Littérature

Hans Christian Andersen, La Petite Sirène : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

En 1837, l’écrivain danois Hans Christian Andersen a publié La Petite Sirène pour la première fois dans un recueil de contes pour enfants. Cette histoire a été critiquée pour sa morale finale, qui a été conservée ou modifiée dans de nombreuses adaptations ultérieures. Par exemple, Walt Disney a choisi de proposer une version plus édulcorée qui ne se limite qu’à la quête amoureuse. Néanmoins, dans le conte d’Andersen, la petite sirène ne poursuit pas que ce but, elle a aussi un objectif spirituel, celui d’obtenir une âme immortelle. Partons à la découverte de ce conte à double quête.

Résumé détaillé de La Petite Sirène de Hans Christian Andersen

Le monde hors de l’eau

Veuf, le roi de la mer vivait dans son château au fond de la mer, qui était construit en corail et en ambre, avec sa mère et ses six filles. Ces dernières attendaient avec impatience leurs quinze ans pour avoir la permission d’explorer le monde en dehors de la mer. La petite sirène, la sœur cadette, était la plus impatiente. Toutefois, elle devait encore attendre cinq ans afin d’explorer le monde à la surface de l’eau.
En atteignant l’âge de quinze ans, la première sœur fut émerveillée par la beauté du coucher de soleil. La deuxième sœur a vu des cygnes sauvages et des enfants adorables qui nageaient sans queue de poisson. La troisième sœur a exploré un fleuve ainsi que de belles collines verdoyantes et des vignes. La quatrième sœur est restée en pleine mer et a observé jouer des baleines et des dauphins. La cinquième sœur a exploré la mer en hiver et a observé de grands icebergs brillants.

La rencontre avec le prince

La petite sirène avait longtemps rêvé de voir le monde des humains, et le fait de voir ses sœurs s’aventurer hors de l’eau l’attristait. Lorsqu’elle atteignit enfin l’âge de quinze ans, sa grand-mère la prépara pour qu’elle puisse explorer le monde à la surface. Hors de l’eau, elle observa un grand navire avec des marins qui dansaient et chantaient sur le pont pour célébrer l’anniversaire du jeune prince, un beau garçon aux yeux bruns. Fascinée par sa beauté, elle le contempla pendant un moment, mais le navire fut pris dans une tempête et sombra dans les profondeurs de la mer. La petite sirène décida de sauver le prince de la noyade en l’amenant jusqu’à la terre ferme. Plusieurs jeunes filles lui portèrent secours et l’emmenèrent “à l’intérieur d’un bâtiment blanc“. La petite sirène était tellement attristée que le prince ne la remarque pas qu’elle décida de retourner dans le monde marin. Elle resta silencieuse lorsque ses sœurs lui demandèrent ce qu’elle avait vu. La petite sirène essaya de revenir plusieurs fois à l’endroit où elle avait déposé le prince, mais elle ne l’y trouva plus. Abandonnant l’idée de le revoir, elle s’isola dans son jardin sous-marin, où elle s’asseya devant une statue de marbre qui ressemblait au prince.

L’âme immortelle

Finalement, la petite sirène décida de confier son secret à l’une de ses sœurs qui le partagea à toutes les autres. Une des sœurs connaissait l’identité ainsi que la localisation du royaume du prince. Toutes ensembles, elles se rendirent devant son château. Par la suite, la petite sirène revint plusieurs fois afin d’observer le prince. À force de côtoyer ce monde hors de l’eau, elle se mit à l’idéaliser, enviant le monde des humains. Elle interrogea sa grand-mère sur la vie des hommes et apprit que leur vie était plus courte que la leur. En effet, les habitants de la mer pouvaient vivre trois siècles. Toutefois, les humains disposaient d’une âme immortelle qui, à leur mort, leur permettaient d’accéder au royaume des cieux. Sa grand-mère l’informa qu’elle ne pouvait pas avoir d’âme éternelle sauf si un homme se mettait à l’aimer plus que tout. Elle lui rappela que les humains ne comprenaient pas la beauté de la vie sous l’eau, et que leur monde était différent et difficile à comprendre.

La transformation de la petite sirène

La petite sirène assista à un bal à la cour du roi de la mer. Une fête exceptionnelle qui surpassait de très loin tous les bals qu’il pouvait y avoir sur terre. La petite sirène qui avait la plus belle voix de l’océan fut conviée à chanter. Toutefois, elle continuait de penser à son prince et à cette âme immortelle avec tristesse. Profitant que tout le monde était occupé, elle s’éclipsa de la fête pour rendre visite à la sorcière des mers.
Quand elle arriva devant la sorcière, celle-ci souligna la stupidité de son choix. Elle lui expliqua qu’elle pouvait élaborer un breuvage qui lui permettrait de se transformer en humaine, toutefois cela était extrêmement douloureux. La sorcière l’informa des tenants et des aboutissants. La petite sirène devait absolument conquérir le cœur du prince et l’épouser auxquels cas, elle finit par mourir et devenir de l’écume de mer. La sorcière accepta donc de lui faire le breuvage à condition qu’elle lui donne sa voix. Décidée à devenir humaine et à conquérir le prince, la petite sirène accepta.

Un amour non réciproque

Avant le lever du soleil, la petite sirène quitta l’océan et s’approcha du château du prince. Elle but le breuvage et finit par s’évanouir. Lorsqu’elle se réveilla, elle avait de jolies jambes “d’albâtre“. Le prince essaya de savoir qui elle était, mais étant muette, elle ne put révéler son identité. Le prince la conduisit jusqu’au château où elle reçut des habits. Lors d’un spectacle de chant effectué par des esclaves, la petite sirène fut frustrée de ne pas pouvoir chanter. Quand les esclaves se mirent à danser, elle décida de les accompagner. Sa prestation fut exceptionnelle malgré la douleur immense qu’elle ressentait à chaque pas. Le prince décida de la garder auprès de lui.
La nuit, elle rafraîchissait ses pieds brûlants dans l’eau froide de la mer. Ses sœurs lui rendaient régulièrement visite et une nuit, la petite sirène eut l’honneur de voir son père et sa grand-mère.
Malgré son amour grandissant pour elle, le prince ne pouvait se résoudre à épouser la petite sirène. En effet, il était déjà épris d’une autre jeune fille, cloîtrée dans un couvent. Cette dernière lui avait sauvé la vie et la petite sirène lui ressemblait étrangement. Cependant, le prince ignorait que ce n’était pas la jeune fille, mais la petite sirène qui l’avait sauvé de la noyade.

Le sacrifice de la petite sirène

Un jour, le prince fut envoyé en voyage pour rencontrer la princesse d’un royaume voisin en vue d’un mariage arrangé par leurs parents. Bien qu’il ait déclaré à la petite sirène qu’il ne pourrait jamais aimer cette princesse, il tomba sous son charme dès qu’il la vit et ils se marièrent aussitôt. Lors de leur mariage, la petite sirène dansa pour eux, sachant que c’était sa dernière danse avant d’être transformée en écume.
Seule sur le bastingage, la petite sirène attendait le lever du soleil. Elle vit alors ses sœurs qui avaient échangé leurs cheveux contre un couteau qui pouvait sauver leur sœur. En effet, en plantant ce couteau dans le cœur du prince avant le lever du soleil, le sang du prince pouvait la transformer en sirène à nouveau. Décidée à ne pas mourir, la petite sirène accepta de suivre les instructions, mais elle ne parvint pas à tuer le prince. Elle jeta le couteau et se jeta dans la mer. En récompense de sa bonne action, elle se transforma alors en fille de l’air et apprit qu’elle pourrait obtenir une âme immortelle si elle continuait à faire le bien pendant trois cents ans.

Présentation des personnages

La Petite Sirène est la sixième fille du roi de la mer, reconnue pour sa beauté et sa voix mélodieuse. Dès son plus jeune âge, elle est animée par une forte curiosité et un désir ardent de découvrir le monde hors de l’eau. À quinze ans, elle monte enfin à la surface et tombe amoureuse du prince. Déterminée à vivre à ses côtés et à obtenir une âme immortelle, elle accepte de sacrifier sa condition de sirène, sa voix et sa famille par amour. Dans le monde des hommes, elle est admirée pour sa beauté, son regard expressif et ses talents de danseuse, mais ses tentatives de séduire le prince sont vaines, car celui-ci préfère une princesse. Malgré tout, en choisissant de ne pas tuer le prince, sa bonne action est récompensée. Elle se transformant en “fille de l’air” et obtient la possibilité d’obtenir une âme immortelle. Elle incarne ainsi la récompense pour les bonnes actions accomplies.

Le prince, un beau garçon aux longs cheveux noirs et aux yeux marrons, célèbre ses seize ans à bord d’un navire qui sombre après une tempête. Il est sauvé de la noyade par la petite sirène. À son réveil, il tombe amoureux de la première fille qu’il voit, persuadé qu’elle est celle qui lui a sauvé la vie. Il découvre plus tard que cette fille est la princesse qu’il doit épouser. Tout au long de l’histoire, il reste ignorant de la véritable identité de celle qui l’a sauvé. A la fin du compte, il ignorera tous les sacrifices que la petite sirène a faits pour lui.

Les cinq sœurs de la petite sirène sont heureuses de découvrir le monde qu’il y a à la surface. Toutefois, elle ne développe pas le désir d’abandonner leur monde aquatique. En effet, après avoir découvert le monde hors de l’eau, elles finissent par s’en lasser et ne s’y aventurent plus. Solidaires avec leur sœur, elles seront très peinées de son choix. Pour lui sauver la vie, elles iront jusqu’à sacrifier leur cheveu pour obtenir le couteau destiné à tuer le prince.

La grand-mère, mère du roi de la mer, joue un rôle important dans l’histoire. Après le décès de sa belle-fille, elle aide son fils à élever ses six petites-filles en utilisant sa sagesse et son expérience de vie. La petite sirène lui pose de nombreuses questions sur le monde des humains. Sans le savoir, la grand-mère deviendra la faiseuse de quête. Elle révèle à cette dernière qu’elle peut obtenir une âme immortelle en étant aimée par un humain. Cette information suscite beaucoup d’espoir chez la petite sirène. La grand-mère incarne parfaitement la matriarche spirituelle et fière de son rang.

La sorcière de la mer est un personnage maléfique qui vis en marge des autres habitants de la mer dans une maison faite d’ossements. Elle a un côté omniscient dans la mesure où elle est déjà au courant des intentions de la petite sirène lorsque celle-ci vient la voir. Si nous pouvons la voir comme l’adversaire de la petite sirène, elle se présente comme une femme sincère et franche. En effet, avant de lui fournir le breuvage, elle l’informe de toutes les souffrances qui l’attendent si elle poursuit réellement dans son dessein. Toutefois, elle affirme son rôle d’opposante en privant la Petite Sirène de sa voix, la freinant dans la réussite de son projet.

L’épouse du prince est la fille d’un roi voisin jouissant d’une grande beauté. La petite sirène reconnaît qu’elle n’a jamais vu une femme aussi jolie. Elle dispose de grands yeux noirs et d’une peau blanche. Le prince tombe amoureux d’elle, car il pense qu’elle lui a sauvé la vie. En réalité, elle n’a fait que prendre soin de lui après que la petite sirène l’ait réellement sauvé de la noyade.

Le roi de la mer règne sur le monde aquatique. Ce père veuf élève ses six filles avec l’aide de sa grand-mère. Dans cette histoire, il n’a pas une grande importance et l’auteur ne donne que très peu de détails sur lui.

Analyse de l’oeuvre

Le schéma narratif

Situation initiale : “Bien loin dans la mer“, le roi de la mer, un père veuf, règne sur le monde aquatique tout en élevant ses six filles avec sa grand-mère. À l’instar des contes de fée qui présentent un récit dans “un pays fort lointain“, Andersen place son histoire “bien loin dans la mer“. Ce type de formule associée à l’absence de précision est caractéristique des contes de fées. L’auteur plante le décor, traite du contexte et évoque les personnages.

Élément perturbateur : Lorsqu’elle atteint l’âge de quinze ans, la petite sirène peut enfin admirer le monde à la surface. Elle assiste à un moment festif où le jeune prince fête ses seize ans. Le navire fait naufrage, elle sauve le prince pour lequel elle développe des sentiments amoureux. N’étant pas du même monde, leur amour est impossible. Ceci est le problème central de ce conte.

Péripéties : La Petite Sirène est mise à rude épreuve. Elle doit faire face à des choix difficiles et sacrifier de nombreuses choses pour espérer séduire le prince qu’elle aime. Elle quitte le monde aquatique dans lequel elle a évolué pendant quinze ans. Elle abandonne sa famille pour vivre dans un monde en compagnie d’illustres inconnus. Elle se prive de sa voix. D’autre part, pour réussir ses desseins, elle est obligée de réussir sur un laps de temps prédéfinis. Si elle ne réussit pas, elle risque la mort. Ainsi, par amour, la petite sirène tente le tout pour le tout.

Dénouement : La petite sirène échoue dans son entreprise. En effet, le prince finit par se marier avec la princesse. La mort se profile à l’horizon, mais ses sœurs ont sacrifié leurs cheveux pour trouver une solution afin qu’elle puisse continuer de vivre. Ce dénouement diffère des contes habituels dans la mesure où la petite sirène n’épouse pas son bien-aimé. Ce conte se prive donc de la célèbre formule “ils eurent beaucoup d’enfants“.

Situation Finale : Par amour, la petite sirène décide de se sacrifier en choisissant la mort plutôt que d’ôter la vie à celui qu’elle aime. Du fait de cette bonne action, elle accède au paradis céleste où elle a la possibilité de gagner une âme immortelle.

Entre illusion et spiritualité

Dès le début du conte, la petite sirène a le désir ardent de s’instruire et de découvrir ce monde qui lui échappe. Un monde qu’elle idéalise au fur et à mesure que ses sœurs atteignent l’âge requis pour le découvrir. Toutefois, étant la sœur cadette, elle doit patienter et se contenter du discours de ses aînés qui nourrissent son imaginaire. Ici, la curiosité joue un rôle essentiel puisque c’est pour cette raison que la petite sirène se met à négliger le monde dans lequel elle vit depuis quinze ans. Aveuglée par ce désir, elle est obnubilée par ce monde qu’elle ne connaît pas. Lorsqu’elle arrive enfin à atteindre ce monde, elle assiste d’abord à des festivités puis très vite, le navire sombre. On peut rapprocher cette première vision qu’elle a du monde à la surface de l’eau avec la suite des événements. En effet, elle tombe amoureuse du prince, toutefois, celui-ci épouse la princesse. Ainsi la petite sirène “sombre” dans une certaine façon dans la mesure où elle tente le tout pour le tout pour séduire le prince. On peut supposer que, du fait de sa jeunesse, elle est encore bercée par des illusions où elle estime qu’en aimant, elle sera forcément aimée en retour. Dans ce conte, sa grand-mère a le rôle de faiseuse de quête. En l’interrogeant, elle se rend compte que l’homme dispose d’une âme immortelle. Si de nombreux contes développent essentiellement le sentiment amoureux, dans La Petite Sirène, Andersen a fait le choix de traiter de la notion de spiritualité.

D’autre part, le fait que la sorcière de la mer prive la voix de la petite sirène a une portée symbolique. En effet, en la privant de cet élément, elle lui “prive la voie” où elle pourrait épouser le prince. Outre le caractère distinctif de cette chanteuse exceptionnelle, il y a également la notion de “voie“, dans le sens destinée, trajectoire de vie.
Tout conte comporte une morale et celui d’Andersen ne fait pas exception. Dans La Petite Sirène, l’auteur souligne les conséquences irréversibles qui peuvent survenir lorsque nous décidons de changer notre nature. Ce conte traite de la notion de zone de confort que la petite sirène accepte de quitter pour vivre une vie avec celui qu’elle aime. Par ailleurs, l’histoire peut faire allusion au fait de quitter son existence matérielle dans l’espoir d’évoluer spirituellement.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !