Littérature

Fiodor Dostoïevski, Crime et Châtiment : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Vous aussi, donnez votre avis sur le livre ou ce résumé gratuit et tentez de gagner un iPad Mini 6 nouvelle génération

Avis de 25 mots minimum – iPad Mini 6 de 64 Go – Tirage au sort le 30 Juin 2023

Crime et Châtiment est un roman publié en feuilleton en 1866. Il a été écrit par Fiodor Dostoïevski. Découvrons ensemble l’une des plus grandes œuvres littéraires de l’histoire.

Résumé chapitre par chapitre de Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski

PREMIERE PARTIE

CHAPITRE 1

Début juillet à Saint-Pétersbourg, un ancien étudiant fauché du nom de Rodion Romanovitch Raskolnikov sort discrètement de chez lui pour éviter sa logeuse. Sa condition misérable fait qu’il a pris l’habitude de fuir le monde.

Il se rend chez Alena Ivanovna, une vieille usurière et met en gage la montre en argent de son père afin d’emprunter de l’argent. Il accepte la transaction bien que celle-ci ne soit pas intéressante. Ce n’est pas la première fois qu’il a à faire à elle, il a déjà mis en gage un anneau. Il demande à Alena si elle a l’habitude d’être seule ou si sa sœur lui rend régulièrement visite. Voyant que l’usurière semble suspicieuse, le jeune étudiant prend congé et sort de l’immeuble. Quand il arrive dehors, nous apprenons qu’une idée lui a traversé l’esprit. Une pensée qu’il souhaite chasser. Troublé, il se rend dans un cabaret pour y boire une bière afin d’avoir l’esprit plus clair.

CHAPITRE 2

Dans le cabaret, Raskolnikov voit qu’un homme le regarde avec insistance. Le jeune étudiant pense qu’il s’agit d’un fonctionnaire. Cet alcoolique invétéré s’assoit à côté de Raskolnikov et se présente sous le nom de Marmeladov. Il se met à lui raconter sa vie de misère. Il était veuf avec une fille, Sonia, lorsqu’il a rencontré sa nouvelle femme, Katerina Ivanovna. Cette dernière était une femme instruite qui s’était mariée par amour avec un officier d’infanterie avec lequel elle avait fui la maison familiale. Toutefois, son addiction aux jeux la conduit sur le banc des accusés et il meurt peu de temps après laissant Katerina seule avec trois enfants à charge. C’est ainsi que Semion Zakharitch Marmeladov et Katerina se sont mariés.

Katerina a la main leste et elle a tendance à violenter les enfants et son mari. Sonia, la fille de Marmeladov, a été victime de sa marâtre de nombreuses fois. Jusqu’au jour où elle a décidé de se prostituer pour gagner de l’argent et de quitter la maison familiale, tout en continuant de donner un peu d’argent à sa famille. Un jour, Marmeladov a décidé de voler dans le coffre de sa femme. Il y a récupéré douze roubles. Ce jour-là, il est allé dans un bar et ne s’est pas présenté à son travail de fonctionnaire. Il explique à Raskolnikov qu’il dort à l’extérieur de chez lui depuis cinq jours et qu’il a dépensé les douze roubles dans l’alcool. N’ayant plus d’argent, il est allé demander de l’argent à sa fille, Sonia, pour continuer de boire. Trop ivre pour rentrer chez lui tout seul, Marmeladov demande à Raskolnikov de le raccompagner. Ce dernier accepte et le conduit dans son taudis pour y retrouver son épouse phtisique, Katerina, qui est en colère après lui. Elle se met à le fouiller et se rendant compte qu’il a dépensé son argent pour boire, elle le tire par les cheveux et congédie Raskolnikov. Ce dernier place les quelques sous qu’il a gagné avec la vente de sa montre en évidence pour la famille et quitte l’immeuble.

CHAPITRE 3

Le lendemain, Raskolnikov se réveille dans son appartement qu’il n’arrive pas à payer. Il est dérangé par Nastassia, la servante, qui lui amène du thé. Raskolnikov lui demande si elle peut aller lui chercher du saucisson au magasin, mais celle-ci lui amène une soupe aux choux qu’elle a faite la veille. Elle lui confie que la logeuse, Praskovia Pavlovna, compte aller à la police puisqu’il ne paie plus le loyer.

Nastassia donne à Raskolnikov une lettre qu’il a reçue de sa mère. Après avoir congédié la servante, il examine la lettre minutieusement avant de l’ouvrir. Sa mère lui explique pourquoi elle ne lui a pas donné de nouvelles plus tôt. Sa sœur, Dounia, a été la domestique de Monsieur Svidrigaïlov. Ce dernier lui a fait des avances en lui expliquant qu’il était prêt à quitter sa femme, Marfa Pètrovna, pour elle. Dounia a refusé ses avances. Toutefois, Marfa Pètrovna entendit une conversation de son mari et de Dounia dans le jardin et, en comprenant mal la situation, elle a congédié Dounia.

La mère explique à son fils que cette Marfa Pètrovna leur a fait vivre un enfer pendant un long moment. Elle a raconté tout ce qui s’était passé à tout le monde. Dounia est devenue la risée de tout le district jusqu’à ce que Monsieur Svidrigaïlov, sans doute mal à l’aise par la tournure des événements, ne décide de faire la lumière sur toute cette affaire en révélant tout à sa femme. Cette dernière était suspicieuse, mais son mari lui a tendu la lettre que lui avait écrite Dounia dans laquelle elle lui reprochait la bassesse de sa conduite à l’égard de son épouse Marfa Pètrovna, tout en sachant qu’il était père de famille. Confuse, la femme de Monsieur Svidrigaïlov se mit à rétablir la vérité et la dignité de Dounia fut sauvée.

Par ailleurs, Raskolnikov apprend que sa sœur va se marier avec Piotr Petrovitch Loujine, un parent éloigné de Marfa Pètrovna, âgé de quarante-cinq ans qui possède deux entreprises. En tant que futur beau-frère, Piotr, étant un homme généreux, pourra aider Raskolnikov en lui prêtant de l’argent. Il est prévu que toute la famille se réunisse pour le mariage prévu à Saint-Pétersbourg. La mère de Raskolnikov et Dounia ont d’ailleurs le projet de pouvoir faire en sorte qu’il devienne l’associé de Piotr.
Après la lecture de la lettre, Raskolnikov décide d’aller dehors pour prendre l’air.

CHAPITRE 4

Raskolnikov erre dans Pétersbourg en repensant à la lettre. Il s’énerve contre sa mère qui est prête à sacrifier sa fille pour que son fils aîné puisse réussir sa vie. Il en veut à sa sœur d’accepter cette supercherie et de supporter ce Loujine par amour pour son frère. Il est formel, il ne veut pas que ce mariage se fasse. Il se demande comment il pourrait s’arranger pour empêcher cette union.

À un moment, il sort de ses pensées pour aller s’asseoir, mais une jeune adolescente le devance. Elle a l’air perdu et semble ne pas marcher droit. En l’examinant, Raskolnikov constate qu’elle est ivre et qu’elle a dû être trompée par un homme. Il voit un homme louche d’une trentaine d’années qui semble être intéressé par cette jeune adolescente qui a l’air d’avoir seize ans tout au plus. Raskolnikov s’emporte contre lui, mais il est stoppé par un agent. Ce dernier est alerté par Raskolnikov qui lui montre la jeune adolescente et le regard pervers de l’homme. L’agent et Raskolnikov tentent de demander à l’adolescente où elle habite, mais celle-ci ne semble pas vouloir être dérangée. Raskolnikov tend des kopecks à l’agent pour que celui-ci lui trouve un fiacre pour la ramener chez elle. L’adolescente se lève, suivie de l’homme louche. L’agent finit par conclure que l’homme a bien le droit de s’amuser un peu et il s’en va. Raskolnikov s’en veut de s’être mêlé à une histoire qui ne le regarde pas et d’avoir perdu de l’argent.
Il se demande ce qu’il fait là et se rappelle qu’il avait l’intention d’aller voir un de ses anciens camarades à l’Université, Razoumikhine.

CHAPITRE 5

Raskolnikov se demande pourquoi il voulait voir son camarade et finit par se dire qu’il ira le voir un autre jour. Il sort les sous qui lui restent et se rend compte qu’il a dépensé énormément d’argent entre hier et aujourd’hui. Il achète un verre de vodka et un gâteau. La vodka alourdit ses jambes et il se met à s’allonger dans un parc pour dormir.

Raskolnikov fait un mauvais rêve dans lequel il voit une jeune enfant du nom de Mikolka faire souffrir une petite jument. Beaucoup de personnes montent sur elle et l’animal est fouetté à de nombreuses reprises. Lorsque l’on constate que la jument est toujours debout, on décide de l’achever à coup de hache. Raskolnikov, qui, dans le rêve, est un enfant demande à son père pourquoi ils ont agi ainsi avec l’animal. Celui-ci lui répond que ce ne sont pas leurs affaires : ils sont ivres et ils s’amusent. Raskolnikov se réveille et pense que ce rêve annonce le meurtre d’Alena, la vieille prêteuse.

Sur le chemin du retour, il surprend une conversation où il apprend que Lisaveta, la sœur cadette de l’usurière sera absente le lendemain sous les coups de sept heures. Raskolnikov se dit que c’est le bon moment pour réaliser le meurtre de la vieille prêteuse.

CHAPITRE 6

Raskolnikov se retrouve dans ses pensées au moment où il a entendu un étudiant parler de la vieille usurière. Il prétendait que c’était une personne infecte qui avait beaucoup d’argent. Elle avait une demi-sœur, Lisaveta, âgée de trente-cinq ans, qu’elle violentait. Elle avait fait d’elle son esclave. L’étudiant avait précisé que la vieille prêteuse avait préparé son testament et que rien ne serait destiné à sa demi-sœur. Elle comptait tout léguer à un monastère. Il précisait également que tout le monde se ficherait si Alena venait à mourir. C’est ainsi que Raskolnikov commença à avoir des idées de meurtre.

Il finit par rentrer chez lui et dort jusqu’à ce qu’il soit l’heure de mettre son plan à exécution. Lorsqu’il descend dans la cuisine pour aller récupérer la hache, il se rend compte que Nastassia est encore présente. Il sort sans la hache, mais finit par en trouver une autre. Il se dépêche et arrive enfin devant la porte de l’usurière. Il se met à sonner plusieurs fois avant qu’Alena ne se mette à ouvrir la porte.

CHAPITRE 7

La vieille usurière ne le reconnaît pas de suite et Raskolnikov entre dans l’appartement sans lui demander la permission. Il lui donne un étui de cigarette en argent qu’il prétend vouloir mettre en gage. Pendant que la prêteuse examine l’objet, Raskolnikov en profite pour lui donner un coup de hache au crâne. Il se met alors à chercher le coffre qu’il trouve sous le lit et lui vole de nombreux objets.

Il entend un bruit et constate que Lisaveta est rentrée. Il la tue également. Puis se met à fermer le crochet juste à temps. En effet, deux hommes viennent pour mettre en gage des objets. Sentant qu’il y a quelque chose d’anormal, ils décident d’aller trouver le concierge. Raskolnikov parvient à s’échapper en remplaçant la hache où il l’avait trouvé et il rentre enfin chez lui.

DEUXIÈME PARTIE

CHAPITRE 1

En arrivant chez lui, Raskolnikov s’endort immédiatement. Il se réveille dans la nuit, tiraillé par les remords, le meurtre de Lisaveta n’était pas prévu. Il se met à vider ses poches et à chercher des traces de sang pour effacer toute preuve de sa culpabilité puis il se rendort. Il est réveillé le lendemain par Nastassia et le portier qui lui amènent une convocation au poste de police. Raskolnikov est persuadé qu’il a été démasqué et qu’il va être arrêté pour le meurtre de ces deux femmes.

Sur les lieux, il fait la connaissance du lieutenant Ilia Petrovitch ainsi que du commissaire Nikodim Fomitch. Il apprend que sa logeuse a porté plainte contre lui pour non-paiement de ses dettes. S’il est soulagé, très vite, il ressent l’envie de tout révéler au commissaire, mais il n’en fait rien. Il entend le commissaire et son lieutenant échanger sur le double homicide qui s’est passé la veille. Il semble mal à l’aise et fébrile. Le commissaire et le lieutenant le voient dans un piteux état et il leur explique être malade. Quand il sort du poste de police, il se demande s’il n’a pas éveillé les soupçons. Il craint qu’une perquisition ait pu avoir lieu à son appartement et se dépêche de rentrer chez lui.

CHAPITRE 2

Raskolnikov est résolu à se débarrasser des objets qu’il a volés chez la vieille usurière. Il prend les objets avec lui et se dirige vers le fleuve pour les jeter dans l’eau. Toutefois, en cours de route, il se demande s’il ne serait pas plus judicieux de les enterrer dans un endroit discret afin de pouvoir les récupérer plus tard.
Il erre dans les rues pendant un long moment et finit par arriver devant la maison de son ami Razoumikhine. Sans savoir pourquoi, il monte chez lui.

Son ami, le voyant dans un sale état, lui donne des livres allemands à traduire afin qu’il puisse gagner de l’argent, mais Raskolnikov refuse tout comme l’argent que lui propose son ami. Raskolnikov sort pour rentrer chez lui. Dans sa chambre, il croit entendre sa logeuse crier et se faire battre par Ilia Petrovitch. Lorsque Nastassia lui apporte de la soupe, il lui demande ce qu’il s’est passé, mais celle-ci lui répond qu’il a dû halluciner. Raskolnikov lui demande un verre d’eau et, en buvant, il perd connaissance.

CHAPITRE 3

Lorsqu’il se réveille après un long moment, il voit que son ami, Razoumikhine, a réussi à trouver où il habitait. Il est resté au chevet de Raskolnikov durant les jours où il était au plus mal. Il lui explique qu’il a trouvé un arrangement avec sa logeuse et que la mère de Raskolnikov lui a enfin envoyé de l’argent. Raskolnikov cherche à savoir s’il n’a pas avoué ses crimes pendant qu’il était au plus mal. Son ami lui explique qu’il a parlé de certains objets, mais que personne n’a pu réellement identifier de quoi il parlait. Il lui apprend également que le juge Petrovitch souhaite le voir lorsque son repos sera terminé. Raskolnikov finit par se rendormir et se réveille six heures plus tard. Son ami est toujours présent et s’est arrangé pour refaire sa garde-robe avec une partie de l’argent que lui a envoyé sa mère.

CHAPITRE 4

Zossimov, le médecin, entre afin d’examiner Raskolnikov puis il se met à échanger avec Razoumikhine sur le meurtre des sœurs Ivanovna. Raskolnikov fait semblant de s’être endormi, mais pose des questions de temps à autre pour savoir ce que l’on sait de cette histoire. Il apprend qu’un peintre, un ami de Razoumikhine a été arrêté par la police après avoir été vu dans l’immeuble.

CHAPITRE 5

Monsieur Loujine, son futur beau-frère, arrive dans la pièce et se présente à Raskolnikov afin de faire connaissance avec le frère de sa future femme, Dounia. Toutefois, Raskolnikov s’énerve contre lui, le menace et lui demande de partir. Consterné par l’attitude de son ami, Raskolnikov s’énerve contre Zossimov et Razoumikhine et leur demande de partir également.

CHAPITRE 6

Raskolnikov décide de sortir de son appartement et cherche à oublier ses crimes. Il erre dans les rues de Saint-Pétersbourg avant d’entrer dans un café pour se saouler. Il y rencontre Zamiotov, le secrétaire du commissariat. Il lui annonce qu’il pourrait bien avoir tué la vieille usurière. Le secrétaire met sa sur le compte du délire. Toutefois, Raskolnikov a un comportement très étrange.

En sortant, Raskolnikov a la ferme intention de se suicider. Il rencontre Razoumikhine, et après s’être disputé avec son ami, il refuse son invitation à une soirée chez lui. En arrivant sur le pont, prêt à passer à l’acte, il voit qu’une femme saute. Toutefois, elle est repêchée ce qui refroidit Raskolnikov. Ce dernier décide alors d’aller au poste de police pour avouer ses crimes.
Durant le trajet, il voit l’immeuble des deux sœurs Ivanovna. Il décide de monter et s’aperçoit que l’immeuble est en travaux. Il quitte l’immeuble et poursuit son chemin vers le commissariat.

CHAPITRE 7

En sortant de l’immeuble des sœurs Ivanovna, Raskolnikov voit que le cheval d’un fiacre a écrasé un homme ivre. Raskolnikov reconnaît Marmeladov qu’il tente de transporter jusqu’à chez lui avec d’autres passants, mais l’homme finit par mourir. Raskolnikov propose d’offrir son aide à Katerina Ivanovna et lui donne vingt roubles. Au moment où il quitte l’appartement, en promettant qu’il reviendra, il est rattrapé par Polenka, une des filles, qui lui demande son nom ainsi que son adresse. Raskolnikov comprend que cette dernière a été envoyée par Sonia.
Raskolnikov décide d’aller à la soirée de son ami Razoumikhine qui finit par le raccompagner chez lui. En apercevant de la lumière dans le cagibi, Raskolnikov est pétrifié. Il se demande si la police n’est pas sur place, prête à l’arrêter pour ses crimes.
Il y retrouve sa mère ainsi que sa sœur qui l’attendent et il s’évanouit.

TROISIÈME PARTIE

CHAPITRE 1

Ce soir-là, Raskolnikov se montre froid et distant avec sa mère et sa sœur. Avant de les chasser, Raskolnikov avoue à sa sœur qu’il n’a pas voulu parler à Loujine et qu’il l’a congédié. Dounia avait déjà été mise au courant par Nastassia. Les deux femmes s’en vont raccompagner par Razoumikhine à l’hôtel Bakaléïev. Ce dernier retourne voir son ami et voit qu’il s’est endormi. Il se rend alors chez les deux femmes pour leur apporter la nouvelle. Le médecin vient également les voir pour les rassurer. Razoumikhine et Zossimov tombent sous le charme de Dounia.

CHAPITRE 2

Razoumikhine se sent au plus mal. La veille, il s’est mis à avoir des propos mauvais concernant le futur mari de Dounia et il s’en veut. Il ne saurait expliquer ce qu’il ressent, mais il a la sensation que la rencontre avec la sœur de Raskolnikov ne l’a pas laissé indifférent. Il les rejoint à leur hôtel comme convenu et leur apprend que Raskolnikov est encore en train de dormir. Il déjeune avec elles et se présente sous le nom de Dmitri Prokfich. La mère lui lit la lettre envoyée par Loujine qui annonce l’affront que lui a fait Raskolnikov et son envie de discuter avec sa future sans la présence de son frère.

CHAPITRE 3

Zossimov arrive et annonce que Raskolnikov est guéri. Tout le monde va voir Raskolnikov. Ce dernier s’excuse pour son attitude de la veille. Sa mère et sa sœur lui pardonnent. Il leur révèle également avoir donné toutes ses économies à Katerina Ivanovna pour payer les funérailles de son ami qui est mort. Raskolnikov continue à refuser le mariage de sa sœur avec Piotr, mais celle-ci lui fait entendre raison. Elle ne se marie pas avec lui pour son frère, mais pour avoir une meilleure condition de vie. Par ailleurs, elle est sûre et certaine que Piotr l’apprécie. Au moment de partir, la mère et la sœur de Raskolnikov lui demandent d’être présent au moment où Piotr viendra voir sa sœur. Raskolnikov leur assure qu’il sera là.

CHAPITRE 4

Sonia entre dans la chambre de Raskolnikov et lui fait savoir que sa belle-mère, Katerina, demande à ce qu’il soit présent pour les funérailles de son mari défunt. Raskolnikov lui assure qu’il sera là. La mère et la sœur de Raskolnikov quittent la pièce. La mère avoue qu’elle a des réticences concernant cette Sonia, mais Dounia lui assure qu’elle ne doit pas s’inquiéter. La mère lui demande si elle n’est pas inquiète que Piotr refuse finalement de se marier avec elle. Dounia lui explique que ce sera une erreur de sa part. Raskolnikov consent à aller voir Pétrovitch, le juge et ami de Razoumikhine.

CHAPITRE 5

Raskolnikov fait part à Pétrovitch de son intention de récupérer deux objets qu’il a mis en gage auprès de la vieille usurière : une bague en or et une montre en argent. Raskolnikov lui explique que bien que ces objets ne valent pas grand-chose, ils ont une forte valeur sentimentale. Pétrovitch échange avec Raskolnikov, aux côtés de Zamiotov, notamment sur un article écrit par ce dernier concernant les hommes ordinaires et les hommes extraordinaires. Dans cet article, les hommes extraordinaires avaient la possibilité de ne pas respecter la loi. Pour Pétrovitch, cela peut être dangereux, car ses hommes extraordinaires peuvent aller jusqu’à commettre un crime. Très vite, Raskolnikov comprend que Pétrovitch le soupçonne. Raskolnikov ne se laisse pas duper par cet interrogatoire déguisé.

CHAPITRE 6

Razoumikhine s’indigne de l’attitude de son ami juge et de Zamiotov d’avoir brusqué Raskolnikov de la sorte. Il ne comprend pas ce qu’il s’est passé. Raskolnikov décide de rentrer chez lui et apprend qu’un homme cherche à savoir qui il est. Quand il vient à sa rencontre, l’homme lui annonce qu’il sait qu’il est le meurtrier de ce double assassinat et il s’en va en laissant Raskolnikov en proie aux remords et à la cuplabilité. Ce dernier rentre chez lui et se met à rêver. Il fait un mauvais rêve. Lorsqu’il se réveille, un homme est présent dans sa chambre. Il s’agit d’Arkadi Ivanovitch Svidrigaïlov. L’homme qui s’est épris de Dounia et qui aurait battu sa femme jusqu’à la mort.

QUATRIÈME PARTIE

CHAPITRE 1

Après l’assassinat de sa femme, Svidrigaïlov s’est rendu à Saint-Pétersbourg afin d’annuler l’union entre Dounia et Piotr. Il explique à Raskolnikov que la mort de sa femme permet à Dounia de toucher de l’argent. Il lui précise également qu’elle pourra toucher encore plus d’argent si elle accepte de refuser de se marier à Loujine. En connaissant tout cela, Raskolnikov rejoint sa mère et sa sœur pour l’entrevue avec Loujine.

CHAPITRE 2

L’entrevue se passe très mal, Raskolnikov refuse d’échanger avec Loujine ce qui entraîne une dispute. Raskolnikov défend sa sœur et cette dernière se rend compte que l’homme qu’elle s’apprêtait à épouser n’était qu’un profiteur et qu’il ne l’aimait pas. Loujine s’en va et le mariage est annulé.

CHAPITRE 3

En sortant de la pièce, Loujine ne comprend pas comment les choses ont pu dégénérer. Lui qui pensait qu’il serait vu comme un bienfaiteur. Toute sa vie, il avait espéré se marier avec une femme jolie et pauvre. Très pauvre, pour qu’elle voie en lui un bienfaiteur et qu’elle lui soit soumise.
Dounia est heureuse que le mariage ne se fasse pas. Elle apprend par son frère que Svidrigaïlov est prêt à lui payer dix mille roubles. Toutefois, les propos de cet homme ne sont pas cohérents et il ne sait pas exactement quels sont ses réels intérêts dans cette histoire. Raskolnikov annonce à sa mère et à sa sœur qu’il va les laisser un moment et il leur demande de ne plus chercher à le contacter. Son ami, Razoumikhine, ne comprend pas ce qu’il se passe, mais Raskolnikov lui demande d’être présent pour sa famille. Razoumikhine devient alors comme un fils et comme un frère pour elles.

CHAPITRE 4

Raskolnikov se rend chez Sonia. Il lui annonce qu’il a abandonné sa mère et sa sœur. Ils parlent de Dieu et de spiritualité. Raskolnikov est frappé par le caractère pieux de Sonia. Il apprend également que Lisaveta était une très bonne amie de Sonia et qu’elles avaient l’habitude de lire ensemble des textes religieux. Il demande à Sonia de lui lire le texte sur la résurrection de Lazare. Raskolnikov comprend qu’il confessera son crime à Sonia. Il lui demande de partir avec lui lorsqu’il sera prêt.

CHAPITRE 5

Raskolnikov se rend chez le juge Pétrovitch comme il l’avait convenu ensemble. Pétrovitch est persuadé que Raskolnikov est coupable. Ils commencent alors à jouer au jeu du chat et de la souris. À plus d’une reprise, Raskolnikov s’emporte ce qui amène Pétrovitch à penser qu’il est dans le vrai. Toutefois, malgré le fait que le juge le mène en bateau, Raskolnikov, par peur d’assumer ses actes, fait tout son possible pour ne pas dévoiler son secret.

CHAPITRE 6

Raskolnikov est sauvé grâce aux aveux de Mikolka (Nicolas), un autre peintre, qui tente de sauver son ami peintre en endossant le meurtre des deux jeunes femmes. Raskolnikov est libre et peut rentrer chez lui en toute tranquillité. Il décide de se rendre aux funérailles de son ami.

CINQUIÈME PARTIE

CHAPITRE 1

Loujine se réveille et se remémore ce qu’il s’est passé avec Dounia. Il se dit que les choses se seraient passées différemment avec elle s’il avait consenti à lui donner beaucoup d’argent. Il se retrouve pris au piège puisque le logeur chez qui il réside souhaite qu’il s’acquitte de la somme prévue, et ce, même s’il ne reste pas dans l’immeuble. Par hasard, même si le mobilier n’est pas encore installé dans l’appartement, on lui demande de le payer. Loujine discute avec son jeune ami, Andreï Sèmionovitch Lébéziatnikov, qui loue dans le même immeuble que lui. Bien qu’ils aient été invités au repas de funérailles, les deux hommes refusent de s’y rendre. André est amoureux de Sonia. Loujine lui demande d’aller chercher Sonia pour lui. Cette dernière monte et après avoir discuté avec elle, il lui tend un billet de dix roubles pour venir en aide à sa belle-mère.

CHAPITRE 2

Katerina est déçue que les convives qu’elle attendait le plus, dont Loujine, ne soient pas venus pour le repas funéraire. Hormis Raskolnikov, il n’y a qu’Amalia Ivanovna (la logeuse), le Polonais (l’un des locataires les plus pauvres) et deux de ses compatriotes que personne ne connaît, un vieillard, un manutentionnaire ainsi qu’un employé de chancellerie.
Sonia arrive avec du retard ce qui exaspère sa belle-mère. Celle-ci se met à avoir une discussion avec sa logeuse qui finit par prendre une mauvaise tournure. Les deux femmes s’insultent et se menacent. Loujine se présente au repas.

CHAPITRE 3

Katerina demande à Loujine de la défendre toutefois, il lui explique qu’il n’est pas là pour ça. Il accuse Sonia de lui avoir volé un billet de cent roubles. Les convives sont troublés, Katerina demande à ce que sa belle-fille soit fouillée, mais Loujine souhaite appeler la police. Katerina ne l’écoute pas et se met à fouiller Sonia et découvre le billet de cent roubles. Cette dernière est défendue par André qui, arrivant quelques minutes après, révèle que c’est Loujine lui-même qui a glissé ce billet dans le manteau de Sonia. Il a vu la scène lorsqu’il les regardait tous les deux depuis la fenêtre. Loujine décide de fuir. Troublée, Sonia rentre chez elle. Raskolnikov sort également pour se rendre chez Sonia.

CHAPITRE 4

En arrivant chez elle, Raskolnikov ne se sent pas très bien et Sonia s’en rend vite compte. Très vite, Raskolnikov lui avoue qu’il est l’assassin de Lisaveta. Au départ, Sonia pense qu’il est fou, mais lorsqu’elle se rend compte qu’il est très sérieux, elle fond en larmes. Sonia devient alors sa seule confidente et sa seule alliée dans cette épreuve solitaire qui le ronge depuis plusieurs jours.

Raskolnikov tente de lui expliquer son geste en lui révélant qu’il l’a fait pour sa mère et sa sœur qui plongeaient dans la pauvreté. Mais très vite, il lui confie qu’il a commis ce crime pour lui, simplement pour lui. Il souhaitait être un homme extraordinaire, à l’image de ceux qui peuvent tuer selon la théorie du surhomme de Nietzsche. Toutefois, il se qualifie de “Pou”. Sonia promet à Raskolnikov qu’elle le suivra au bagne si cela venait à se savoir. L’assassin et la prostituée sont dérangés par André qui entre dans la chambre.

CHAPITRE 5

André leur apprend que Katerina est devenue complètement folle et qu’elle s’est fait jeté dehors avec ses enfants. Dans la rue, elle a violenté ses enfants et les a forcés à danser et à jouer de la musique, habillés en saltimbanque, afin de gagner de l’argent. Les gens ont commencé à vouloir lui faire entendre raison afin qu’elle puisse rentrer chez elle, mais elle n’a écouté personne. Hors d’elle, elle tombe sur une pierre et le sang jaillit de sa bouche. La phtisique et ses enfants sont amenés chez Sonia où Katerina finit par mourir. Pour prouver qu’il est un homme généreux et humaniste à Dounia, dont il est encore amoureux, Svidrigaïlov décide de donner de l’argent à Sonia. Il propose également de placer les enfants dans un orphelinat tout en plaçant un capital qu’ils pourront toucher par la suite.
Svidrigaïlov avoue à Raskolnikov qu’il a surpris sa conversation avec Sonia

SIXIÈME PARTIE

CHAPITRE 1

De retour chez lui, Raskolnikov voit son ami, Razoumikhine, qui lui annonce que sa mère, compte tenu des récents événements, est tombée gravement malade. Il lui explique également que Dounia a encore reçu une lettre. Raskolnikov explique à son ami que sa sœur, Dounia est venue le voir avant-hier. Razoumikhine quitte la chambre de Raskolnikov. Ce dernier se décide à aller voir le juge Pétrovitch. Au moment où il arrive dans l’escalier, il voit le juge qui vient le voir pour affaire. Il lui explique qu’il ne sera pas long.

CHAPITRE 2

Pétrovitch fait plusieurs allusions à Raskolnikov et lui annonce que Mikolka a bel et bien avoué qu’il a tué la vieille usurière. Toutefois, le juge n’est pas dupe et il déclare à Raskolnikov qu’il sait qu’il est le véritable assassin. Raskolnikov paraît étonné mais est sujet aux angoisses. Avant de partir, Pétrovitch lui explique que s’il venait à se suicider, ce serait bien qu’il puisse révéler dans une lettre les crimes qu’il a faits.

CHAPITRE 3

Raskolnikov se rend chez Svidrigaïlov, car ce dernier l’intrigue beaucoup. Perdu dans ses pensées, il ne prend pas le bon chemin et se retrouve dans un cabaret où il y rencontre Svidrigaïlov par hasard. Ils se mettent à parler de nombreux sujets jusqu’à ce que Raskolnikov décide de s’en aller, mais Svidrigaïlov lui demande de rester et d’écouter ce qu’il a à lui dire.

CHAPITRE 4

Svidrigaïlov a été mis en prison pour des dettes concernant un montant impayé. C’est Marfa Pètrovna qui les a rachetées et qui est devenue sa femme. Cette dernière était beaucoup plus âgée que lui. Il a souhaité être honnête avec elle en lui expliquant qu’il ne pourrait sûrement jamais lui être fidèle toute sa vie. Ainsi, ils se sont entendus sur un contrat oral :

  • il devait toujours rester le mari de Marfa et ne pas l’abandonner ;
  • il devait avoir la permission de sa femme pour quitter le domaine ;
  • il ne devait pas avoir de maîtresse permanente ;
  • il ne devait pas aimer une femme de leur condition sociale ;
  • en cas de passion pour une femme, il devait obligatoirement en informer son épouse.

Svidrigaïlov pense que si Marfa a accepté que Dounia soit leur domestique, c’est parce qu’elle a vu en elle une grande amie. Marfa a révélé pleins de mauvaises choses sur son époux, Svidrigaïlov, à Dounia. Néanmoins, loin d’être répugnée, cette dernière a essayé de faire en sorte de le “sauver”. Svidrigaïlov a expliqué à son frère avoir utilisé la flatterie avec elle afin de la séduire. Tout a bien fonctionné, mais il a été impatient et cela a causé la fin de leur relation, qui n’était qu’amicale. Svidrigaïlov précise qu’il était fou amoureux de Dounia et aurait pu tout faire pour elle, et ce, jusqu’à tuer sa propre épouse. Marfa s’en est rendu compte et a tenté de donner la main de Dounia à l’un de ses lointains parents, Loujine.
Svidrigaïlov confie à Raskolnikov le pouvoir qu’il a sur les gens grâce à l’argent dont il dispose et lui révèle également qu’il est fiancé à une jeune fille d’à peine seize ans.
Les deux hommes sortent du cabaret et leur chemin se sépare.

CHAPITRE 5

En voyant l’attitude étrange de Svidrigaïlov, Raskolnikov décide de le suivre. Svidrigaïlov s’en rend compte et l’invite à une soirée aux Îles à laquelle il compte prendre part ce soir. Raskolnikov refuse et se met à errer seul dans les rues de Saint-Pétersbourg. Il pense plus d’une fois à se suicider, mais se dit que cet acte serait trop lâche.

De son côté, Svidrigaïlov n’est pas allé aux îles, mais a donné rendez-vous à Dounia. Il révèle à cette dernière le crime de son frère et lui donne un choix : soit elle couche avec lui et il ne dit rien, soit il ira tout dire à la police. Cependant, Dounia est armée et elle tente de le tuer en vain. Elle finit par réussir à s’enfuir.

CHAPITRE 6

Svidrigaïlov se rend chez Sonia pour la rassurer. Il lui donne trois mille roubles avant de la laisser. Svidrigaïlov finit par se suicider avec le revolver qu’avait Dounia, malheureux d’avoir été éconduit par cette dernière.

CHAPITRE 7

Raskolnikov rend visite à sa mère et lui confie qu’il n’est pas un homme cruel et égoïste. Il lui avoue qu’il les aime profondément, elle et Dounia, mais qu’il doit faire un long voyage. En rentrant chez lui, il voit que Dounia l’attend. Elle et Sonia ont eu peur qu’il se donne la mort. Dounia est heureuse que son frère ait choisi la vie. Dounia et Raskolnikov sortent de la maison et chacun prend une route différente.

CHAPITRE 8

Raskolnikov rend une dernière fois visite à Sonia et lui demande de le laisser se présenter seul au commissariat. Au poste de police, il demande Zamiotov, mais ne trouve qu’Ilia Pétrovitch. Raskolnikov apprend que Svidrigaïlov. Puis il finit par avouer avoir tué la vieille usurière et sa demi-sœur à coups de hache pour leur voler de l’argent.

ÉPILOGUE

CHAPITRE 1

Raskolnikov fut jugé et condamné à huit ans de travaux forcés en Sibérie. Il obtint cette clémence par plusieurs raisons : il avait tué pour de l’argent, mais n’avait pas profité des objets qu’il avait volés. Son crime ne faisait pas de lui un tueur, il avait assassiné deux personnes parce qu’il jouissait d’une mauvaise condition sociale. De nombreuses personnes l’ont défendu en soutenant que cet homme, bien que n’ayant rien, avait toujours été au service des autres. Durant son emprisonnement, Razoumikhine et Dounia se marient. La mère de Raskolnikov finit par mourir. Sonia, partie vivre en Sibérie pour voir Raskolnikov le plus souvent possible, envoie une lettre tous les mois à Razoumikhine et Dounia. Elle leur révèle que Raskolnikov n’est pas au meilleur de sa forme, mais qu’il jouit, grâce à elle, d’une situation confortable avec les gardiens. Dans sa dernière lettre, elle leur apprend que Raskolnikov est malade et qu’il est actuellement à l’hôpital.

CHAPITRE 2

Progressivement, Raskolnikov expie ses fautes. Il avoue son amour à Sonia et il retrouve peu à peu la foi. Il se rend compte qu’il n’a rien d’un surhomme. En étant châtié pour son crime, il réussit à apaiser son âme. En étant responsable de ses actes, il délaisse la peur et la culpabilité au profit d’un meilleur avenir. L’enfant devient un homme.

Présentation des personnages

La famille Raskolnikova

Rodion Romanovitch Raskolnikov, également connu sous le nom de Rodia, est le personnage principal de ce roman. C’est un homme châtain foncé avec des yeux sombres, fin et élancé. Ce jeune russe âgé de 23 ans a perdu son père lorsqu’il était plus jeune. Très intelligent et très cultivé, il a abandonné sa mère et sa sœur, Dounia, pour lesquelles il voue un amour immense afin de faire des études de droit. Par faute de moyen, il sera contraint d’abandonner ses études. Orgueilleux, il va s’interroger sur le caractère inégal de la vie en allant jusqu’à diviser les individus en deux catégories : les hommes ordinaires et les hommes extraordinaires. Bien qu’étant une minorité, ces derniers peuvent enfreindre les lois et aller jusqu’à tuer d’autres personnes. Persuadé qu’il pourra réaliser de grandes choses et pensant qu’il fait partie de ces “gens extraordinaires”, il se met à tuer la vieille usurière afin de la voler. Toutefois, il sera rongé par la culpabilité et la peur de se faire attraper, se rendant compte qu’il n’est qu’un “homme ordinaire”. Le châtiment de ses crimes balaie la peur et la culpabilité faisant de lui un homme nouveau.

Poulkhéria (Pulchérie) Alexandrovna Raskolnikova est la mère de Raskolnikov et de Dounia. Veuve, elle s’occupe seule de son fils aîné et de sa fille. Elle aime profondément ses enfants et souhaite le meilleur pour eux. Elle finit par sombrer dans la folie lorsque son fils “part en voyage” et meurt.

Avdotia Romanovna Raskolnikova (Dounia ou Dounietchka) est la sœur cadette de Raskolnikov. C’est une très belle jeune femme qui attire de nombreux hommes (Svidrigaïlov, Loujine, Razoumikhine). Généreuse et loyale, elle décide de se marier avec Loujine, un commerçant, pour aider son frère financièrement. Grâce à un héritage, elle pourra s’affranchir de cet homme avant que leur union ne soit établie. Elle est l’une des raisons, avec Sonia, qui pousse Raskolnikov a avoué ses crimes. Elle incarne l’amour familial fidèle.

Dmitri Prokofiévitch Razoumikhine est un ami de Raskolnikov. Ils se sont rencontrés à l’université. Ce personnage optimiste comprend la personnalité de Raskolnikov. Bien qu’il ne comprenne pas les raisons qui font que son ami plonge peu à peu dans la folie, il le soutiendra dans toutes ses épreuves durant tout le roman. Au fur et à mesure de l’histoire, il fait partie intégrante de la famille Raskolnikov et finit par épouser la sœur de son ami.

La Famille Marmeladov

Sémion Zakharovitch Marmeladov est le père de Sonia que Raskolnikov rencontre au tout début du roman. Alcoolique, ce fonctionnaire de bas niveau perd son emploi et plonge encore plus dans l’alcool. Conscient de sa déchéance, il reste lucide quant à sa situation, mais n’arrive pas à reprendre sa vie en main. Il va jusqu’à voler les économies de son épouse et demander de l’argent à sa fille qui se prostitue pour gagner de l’argent. Veuf, il a épousé Katerina qui avait également perdu son mari et avait à charge trois enfants. Culpabilisant sur le fait qu’il entraîne progressivement sa famille dans la pauvreté, il accepte d’être violenté par sa femme. Il meurt accidentellement en étant écrasé par un fiacre. Ce personnage représente la déchéance.

Katerina (ou Catherine) Ivanovna Marmeladova est la seconde épouse de Sémion. Bien qu’elle appartienne à une classe sociale élevée, elle a fait le choix de ne plus recevoir l’aide de sa famille lorsqu’elle l’a fuie pour épouser un officier d’infanterie par amour. Celui-ci a fini par mourir laissant Katerina seule et sans ressources avec ses trois enfants. Elle a rencontré Sémion et ils se sont mariés. Cette femme d’une trentaine d’années est phtisique et ne cesse de violenter son mari ainsi que ses enfants. Lorsque son mari meurt accidentellement, elle est soutenue par Sonia. Elle finit par mourir en laissant ses enfants orphelins.

Sonia (ou Sofia) Semionovna Marmeladova est la seule fille de Sémion. C’est une femme mince qui, bien qu’elle ne soit pas d’une grande beauté, est très généreuse. Pour subvenir aux besoins de sa famille, elle décide de se prostituer faisant d’elle le chef de famille. Grâce à son père, elle apprit divers métiers et a su développer de nombreuses compétences qui lui seront d’un grand secours notamment lorsqu’elle sera en Sibérie et qu’elle travaillera en tant que couturière. Cette jeune femme timide exprime peu ses sentiments. Elle se lie d’amitié avec Lisaveta et finit par tomber amoureuse de son assassin, Raskolnikov. Ce dernier lui confie son crime et elle est l’une des raisons qui le poussent à confier son crime à la police. Malgré le fait qu’elle se prostitue, Sonia garde foi en l’humanité. Elle accompagne Raskolnikov au bagne. Sonia est un personnage christique : elle donne son corps pour sa famille.

La famille Svidrigaïlov

Arkadi Ivanovitch Svidrigaïlovest contraint d’épouser Marfa, une femme plus âgée que lui, qui rembourse ses dettes et le sauve de la prison. Il obtient de sa femme un accord selon lequel il peut avoir des relations sexuelles extra-conjugales à condition que sa femme en soit informée et qu’il ne l’abandonne jamais. Lorsque Dounia arrive en tant que domestique, Arkadi tombe amoureux d’elle. Il la flatte, lui fait des avances et cherche à s’enfuir avec elle, mais Dounia refuse et finit par démissionner. Peu de temps après, on apprend que Marfa a été tué. Si tout le monde soupçonne Arkadi, celui-ci s’en fiche et se fiance avec une fille de seize ans tout au plus alors qu’il est âgé d’une cinquantaine d’années. En retrouvant Dounia, il lui fait de nouveau des avances, mais celle-ci refuse. Il la place devant un choix : coucher avec lui pour sauver son frère ou prendre le risque qu’il appelle la police. Il échappe à la mort de peu, après que Dounia tente de lui tirer dessus. Malheureux, Arkadi finit par se suicider.

Marfa Petrovna Svidrigaïlov est la première épouse d’Arkadi Ivanovitch. C’est une femme riche qui arrive à payer les dettes d’Arkadi et à se marier avec lui. Vivant dans l’insécurité sur le plan sentimental, elle conclut un accord avec son mari qui l’autorise à avoir des relations sexuelles extra-conjugales sous certaines conditions. C’est elle qui embauche Dounia en tant que domestique. Lorsqu’elle surprend son mari et Dounia, elle rejette la faute sur cette dernière et lui donne une mauvaise réputation. Elle sera totalement démunie lorsqu’elle apprendra par son mari que ce n’est pas Dounia qui s’est moquée d’elle. Conscient que Dounia représente un danger pour son couple, elle cherchera à lui donner la main d’un parent éloigné, Louije. Elle finira par être assassinée, sans doute par son mari.

Les autres personnages

Piotr Petrovitch Loujine est le fiancé de Dounia et un parent éloigné de Marfa. S’il consent à épouser Dounia, c’est parce que c’est une femme pauvre qui verra en lui un bienfaiteur. Cet homme d’une quarantaine d’années ne cherche pas une femme par amour, mais il souhaite une femme jeune qui lui soit soumise.

Andreï (ou André) Semionovitch Lebeziatnikov

est le compagnon de chambre de Loujine. Il travaille en tant qu’employé dans un ministère. Il est amoureux de Sonia et prend sa défense en révélant la vérité lorsque Loujine l’accuse de vol.

Aliona (ou Alena) Ivanovna est une vieille usurière qui a été tuée par Raskolnikov à coups de hache. Cette femme riche et égoïste propose des prix dérisoires à ses clients, qui sont pauvres et démunis, afin de se faire plus d’argent.

Lisaveta (Lizavéta ou Elisabeth) Ivanova est la demi-sœur de l’usurière. Cette dernière profite d’elle en la faisant travailler comme une esclave. Lisaveta devient une très bonne amie de Sonia. Si Raskolnikov l’assassine, c’est parce qu’elle est arrivée au mauvais moment. Dans cette histoire, ce personnage n’est qu’un dommage collatéral.

Nikodim Fomitch est le commissaire de la police.

Ilia Petrovitch est le lieutenant de Fomitch. C’est lui qui prendra la déposition finale de Raskolnikov

Porfiri (ou Porphyre) Petrovicth est le juge d’instruction en charge d’enquêter sur le meurtre de la vieille usurière et de sa demi-sœur. Il saura que Raskolnikov est le tueur, mais n’en dira rien. Toutefois, il lui en fera part lors d’un échange qu’ils auront.

Alexandre Grigorievitch Zamiotov travaille pour la police, c’est également un ami de Razoumikhine.

Nastassia Petrovna est la servante de l’immeuble où vit Raskolnikov. Elle sera présente pour lui à de nombreuses reprises.

Zossimov est un ami de Razoumikhine. C’est le médecin qui va examiner l’état de Raskolnikov lorsque celui-ci sera au plus mal.

Analyse de l’oeuvre

Une œuvre sur la conscience morale

Dès le début de Crime et Châtiment, Raskolnikov est soumis à des pensées intrusives qui lui suggèrent de tuer Alena. Même si ces pensées ne sont pas clairement dévoilées. Le fait que ces pensées soient masquées est intéressant puisqu’elle permet au lecteur de deviner par lui-même les pensées du personnage principal. C’est une volonté subtile de la part de Fiodor de nous plonger dans une certaine forme d’acceptation de ce meurtre horrible. Si nous pensons au fait qu’il soit capable de penser à tuer l’usurière, c’est que ce schéma suit un processus logique dans la pensée de l’individu.
Je voulais devenir un Napoléon, voilà pourquoi je l’ai tué”. Cette phrase révèle la pensée de Raskolnikov. L’article qu’il a réalisé divise la population en deux catégories : les hommes ordinaires et les hommes extraordinaires. Ces derniers, bien qu’étant minoritaires, sont capables de s’affranchir des lois pour obtenir ce qu’ils veulent, et ce, même s’il faut aller jusqu’à tuer une autre personne. Pour justifier ses dires, il s’appuie sur la théorie du surhomme de Nietzsche qu’il comprend selon son propre prisme. Étant imbus de lui-même, Raskolnikov se met à penser qu’il est ce “surhomme” et qu’il fait partie de ces “hommes extraordinaires“.
Ainsi, s’il vient à tuer l’usurière, c’est avant tout pour réaliser un acte juste. Il débarrasse le monde d’une femme égoïste. Son crime a une valeur humanitaire en quelque sorte. Toutefois, cette pulsion qui le pousse à commettre un crime n’a aucun caractère juste, il n’est motivé que par l’appât du gain et le souhait d’élever sa condition sociale. Quand il justifie son acte auprès de Sonia, il se défend dans un premier temps en lui expliquant qu’il a fait ça pour sauver sa sœur et sa mère de l’indigence. Néanmoins, il se ravise et finit par confesser qu’il n’a fait ça que pour lui-même.
Si un adage explique que “la fin justifie les moyens”, Fiodor illustre clairement son désaccord avec cette expression dans son œuvre. Ici, le personnage principal est en proie à la culpabilité, il vit dans la peur constante de se faire attraper et plonge progressivement dans la folie.

L’indigence

Dans son œuvre, Fiodor nous fait la description de nombreux personnages qui sont confrontés à la misère. Ils illustrent les trajectoires qui peuvent amener les personnes à perdre leurs valeurs morales, comme c’est le cas de Raskolnikov, ou commettre des actes qui ne reflètent pas leurs valeurs, comme le personnage de Sonia qui se prostitue. Marmeladov, le père de Sonia, incarne la déchéance dans cette histoire. Étant pauvre, il est incapable d’endosser la responsabilité du chef de famille et se laisse aller à la boisson. Cette dernière renforce sa déchéance et il entraîne sa famille avec lui dans la pauvreté. Sa fille est obligée de se prostituer pour endosser le rôle de chef de famille et subvenir aux besoins de sa famille. Dounia, quant à elle, accepte de se marier avec un homme qu’elle n’aime pas simplement pour sauver sa famille, et surtout son frère, de la précarité.

Dans Crime et châtiment, la richesse est un moyen d’exercer un certain pouvoir sur les autres. Mafar épouse un Arkadi en rachetant ses dettes, Loujine décide de se marier avec Dounia, car, étant pauvre, elle lui sera soumise et le verra comme un bienfaiteur. Arkadi use de la richesse qu’il a eu, grâce à la mort de sa femme, pour essayer de se montrer sous un nouveau jour afin de séduire Dounia.

L’amour vu sous tous les angles

Dans Crime et Châtiment, Fiodor traite de l’amour sous toutes ses facettes :

  • L’amour familial et fraternel qui est symbolisé par Dounia pour son frère aîné ou par Sonia qui accepte de donner son corps pour sauver sa famille ;
  • L’amour amical entre Raskolnikov et Ramouzikhine ;
  • L’amour entre un homme et une femme (Ramouzikhine et Dounia, Sonia et Raskolnikov.

Par ailleurs, il est intéressant de noter à quel point Fiodor s’attache à décrire l’amour comme un don de soi, un sacrifice pour les autres, et non pour soi, illustré par Sonia qui vend son corps par amour pour les personnes qu’elle aime.

Le châtiment pour expier ses fautes

En endossant la responsabilité de ses actes, Raskolnikov s’offre la rédemption. Si la peur et la culpabilité l’ont amené à chercher la mort pour se pardonner de ses crimes, le châtiment lui offre une réelle opportunité de racheter ses fautes. En un sens, il y a la notion de mort, puisque Raskolnikov, que l’on voit au début du roman, n’existe plus. Il meurt pour renaître afin de devenir une nouvelle personne. Même s’il n’est pas un homme extraordinaire, selon la définition qu’il en fait, on ne peut qu’admirer ce personnage qui, malgré les actes horribles qu’il a commis, se transforme progressivement.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: Copright : www.lesresumes.com