Littérature

Charlotte Brontë, Jane Eyre : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Résumé 1 de Jane Eyre de Charlotte Brontë

Jane Eyre est une œuvre ayant connu un succès immédiat auprès des lecteurs et des critiques lors de sa publication initiale en 1847. Ecrit par Charlotte Brontë sous le pseudonyme de Currer Bell, ce roman retrace à la première personne le parcours de la jeune Jane Eyre.

Résumé chapitre par chapitre du roman Jane Eyre de Charlotte Brontë

Cette œuvre se divise en 38 chapitres.

Chapitre 1

Jane, une enfant de 10 ans, petite, pâle et malheureuse, profite du temps. Jane est mise à l’écart du groupe tandis que ses cousins Eliza, John et Georgiana Reed se détendent avec sa tante.

Chapitre 2

On dit que l’esprit de M. Reed réside dans la chambre cramoisie. Il a adopté Jane à la mort de ses parents et était le frère de la mère de Jane. Jane est une cible de haine et de violence dans la maison des Reed parce que sur son lit de mort, il a contraint sa femme à s’engager à la garder et à l’élever.

Chapitre 3

Avec la perspective de retourner à l’école comme motivation, Jane bat sa maladie.

Chapitre 4

Un jour, un homme vient voir la jeune Jane. Il s’appelle M. Brocklehurst et possède l’institution strictement religieuse Lowood.

Chapitre 5

Jane se rend à Lowood. Le premier soir, elle est trop anxieuse pour manger. Le régime de vie ardu de Lowood commence le lendemain matin avec les cours du matin, suivis d’une heure de lecture de la Bible, du petit déjeuner et d’un hymne. Jane rencontre Helen Burns au déjeuner, et toutes deux deviennent des amies proches.

Chapitre 6

Jane commence ses études. À la table des plus avancés, Helen suit les cours de Miss Scatcherd, qui la déteste sans raison. Helen reçoit régulièrement des critiques de Mlle Scatcherd pour des choses comme le fait de ne pas se tenir correctement et de négliger de se couper les ongles.

Chapitre 7

Lowood a un mode de vie dur et exigeant. Les vêtements d’hiver des filles ne sont pas chauds, la nourriture est insuffisante, et les filles les plus âgées intimident les plus petites pour qu’elles renoncent à la nourriture et aux couvertures.

Chapitre 8

Pendant que le reste de l’école dîne, Jane sanglote. Quand Helen lui rend visite, elle lui dit que M. Brocklehurst est méprisé à Lowood et que la « sympathie » des filles pour Jane n’est que le résultat de sa punition. Helen réconforte Jane avec son sérieux religieux, en contraste frappant avec la malhonnêteté de Brocklehurst.

Chapitre 9

Après cela, la vie de Jane à Lowood s’améliore. Lorsque le printemps arrive, les rigueurs de l’hiver se calment et les filles peuvent sortir. Jane aime partir à l’aventure et s’amuser dans les bois.

Chapitre 10

Après huit ans, le chapitre 10 commence par la décision de Jane de quitter Lowood et de chercher un emploi de nounou. Elle publie une annonce dans le journal, et “Mme Fairfax, Thornfield” lui répond.

Chapitre 11

Jane arrive à Thornfield Hall pour rencontrer la gouvernante Mme Fairfax. Celle-ci est la tutrice d’Adèle, une petite fille française qui est l’élève de Jane. Ils entendent un gloussement sinistre pendant que Mme Fairfax fait visiter Thornfield à Jane. Grace Poole, une nourrice, est à blâmer, selon Mme Fairfax, pour le bruit.

Chapitre 12

Jane découvre que l’homme qu’elle a assisté sur la route était M. Rochester lorsqu’elle rentre à Thornfield.

Chapitre 13

Le jour suivant, Jane rencontre formellement M. Rochester. Jane n’est pas habituée à la politesse et pense qu’elle est trop quelconque pour avoir quelque chose en commun avec un homme séduisant, c’est pourquoi son attitude bourrue et son comportement mettent Jane à l’aise. Il l’interroge sur sa vie et examine son portfolio de croquis.

Chapitre 14

Jane et Adèle rencontreront à nouveau Rochester dans quelques jours. Pendant que sa pupille est préoccupée, il converse avec Jane et offre un cadeau à Adèle. Au début, Jane est perplexe face à ses questions directes, mais elle commence bientôt à discuter avec lui sur un pied d’égalité. Rochester parle à Jane de regret et d’expiation, mais il n’explique pas ce qu’il veut dire précisément.

Chapitre 15

Rochester explique l’histoire d’Adèle. Adèle n’est pas sa fille, et il n’a aucune sympathie pour elle. En tant que compagne orpheline, Jane a de la peine pour Adèle. Son sentiment d’amitié avec Rochester est renforcé par son style accessible et son assurance.

Chapitre 16

Le lendemain, Jane est choquée et effrayée de voir que Grace travaille toujours à Thornfield. Elle crée une simple représentation d’elle-même comme une sorte d’autopunition, suivie du dessin d’une femme superbe à laquelle elle pourra se comparer si jamais elle a une pensée romantique pour Rochester.

Chapitre 17

Avec ses nouveaux amis, Rochester retourne à Thornfield. Blanche Ingram, l’une des femmes, est la favorite de Rochester. Le fait que Rochester envisage d’épouser une telle femme rend Jane furieuse.

Chapitre 18

Rochester et Blanche jouent aux charades tandis que les invités s’amusent à mettre en scène un mariage. Jane est surprise d’apprendre que Rochester a visité les Amériques. Une vieille gitane qui propose de lire l’avenir des jeunes filles se joint alors au groupe de visiteurs.

Chapitre 19

Bien que Jane soit dubitative, elle se fait lire son avenir.

Chapitre 20

Jane se réveille au milieu de la nuit au son d’un cri et d’une lutte provenant des appartements du dessus.

Chapitre 21

Une semaine plus tard, un messager de Gateshead apporte de terribles nouvelles à Thornfield. John, le cousin de Jane, s’est suicidé, et sa tante est dans un état critique. Jane se rend directement à Gateshead.

Chapitre 22

Jane retourne à Thornfield Hall, mais elle est inquiète de l’accueil qui lui sera réservé. Elle rencontre Rochester alors qu’elle se promène dans la rue en direction de Thornfield. Tous ses sentiments pour lui sont revenus et il semble également heureux de la voir.

Chapitre 23

Un soir, Jane se promène dans le jardin lorsqu’elle aperçoit Rochester en train de fumer. Il l’embrasse, lui dit qu’ils devraient se marier et admet qu’il faisait simplement semblant d’aimer Blanche pour tester les sentiments de Jane à son égard.

Chapitre 24

Le lendemain matin, Rochester embrasse Jane et lui annonce qu’ils se marieront dans un mois. Jane s’y oppose alors qu’il expose ses plans pour l’habiller de bijoux et de vêtements de fantaisie.

Chapitre 25

Le soir avant le mariage, Jane se sent mal à l’aise. Elle décrit à Rochester les trois cauchemars bizarres qu’elle a fait. Le troisième cauchemar, le plus effrayant, est celui d’une femme qui entre dans la chambre de Jane et lui arrache son voile de mariée. Cette femme avait des cheveux noirs et un visage violet de type vampirique.

Chapitre 26

Jane et Rochester se rendent à l’église pour se marier.

Chapitre 27

Bien que Rochester souhaite que Jane reste avec lui en tant que maîtresse, Jane décide qu’elle doit quitter Thornfield. Rochester menace de la violer lorsque Jane refuse.

Chapitre 28

Dans la mesure où son budget le lui permet, Jane monte dans une calèche après avoir quitté Thornfield. Elle laisse par erreur son sac de nourriture dans la calèche alors qu’elle devait sortir.

Chapitre 29

Jane rencontre la famille Rivers, qui l’a aidée pendant sa convalescence. Il y a deux sœurs, Mary et Diana, une servante nommée Hannah, et leur frère, le révérend St. John. Jane offre aux résidents de la maison, un pseudonyme et une partie de son récit.

Chapitre 30

Les sœurs et Jane deviennent rapidement des amies proches. St. John est de nature calme et fréquemment absent en raison de ses obligations paroissiales.

Chapitre 31

Même si elle s’installe dans sa maison d’institutrice et commence à enseigner, Jane regrette la vie qu’elle a perdue. Un lien plus fort se crée entre elles lorsque St. John leur rend visite.

Chapitre 32

Rosamond continue de voir Jane alors qu’elle enseigne toujours. Jane consent à la peindre. Lorsque St. John lui rend visite, il la remarque et Jane lui suggère d’épouser Rosamond.

Chapitre 33

Le lendemain matin, St. John revient. Il a reconnu l’identité de Jane grâce à une annonce dans un journal demandant des informations sur sa localisation puisqu’elle avait signé de son nom sur le tableau. Jane choisit de distribuer son héritage après avoir été ravie de retrouver ses proches.

Chapitre 34

Jane arrive à Moor ce Noël-là de bonne humeur. St. John n’est pas l’époux prévu pour Rosamond, mais cela ne semble pas la déranger. Au milieu des plaisirs domestiques et de la paresse, St. John ne semble pas à sa place et est plus distant de Jane en tant que cousin qu’il ne l’était lorsqu’ils étaient simplement amis.

Chapitre 35

La semaine suivante, St. John traite Jane avec une hostilité sévère jusqu’à ce que Jane fasse finalement un effort pour s’amender. Cependant, leurs personnalités ne pourraient pas être plus éloignées l’une de l’autre, et Jane ne fait qu’empirer les choses.

Chapitre 36

St. John part le lendemain matin, et Jane se rend à Thornfield Hall en carrosse. A sa grande consternation, elle le découvre comme une épave abandonnée et brûlée. Elle découvre que Bertha a mis le feu au manoir au milieu de la nuit après avoir posé des questions sur la catastrophe. Rochester a été blessé dans l’incendie, et Bertha a péri. Il réside actuellement dans sa deuxième maison à Ferndean et est aveugle et sans mains.

Chapitre 37

Lorsque Jane arrive à Ferndean, Rochester l’accueille à nouveau. Elle lui raconte tous les détails de ce qu’elle a vécu depuis qu’elle a quitté Thornfield. Il se sent d’abord envieux de St. John, mais Jane le rassure en lui disant que ni elle ni lui ne sont amoureux l’un de l’autre.

Chapitre 38

” Lecteur, je l’ai épousé “, s’exclame Jane, et le dernier chapitre de Jane Eyre détaille le joyeux dénouement. Jane est mariée depuis dix ans et a de nombreux enfants. Finalement, Rochester retrouve une partie de sa vision. Jane communique souvent avec Mary et Diana, qui ont des mariages heureux. Le livre Jane Eyre se termine par la réception par Jane d’une dernière lettre de St. John dans laquelle il évoque sa mort imminente et sa récompense finale. St. John part pour l’Inde sans être marié.

Présentation des personnages

Plusieurs personnages différents sont présents dans ce roman.

Jane Eyre

Jane, personnage principal et narratrice du livre, est une jeune femme d’apparence ordinaire, éduquée, honnête, qui doit faire face à l’injustice, à la discrimination et à la souffrance.

Edward Rochester

Rochester, le maître de Thornfield et l’employeur de Jane, est un homme riche, ardent et doté d’un sinistre secret qui contribue de manière significative à la tension du roman.

St. John Rivers

St. John aide Jane lorsqu’elle s’enfuit de Thornfield en subvenant à ses besoins, tout comme ses sœurs Mary et Diana.

Mme Reed

Jane est cruellement élevée à Gateshead Hall par sa tante Mme Reed jusqu’à ce qu’elle ait onze ans et soit envoyée à l’école.

Bessie Lee

Bessie, la gouvernante de Gateshead, est la seule à faire preuve de gentillesse envers Jane tout au long de sa jeunesse en lui lisant des livres et en lui chantant des chansons.

M. Lloyd

Le pharmacien des Reed, M. Lloyd, conseille d’envoyer Jane à l’école.

Analyse de l’œuvre

Jane Eyre se concentre sur la recherche par Jane d’un endroit où se sentir chez elle et d’un sens de la communauté. Ses premières années à Gateshead, sa scolarité à Lowood, son séjour à Thornfield, sa fuite à Moorhead et son retour auprès de Rochester à Ferndean constituent les cinq grands axes de l’histoire. Jane fait un effort pour s’installer dans chacun de ces endroits jusqu’à la conclusion du roman, mais elle finit inévitablement par être déracinée, soit par des forces sociales, soit par sa réticence à renoncer à son identité.

Lorsque Jane et John Reed se sont disputés, elle a été punie en étant enfermée dans la chambre rouge, et c’est là que les problèmes ont commencé. Cet incident montre comment la situation d’orpheline de Jane la rend dépendante des individus en position d’autorité, qu’ils lui témoignent ou non de l’amour ou de la dignité. En raison de la froideur des Reed, elle est incapable d’obtenir un logement à Gateshead.

L’événement de la chambre rouge révèle également le tempérament et l’entêtement de Jane face à autant d’obstacles possibles à son bonheur, ainsi que sa force intérieure, qui lui permet de rester fidèle à elle-même face à la difficulté. Jane est également incapable d’apparaître comme le genre de jeune fille reconnaissante qui s’intégrerait bien à Gateshead en raison de son orgueil.

À travers le dogme du sang-froid de Brocklehurst, la perception empoisonnée de Jane par Mme Reed constitue une menace lorsqu’elle envoie Jane à Lowood. Heureusement, Jane rencontre Helen et Mme Temple, qui lui transmettent des idéaux chrétiens et l’aident à contrôler sa colère. En maintenant Jane dans la vérité et en lui permettant de percevoir le potentiel de la justice et de l’équité au sein d’une véritable théologie chrétienne, Mme Temple permet à Jane de se disculper. Ces éléments, ainsi que la disparition de Brocklehurst, font que Lowood se sent chez lui pendant un certain temps. Mais lorsque Mme Temple quitte Lowood, Jane comprend qu’elle ne peut pas compter sur une seule personne pour être chez elle.

Jane est obligée d’assumer le poste de gouvernante et dépend d’une famille riche pour sa stabilité, car elle n’a pas de liberté financière. Elle ravive la formidable passion de sa jeunesse, cette fois sous la forme d’un amour romantique, pendant son séjour à Thornfield. Même après l’aveu de leur amour, les interactions entre Jane et Rochester sont pleines de mauvais présages, des manigances de Bertha à la disparition du marronnier. Ces sous-entendus terrifiants suscitent un certain malaise autour de leur relation. Cependant, Jane pense que Rochester est à sa place puisqu’il respecte à la fois sa morale et son dynamisme.

Après que Richard Mason ait annulé le mariage, Jane déménage par crainte de succomber à la séduction de Rochester. Rochester exerce actuellement un contrôle financier et émotionnel sur Jane, et elle doit partir afin de retrouver son indépendance émotionnelle. Jane a le temps de réfléchir après avoir été sauvée par les frères et sœurs Rivers. Elle dispose de la liberté financière offerte par sa fortune pour acheter Moorhead et fonder un foyer avec les Rivers. La proposition de St. John, dans laquelle il exige de Jane qu’elle renonce complètement à sa nature passionnée et qu’elle se livre à un mariage sans amour pour la cause du christianisme, bouleverse le contentement de Jane.

Le conflit est résolu lorsque Jane voit Rochester et que la proposition de St. John est finalement rejetée. Non seulement Rochester éveille la passion de Jane, mais il la convainc également qu’elle ne peut survivre sans lui. Le lecteur peut constater que Rochester a essayé d’assumer la responsabilité de son mariage avec Bertha en essayant de la sauver du feu lorsqu’elle le découvre dans sa cachette à Ferndean. Maintenant que Rochester est aveugle, Jane doit compter sur lui, et elle n’est donc plus la servante de Rochester. Ainsi, le mariage de Jane avec lui signifie sa décision de construire une famille morale et aimante où elle est la seule à avoir des droits de propriété.

Résumé 2 de Jane Eyre de Charlotte Brontë

Jane Eyre est un roman écrit par Charlotte Brontë et publié à l’origine en 1847 sous le pseudonyme masculin de Currer Bell par Smith, Elder & Co. de Londres. À travers la vie et les expériences de Jane, Brontë examine des questions sociales telles que l’hypocrisie religieuse, la discrimination de classe et le sexisme. De nombreux théoriciens littéraires et biographes – y compris l’amie de Brontë et sa collègue romancière Elizabeth Gaskell – ont également relevé de nombreuses similitudes entre les événements du roman et l’histoire personnelle de Brontë.

Résumé chapitre par chapitre du roman Jane Eyre de Charlotte Brontë

Volume I, chapitre 1

Le roman commence avec la jeune Jane Eyre, âgée de dix ans, qui fait la narration depuis la maison de la famille Reed, une famille aisée de Gateshead Hall. M. Reed, l’oncle de Jane, l’a accueillie chez lui après que ses deux parents soient morts de la fièvre typhoïde, mais il est lui-même décédé peu après. Mme Reed est particulièrement irritée par le favoritisme de son mari envers Jane et saisit toutes les occasions de la négliger et de la punir. Au début du récit, Jane est isolée derrière les rideaux d’un siège de fenêtre et lit l'”Histoire des oiseaux britanniques” de Bewick. Bien qu’elle ait tenté de rejoindre le reste de la famille, Mme Reed lui a refusé la permission de jouer avec ses cousins Eliza, John et Georgiana. Bien que la famille la maltraite, Jane souhaite toujours avoir la même attention et le même amour que ses cousins reçoivent de sa tante.

Volume I, chapitre 2

Jane résiste physiquement et verbalement lorsque les domestiques Bessie et Miss Abbot la conduisent dans la chambre rouge, ainsi nommée en raison de la couleur de ses draperies et de son mobilier. La pièce contient également un portrait miniature de M. Reed, qui est mort depuis neuf ans ; son véritable corps repose dans un caveau sous l’église de Gateshead. Avant de l’enfermer, les domestiques réprimandent Jane pour sa désobéissance et la mettent en garde contre la colère de Dieu. En considérant leurs réprimandes, Jane se met en colère contre l’injustice de sa situation familiale, se demandant pourquoi elle est toujours maltraitée alors que ses cousins sont dorlotés et choyés.

Volume I, chapitre 3

Jane se réveille, vaguement consciente de voix et de quelqu’un qui la soutient. Elle se rend vite compte qu’elle est dans son lit et voit Bessie et M. Lloyd, l’apothicaire. Ce dernier donne des instructions pour les soins de Jane et s’en va. Bessie, plus préoccupée qu’auparavant par la santé de Jane, dort dans la chambre voisine au cas où Jane aurait besoin de quelque chose pendant la nuit. Jane dort et se réveille le lendemain en se sentant mal. La famille Reed est absente, et Bessie apporte à Jane une tarte aux fruits et son livre préféré, “Les voyages de Gulliver”. Pourtant, Jane est encore si bouleversée par son expérience dans la chambre rouge qu’elle est incapable de manger la tarte ou même d’apprécier les récits fantastiques des “Voyages de Gulliver” comme elle le fait habituellement.

Volume I, chapitre 4

Le temps passe, Jane reprend des forces, mais le sujet de son malheur n’est jamais abordé et la famille Reed la traite encore plus mal qu’avant. Un jour, Jane défie Mme Reed, se demandant ce que son défunt mari penserait de son comportement. Mme Reed punit Jane pour sa question impertinente en lui bouchant les oreilles et en ordonnant à Bessie de lui faire la morale, mais Jane est intéressée par le soudain regard de peur qu’elle détecte dans les yeux de sa tante. Lorsque les vacances arrivent, Jane continue d’être exclue des célébrations familiales et ne trouve de réconfort que dans la poupée avec laquelle elle dort et dans les gentils baisers de bonne nuit de Bessie.

Volume I, chapitre 5

Quatre jours après avoir rencontré M. Brocklehurst, Jane quitte Gateshead par le car de 6 heures du matin pour l’école Lowood. Lorsqu’elle arrive à l’école, elle est emmenée dans une salle grise et terne pour le dîner, puis mise au lit dans une chambre remplie d’autres filles.

Volume I, chapitre 6

Dès son deuxième jour, Jane apprend que la vie à Lowood School est difficile. Les repas sont à peine assez copieux pour calmer les fringales de Jane, et les élèves sont obligées de rester assises devant des sermons interminables. Jane se lie d’amitié avec Helen et observe Mlle Scatcherd qui ne cesse de réprimander et même de fouetter Helen, qui ne réagit jamais. Helen parle à Jane de sa doctrine personnelle de l’endurance.

Volume I, chapitre 7

Jane passe un premier trimestre difficile à Lowood, le temps neigeux et l’environnement strict contribuant à sa misère. Après une longue absence de l’école, M. Brocklehurst se rend dans la classe de Miss Temple et lui ordonne de ne pas ménager les filles de quelque façon que ce soit ; leurs privations leur rappelleront l’éthique chrétienne. Il repère une fille aux cheveux bouclés et la juge inacceptable pour un environnement évangélique, comme le sont tous les nœuds sur la tête des filles. Jane, nerveuse à l’idée que M. Brocklehurst transmette à Miss Temple les avertissements de Mme Reed concernant son comportement, fait accidentellement tomber son ardoise.

Volume I, chapitre 8

À la sortie de l’école, Jane s’effondre sur le sol, remplie d’apitoiement et de honte à l’idée que tous les élèves la méprisent à cause des fausses accusations de M. Brocklehurst. Helen lui assure que tout le monde compatit en fait aux mauvais traitements qu’elle subit.

Volume I, chapitre 9

Avec l’arrivée du printemps, Lowood devient un endroit plus agréable. Cependant, les températures plus chaudes et l’humidité de la forêt voisine sont idéales pour le développement des maladies, et plus de la moitié des filles de l’école tombent malades du typhus. La maladie est particulièrement grave en raison des soins négligents que les élèves reçoivent à l’école. Jane, l’une des élèves en bonne santé, apprécie le plein air, d’autant plus que M. Brocklehurst ne visite plus l’école. Jane est choquée d’apprendre qu’Helen est en train de mourir, non pas du typhus, mais de consomption. Elle n’est pas autorisée à rendre visite à Helen dans la chambre de Miss Temple, mais Jane s’y faufile la nuit, espérant une dernière conversation.

Volume I, chapitre 10

L’épidémie de fièvre typhoïde déclenche une enquête sur l’insalubrité de Lowood et la gestion de l’école par M. Brocklehurst, et un nouveau groupe de surveillants prend le contrôle de l’école. Avec le déshonneur de M. Brocklehurst, la qualité de l’école s’améliore considérablement, et Jane et les autres élèves peuvent se concentrer sur leur éducation. Jane excelle en tant qu’élève sous la direction de Mlle Temple pendant six ans, puis travaille comme enseignante pendant deux années supplémentaires. Lorsque Miss Temple se marie et quitte Lowood, Jane se sent vide et cherche une ” nouvelle servitude “, un nouveau travail au service de quelqu’un d’autre.

Volume I, chapitre 11

En arrivant à Millcote, Jane est envahie par l’anxiété ; il n’y a personne à la gare pour l’accueillir, et elle craint que cette Mme Fairfax ne soit une seconde Mme Reed. Lorsque le domestique arrive pour la conduire à Thornfield, la nuit est tombée et Jane ne peut rien voir de l’extérieur de la maison ou de son terrain. Les craintes de Jane sont toutefois apaisées lorsqu’on la fait entrer dans une pièce confortable où l’attend la vieille Mme Fairfax.

Volume I, chapitre 12

La vie à Thornfield s’avère agréable, et Jane est satisfaite d’Adèle. Bien que la jeune fille soit quelque peu gâtée, Jane reconnaît qu’elle est une élève affectueuse et capable et espère qu’elle sera capable de séparer Adèle de certaines de ses affectations françaises. Pourtant, lorsque Jane se promène dans le grenier de Thornfield, elle aspire à une plus grande expérience du monde. Son existence à Thornfield est stable, mais sa nature passionnée aspire toujours à plus d’aventure et de passion dans sa vie. Pendant le temps qu’elle passe près du grenier, Jane entend fréquemment le rire bizarre et les “murmures excentriques” de Grace et observe d’autres comportements étranges.

Volume I, chapitre 13

Avec M. Rochester à la maison, Thornfield devient un endroit plus bruyant et plus animé, au grand plaisir de Jane. Il invite Jane et Adèle à prendre le thé avec lui et Mme Fairfax. Adèle demande immédiatement s’il a un cadeau pour Jane ; Jane affirme que le meilleur cadeau qu’il puisse lui offrir est l’éloge des progrès d’Adèle. M. Rochester l’interroge froidement sur ses origines mais fait preuve de plus de chaleur lorsqu’il regarde les aquarelles de Jane. Après le repas, Jane et Mme Fairfax discutent de M. Rochester.

Volume I, chapitre 14

Au cours des jours suivants, Jane voit peu M. Rochester, qui s’occupe de ses affaires et de ses connaissances. Ses humeurs changent rapidement, mais Jane ne parvient pas à en comprendre l’origine. Un soir, au cours d’une de ses humeurs plus chaleureuses, M. Rochester offre à Adèle le cadeau tant attendu et se montre plus aimable en parlant avec Jane.

Volume I, chapitre 15

Un après-midi, alors qu’Adèle joue ailleurs, M. Rochester en profite pour remplir sa promesse à Jane et expliquer sa relation avec Adèle. Il était autrefois passionnément dévoué à sa mère, une danseuse d’opéra française nommée Céline Varens, et malgré sa beauté supérieure, elle semblait lui rendre son ardeur. Il a dépensé une fortune pour lui offrir un style de vie luxueux à Paris jusqu’à ce qu’il découvre qu’il était cocufié d’une manière plutôt humiliante. M. Rochester abat l’autre homme d’une balle dans le bras et met fin à sa relation avec Céline, croyant en avoir fini avec cette affaire.

Volume II, chapitre 1

Le lendemain de l’incendie de la chambre de M. Rochester, Jane est choquée de trouver Grace, qui avait vraisemblablement tenté d’assassiner M. Rochester, en train de raccommoder les rideaux. Grace raconte à Jane que Rochester s’est endormi alors que sa bougie était allumée, mais qu’il s’est réveillé avant que le feu ne se propage trop loin. Jane et Grace semblent toutes deux en savoir plus que ce qu’elles laissent croire, et elles testent l’histoire de l’autre ; Jane modifie en conséquence une partie de son récit. Jane est déconcertée par la version de Grace, d’autant plus qu’elle ne montre aucun signe de culpabilité pour ce qui s’est passé. Jane est également troublée par le désir de M. Rochester qu’elle ne raconte pas sa version des faits.

Volume II, chapitre 2

Jane craint que M. Rochester ne parte en Europe sans revenir à Thornfield, ce que Mme Fairfax reconnaît qu’il fait fréquemment. Cependant, les craintes de Jane sont apaisées lorsque M. Rochester lui fait savoir qu’il reviendra à Thornfield dans quelques jours avec des invités. Les domestiques s’affairent à préparer la maison pour son arrivée, et Jane en profite pour observer Grace Poole. Elle remarque que Grace passe presque tout son temps au troisième étage et entend également les domestiques discuter du salaire élevé et du travail difficile de Grace.

Volume II, chapitre 3

Les invités restent pour plusieurs séjours, et Thornfield devient un endroit amusant et animé. Un soir, le groupe joue aux charades ; M. Rochester fait équipe avec Mlle Ingram, tandis que la mère de cette dernière déclare que Jane “a l’air trop stupide” pour jouer. M. Rochester et Mlle Ingram miment une cérémonie de mariage, entre autres scènes, jusqu’à ce qu’un des gentlemen résolve la charade : Bridewell (une prison de Londres). Jane observe les deux hommes flirter après leur succès mutuel et est incapable de contenir son amour croissant pour Rochester. Cependant, elle se rend compte qu’elle n’est pas jalouse de Mlle Ingram, qu’elle considère comme malhonnête, sotte et grossière, et elle espère que M. Rochester résistera aux tentatives de Mlle Ingram de le courtiser.

Volume II, chapitre 4

Jane rejoint la diseuse de bonne aventure dans la bibliothèque. Bien qu’elle soit d’abord sceptique à l’égard de la vieille femme, Jane se laisse envoûter par les paroles de la gitane. La voyante, qui admet avoir une source intérieure en la personne de Grace Poole, dit plusieurs vérités à Jane, en se concentrant sur ses sentiments envers M. Rochester. La voyante prédit que M. Rochester épousera Mlle Ingram ; ce qui perturbe la jeune femme, c’est qu’elle a précédemment laissé entendre à Mlle Ingram qu’elle ne voulait M. Rochester que pour son argent.

Volume II, chapitre 5

Pendant la nuit, Jane entend un cri strident provenant du troisième étage, puis quelqu’un qui crie à l’aide de M. Rochester. Jane entend le bruit de quelqu’un qui ouvre une porte et court à l’étage. Jane quitte sa chambre, comme tous les autres. M. Rochester descend du troisième étage et rassure tout le monde en disant qu’une servante a simplement fait un cauchemar. Tout le monde va se coucher, mais Jane retourne s’habiller.

Volume II, chapitre 6

Robert Leaven, le cocher de Gateshead qui est maintenant marié à Bessie, rend visite à Jane. Il apporte la nouvelle que John, le cousin de Jane, s’est suicidé. Mme Reed a subi une attaque suite au choc et est proche de la mort et demande Jane. M. Rochester accorde sa permission à Jane de quitter Thornfield pour une semaine et lui donne de l’argent. Jane arrive à Gateshead en début de soirée et retrouve Bessie, qui lui dit que Mme Reed ne devrait tenir qu’une semaine ou deux de plus. Jane discute également avec Eliza et Georgiana, qui sont toujours aussi froides, bien que leur grossièreté ne blesse plus Jane. Les filles sont réticentes à laisser Jane voir leur mère malade, mais Jane insiste et Bessie organise une rencontre.

Volume II, chapitre 7

Jane reste à Gateshead pendant un mois afin d’aider Georgiana et Eliza. Jane raconte qu’après son départ, Georgiana retourne à Londres et épouse un homme riche, tandis qu’Eliza entre dans un couvent en France et devient finalement Mère Supérieure. Jane retourne à Thornfield et est surprise de voir M. Rochester, qui vient de rentrer de Londres, où il a acheté une nouvelle voiture – très probablement pour préparer son mariage. M. Rochester est d’une bonne humeur contagieuse.

Volume II, chapitre 8

L’été est glorieux à Thornfield, et Jane est heureuse d’être de retour dans sa maison. Un soir, Jane croise M. Rochester dans les jardins. Il lui révèle qu’il va épouser Miss Ingram dans un mois et que Jane doit quitter Thornfield ; il lui a déjà trouvé un autre poste de gouvernante en Irlande. Jane est dévastée à l’idée d’être si loin de M. Rochester, mais admet que la présence de Mlle Ingram rendra cette séparation nécessaire.

Volume II, chapitre 9

Le lendemain matin, Jane est radieuse dans son amour pour M. Rochester. Elle trouve qu’elle est plus jolie, et M. Rochester la complimente volontiers. Il fixe le mariage à quatre semaines et annonce à Jane qu’il fait venir de Londres des bijoux qu’elle devra porter. Jane est immédiatement inquiète à l’idée de porter une telle ostentation et lui fait annuler la commande. M. Rochester acquiesce mais promet ensuite de l’emmener voyager avec lui en Europe. Lui promettant à nouveau son amour, M. Rochester avoue finalement qu’il a feint de s’intéresser à Mlle Ingram afin de rendre Jane jalouse.

Volume II, chapitre 10

Un mois s’écoule, et la maison a fini de se préparer pour le mariage de Jane et de M. Rochester, qui doit avoir lieu le lendemain. Jane est préoccupée pendant la majeure partie de la journée en raison d’un incident troublant survenu pendant la nuit. Elle attend que M. Rochester revienne de son travail et lui en parle. Alors qu’elle est allongée dans son lit, il lui a semblé entendre un étrange hurlement. Elle fait ensuite une série de rêves tournant autour d’un petit enfant qui pleure dans ses bras. Jane se réveille de son cauchemar pour voir une femme étrange dans sa chambre. Après avoir fouillé dans son armoire, la femme a trouvé le voile de mariage de Jane et l’a déchiré en deux. La femme regarde ensuite Jane, qui s’évanouit.

Volume II, chapitre 11

Le lendemain matin, Jane se prépare pour la cérémonie de mariage. Au lieu de porter l’élégant voile qui a été détruit par l’étrange femme, Jane porte un simple voile qu’elle a fait elle-même ; pourtant, Jane est incapable de se reconnaître dans sa robe de mariée. Elle et M. Rochester se rendent à l’église voisine, mais Jane remarque que M. Rochester a l’air sombre plutôt qu’heureux de la cérémonie à venir. Jane remarque que deux inconnus entrent dans l’église avant eux. Le prêtre commence la cérémonie, mais lorsqu’il demande à Rochester s’il accepte de prendre Jane pour épouse, l’un des inconnus déclare un ” empêchement ” au mariage. L’homme, M. Briggs, se présente comme un avocat de Londres et prétend que M. Rochester a déjà une femme vivante, issue d’un précédent mariage, il y a 15 ans.

Volume III, chapitre 1

Après la révélation du précédent mariage de M. Rochester, Jane retourne dans sa chambre et se demande si elle doit ou non quitter Thornfield. Lorsqu’elle quitte sa chambre, M. Rochester l’attend et lui demande sincèrement de lui pardonner. Jane le lui accorde en privé, mais reste silencieuse. De plus, elle ne lui permet pas de l’embrasser, car il a déjà une femme. Elle commence à se sentir faible, et M. Rochester l’emmène dans la bibliothèque pour se remettre et s’excuse d’avoir amené Jane à Thornfield et de lui avoir caché sa femme.

Volume III, chapitre 2

Jane reste à bord de la diligence aussi longtemps que sa petite réserve d’argent le lui permet ; elle est finalement obligée de descendre au carrefour désolé de Whitcross, à dix miles de la ville la plus proche. La nature étant son seul allié, elle s’enfonce dans la lande et se réfugie sous une falaise. Remplie de nostalgie pour M. Rochester, Jane est incapable de dormir. Finalement, elle trouve du réconfort dans la prière et voit la présence de Dieu dans la majesté de la nature.

Volume III, chapitre 3

Jane passe les trois jours suivants au lit à la maison, assistée par Hannah et voyant occasionnellement Diana et Mary. Le quatrième jour, Jane sort du lit et descend à la cuisine. Elle assure à Hannah qu’elle n’est pas une mendiante et découvre que la maison s’appelle Marsh End ou Moor House, et que le frère des dames, le pasteur St John Rivers, vit dans sa paroisse à Morton, non loin de là. Jane réprimande Hannah pour avoir porté un jugement sur elle en raison de sa pauvreté, et Hannah s’excuse.

Volume III, chapitre 4

Au cours des jours suivants, Jane se rapproche de Diana et de Mary ; elle est particulièrement attirée par le charisme de Diana. Saint-Jean, cependant, reste une figure détachée et est généralement réservé et maussade les rares fois où elle le voit. Cependant, un jour, Jane l’entend prêcher dans son église, et son discours calviniste sévère sur la prédestination a un effet profond et exaltant sur elle, même s’il la laisse triste.

Volume III, chapitre 5

Jane est installée dans un cottage à Morton et commence immédiatement à enseigner en tant que directrice de l’école. Ses élèves sont pour la plupart sans instruction, mais beaucoup sont avides d’apprendre, et Jane décide de ne pas s’apitoyer sur sa situation et de travailler dur pour aider ses élèves à atteindre des sommets académiques. Elle soutient que sa décision était la bonne : il vaut mieux qu’elle soit libre et qu’elle vive dans des conditions quelque peu difficiles que de rester avec M. Rochester comme une esclave aimée dans le luxe.

Volume III, chapitre 6

Jane s’adapte aux rigueurs de l’enseignement et finit par trouver ses élèves capables et aimables. Elle devient un membre apprécié de la communauté et a enfin le sentiment d’avoir trouvé un endroit où prospérer. Pourtant, certaines nuits, Jane rêve encore d’être avec M. Rochester. Mlle Oliver lui rend fréquemment visite et Jane peut voir l’effet qu’elle a sur St. John, qui fait de son mieux pour dissimuler ses sentiments ; bien qu’il la désire clairement, il s’est consacré à sa religion. Jane rend visite à Mme et M. Oliver à Vale Hall et apprend que M. Oliver souhaite que sa fille épouse St. John.

Volume III, chapitre 7

Une nuit d’hiver, St. John rend visite à Jane dans son cottage. Il lui raconte l’histoire d’un pauvre vicaire qui, il y a vingt ans, est tombé amoureux de la fille d’un homme riche et l’a épousée ; ses amis l’ont reniée après le mariage. Ils sont morts tous les deux dans les deux ans, laissant derrière eux une fille, qui a été élevée par sa belle-tante, Mme Reed de Gateshead. St. John raconte le reste de la vie de Jane jusqu’à son départ de Thornfield, après quoi tout le monde l’a cherchée en vain. Bien que Jane se rende compte que St. John parle d’elle, elle ne s’identifie toujours pas comme “Jane Eyre”.

Volume III, chapitre 8

Jane termine ses fonctions à l’école avant Noël et retourne à Moor House pour se préparer à passer des vacances avec sa nouvelle famille. Diana et Mary sont ravies des changements intervenus dans leur situation, en particulier du fait que Jane est leur cousine, mais St John semble de plus en plus distant. Tous apprennent bientôt que Mlle Oliver va épouser le riche M. Granby. St. John reste stoïque et affirme qu’il est heureux, car cela lui ouvre la voie pour sa mission en Inde. Alors que Jane aime vivre avec ses cousines, St. John continue de la traiter froidement, la traitant plus comme une servante que comme une parente.

Volume III, chapitre 9

Pendant plusieurs jours, Saint-Jean continue d’insister pour que Jane l’épouse et voyage en Inde en tant que femme. Bien qu’elle soit contrariée par sa froideur à son égard, Jane n’accepte toujours pas sa proposition, et St. John rejette la possibilité de l’emmener avec lui comme assistante célibataire. Diana soutient la décision de Jane, arguant que Saint-Jean ne la traitera jamais que comme un outil qu’il peut utiliser pour réaliser son appel à Dieu. Plus tard, St. John est toujours aussi poli et distant avec Jane pendant qu’il lit les “Révélations”, mais il insinue que Jane finira en enfer pour son refus de l’épouser.

Volume III, chapitre 10

Le lendemain matin, Jane se demande si elle a vraiment entendu la voix de M. Rochester l’appeler ou si elle l’a simplement imaginée. Elle trouve une note de St John lui demandant de prendre sa décision finale à son retour de Cambridge, mais l’esprit de Jane est tourné vers Rochester, et elle part l’après-midi même pour Thornfield. Bien qu’une année seulement se soit écoulée, Jane a l’impression d’avoir une nouvelle identité et attend avec impatience de voir M. Rochester au Manoir. Après deux jours sur le canapé, Jane arrive et trouve Thornfield en ruines, détruit par un incendie. Dans une auberge voisine, Jane apprend ce qui s’est passé : une nuit, Bertha Mason s’est échappée de la garde de Grace et a mis le feu au vieux lit de la gouvernante. M. Rochester a réussi à faire sortir tous les domestiques de la maison en feu et a essayé de sauver sa femme, mais il est arrivé trop tard : Bertha a sauté vers la mort depuis le toit.

Volume III, chapitre 11

Jane se rend à la désolée Ferndean et observe M. Rochester de loin. Bien que son corps soit inchangé, son visage semble tellement plus torturé et désespéré qu’auparavant. Jane frappe à la porte et Mary l’invite à entrer. Jane apporte un plateau à M. Rochester, qui finit par comprendre qui elle est. Il est ravi de son retour et elle lui annonce qu’elle est désormais riche et indépendante et lui propose de rester avec lui en tant que nourrice ; elle affirme qu’elle ne se soucie pas d’épouser quelqu’un.

Volume III, chapitre 12

Jane et Rochester ont un mariage tranquille. Elle écrit à Moor House et à Cambridge pour annoncer la nouvelle à ses cousins ; Diana et Mary envoient leurs joyeuses félicitations, mais St. John ne reconnaît jamais son mariage. Trouvant Adèle malheureuse dans son pensionnat strict, Jane l’inscrit dans une meilleure école plus proche de chez elle, et elle peut s’épanouir en une charmante jeune femme. Jane écrit ce récit après dix ans de mariage avec M. Rochester, et elle est toujours enthousiasmée par son union avec son mari. Leur mariage est placé sous le signe de la joie et de l’égalité, et Jane n’est jamais confrontée à l’infériorité qu’elle craignait de voir apparaître dans la vie conjugale. Deux ans après leur mariage, M. Rochester retrouve la vision d’un de ses yeux et il est capable de voir leur fils nouveau-né. Jane rapporte également que Diana et Mary ont toutes deux fait un mariage heureux, tandis que St. John est resté un “serviteur fidèle” à Dieu et est devenu missionnaire en Inde. Dans sa dernière lettre à Jane, St. John répète qu’il a fait son devoir envers Dieu et espère que le Seigneur Jésus viendra bientôt le chercher.

Présentation des personnages

Jane Eyre

Protagoniste et narratrice de Jane Eyre, Jane commence le roman en tant qu’orpheline de 10 ans, colérique et rebelle, et se transforme progressivement en une jeune femme sensible, artistique, maternelle et farouchement indépendante.

Edward Rochester

Le propriétaire du manoir de Thornfield et l’amant de Jane.

Saint John Rivers

L’évangéliste qui recueille Jane à Moor House, frère de Diana et de Mary.

Helen Burns

L’amie de Jane à l’école Lowood.

M. Brocklehurst

Le directeur avare de Lowood.

Mme Fairfax

La gentille gouvernante de Thornfield.

Bertha Mason

La femme démente de Rochester et la sœur de Richard Mason.

Mme Reed

La tante de Jane.

Bessie Lee

Une domestique.

John Reed

Cousin de Jane et frère d’Eliza et Georgiana.

Georgiana Reed

Cousine de Jane et sœur d’Eliza.

Eliza Reed

Cousine de Jane et sœur de Georgiana.

Adèle Varens

La pupille francophone et farfelue de M. Rochester dont Jane est engagée comme tutrice.

Grace Poole

La gardienne de Bertha Mason à Thornfield.

Blanche Ingram

La jeune et belle femme de la société qui est la principale rivale romantique de Jane.

Miss Temple

La belle et gentille directrice de Lowood.

Richard Mason

Le frère de Bertha Mason.

Diana Rivers

La cousine de Jane et la sœur de St. John et Mary.

Mary Rivers

Cousine de Jane et sœur de St. John et de Diana Rivers.

M. Briggs

L’avocat de Londres qui révèle publiquement le mariage de Rochester avec Bertha Mason.

Analyse de l’œuvre

Dans la préface de Jane Eyre, Charlotte Brontë prend fermement position contre l’hypocrisie religieuse, devançant l’objection possible selon laquelle l’amour de Jane et Edward Rochester va à l’encontre de la morale victorienne. Brontë souligne que “la conventionnalité n’est pas la moralité. Le pharisaïsme n’est pas la religion” (6), arguant du fait que les personnes “pharisaïques” utilisent souvent leur adhésion aux “conventions” pour masquer leur manque de bonté ou de caractère moral réel. Dans le roman, Brontë expose les erreurs, les insuffisances et les mensonges purs et simples de diverses philosophies religieuses, encourageant le lecteur à prendre en compte la complexité morale de toute situation donnée plutôt que de se contenter d’absolus.

Le roman présente de nombreux exemples de figures religieuses “bien-pensantes” et hypocrites. Mme Reed est le premier contact de Jane avec l’hypocrisie, étant donné le contraste entre les mauvais traitements injustes qu’elle inflige à Jane, qu’elle dégrade délibérément malgré les promesses faites à son mari sur son lit de mort, et l’image élevée que Mme Reed se fait de la bienfaitrice de Jane. Cette hypocrisie est révélée de façon poignante lorsque Mme Reed avertit M. Brocklehurst que Jane a “une tendance à la tromperie” (78). L’accusation de Mme Reed rend Jane furieuse car sa bienfaitrice la punit souvent non pas pour avoir menti, mais pour avoir dit la vérité désagréable. Jane continue à dire la vérité avec franchise, même au risque de rompre définitivement tout lien avec les Reed, en hurlant après Mme Reed.

Parallèlement à la critique de la hiérarchie des classes victoriennes, Brontë condamne plus subtilement les inégalités entre les sexes à cette époque. Le roman commence par l’emprisonnement de Jane dans la “chambre rouge” de Gateshead, et plus tard dans le livre, l’emprisonnement de Bertha dans le grenier de Thornfield est révélé. Ce lien implique que l’emprisonnement de Jane est symbolique de sa classe sociale inférieure, tandis que l’enfermement de Bertha est symbolique du mariage victorien : toutes les femmes, si elles se marient dans des circonstances inégales comme Bertha, finiront par être enfermées et opprimées par leur mari d’une manière ou d’une autre. De manière significative, Jane est consciente des problèmes associés aux mariages inégaux. Ainsi, même si elle aime M. Rochester, elle refuse de l’épouser tant qu’elle n’aura pas sa propre fortune et qu’elle ne pourra pas conclure le contrat de mariage comme son égal.

Bien qu’il soit difficile de séparer les obstacles économiques et sexuels de Jane, il est clair que sa position de femme l’empêche également de s’aventurer dans le monde comme le font de nombreux personnages masculins – M. Rochester, son oncle John et St John, par exemple. En fait, son désir d’expérience mondaine rend son nom de famille ironique, puisque “Eyre” dérive d’un mot de l’ancien français signifiant “voyager”. Si Jane était un homme, suggère Brontë, elle ne serait pas obligée de se soumettre à tant de difficultés économiques ; elle pourrait tenter activement de faire fortune. En l’état actuel des choses, Jane doit travailler comme gouvernante, le seul poste légitime ouvert pour une femme de son rang, et attendre simplement que son oncle lui lègue sa fortune.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !