Littérature

Gustave Flaubert, Madame Bovary : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Résumé de Madame Bovary de Gustave Flaubert

Madame Bovary, roman de Gustave Flaubert, publié dans la Revue de Paris en 1856, puis en deux volumes l’année suivante. Flaubert a transformé une banale histoire d’adultère en une œuvre durable d’une profonde humanité. Madame Bovary est considérée comme le chef-d’œuvre de Flaubert et, selon certains, elle a inauguré une nouvelle ère de réalisme en littérature.

Résumé chapitre par chapitre du roman Madame Bovary de Gustave Flaubert

Gustave Flaubert a écrit Madame Bovary en trois parties, elles-mêmes divisées en chapitres.

Partie I

Chapitre I

Charles Bovary est un nouvel élève dans sa classe. Il est décrit par le narrateur comme un garçon de la campagne, d’environ 15 ans, et beaucoup plus grand que la plupart des personnes de son âge. Charles vient d’un foyer malheureux : son père, qui boit, a épousé sa mère pour sa dot et la trompe constamment. Le père de Charles a toujours été déçu par lui, car Charles est naturellement pacifique. Charles est ensuite envoyé à l’école de médecine, où il se bat et échoue d’abord à ses examens, car il préfère aller à la taverne et jouer aux dominos. Il finit par repasser ses examens et les réussit. Il devient médecin dans une petite ville voisine et sa mère lui trouve une veuve à épouser. Charles et son épouse, autoritaire et exigeante, sont malheureux dès le départ. Sa femme est le maître. Elle lui dit comment s’habiller, ouvre ses lettres et se plaint constamment de ses nerfs.

Chapitre II

Ce chapitre commence une nuit où Charles et sa femme entendent un cheval s’arrêter à l’extérieur. Le cavalier délivre un message au médecin, le suppliant de venir immédiatement dans une ville voisine pour soigner une jambe cassée. Charles se met en route pour la ville, et on l’amène chez le fermier qui s’est cassé la jambe. Après l’avoir soigné, Charles reste pour dîner avec la fille du fermier, Emma. Il remarque ses beaux traits physiques, et les deux partagent un moment gênant et chargé lorsqu’ils se croisent en cherchant sa cravache. Charles retourne à la maison le lendemain pour prendre des nouvelles du fermier, et il continue à lui rendre visite deux fois par semaine. La femme de Charles apprend que le patient a une fille jeune et éduquée et en conclut que Charles attend les visites à cause d’elle. Elle lui fait jurer de cesser ses visites maintenant que la jambe du fermier est guérie. Peu après, la femme de Charles a une crise et meurt subitement, le laissant veuf.

Chapitre III

Le fermier rend visite à Charles pour le payer de ses services et le rassure en lui disant que le chagrin de la perte de sa femme passera. Il invite Charles à venir les voir, lui et Emma, à tout moment. Charles commence à se sentir heureux à nouveau et apprécie sa nouvelle capacité à aller et venir de manière indépendante. Il rend visite au fermier et à Emma et noue une amitié de plus en plus profonde avec elle. Il ne peut bientôt plus s’arrêter de penser à elle. Le fermier remarque l’intérêt de Charles pour Emma et décide qu’il ne serait pas contre un gendre si Charles la demandait en mariage. Un jour, avant même que Charles ne puisse poser la question, le fermier accepte le mariage, tout comme Emma, et ils commencent à planifier le mariage.

Chapitre IV

Ce chapitre 4 s’ouvre sur la description des nombreux invités qui assistent au mariage, une procession qui traverse les champs de la ferme à l’église. Après le mariage, les invités festoient toute la journée, et Charles et Emma passent leur première nuit ensemble ; le lendemain, il est béatement heureux. Ils partent pour la maison de Charles ; lorsqu’ils arrivent, leurs voisins regardent par la fenêtre pour apercevoir la nouvelle épouse, et son domestique suggère à Emma d’examiner sa nouvelle maison.

Chapitre V

Emma explore la maison et remarque que le bouquet de mariée de l’ancienne épouse de Charles est toujours dans la chambre, et Charles s’en débarrasse à la hâte. Emma ne peut s’empêcher de se demander ce qu’il adviendrait de son propre bouquet si elle venait à mourir un jour. Elle commence à redécorer la maison. Charles, quant à lui, reste heureux et satisfait, ravi à la seule vue d’Emma et de ses affaires dans leur maison. Chaque matin, lorsqu’il part, elle le regarde partir depuis le rebord de leur fenêtre, grignotant les fleurs des pots de fleurs et les soufflant vers lui avec sa bouche. Son bonheur amène Charles à se demander s’il a déjà connu le vrai plaisir, et chaque jour, il a hâte de rentrer chez lui pour la voir. Emma, quant à elle, se demande si elle est réellement amoureuse, car son bonheur ne semble pas ressembler à ce qu’elle a lu dans les livres.

Chapitre VI

Emma se souvient que son père l’a placée dans un couvent lorsqu’elle a eu 13 ans, ce qu’elle a apprécié à l’époque en raison des rituels et des métaphores de l’amour. C’est au couvent qu’elle commence à lire des romans sur l’amour et la romance. Emma apprend également la mort de sa mère alors qu’elle se trouve au couvent, et commence à trouver moins de réconfort dans sa présence. Elle commence à réaliser qu’elle aimait l’église non pas pour sa religion, mais pour ses images de fleurs, d’anges et d’amour. Emma commence à se rebeller, et son père vient la chercher. Mais même à son retour, elle est désillusionnée par la campagne et le couvent commence à lui manquer. Emma s’en souvient à un moment où elle se demande si elle peut être vraiment heureuse dans sa nouvelle vie avec Charles.

Chapitre VII

Vers la fin du mois de septembre, Emma et Charles sont invités chez le marquis d’Andervilliers, l’ancien secrétaire d’État. Charles l’ayant guéri d’un abcès, ils se lient d’amitié. Ils acceptent l’invitation et partent pour Vaubyessard, la maison du Marquis.

Chapitre VIII

Le marquis et la marquise les accueillent dans leur château, et un somptueux dîner est servi à de nombreux invités. Ensuite, les femmes partent se préparer pour le bal qui aura lieu plus tard, et Emma s’impatiente et devient brusque avec Charles.

Les manières mystérieuses d’Emma et son désir de raffinement séduisent Charles, qui ne la comprend pas mais la voit comme une poussière d’or saupoudrée sur le chemin étroit de sa vie. Pourtant, Emma commence à le trouver de plus en plus pathétique et irritant. Elle se met à attendre que quelque chose se produise, n’importe quoi qui puisse changer sa vie et son destin – pour le meilleur ou pour le pire. Elle ne supporte pas la monotonie de la même vie jour après jour. Elle commence à se rebeller par ennui, refusant de s’habiller ou de s’occuper de la maison. Emma commence à tomber souvent malade, et Charles décide qu’ils doivent quitter leur village, craignant que ce soit quelque chose là-bas qui la rende malade. Le jour de leur départ, Emma brûle son bouquet de mariage dans le feu – et on apprend qu’elle est enceinte.

Partie II

Chapitre I

Le couple arrive en retard car le chien d’Emma s’est échappé pendant le voyage et n’a pas été retrouvé. Dans ses moments de découragement, le chien était l’une des rares choses qui pouvaient apporter à Emma un quelconque bonheur. Par conséquent, lorsqu’il l’abandonna pour sa propre liberté, elle fut bouleversée et en colère. Elle arrive à Yonville de mauvaise humeur.

Chapitre II

L’homme avec lequel Charles a correspondu à Yonville est Homais, un apothicaire qui possède la pharmacie. Homais est un homme pompeux qui se croit bien instruit en médecine. Il est impatient de discuter du commerce avec Charles. À leur arrivée, Homais rejoint les Bovary pour dîner à l’auberge de la ville. Le pensionnaire d’Homais, Léon, un jeune avocat, est invité à se joindre à eux pour le repas. Pendant qu’ils mangent, Charles et Homais discutent de médecine, et Emma et Léon se rapprochent de tout ce qu’ils ont en commun.

Comme Emma, Léon aime les romans romantiques et rêve souvent de grandes choses. Ayant découvert leurs similitudes, les deux hommes se sentent proches et pensent avoir enfin trouvé une compagnie digne d’eux. Lorsque les Bovary arrivent dans leur nouvelle maison, Emma a l’espoir de prendre un nouveau départ. Elle pense que sa vie va peut-être enfin devenir ce dont elle a toujours rêvé.

Chapitre III

Léon a clairement développé une profonde affection pour Emma ; il ne peut la chasser de son esprit. Pendant ce temps, le cabinet médical de Charles démarre lentement, mais il est très excité par la grossesse d’Emma. Emma donne naissance à une fille, et elle est déçue car elle espérait un garçon. Après quelques discussions, ils appellent le bébé Berthe. Les parents de Charles lui rendent visite et restent un mois après le baptême de Berthe. Les premiers mois, le bébé est envoyé chez une nourrice jusqu’à ce qu’il soit sevré, selon les traditions de l’époque. Emma et Léon se promènent au bord de la rivière, chacun ressentant de la passion et du romantisme pour l’autre.

Chapitre IV

L’hiver est arrivé. Charles et Emma mangent souvent chez les Homais le dimanche soir. Léon assiste également à ces repas, et au cours de ces soirées, Emma et lui continuent à développer leur relation. Les deux hommes sont puissamment attirés l’un par l’autre, mais ils n’admettent pas leurs sentiments. Charles n’a pas conscience de cette relation naissante, mais les villageois sont persuadés qu’Emma et Léon ont déjà une liaison.

Chapitre V

Emma est une observatrice attentive. En comparant son mari à d’autres hommes, elle décide qu’il est totalement ennuyeux et n’a rien à offrir. Elle se rend également compte que Léon est amoureux d’elle. Lors de leur prochaine rencontre, Emma et Léon sont tous deux maladroits et anxieux. Ayant découvert la possibilité d’une liaison, Emma devient de plus en plus nerveuse et s’imagine être une martyre, souffrant pour son amour non partagé. Tout en se comportant comme une épouse attentionnée et dévouée, elle éprouve de forts sentiments pour Léon et se punit en ne mangeant pas. Berthe revient à la maison, sevrée de sa nourrice, et Emma tente de se distraire avec sa fille. Mais son désir pour Léon finit par l’emporter et elle s’apitoie sur son sort. Emma sanglote, sa frustration la submergeant, et rend Charles responsable de son malheur. De façon inquiétante, le commerçant Lheureux laisse entendre à Emma qu’il peut lui accorder un prêt, au cas où elle en aurait besoin.

Chapitre VI

Léon décide d’étudier le droit à Paris. Bien qu’il aime Emma, il pense que leur romance est impossible car elle est mariée, et Yonville l’ennuie de toute façon. Léon se réjouit également des possibilités de romance et d’excitation qui l’attendent à Paris. Lorsque Léon et Emma se disent au revoir, ils sont tous deux maladroits et silencieux, mais ils reconnaissent le puissant courant sous-jacent de leurs sentiments mutuels. Après le départ de Léon, Charles et Homais discutent de la vie en ville, de ce qui la rend intrigante et de ce qui peut la rendre difficile.

Chapitre VII

Léon est parti pour Paris, et Emma est à nouveau gravement déprimée et frustrée par sa vie. Dans son état dépressif, elle fantasme souvent sur Léon et rêve de ce qu’aurait été sa vie si elle avait succombé à son désir d’entamer une liaison avec lui. Alors qu’elle est dans cet état de désespoir, Emma rencontre Rodolphe Boulanger, un habitant riche et séduisant d’une ville voisine. Boulanger amène une servante à Yonville pour qu’elle soit soignée par Charles. À ce moment-là, Rodolphe commence à planifier sa séduction d’Emma, la considérant comme un objet purement sexuel.

Chapitre VIII

Alors qu’ils sont seuls dans la salle vide, Rodolphe profite de l’occasion pour dire à Emma qu’il l’aime. Au début, elle ne réagit pas et continue d’écouter un discours sur la moralité publique prononcé par le représentant du préfet local. Mais Rodolphe persiste et pousse Emma à admettre qu’elle se sent également attirée par lui. Emma est déchirée, elle tente d’abord de se comporter comme une femme mariée, mais elle succombe bientôt en prenant sa main et en entrelaçant ses doigts avec les siens. Par cette interaction, Rodolphe jette les bases de ce qui deviendra une longue liaison.

Chapitre IX

Après avoir avoué son amour à la foire agricole, Rodolphe évite Emma pendant six semaines afin de lui permettre de développer un puissant désir pour lui. Finalement, il lui rend visite et, au début, elle se comporte froidement, mais il persiste et lui parle à nouveau de son amour et de ses intentions romantiques. Emma est conquise, mais elle ne se soumet pas encore à Rodolphe. Charles rentre chez lui et Rodolphe lui propose de l’emmener faire de l’équitation. Craignant ce qui pourrait se passer, Emma refuse, mais Charles la convainc ironiquement d’accepter l’offre de Rodolphe.

Chapitre X

Emma et Rodolphe commencent à se rencontrer sous la tonnelle du jardin d’Emma plutôt que chez Rodolphe, car ils craignent d’éveiller les soupçons. Alors qu’Emma devient de plus en plus passionnée et obsédée par son amant, Rodolphe se lasse d’elle et de son idéalisme romantique.

Chapitre XI

Hippolyte développe une gangrène à la jambe, et il faut faire appel à un médecin de l’extérieur de la ville. Pour sauver Hippolyte d’une mort certaine, le médecin lui ampute la jambe. Charles est publiquement embarrassé, et lorsque son incompétence devient évidente, Emma n’éprouve à nouveau que mépris et dégoût pour lui, sans reconnaître le moindre rôle dans ce désastre. Avant cet incident, Emma avait tenté de ralentir sa relation avec Rodolphe et d’être plus fidèle et plus aimante envers son mari. Maintenant, après l’échec extrême de Charles, elle revient vers Rodolphe avec une passion renouvelée.

Chapitre XII

Emma a perdu tout espoir pour son mariage. Elle se met à rêver de s’échapper avec Rodolphe. Finalement, ces fantasmes deviennent de plus en plus réalistes et elle commence à parler à Rodolphe de son désir de quitter Charles. Rodolphe est peu réceptif, ne voulant pas l’encourager dans cette voie.

Chapitre XIII

Emma a passé la journée à préparer son éventuel départ et est extrêmement excitée par ce que son avenir pourrait lui réserver. Lorsqu’elle reçoit le panier d’abricots, elle cherche immédiatement la lettre et se précipite au grenier pour la lire. En découvrant que Rodolphe l’a abandonnée, elle est à la fois incrédule et dévastée.

Emma est envahie par la tristesse et tombe à nouveau malade après s’être exclamée qu’elle ne veut voir personne, pas même sa fille. Emma souffre d’une très forte fièvre et est proche de la mort pendant les six semaines suivantes. Charles ne semble pas pouvoir l’aider. Il fait appel à des médecins des régions voisines, mais aucun ne peut la guérir. Lorsqu’arrive le mois d’octobre, Emma commence enfin à se rétablir.

Chapitre XIV

Charles est extrêmement préoccupé par la santé d’Emma, et ses finances sont également en très mauvais état. Les médecins auxquels il fait appel pour tenter de guérir Emma sont très coûteux, et Lheureux envoie des factures pour les dettes excessives d’Emma. N’ayant pas d’autre choix, Charles emprunte également de l’argent à Lheureux, à un taux d’intérêt très élevé.

Chapitre XV

À Rouen, Emma est impatiente de s’immerger dans le raffinement de la ville et de l’opéra, et elle est bien sûr gênée par les manières simples et campagnardes de Charles. Malgré sa gêne, Emma apprécie beaucoup l’opéra et se laisse emporter par le drame, la romance et la beauté. Pendant l’entracte, Emma apprend que Léon est dans le public et en est choquée.

Partie III

Chapitre I

Pendant son séjour à Paris et à Rouen, Léon avait oublié son amour pour Emma, mais après l’avoir vue à l’opéra, ses anciens sentiments reviennent rapidement. Le lendemain du jour où ils se sont assis tous les trois au café près de l’opéra, Léon rend visite à Emma dans sa chambre d’hôtel (Charles est retourné à Yonville). Emma commence également à se souvenir de ses sentiments pour Léon, et tous deux ont une conversation intime sur le malheur et le romantisme de la mort.

Chapitre II

Parce qu’elles étaient tellement absorbées l’une par l’autre pendant leur promenade en calèche, Emma a raté le dernier car de retour à Yonville et doit prendre un taxi privé pour le rattraper. De retour chez elle, Emma est appelée à la pharmacie de Homais, où Justin a des ennuis pour avoir pris la clé d’une réserve où Homais conserve l’arsenic.

Chapitre III

Emma rend visite à Léon à Rouen. Ils passent trois jours passionnés ensemble dans leur chambre d’hôtel, à faire l’amour, à faire un tour en bateau et à profiter du clair de lune romantique. Lors de la promenade en bateau, le batelier raconte à Emma et Léon qu’un groupe de personnes se trouvait sur le bateau la nuit précédente. L’homme décrit Rodolphe, et Emma frissonne à son souvenir.

Chapitre IV

Emma retourne à Yonville et, pour poursuivre leur liaison, Léon invente des raisons de visiter la ville. En conséquence, sa vie à Rouen est négligée, et il commence à rencontrer des difficultés dans son travail. Pendant ce temps, Emma se lance à nouveau dans des dépenses excessives et ses dettes s’aggravent. Pour faciliter sa liaison, Emma fait en sorte que Charles accepte de lui donner des cours de piano.

Chapitre V

La vie d’Emma commence à devenir incontrôlable. Elle est de plus en plus impliquée dans la vie de Léon, qui s’inquiète de son obsession croissante. Elle dépense sans compter l’argent de son mari et ment à Charles sur presque tous les aspects de sa vie. Lheureux ne veut pas que les dettes d’Emma restent impayées et il l’incite à lui vendre une partie des biens du père de Charles. Elle accepte et il la pousse à emprunter encore plus d’argent. Lorsque la mère de Charles arrive, elle examine les comptes de la famille. Pour éviter un désastre, Emma demande à Lheureux de lui remettre une fausse facture pour une somme bien inférieure à celle qui est réellement due. Malgré les efforts d’Emma pour garder le contrôle, la mère de Charles brûle les papiers de la procuration dans le feu. Emma est consternée et Charles ne sait pas comment procéder. Finalement, il accepte de faire rédiger à nouveau les papiers.

Chapitre VI

De retour à Yonville, Emma trouve une décision de justice qui l’oblige à payer immédiatement 8000 francs ou à perdre ses biens. Affolée, Emma demande de l’aide à Lheureux, mais celui-ci refuse et la renvoie. Lheureux a toujours compris la faiblesse d’Emma et s’est empressé de s’approprier tous les biens des Bovary.

Chapitre VII

Les dettes d’Emma l’ont finalement rattrapée. Des gendarmes arrivent chez les Bovary pour faire l’inventaire du contenu de la maison, qui servira à payer les dettes d’Emma. Pour qu’Emma ne puisse rien emporter, ils laissent un homme derrière eux pour garder la maison. Pour éviter que Charles n’apprenne la honte qui pèse sur sa maison, Emma cache l’homme dans le grenier et tente de trouver d’autres moyens d’obtenir l’argent nécessaire – environ 8 000 francs. Les banquiers de Rouen refusent ses demandes de prêt, alors Emma se tourne vers Léon. Celui-ci refuse de voler de l’argent à son patron, mais il accepte d’essayer de réunir de l’argent auprès d’amis et de le lui apporter.

Enfin, Emma décide désespérément de rendre visite à Rodolphe, espérant qu’il éprouve encore de l’amour pour elle et qu’il l’aidera si elle s’offre à lui.

Chapitre VIII

Bien que Rodolphe soit toujours très attiré par Emma, il devient distant lorsqu’il découvre la raison de sa visite. Il lui dit qu’il ne peut pas l’aider car il n’a pas les fonds nécessaires. Emma est horrifiée et part en colère, réalisant enfin que sa situation est vraiment désespérée.

Ayant déterminé qu’elle ne peut tout simplement pas faire face à cette terrible réalité, Emma se dirige directement vers la boutique d’apothicaire. Elle convainc Justin de lui donner accès à l’armoire contenant l’arsenic. Sans hésiter, Emma en mange une grosse poignée et rentre directement chez elle, se sentant en paix avec sa décision et imaginant la simplicité de sa mort.

À ce moment-là, Charles a découvert la vente aux enchères prévue. Il cherche Emma dans la maison. Après l’avoir trouvée au lit, Emma lui remet une lettre de façon spectaculaire, en lui demandant de ne pas la lire avant le lendemain.

En attendant que le poison fasse effet, Emma ne ressent rien. Elle croit qu’elle va simplement s’endormir et ne jamais se réveiller. Bientôt, elle découvre à quel point elle a tort. Alors que la torture de l’arsenic commence, elle commence à goûter quelque chose d’encre, une douleur insupportable se développe dans son estomac et elle tombe violemment malade. Dans les derniers moments d’Emma, son mari pleure à son chevet et elle pleure avec lui, réalisant enfin à quel point il l’aimait vraiment. En mourant, la dernière chose que Madame Bovary entend est le son du mendiant aveugle et obsédant qui chante dans la rue en contrebas.

Chapitre IX

Malgré sa dette récemment découverte, Charles organise des funérailles coûteuses pour Emma.

Chapitre X

Pendant la lutte d’Emma contre l’arsenic, son père Rouault a été informé de sa maladie. Or, après sa mort, il arrive à Yonville pour découvrir que sa fille unique est morte. Rouault est dévasté et assiste aux funérailles, avec le reste de la ville, y compris Hippolyte. Mais Justin est trop peiné par la mort d’Emma et ne peut se résoudre à la voir enterrée. Plus tard, au milieu de la nuit, Justin se rend sur sa tombe pour lui dire adieu.

Chapitre XI

Les créanciers se succèdent et contactent Charles pour lui demander de payer des sommes excessives.

Plus le temps passe, plus la vie de Charles devient solitaire. Homais lui rend moins visite, en partie parce qu’il passe beaucoup de temps à essayer de débarrasser Yonville de la nuisance du mendiant aveugle. Un jour, Charles se décide enfin à fouiller dans les affaires personnelles d’Emma et ouvre son bureau. C’est là qu’il découvre qu’Emma a rangé toutes ses lettres d’amour de Rodolphe et Léon. Charles les lit toutes, découvrant et reconnaissant enfin son infidélité. Alors que l’image parfaite de sa femme s’effondre autour de lui, Charles sombre dans une profonde dépression et devient un véritable reclus.

En même temps, il est obligé de vendre presque tout ce qu’il possède pour éloigner les créanciers. Pour vendre son cheval, Charles se rend à Rouen où il rencontre Rodolphe. Les deux hommes prennent un verre ensemble, et Rodolphe s’excuse pour son rôle dans les terribles tournures que la vie de Charles a prises. Charles explique qu’il est au courant de la liaison de Rodolphe et d’Emma, mais que, puisque le destin en est responsable, il n’a pas de ressentiment personnel.

Le lendemain, cependant, Charles meurt subitement dans son jardin. Tous ses biens restants sont donnés à ses créanciers, et Berthe est envoyée vivre avec sa mère. Malheureusement, la mère de Charles meurt à son tour, et Berthe est envoyée chez une tante appauvrie et forcée de travailler dans une filature de coton. En revanche, Homais connaît un succès inattendu et reçoit finalement la médaille de la Légion d’honneur.

Présentation des personnages

De nombreux personnages se succèdent dans cette œuvre

Emma Bovary

La protagoniste du roman, la Madame Bovary du titre. Jeune fille de la campagne éduquée dans un couvent et mariée à Charles Bovary à un jeune âge, elle nourrit des illusions romantiques idéalistes, convoite la sophistication, la sensualité et la passion, et sombre dans des crises d’ennui extrême et de dépression lorsque sa vie ne correspond pas aux romans sentimentaux qu’elle chérit.

Charles Bovary

Un médecin de campagne, gentil, mais simple, ennuyeux et sans intérêt. Charles est un piètre médecin qui gère décemment les cas simples mais est incapable de pratiquer des opérations difficiles.

Monsieur Homais

L’apothicaire d’Yonville.

Léon

L’ami d’Emma à Yonville, qui deviendra plus tard son amant.

Rodolphe Boulanger

Le premier amant d’Emma, un riche propriétaire terrien possédant un domaine près d’Yonville.

Monsieur Lheureux

Un marchand et prêteur d’argent rusé et sinistre d’Yonville.

Abbé Bournisien

Le curé de la ville d’Yonville.

Hippolyte

Le serviteur infirme de l’auberge d’Yonville.

Berthe

La fille de Charles et Emma, condamnée à une vie de pauvreté par les excès financiers de sa mère et la mort de ses parents.

Analyse de l’œuvre

Madame Bovary fait ressortir plusieurs thèmes qu’il est nécessaire de comprendre.

La quête infructueuse de liberté et de pouvoir d’une femme

Tout au long de Madame Bovary, Flaubert ne cesse de rappeler au lecteur que les femmes de son époque ont tendance à se définir et à être définies principalement par les hommes de leur vie, avec un pouvoir limité pour vivre indépendamment et poursuivre leurs propres intérêts. D’une certaine manière, le roman entier dépeint la lutte pour l’affirmation de la liberté et du pouvoir, bien qu’Emma soit loin d’être digne d’émulation dans ses méthodes. Emma essaie sans cesse de mener une vie plus glamour, mais elle se sent enlisée d’abord par son mari, puis par des amants qui ne cessent de la décevoir. À la maison avec Charles, Emma passe beaucoup de temps à regarder par la fenêtre, comme si elle vivait sa vie en simple spectatrice. Emma est en grande partie responsable de la tragédie qui s’abat sur elle, car elle est de plus en plus désespérée dans ses tentatives de faire quelque chose de plus d’elle-même.

Depuis son enfance, Emma rêve de la romance parfaite, de l’amour parfait qui lui offrirait une vie de bonheur ultime. Il est clair que, dans son esprit, ce bonheur ne peut être atteint qu’avec un homme à ses côtés. Lorsqu’Emma est dans son état le plus désespéré à la fin du roman, juste avant de se suicider, elle se tourne à nouveau vers les hommes pour obtenir de l’aide. Le plus souvent, lorsqu’elle fait appel aux hommes, elle se voit refuser toute aide ; même lorsqu’elle tente de se prostituer pour obtenir les fonds dont elle a besoin pour payer ses dettes. Emma en vient à croire que sa seule source de pouvoir est sa sexualité, mais même cela ne peut empêcher sa destruction. Un garçon amoureux d’elle accepte de lui donner accès à de l’arsenic.

Les airs bourgeois et la médiocrité bourgeoise

Flaubert présente l’histoire d’une bourgeoise insatisfaite de sa vie et qui lutte pour trouver quelque chose de plus grand. Ses impressions fantastiques d’événements de grande classe, comme le bal auquel elle assiste avec Charles, sont presque humoristiques dans leur irréalité. Au bal, personne ne remarque Emma, mais pendant des mois après l’événement, elle peut imaginer chaque détail de la soirée.

Homais incarne vraiment l’impression de médiocrité bourgeoise de Flaubert. Homais aime pontifier sur des sujets divers dans lesquels il se croit expert mais ne l’est pas. Par exemple, c’est Homais qui lit l’article sur l’opération du pied bot et convainc Charles qu’à eux deux, ils peuvent accomplir la tâche. Plus tard, au chevet d’Emma, Homais parle au médecin professionnel appelé de Rouen, expliquant comment il a tenté d’examiner la bouche d’Emma en “introduisant” soigneusement un morceau de tuyau. Le lecteur peut imaginer le regard de dégoût du médecin qui rétorque qu’il aurait mieux fait d'”introduire” ses doigts dans sa bouche. Bien qu’il méprise apparemment la classe bourgeoise, Flaubert accepte que les bourgeois aient souvent du succès. À la fin du roman, Homais est décrit comme ayant reçu la médaille de la Légion d’honneur.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !