Littérature

Victor Hugo, Ruy Blas : résumé, personnages et analyse

Ecrit par lesresumes
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Résumé de Ruy Blas de Victor Hugo

De la descente hilarante de Don César par une cheminée aux actes horribles de la dernière scène, Ruy Blas est la pièce la plus soignée de Victor Hugo, apportant complexité linguistique et variété d’occurrences. L’atmosphère tendue de la pièce confirme l’affirmation de l’auteur Charles Nodier selon laquelle le théâtre romantique n’est rien d’autre qu’un mélodrame ennobli par la poésie. Toutefois, c’est un mélodrame de premier ordre, qui dépasse de loin tout ce que la scène pouvait offrir à l’époque. Sous le Second Empire, la pièce est interdite en raison de son portrait “subversif” d’un roturier critiquant les autorités de la nation.

Résumé scène par scène de la pièce Ruy Blas de Victor Hugo

L’action de cette œuvre se déroule au palais royal de Madrid en 169-.

Acte 1 – Don Salluste

Scène 1

Don Salluste explique à son ami Gudiel qu’il a été exilé pour avoir refusé d’épouser la dame de compagnie qu’il a mise enceinte. Il prépare sa vengeance. Gudiel s’en va et Salluste ordonne à son serviteur, Ruy Blas, de faire venir son cousin renégat, Don César.

Salluste se rend compte que César et Blas se connaissent.

Scène 2

Don Salluste énumère certains des crimes de César mais ce dernier ne se repent pas. Salluste s’engage à payer les dettes de César et à lui rendre sa place dans la société, en lui promettant un acompte en guise de bonne foi.

En contrepartie, il souhaite que César l’aide à se venger mais lorsque César sait que c’est sur une femme qu’il doit se venger, il refuse. Salluste prétend qu’il plaisante et sort pour aller chercher les 500 ducats promis en faisant signe à Ruy Blas d’entrer.

Scène 3

Ruy Blas, qui connaît César sous le nom de Zafari, refait connaissance avec lui. Ils se souviennent de leurs années d’école ensemble. Blas se lamente sur le fait qu’il était un rêveur qui ne pouvait se contenter de rien et qui, pour ne pas mourir de faim, a été contraint de se faire engager comme laquais de Salluste.

Blas révèle alors qu’il est amoureux de la Reine et recueille des fleurs qu’il a laissées pour elle, accompagnées d’un mot. Salluste a écouté tout cela et revient avec l’argent de César. Pendant que ce dernier le compte, il demande aux gardes d’arrêter Don César lorsqu’il sortira et de le vendre aux pirates africains.

Scène 4

Salluste demande à Blas d’écrire deux lettres, l’une soi-disant à sa maîtresse, à qui il s’adresse en tant que reine et à qui il demande de venir à la maison et l’autre dans laquelle Blas confirme qu’il est le laquais de Salluste et qu’il lui obéira. Salluste fait ensuite habiller Blas en aristocrate.

Scène 5

Salluste présente Blas à certains membres de la cour comme étant son cousin Don César, récemment revenu.

La reine entre.

Acte 2 – La reine d’Espagne

Scène 1

La reine est en compagnie de ses dames, mais elle craint ce que Don Salluste pourrait faire. Elle s’ennuie de sa routine restreinte en l’absence du roi. Tous les efforts qu’elle déploie pour trouver une activité nouvelle sont écrasés par son chaperon, la vieille duchesse d’Albuquerque, pour des raisons de protocole.

Finalement, ils laissent la reine à ses dévotions.

Scène 2

Laissée seule, la reine se demande qui laisse les fleurs et les notes quand arrive une lettre du roi.

Le roi arrive.

Scène 3

La duchesse lit à haute voix la lettre qui ne fait qu’une ligne. Lorsque la reine la lit, elle se rend compte que le roi a dû la dicter et que la main est la même que celle qui figure sur les notes secrètes. Elle est rapidement identifiée comme celle de Don César (Ruy Blas), qui a aussi apporté la lettre.

Ruy Blas est informé qu’il est de son devoir de faire entrer le Roi dans l’appartement de la Reine, ce qui le contrarie et le met dans un état proche de l’évanouissement. La reine se rend compte que Blas est son admirateur secret et qu’il le sait aussi.

Scène 4

Voyant que la reine favorise le nouvel homme, un vieux galant de la cour, Don Guritan, défie Ruy Blas en duel.

Scène 5

La Reine entend parler du duel proposé et envoie immédiatement Don Guritan en Allemagne afin de l’empêcher.

Acte 3 – Ruy Blas

Scène 1

Le conseil de direction est réuni et les membres discutent de l’ascension fulgurante de Ruy Blas au pouvoir en tant que premier ministre et duc d’Olmeda et de sa relation avec la reine.

Ils échangent ensuite des faveurs.

Scène 2

Blas entre en scène et les fustige pour leur corruption et leur trahison du bien du pays.

Ils démissionnent. Il reçoit une lettre anonyme lui annonçant l’enlèvement d’une personne importante.

Scène 3

La reine a entendu tout cela depuis une pièce secrète et le félicite pour ce qu’il a fait.

Ils se déclarent leur amour.

Scène 4

Blas, laissé seul, réfléchit à ce qui s’est passé.

Scène 5

Don Salluste revient déguisé en serviteur et exige que Blas, en tant que laquais, l’aide malgré sa nouvelle position en produisant la lettre que Blas a signée des mois auparavant.

Acte 4 – Don César

Scène 1

Ruy Blas tente de trouver une issue à l’impasse en s’excusant et en demandant au nouveau Don Guritan de garder la Reine et de veiller à ce qu’elle reste dans son palais.

Scène 2

Le vrai Don César arrive au palais après être tombé dans une cheminée. Il veut se se venger de Don Salluste.

Scène 3

Il y a une scène confuse avec un laquais qui vient remettre de l’or au frauduleux Don César (Ruy Blas), dont le vrai Don César ignore la supercherie.

Scène 4

Une dame de la cour arrive avec un billet de la reine et de nouveau il suppose que c’est pour lui.

Scène 5

Don Guritan entre et la scène se transforme en duel. Don Guritan fini par être tué. À leur sortie, Don Salluste entre.

Scène 6

Don Salluste réfléchit à l’évolution de son intrigue. Don César entre.

Scène 7

Don César se méfie de Don Salluste et, pour se venger de son enlèvement, convoque les gardes.

Scène 8

Cependant, Don Salluste parvient à manipuler la situation et à faire arrêter César.

Ils découvrent également le cadavre de Don Guritan et Don César est accusé du meurtre et emmené.

Acte 5 – Le lion et le tigre

Scène 1

Ruy Blas envisage de se suicider en utilisant un poison qu’il a acheté, mais l’entrée de la reine l’en empêche.

Scène 2

Ruy Blas ne comprend pas pourquoi la reine est venue. Elle lui montre l’autre lettre que Blas avait écrite sous la dictée de Salluste. Blas tente de la convaincre de retourner au palais mais Don Salluste entre.

Scène 3

Salluste lui fait signer une lettre dans laquelle il reconnaît sa présence dans les appartements de Blas, puis fait venir un carrosse pour qu’elle et Blas s’enfuient au Portugal. Blas admet qu’il est un imposteur et qu’il n’est en réalité que le laquais de Salluste.

Salluste se délecte de sa vengeance, mais Blas prend son épée et s’apprête à le tuer malgré les protestations de la reine. Blas le pousse dans une pièce annexe et le tue. La reine tombe épuisée.

Scène 4

Ruy Blas demande pardon pour sa tromperie mais la reine refuse. Il prend le poison. La reine se rétracte mais il est trop tard et il meurt, mais pas avant de l’avoir appelé par son nom et de lui avoir avoué son amour.

Juste avant de mourir, il supplie la reine de partir pour ne pas être trouvé avec son cadavre.

Présentation des personnages

Ruy Blas est une œuvre qui met en scène plusieurs personnages différents parmi lesquels :

Ruy Blas

C’est le personnage principal dont l’œuvre porte le nom. Il est le laquais de Don Salluste et devient ensuite Premier Ministre. Idéaliste dans l’âme, il est particulièrement épris de la reine.

Don Salluste

Il est le marquis de Finlas et l’un des grands d’Espagne. L’un de ses objectifs premiers est de se venger de la reine en mettant sur pied un plan machiavélique. Ce plan a pour but de mener à la perte de Ruy Bla. Don Salluste est un homme impitoyable, calculateur et dénué de cœur.

Don César

Il s’agit du comte de Garofa. Don Salluste et lui sont cousins. Cet homme de sang noble a été ruiné et laissé à la marge de la société. Il est ensuite devenu un bandit, prenant l’identité de Zafari. Il demeure tout de même particulièrement fidèle à un code d’honneur qu’il se refuse d’enfreindre. Sans en avoir conscience, il prêtera son identité au protagoniste principal Ruy Blas.

Don Maria

C’est la reine d’Espagne, épouse du roi Charles II. Elle est délaissée par son époux mais présente dans le cœur de nombreux autres personnages. Il s’agit d’une jeune dame qui sombre constamment dans l’ennui de sa vie. Son quotidien toujours si prévisible se transforme peu à peu après l’entrée de Ruy Blas dans sa vie. Elle voit en lui une action de la providence.

Zafari

C’est un voleur agissant à Madrid.

Don Guritan, le comte de Camporeal, le marquis de Santa-Cruz, le marquis del Basto, le comte d’Albe, le marquis de Priego, Don Manuel Arias, Montazgo, Don Antonio Ubilla, Covadenga, Gudiel, la duchesse d’Albuquerque, Casilda

Ce sont des grands d’Espagne qui ont un rôle plus léger dans la pièce. Ils sont pour la plupart des hommes et des femmes corrompus. Leurs actions sont particulièrement caricaturales.

Analyse de l’œuvre

Cette pièce de théâtre doit être analysée sous divers angles qu’il est utile d’étudier.

La passion

Dans Ruy Blas, l’élément humain interagit avec le concept théâtral de façon passionnelle. Comme le dit Hugo dans la préface, les hommes admirent les femmes et les laquais adorent la reine. Le but de la pièce est de supprimer la bizarrerie encore présente dans l’esprit de la société actuelle, de se faire passer pour un domestique masculin. L’amour se reconnaît triomphalement dans le nom noble de Ruy et dans le nom vil de Blas. Le nom aristocratique Ruy est lié au nom Blas dans une œuvre où l’amour triomphe entre deux vies qui se reconnaissent, mais qui ne sont pourtant pas destinées à se croiser.

Outre la passion qui se dégage de ce récit, le principal moteur de l’action est un autre sentiment, l’émotion de la vengeance, qui ne peut être arrêtée par la réapparition de figures antagonistes comme celles de Don Cesar et Guritan.

La dynamique des personnages

Tout le système des personnages est fondé sur la division et le fractionnement, conséquence d’une dynamique permanente qui consiste à empêcher que l’environnement et les contradictions ne décomposent les personnages en des caractères ou en des êtres qui ne contiennent pas toute leur existence. Ruy Blas est un sujet philosophique qui représente l’effort humain d’atteindre le sommet.

La reine est d’origine allemande, et son époux n’est pas présent. Elle n’a d’autre choix que de fantasmer. Elle rencontre Ruy Blas/Don César, qui répond à ses aspirations tout en réveillant son manque d’objectif politique. Elle incarne le sublime de l’amour, une pure victime qui s’habille généralement en blanc et succombe à une agonie catastrophique. Elle est une figure romantique vénérée, une Madone inspirée, une figure idéale, une célébrité impossible, mais elle est aussi un individu dévoué.

Don Salluste, le traître de la pièce et aristocrate cynique, maître manipulateur, personnification du mal, personnage d’un aristocrate maléfique. Don César, quant à lui, est le prince des mots, poète grotesque, un rétrograde avec le sens de l’honneur, et un frère trié sur le volet. Don Grittan, troisième noble, représente l’âge et le mépris, le chevalier et le torero. Il est obligé de jouer le rôle d’un utilitaire et ne meurt qu’à la suite de bévues comiques, stupides mais héroïques.

Le statut de sujet et la portée politique

Les vêtements de Ruy Blas, composés de nombreuses couleurs différentes provenant du monde entier, soulignent le thème fondamental de la pièce. Ils révèlent son déguisement et le fait que le personnage principal participe à un double jeu. Ruy Blas est ainsi résumé dans ses nombreux ensembles.

Le héros d’Hugo n’oppose pas seulement la condition de génie et les racines plébéiennes, mais aussi l’effet de cette disparité sur l’intensité de l’amour. Car le fossé infini qui sépare l’homme pauvre de la reine est fondé sur des attributs humains et par conséquent sur des vertus personnelles. Ce fossé entre les individus, créatures sociales, affecte également la reine, une jeune femme assiégée par l’étiquette ainsi que par le statut et le rôle, tombant sous le poids de la tyrannie. La reine est moins libérée que ses sujets. Les héros qui ont été dépouillés de leur identité harmonieuse et accusés de vivre dans la colère, la frustration et le désespoir sont également victimes de l’image forcée que la société leur donne d’eux-mêmes.

La hiérarchisation des classes

L’argent est au centre de plusieurs aspects de la vie. Il détermine la façon dont un individu est traité et classe les hommes en plusieurs groupes différents portant le nom de classes sociales. Ruy Blas de Victor Hugo n’échappe pas à cette classification de l‘humain en mettant en avant le pouvoir de l’argent à travers les actions de Don Salluste et les indifférences du roi Charles. Le manque d’argent est également peint dans cette œuvre qui met en scène des personnes ayant perdu l’ensemble de leur fortune à l’instar de Don César, et des hommes d’origines modestes qui ont pourtant des ambitions bien riches.

Le souci des classes mis en exergue est non seulement un problème qui était déjà présent au 17e siècle, mais c’est aussi une tare de la société d’aujourd’hui, limitant les ambitions des uns et des autres en fonction de la classe sociale dont ils sont issus. Ruy Blas parvient à rompre la « malédiction du laquais » en voyant au-delà de sa situation actuelle, et surtout au travers de son amour pour la reine.

La place des femmes

Dans Ruy Bals de Victor Hugo, les femmes sont presque invisibles, cantonnées à des rôles secondaires. Elles sont prises dans leur vie routinière et n’attendent rien de plus de la vie que ce qu’elle leur offre. Le personnage féminin le plus mis en avant est sans aucun doute la reine, qui pourtant n’échappe pas à cette règle. Elle est dénuée de vie et de passion, enlisée dans ses jours qui passent et se ressemblent tous.

Elle est à la fois l’image de l’opulence et du plus haut niveau hiérarchique, mais également celle de la prison, se sentant enfermée dans une prison du nom de la royauté. Même ses rêves restent ceux généralement attribués aux personnes de genre féminin telles qu’elles sont perçues dans cette œuvre. Son désir de passion et d’attention finissant par être comblée par son histoire avec Ruy Blas. Elle finit pourtant par être la spectatrice de son dernier souffle.

Le cercle vicieux de la haine

Les personnages sont tellement renfermés dans leurs propres désirs qu’ils en perdent leur lucidité et quelques fois leur intégrité. Portés par la passion, la vengeance, la honte, et même la peur, chacun des personnages fait face à la difficulté de réguler certaines émotions. Ils sont ainsi poussés dans certains extrêmes, posant des actes répréhensibles et franchissant à de nombreuses reprises les limites de la morale.

Ce flou entre le ressenti et la réalité conduit Ruy Blas à porter plusieurs costumes et à incarner des rôles qui ne lui sont pas destinés dans le but de se rapprocher le plus près possible de l’objet de son désir, la reine.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

lesresumes

Laisser un commentaire