’avenir.
Dans l’œuvre de Tchékhov, l’argent est présenté comme un facteur important qui influence les actions et les choix des personnages, en particulier des femmes. Beaucoup de personnages sont dépendants de l’argent et sont obligés de faire des choix qui ne leur conviennent pas, comme se marier ou accepter des emplois peu intéressants ou épuisants, simplement pour subvenir à leurs besoins financiers. Les dettes sont également un problème important dans l’histoire, et peuvent même entraîner la perte de la maison familiale comme c’est le cas avec Andreï.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !