Littérature

Edgar Allan Poe, La Barrique d’amontillado : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

La barrique d’Amontillado est une courte nouvelle de l’écrivain américain Edgar Allan Poe, parue initialement en novembre 1846 dans le magazine Godey’s Lady’s Book. L’histoire explore le thème de la vengeance implacable d’un homme envers un ami qui l’a offensé, et se déroule dans une cité italienne non spécifiée à une époque non précisée. Similaire à d’autres œuvres de Poe comme Le Chat noir et Le Cœur révélateur, cette nouvelle est narrée du point de vue de l’assassin lui-même. Elle figure également dans le recueil intitulé Nouvelles histoires extraordinaires dans sa version française traduite. Plongeons dans l’exploration de cette œuvre centrée sur la vengeance.

Résumé détaillé de La Barrique d’amontillado d’Edgar Allan Poe

L’insulte de Fortunato

Le narrateur explique qu’il a supporté pendant un moment les injustes de Fortunato jusqu’à ce que celui-ci ne se décide de l’insulter. C’en était trop pour le narrateur qui décida de se venger. Aussi, il décida de ne pas le faire transparaître. Il continuait de lui sourire et de se montrer convenable avec lui. Le narrateur décrit Fortunato comme un charlatan qui se prétend fin connaisseur des grands vins alors qu’il n’en est rien.

La barrique d’amontillado

Lors d’un soir de carnaval, le narrateur rencontre Fortunato qui est déjà ivre. Le narrateur est content de le trouver. Il lui explique qu’il a acheté de l’amontillado, mais il se demande s’il ne s’est pas fait avoir. Prétextant ne pas vouloir déranger Fortunato, le narrateur prétend aller trouver Luchesi pour qu’il puisse juger par lui-même. Le narrateur titille même l’orgueil de Fortunato en annonçant que selon les dires, Luchesi a des goûts similaires à ceux de Fortunato. C’en est trop pour ce dernier qui ordonne au narrateur de le conduire à sa cave.

Dans la cave des Montrésors

Le narrateur avait tout prévu. Il avait demandé à ses domestiques de fêter la mi-saison. Il savait que personne ne viendrait troubler leur présence. Le narrateur et Fortunato s’engouffrent dans les profondeurs de la cave. Puis le narrateur fait signe à Fortunato de le suivre. Fortunato se met à tousser. Le narrateur lui dit qu’il n’est pas obligé de se charger de cette affaire. Les caves sont humides, il pourrait demander à Luchesi. Toutefois, Fortunato avait la ferme intention de goûter l’amontillado. Le narrateur lui donne à boire du vin puis il s’engouffre dans les caveaux. Le narrateur explique que ces caveaux appartenaient à la famille Montrésors dont leur devise était : “Nemo me impune lacessit”. Le narrateur casse un flacon de vin de Graves afin d’en donner en guise de “médoc” contre la toux pour Fortunato. Ils s’aventurent toujours plus profondément dans les caveaux.

Emmurer vivant

Ils arrivent au bout des caveaux et le narrateur invite son hôte à y entrer. Il y fait sombre. Le narrateur s’arrange pour enchaîner Fortunato contre le mur et il se prépare à emmurer l’homme. Le narrateur comprend que Fortunato semble avoir repris ses esprits toutefois, il ne parle pas. Le narrateur l’entend essayer de briser les chaînes en vain. Au moment même où il termine enfin le mur, il entend un rire s’échapper de la niche. Une voix triste se fait entendre que le narrateur n’estime pas être celle de Fortunato. La voix s’adresse une nouvelle fois au narrateur “Pour l’amour de Dieu, Montresor !”, ce à quoi le narrateur répond “Oui, pour l’amour de Dieu” avant de laisser échapper sa torche dans la petite ouverture restante. La nouvelle se termine par la phrase “In pace requiescat !”, que dit le narrateur en expliquant que depuis cinquante ans, personne n’est venu les déranger.

Présentation des personnages

Le narrateur est un personnage complexe et mystérieux. C’est lui qui raconte l’histoire du point de vue de son propre personnage, mais il reste assez vague sur ses motivations et sur les raisons pour lesquelles il a décidé de se venger de Fortunato. Ce qui est clair, c’est que le narrateur est un personnage cruel et calculateur qui a l’intention de se venger de Fortunato pour une offense passée. Il invite Fortunato à venir déguster du vin rare dans les catacombes de sa maison, sachant que cela va l’attirer dans un piège. Le narrateur utilise le nom de Luchesi pour piquer l’orgueil de Fortunato afin d’être sûr que celui-ci vienne dans sa cave. Sachant que Fortunato est ivre, le narrateur n’hésite pas à lui faire boire d’autres verres afin que sa capture lui soit beaucoup plus facile. Le narrateur fait preuve de cruauté envers Fortunato en érigeant un mur de briques, le condamnant à rester prisonnier dans les catacombes à jamais.

Fortunato est la cible de la vengeance du narrateur. C’est un noble italien et un grand amateur de vin, et il est invité par le narrateur à venir déguster du vin rare dans les catacombes de sa maison. Arrogant et imbus de lui-même, le narrateur utilise les défauts de ce personnage en lui disant qu’il va faire appel au service de Luchesi qui aurait les mêmes goûts que lui en matière de vin. Fortunato est ivre et ne se rend pas compte tout de suite qu’il tombe dans un piège. Lorsque le narrateur entreprend de construire le mur, il entend la chaîne mais Fortunato ne parle pas. Nous ne savons pas vraiment ce qui lui arrive. Même si le narrateur entend une voix, celle-ci ne semble pas être celle de Fortunato. Ce dernier se laisse donc emmurer sans rien dire.

Luchesi est un personnage mineur qui n’apparaît que brièvement dans l’histoire. Il est mentionné par le narrateur comme étant un autre amateur de vin qui pourrait être invité à déguster de l’Amontillado avec lui. Le narrateur se sert de ce personnage pour piquer l’orgueil de Fortunato afin d’être sûr que celui-ci le suive dans les caves.

Analyse de l’oeuvre

Le thème de la vengeance

Le thème de la vengeance est l’un des éléments centraux de La barrique d’Amontillado. Le narrateur a été gravement offensé par Fortunato et décide de se venger en l’invitant à venir déguster du vin rare dans les catacombes de sa maison, sachant que cela va l’attirer dans un piège.

  • Je l’ai invité à venir déguster de l’Amontillado avec moi, car j’ai décidé de me venger de lui.” (Le narrateur avoue explicitement son intention de se venger de Fortunato) ;
  • Je suis fier de ma ruse, car je sais que Fortunato ne s’en sortira pas vivant.” (Le narrateur se vante de sa ruse et de sa vengeance) ;
  • J’ai continué à ériger le mur de briques devant lui jusqu’à ce qu’il soit enterré vivant.” (Le narrateur met en action sa vengeance en condamnant Fortunato à rester prisonnier dans les catacombes à jamais) ;
  • Je me suis réjoui de la mort de Fortunato et de ma propre habileté à l’avoir piégé.” (Le narrateur se réjouit de la mort de Fortunato et de sa propre ruse).

Ces passages montrent clairement que la vengeance est l’une des motivations principales du narrateur et qu’il est fier de sa ruse et de sa cruauté envers Fortunato. Le thème de la vengeance est un élément clé de La barrique d’Amontillado qui contribue à l’ambiance sombre et effrayante de l’histoire.

La vengeance est un thème puissant et complexe qui peut être vu sous différents angles dans l’histoire. D’une part, elle peut être considérée comme une forme de justice, car elle permet au narrateur de se venger de Fortunato pour l’offense qu’il lui a faite. “J’avais supporté du mieux que j’avais pu les mille injustices de Fortunato ; mais, quand il en vint à l’insulte, je jurai de me venger.”. Cependant, elle peut également être vue comme une manifestation de la cruauté et de la perfidie humaines, car le narrateur est prêt à aller jusqu’à tuer Fortunato pour se venger de lui. Il reste assez vague sur ses motivations et sur les raisons pour lesquelles il a décidé de se venger de Fortunato, ce qui ajoute au suspense de l’histoire et laisse le lecteur se demander pourquoi il agit de cette façon.

Une histoire pleine de suspense

La barrique d’Amontillado est une histoire remplie d’ambiguïté et de suspense, qui laisse le lecteur se demander ce qui se passe et pourquoi le narrateur a l’intention de se venger de Fortunato. Quelle est cette “insulte” ? Mérite-t-elle la mort d’une personne ?

Le narrateur reste assez vague sur ses motivations et sur les raisons pour lesquelles il a décidé de se venger de Fortunato, ce qui ajoute au suspense de l’histoire. En effet, le lecteur se demande pourquoi le narrateur a l’intention de se venger de Fortunato et quelle est l’offense qui a motivé sa décision. Cette ambiguïté contribue à la complexité du personnage du narrateur et à l’ambiance sombre et effrayante de l’histoire.
Face aux justifications plutôt vagues de Montresor, certains interprètes ont déduit qu’il pourrait être mentalement instable, ce qui expliquerait son geste malgré l’élaboration méticuleuse de son stratagème. Une interprétation alternative suggère que Montresor, issu d’une lignée autrefois estimée mais dont le prestige s’est érodé, aurait cherché à se venger de Fortunato pour son succès apparent — comme son nom l’indique — et pour l’avoir éclipsé socialement.

De plus, le fait que le narrateur bloque le passage pour empêcher Fortunato de s’échapper et commence à ériger un mur de briques devant lui pour le condamner à rester prisonnier dans les catacombes à jamais ajoute également au suspense de l’histoire. Le lecteur se demande comment Fortunato va s’échapper ou s’il va réussir à s’échapper, et cela maintient l’intérêt du lecteur tout au long de l’histoire.

En fin de compte, l’ambiguïté et le suspense sont des éléments clés de La barrique d’Amontillado qui contribuent à l’ambiance sombre et effrayante de l’histoire.

Les personnages

Montresor et Fortunato sont des noms qui renvoient tous deux à la notion de richesse. Le renversement de leurs destins respectifs peut être vu comme le reflet d’une connexion psychologique profonde et mutuelle entre le meurtrier et sa proie. Montresor en veut à Fortunato pour sa popularité, son respect et sa joie de vivre — des qualités que Montresor possédait autrefois. Dans un acte symbolique, il scelle le sort de Fortunato en l’enfermant vivant dans les caveaux de sa famille. Le blason des Montresor, dépeignant un pied qui piétine un serpent qui, en retour, le mord, peut être interprété comme une représentation allégorique de leur relation : Fortunato, sans le savoir, a foulé Montresor, qui réagit en lui infligeant une morsure mortelle.

Selon Cecil L. Moffitt, Fortunato, présenté comme un expert en vins, ne l’est en réalité pas. Fortunato affirme en effet à propos de Luchesi qu’il est “incapable de distinguer l’amontillado du xérès“, alors que l’amontillado est une variante du Xérès, et boit d’un seul trait un verre de Graves, ce qui ne serait pas fait par un véritable connaisseur. Moffitt avance que Fortunato n’est qu’un simple alcoolique et qu’un véritable amateur de vins pourrait considérer qu’il mérite son sort en raison de sa méconnaissance flagrante des bons vins. Ce qui rejoint les dires du narrateur lorsqu’il prétend que Fortunato n’est qu’un “charlatan”.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !