Littérature

Françoise Sagan, Bonjour tristesse : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Résumé de Bonjour tristesse de Françoise Sagan

Le roman débute avec Cécile. Cette dernière vient de rater son Baccalauréat. Mais elle n’a pas l’intention de laisser cet échec gâcher ses vacances d’été. En effet, elle a prévu de partir en vacances dans une magnifique villa du Sud de la France. Elle va passer ses vacances en compagnie de son père, veuf, qu’elle adore plus que tout. Elle compte bien s’amuser, sortir et, pourquoi pas, faire des rencontres. Rien ne pourrait venir gâcher sa joie et sa bonne humeur.

Afin de profiter pleinement des vacances d’été, Raymond a emmené Elsa, sa maîtresse avec eux. Tout s’annonce parfait pour le trio. Cécile s’entend bien avec Elsa, ce qui fait la joie de Raymond. Les vacances s’annoncent idéales et Cécile fait même la rencontre de son premier amour de vacances. Il se prénomme Cyril, c’est un très bel étudiant âgé de 26 ans. Avec lui, elle découvre l’amour et les premières relations charnelles. Plus grand qu’elle, Cécile voit en Cyril un jeune homme expérimenté et mûr. Pour un premier amour de vacances, c’est idéal !

Mais ce bonheur sera de courte durée à cause de l’arrivée d’Anne. Ancienne amie proche de la mère de Cécile, Anne a été invitée par Raymond à venir passer les vacances avec eux dans la villa. Deux femmes dans la même maison, en compagnie d’un homme séduisant et séducteur, cela ne fait pas bon ménage. Il y a d’un côté Elsa, la jolie rousse un peu cruche et naïve et d’un autre côté, Anne, une très belle femme d’une quarantaine d’années, aussi élégante qu’intelligente.

Un soir, lors d’une sortie au casino, la belle histoire d’amour entre Raymond et Elsa se brise subitement. Le côté séducteur de Raymond ressort et il n’hésite pas à afficher clairement son attirance pour Anne. En les voyant flirter ensemble sans aucune gêne, Elsa est anéantie. Elle décide donc de quitter la villa pendant quelques temps et reviendra un peu plus tard pour prendre ses bagages et s’en aller pour de bon.

Désormais, Raymond et Anne forment un couple et Cécile a un peu de mal à trouver ses marques. Anne est une femme qui pense être supérieure à tout le monde, au-dessus de tous. Cécile est admirative de cette femme très sûre d’elle, mais se sent aussi constamment rabaissée. À chaque fois qu’elle se sent inférieure à Anne, elle a envie de tout faire pour l’éloigner d’elle et de son père, car elle représente une menace. Mais elle se ravise en pensant à sa droiture et sa grande intelligence, voyant en elle, un objet de fascination. Cécile fait donc face à des sentiments partagés à son égard, car Anne n’est pas une femme méchante. Mais dans la tête d’une jeune fille de 17 ans, ce sentiment d’infériorité peut être désastreux.

Raymond et Anne sont heureux ensemble et veulent symboliser leur amour par un mariage. Ils annoncent donc cette nouvelle à Cécile. Troublée par cette annonce, elle y voit quand même un excellent moyen d’avoir un bel avenir en compagnie d’une femme intelligente et cultivée.

Un peu plus loin dans le roman, on apprend que Cécile a encore des sentiments hostiles envers Anne pour diverses raisons. En effet, Anne impose beaucoup de choses à Cécile et la prive aussi beaucoup. Anne veut absolument que Cécile travaille pour réussir son Baccalauréat. De plus, lorsqu’Anne surprend Cécile enlacée dans les bras de Cyril, elle lui interdit de le revoir.

Les exigences et les privations d’Anne envers Cécile montent sont de plus en plus grandes. La goutte d’eau qui fait déborder le vase, c’est quand Anne enferme Cécile dans sa chambre pour l’obliger à travailler. Cécile est désormais privée de liberté, ce qu’elle ne peut pas du tout accepter. Dans un sens, les intentions d’Anne ne sont pas spécialement mauvaises. Elle veut que Cécile réussisse son Baccalauréat et la prive donc de toutes distractions qui peuvent nuire à son travail. Mais Cécile ne l’entend pas de cette oreille. Cécile est furieuse. Elle ne veut pas accepter d’être privée de liberté. Jusqu’à présent, lorsqu’elle en voulait à Anne, Cécile réussissait à se raisonner, mais là, pour elle, c’était allé beaucoup trop loin.

C’est là que la jeune fille pense à Elsa et sa grande naïveté. Elle va se servir d’elle pour éloigner Anne. Alors lorsqu’Elsa passe à la villa pour récupérer ses affaires, Cécile lui fait part de son plan. C’est très simple, elle veut se débarrasser d’Anne et qu’Elsa revienne auprès de son père. Pour y parvenir, elle va demander à la mère de Cyril d’héberger Elsa. De cette manière, Cécile fera croire qu’Elsa et Cyril ont une aventure ensemble.

Quand Raymond apprend cela, il se met en tête de tout faire pour séduire à nouveau Elsa, ne serait-ce que pour s’assurer qu’il est encore capable de séduire une femme malgré son âge. Le plan de Cécile est en marche et il fonctionne parfaitement bien puisque Raymond met tout en œuvre pour conquérir à nouveau le cœur d’Elsa. Pour Cécile, ce plan était parfait. Son père n’aurait jamais résisté à l’envie de séduire et n’aurait jamais accepté qu’Elsa puisse avoir une aventure. Sa fierté allait en prendre un coup, c’est pour cela qu’il n’a pas hésité une seconde à reconquérir la jolie rousse.

Le problème, c’est qu’Anne va, un jour, surprendre Raymond, son futur mari, en train d’embrasser Elsa. Et là, tout son monde va s’effondrer. Elle qui est toujours sûre d’elle, se retrouve vulnérable, comme l’avait été Elsa lorsqu’elle avait prit sa place aux côtés de Raymond. Anne fond en larmes, terriblement blessée puis s’enfuit en courant jusqu’à sa voiture. En voyant cela, Cécile est prise de remords. Elle regrette d’avoir manigancé tout cela, mais il est trop tard, le mal est déjà fait et elle ne peut pas revenir en arrière.

Anne prend sa voiture et s’en va. Seulement, elle va perdre la vie dans un accident de voiture. Ce décès va profondément affecter Cécile, persuadée qu’Anne est morte par sa faute. Elle va même envisager de se suicider pour mettre fin à cette souffrance et cette culpabilité. C’est Cécile qui a voulu séparer Anne et son père en élaborant un stratagème qui a trop bien fonctionné. Bien évidemment, Cécile ne s’attendait pas à ce qu’Anne connaisse une fin aussi tragique. Pour elle, elle voulait simplement retrouver la liberté qu’Anne lui avait enlevé et le seul moyen était d’éloigner Anne de sa famille. Jamais elle n’aurait cru qu’Anne allait mourir et, d’ailleurs, ce n’était pas ce qu’elle souhaitait non plus.

Après une longue période de deuil, Cécile et son père vont, peu à peu, reprendre goût à la vie et leur complicité d’avant revient s’installer entre eux. Mais Cécile sera marquée par cette histoire. Elle va désormais devoir vivre avec une très grande tristesse au fond d’elle.

L’histoire de ce roman se finit assez tragiquement, d’où le titre parfaitement bien choisi.

Présentation des personnages

Ce roman met en scène cinq personnages principaux que l’on retrouve tout au long du roman :

Cécile : c’est le personnage principal de ce roman, ainsi que la narratrice. C’est une jeune lycéenne de 17 ans dont la mère est décédée. Elle vit depuis peu avec son père et vient de rater son Baccalauréat. Dans ce roman, elle a simplement envie de profiter de son été au maximum, car elle va devoir repasser son Bac.

Cyril : c’est un étudiant plus âgé que Cécile. D’abord simple amour de vacances, Cyril devient le petit ami de Cécile. Le père de Cécile l’apprécie assez rapidement.

Raymond : c’est le père de Cécile. C’est un homme assez séduisant et qui aime plaire aux femmes. Il déteste la routine et a déjà eu plusieurs compagnes. Vis-à-vis de Cécile, Raymond est un père aimant qui est très complice avec elle.

Elsa Mackenbourg : c’est la compagne de Raymond au début du roman. Plus jeune que lui, Elsa s’intéresse principalement à la mode et à la beauté. Cécile semble fascinée par cette jeune femme.

Anne Larsen : autrefois, c’était une amie de la mère de Cécile. Anne est une très belle femme et qui fait preuve d’une grande intelligence. Quand Raymond l’invite à les rejoindre pour l’été, elle accepte sans hésiter. Face à Anne, Cécile est quelque peu admirative.

Analyse de l’œuvre

Aux premiers abords, le roman « Bonjour Tristesse » de Françoise Sagan, une auteure française, semble dépeindre une banale histoire d’amour adolescente. Mais en réalité, le sujet est beaucoup plus profond. Tout d’abord parce que l’auteure n’était âgée que de 18 ans lorsqu’elle a écrit ce roman et surtout, parce qu’à l’époque (1954), certains sujets étaient considérés comme sensibles.

Ainsi, l’histoire tourne en grande partie autour des premières histoires amoureuses d’une jeune adolescente et de sa découverte des relations sexuelles. « Bonjour Tristesse » est l’un des premiers romans jugés sulfureux, d’autant plus qu’il a été écrit par une jeune femme de 18 ans. Bien évidemment, en lisant ce roman maintenant, les lecteurs ne seront pas choqués par les propos tenus dans le livre, mais en 1954, c’était très différent. « Bonjour Tristesse » n’est pas un roman érotique, loin de là. Il y a aussi beaucoup d’amour et d’affection tout au long de l’histoire.

Dans ce roman, Cécile est décrite comme une jeune fille insouciante et qui a soif de liberté. Lorsqu’elle découvre l’amour pour la première fois, un sujet très important en découle : la contraception. De nos jours, c’est un sujet ancré dans la société, mais à l’époque de la sortie de ce roman, ce n’était pas un sujet que l’on abordait librement. Avoir des relations sexuelles signifiait la possibilité de tomber enceinte et pour une fille de 17 ans, c’était impensable.

Du côté de Raymond, le père, il était assez mal vu qu’un homme veuf puisse avoir autant de conquêtes féminines, d’autant plus que certaines étaient beaucoup plus jeunes que lui. D’autres thèmes sont abordés dans ce roman comme l’adolescence et ses tracas, l’amour, la tristesse et le deuil. Cécile va connaître toutes sortes de sentiments tout au long de ce roman. D’ailleurs, il y a beaucoup de similitudes entre Cécile et Françoise Sagan.

Le titre du roman « Bonjour Tristesse » a été choisi par l’auteur en référence au poème « À peine défigurée » d’Éluard. Le roman ne se résume donc pas qu’à la vie d’une jeune fille qui découvre l’amour puisque la toute première phrase du roman ainsi que la toute dernière phrase font référence à la tristesse. C’est un sentiment qui plane au-dessus de l’histoire, du début à la fin. Il y a la tristesse d’une adolescente d’avoir perdu sa mère, la tristesse d’avoir échoué au Baccalauréat, la tristesse d’être interdite de voir son amour de vacances et enfin, la tristesse d’avoir causé, indirectement, la mort d’Anne.

Le roman « Bonjour Tristesse » se termine sur une note triste avec l’accident d’Anne. La tristesse qui émane de cette histoire via bien au-delà de tous les autres sentiments que l’on peut retrouver (joie, amour, insouciance, liberté…). On pourrait dire que c’est même le thème principal du roman. Il y a de la joie, de l’amour, de la tendresse, mais la tristesse est toujours omniprésente, planant au-dessus de tout et de tout le monde.

À la lecture de ce roman, on pourrait se demander pourquoi Cécile est aussi insouciante, égocentrique et égoïste. Mais il faut bien comprendre le contexte. Cécile a vécu dans un pensionnat pour filles. Alors quand elle part en vacances avec son père, elle y voit un bon moyen d’être enfin libre, de découvrir le monde et de découvrir l’amour. Chaque moment passé est vu comme une délivrance pour elle. Cécile a simplement envie de profiter de la vie, de l’amour, de ses vacances. Elle est très insouciante, certes, mais qui ne le serait pas à 17 ans ? Quelle que soit l’époque, à 17 ans, on ne pense pas aux mêmes choses qu’en étant adulte.

Aujourd’hui, le roman « Bonjour Tristesse » est édité en littérature jeunesse et est souvent lu par des collégiens au cours de leur programme scolaire. Pourtant, à l’époque de sa sortie, ce roman était vraiment considéré comme sulfureux et loin d’être destiné à de jeunes collégiens. Les lecteurs d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes que ceux de l’époque, car la société a considérablement évolué. Certains sujets qui étaient tabous à la sortie du roman, ne le sont plus maintenant. Par exemple, les relations charnelles chez une jeune fille, la contraception, les nombreuses maîtresses de Raymond… De même, tout au long du roman, la cigarette tient une place assez importante. On en entend beaucoup parler dans ce roman et elle n’est pas du tout banalisée dans le livre. Certains lecteurs pourraient même se dire qu’il y a trop de cigarettes dans ce roman !

Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la sortie du roman fut couronnée de succès. Rien qu’en France, il s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaire et a même été récompensé par le prix des Critiques. Mais le succès n’est pas sans polémique. C’était un roman apprécié, mais aussi très critiqué. Déjà pour les thèmes abordés, mais aussi parce que d’après les détracteurs, Françoise Sagan aurait donné beaucoup trop de liberté à Cécile au vu de son jeune âge. Il est vrai qu’en 1954, une jeune fille de 17 ans ne pouvait pas être aussi libre que l’héroïne du roman. Mais Françoise Sagan a fait ce choix. Peut-être que dans un sens, elle s’identifiait à Cécile ou voulait lui ressembler ? Peut-être a-t-elle décrit les sentiments qui la traversait à l’époque. Puisqu’elle avait pratiquement le même âge que Cécile, Françoise Sagan savait ce que ressentait son héroïne au fond d’elle, mais ça, nous ne le saurons jamais.

« Bonjour Tristesse » reste, encore aujourd’hui, un roman qui divise les lecteurs. Certains l’apprécient et d’autres non. Même si les romans peuvent ne pas plaire à tout le monde, les thèmes abordés dans “Bonjour Tristesse” sont des thèmes qui peuvent toucher tout le monde. Beaucoup d’adolescentes peuvent facilement s’identifier à Cécile et comprendre ce qu’elle traverse tout au long de ce roman.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !