Littérature

Jean-Paul Sartre, Les Mains Sales : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Écrite en 1948 par Jean-Paul Sartre, Les Mains sales est une pièce de théâtre rédigée en sept tableaux. Explorons ensemble cette œuvre d’un auteur français à portée philosophique et politique.

Résumé détaillé scène par scène de Les Mains Sales de Jean-Paul Sartre

PREMIER TABLEAU

Le premier tableau se déroule au rez-de-chaussée d’une petite maison au bord d’une route qui appartient à Olga. La pièce dispose d’un mobilier simple et bon marché. L’occupant semble indifférent à l’apparence des meubles. La pièce comporte une porte d’entrée, une fenêtre, un téléphone, une cheminée et un miroir. Des voitures passent occasionnellement sur la route.

SCÈNE 1

Dans cette scène, Olga est seule chez elle. Elle écoute la radio qui annonce le conflit des armées allemandes et des armées soviétiques. Elle coupe la radio et quelqu’un frappe à la porte. C’est Hugo Barine, un ancien camarade. Olga le laisse entrer après avoir pris un revolver dans un tiroir, par précaution.

Hugo explique qu’il a été libéré de prison pour bonne conduite, alors qu’il était censé y passer cinq ans. Olga l’interroge sur les raisons de sa venue. Au début, il lui explique qu’il n’avait nulle part où aller avant de lui avouer qu’il était persuadé qu’elle ne pourrait pas lui faire de mal. Ils parlent de leurs anciens amis et des changements survenus depuis l’arrivée des Allemands.

Hugo raconte qu’il a reçu des colis en prison, dont un avec des chocolats empoisonnés. Il pense que c’était un avertissement du Parti. Olga nie toute implication, mais avoue qu’elle serait capable de le tuer si le Parti lui en donnait l’ordre. Hugo la défie de le tuer, disant qu’il aimerait voir si elle en serait vraiment capable.

Olga propose de lui donner de l’argent pour qu’il parte, mais Hugo refuse. Il veut rester avec elle. Il lui demande si elle peut le loger. Elle lui fait bien comprendre que de nombreux camarades du parti ont l’habitude de venir à leur guise. Elle essaie de savoir où est femme, Jessica. Hugo lui explique qu’elle est retournée chez son père et qu’elle ne porte plus son nom. Une voiture s’arrête à l’extérieur. Un certain Charles frappe à la porte. Olga suggère à Hugo d’aller trouver refuge dans sa chambre.

SCÈNE 2

Charles entre avec Frantz et demandent à Olga où se trouve Hugo. Celle-ci leur indique qu’il est dans une chambre. Charles veut entrer et s’occuper d’Hugo, mais Olga s’y oppose. Charles tente de la convaincre en mentionnant que c’est Louis qui les a envoyés. Toutefois, Olga insiste pour que Charles aille chercher Louis dans la voiture. Ce dernier envoie Frantz. Olga ne quitte pas Charles des yeux et en profite pour récupérer discrètement un revolver.

SCÈNE 3

Olga prie Louis de ne pas éliminer immédiatement Hugo. Elle souhaite lui donner une opportunité en l’évaluant pour déterminer s’il peut encore être utile au parti. Louis se montre méfiant, car il connaît Hugo. Selon lui, il est trop loquace. C’est un anarchiste indiscipliné et un penseur inconstant. Cependant, Olga lui rappelle que Hugo a réussi à tuer Hoederer, ce qui était crucial pour le parti. Elle demande à Louis de revenir vers minuit pour évaluer Hugo et vérifier s’il est récupérable. Malgré ses réticences, Louis accepte la proposition.

SCÈNE 4

Olga retourne voir Hugo qui a reconnu la photo de la sœur d’Olga sur le mur. Olga avoue avoir dit aux autres qu’il était dans sa chambre. Hugo souhaite partir, mais il y a des camarades du parti autour de la maison. Finalement, il décide de rester et demande de la nourriture. En discutant de leur passé, Olga essaie de convaincre Hugo de revenir avec eux et cherche à savoir pourquoi il a tiré sur Hoederer. Hugo explique qu’il ne comprend pas vraiment les raisons qui l’ont poussé à faire ça. Olga lui demande de raconter toute l’histoire depuis le début. Hugo commence son récit en remontant au mois de mars 1943.

DEUXIÈME TABLEAU

Chez Olga, deux ans en arrière.

SCÈNE 1

Hugo, plus jeune, tape à la machine ce qui irrite Ivan qui lui demande d’arrêter. Les deux hommes s’échangent leurs noms et leurs activités, néanmoins, ils ne peuvent approfondir leurs rôles respectifs au sein du Parti. On apprend simplement qu’Ivan est chargé d’attendre qu’il soit dix heures. Ils parlent également du journal que Hugo et d’autres écrivent. Ivan se plaint qu’il soit en retard sur les informations diffusées par la BBC ou la Radio Soviétique. Ivan se sent anxieux, mais pense qu’il se sentira mieux une fois qu’il sera sur son vélo. Olga fait son entrée.

SCÈNE 2

Olga amène une valise qu’Ivan doit fixer à son porte-bagage. Ce dernier s’en va pour mener à bien sa mission.

SCÈNE 3

Olga reproche à Hugo d’avoir dit à Ivan d’aller au diable. Même si cela était pour rire, elle trouve ses propos déplacés. La conversation tourne autour de la réunion en cours dans la salle d’à côté à laquelle participe Louis et Hoederer, le secrétaire du Parti. Ce dernier souhaite faire voter une proposition, mais Louis y est opposé. Hugo exprime à Olga son insatisfaction quant à son rôle dans le Parti. Il souhaiterait être impliqué dans des actions plutôt que de se contenter d’écrire. Il demande à Olga de l’aider à convaincre Louis de lui donner cette opportunité. Il lui confie qu’il n’a pas envie de vivre, ce qui, selon lui, pourrait être utile pour des actions périlleuses. Olga lui rappelle qu’il est marié. Hugo admet qu’il l’aime, mais maintient qu’il n’a pas envie de vivre. Pendant ce temps, ça crie dans la salle de réunion et Olga semble inquiète.

SCÈNE 4

Louis sort de la réunion et explique à Olga et Hugo que le Parti a tranché. Il autorise Hoederer à entamer des pourparlers avec les fascistes et le Pentagone. Louis et Olga sont mécontents de cette décision, estimant que Hoederer n’est qu’un traître. Pour l’empêcher de rencontrer les émissaires du Régent, Louis propose à Hugo de devenir le secrétaire de Hoederer pour le surveiller et ouvrir la porte à des camarades qui s’occuperont de lui. Toutefois, Hugo souhaite prouver sa valeur. Il insiste pour s’occuper de Hoederer lui-même. Olga convainc Louis de faire confiance à Hugo. Pendant leur conversation, une explosion se fait entendre, Louis et Olga se rendent compte qu’Ivan a bien accompli sa mission. En voyant à quel point, ils sont heureux, Hugo se projette dans le futur en se disant qu’ils seront fiers de lui lorsqu’il se sera occupé de Hoederer.

TROISIÈME TABLEAU

Dans un pavillon

SCÈNE 1

Jessica emménage chez Hoederer et attend son mari, Hugo, qui est parti s’entretenir avec Hoederer. Elle fouille dans une valise portant les initiales H.B. (celle de son mari). Elle cache les objets sous le matelas. Hugo entre et ils discutent de divers sujets, notamment de leur relation et d’autres personnes. Jessica souhaite savoir si Hoederer est un homme intimidant. Lorsqu’elle se rend compte que son mari n’a distingué que sa cravate, elle comprend que Hoederer a intimidé son mari toutefois Hugo ne l’avoue pas. Jessica insiste pour ouvrir une valise, mais Hugo refuse. En réalité, elle a déjà réussi à le faire, elle y a trouvé des photos ainsi qu’un revolver. Hugo admet qu’il a le revolver pour tuer Hoederer.

SCÈNE 2

Slick et Georges, les gardes du corps de Hoederer, viennent voir Hugo et Jessica pour offrir leur aide avec les affaires de Jessica. Ils arrivent armés et leur font comprendre qu’ils ont des règles strictes à suivre. Hugo est mal à l’aise à l’idée qu’ils puissent y trouver le revolver. Il refuse de les laisser fouiller sa chambre. Après un échange animé, Jessica propose alors de téléphoner à Hoederer pour régler le conflit. Slick et Georges acceptent, mais ils déclarent qu’ils quitteront leur poste si Hoederer fait une exception pour Hugo.

SCÈNE 3

Hoederer tente d’apaiser la situation. Il s’avère que Slick et Georges, faisant partie d’un milieu défavorisé, ont pris Hugo en grippe pour être un intellectuel issu d’un milieu aisé. Hugo refuse de se laisser fouiller, ce qui provoque la méfiance des autres. Hoederer tente de les réconcilier en leur rappelant qu’ils sont tous du même parti et qu’ils doivent s’aimer et se respecter. Les tensions entre les personnages proviennent de leurs différences sociales et de leurs motivations pour rejoindre le parti. Finalement, Jessica, la femme d’Hugo, consent à ce que Slick et Georges fouillent leurs affaires pour montrer leur bonne foi et établir la confiance. Hugo craint qu’ils ne tombent sur le revolver, mais ils ne trouvent rien.

SCÈNE 4

Hoederer suggère deux alternatives à Olga pour éviter les ennuis : rendre tout le monde heureux, soit de coucher avec eux, ou rester enfermée lorsqu’elle est seule. Cependant, Jessica opte pour une troisième solution sans préciser quoi que ce soit. Hoederer cherche à comprendre pourquoi Hugo a abandonné son poste de rédacteur pour le journal du Parti afin de devenir secrétaire. Hugo explique que c’était par discipline et ils échangent sur l’importance de l’obéissance. Remarquant la peur de Hugo lorsqu’un de ses hommes a voulu regarder dans une valise, Hoederer décide de l’examiner lui-même. Il y découvre des photos d’Hugo enfant et se moque gentiment de lui avant de lui rendre les images. Avant de s’éloigner, Hoederer ordonne à Jessica et Hugo de verrouiller la porte.

SCÈNE 5

Hugo apprend que Jessica a dissimulé son revolver dans son corsage. Elle explique avoir été heureuse que ce soit George qui s’occupe de la fouiller. Slick l’aurait empoignée. Elle avoue qu’elle s’est plus inquiétée de ses mains sur son corps que de se faire prendre pour avoir cachée un revolver dans son corsage. Ensuite, ils parlent de confiance, d’émotions et de loyauté envers le Parti. Jessica semble se moquer de la situation, bien qu’elle soit consciente de la gravité de l’acte que doit accomplir Hugo. À la fin de la scène, Hugo lutte pour récupérer le revolver à Jessica qui semble décidé à s’amuser en le conservant pour elle.

QUATRIÈME TABLEAU

Le bureau de Hoederer.

SCÈNE 1

Jessica surprend Hugo avec une cafetière dans les mains. Hugo lui demande de quitter le bureau, mais elle insiste pour rester. Elle lui a apporté le revolver qu’il avait oublié, prétextant qu’il doit se mettre à le tuer maintenant. Toutefois, Hugo refuse de le prendre. Jessica fouille dans le bureau et s’intéresse à l’écriture de Hoederer. Hugo finit par prendre le revolver afin que sa femme quitte la pièce. Néanmoins, elle ne part pas. L’odeur du tabac froid lui rappelle son enfance. Curieuse de voir comment son mari et Hoederer travaillent, elle se cache sous la table lorsque ce dernier arrive dans la pièce.

SCÈNE 2

Cachée sous la table, Jessica se fait prendre par Hoederer. Il s’en prend à Hugo dans la mesure où il ne sait pas tenir sa femme. Cette dernière se joue de lui en faisant passer Hugo pour son frère. Hoederer critique leur relation et pense que Jessica ne respecte pas Hugo. Selon lui, il aurait dû épouser une femme du Parti qui aurait été plus compétente. Jessica finit par quitter la pièce avec dignité à la demande de Hoederer.

SCÈNE 3

Hoederer demande à Hugo de veiller à ce que sa femme ne revienne pas dans la pièce. Ils discutent de divers sujets, dont la perspective de la mort. Hoederer confie se sentir constamment en danger, sachant que ses adversaires cherchent à le supprimer. Hugo admet également ignorer s’il vivra longtemps. Finalement, les invités arrivent : Karsky, secrétaire du Pentagone, et le prince Paul, fils du Régent. Hoederer demande à Hugo de suivre attentivement la conversation et de prendre des notes si besoin.

SCÈNE 4

Hoederer discute avec Karsky, qui représente le Pentagone, et le Prince. Ils souhaitent former une alliance avec le Parti Prolétarien, mais leurs conditions manquent d’équité. Hoederer suggère que les motivations de Karsky et du Prince sont probablement basées sur le fait que les Russes sont en train de gagner la guerre et veulent se ranger du côté gagnant. Il présente ses propres conditions pour l’alliance, mais Karsky les rejette. Conscient qu’ils ont besoin du soutien du Parti Prolétarien pour gagner la confiance de l’URSS, le Prince insiste pour étudier les propositions de Hoederer. Karsky se sent trahi. Il hésite à accepter l’accord et souhaite consulter ses alliés. Hoederer souligne l’urgence de la situation et fait confiance à Karsky pour convaincre ses amis. Hugo, scandalisé par la proposition d’alliance, essaie d’intervenir, mais Hoederer le fait taire. Au moment où Hugo tente de saisir son revolver, une explosion a lieu et Hoederer le protège en le poussant au sol.

SCÈNE 5

Les personnages enquêtent sur la cause et les responsables. Karsky assure que cela ne vient pas de lui. Hoederer estime qu’il était la cible. Jessica, qui a entendu l’explosion, arrive pour vérifier si Hoederer a été tué. Ce dernier décide qu’ils montent à l’étage pour continuer leur discussion en toute sécurité. Il interdit à Hugo de les suivre.

SCÈNE 6

Suite à l’explosion, Hugo réalise que son parti ne lui a pas accordé sa confiance. Frustré, il se met à boire et parle de façon incohérente, exprimant sa colère envers ceux qu’il qualifie de “salauds“. Jessica tente de l’apaiser, mais Hugo persiste à boire et à délirer, racontant ses regrets. Slick et Georges ne parviennent pas à saisir qu’il leur révèle, de manière détournée, qu’il était censé assassiner Hoederer. D’autant plus que Jessica, sa femme, fournit des explications plausibles à tout ce qu’il dit. Ivre, il continue à parler de façon désorganisée et finit par s’effondrer sur une chaise. Jessica demande alors à Slick et Georges de l’aider à le coucher, affirmant que rien de ce qu’il a dit n’est important.

CINQUIÈME TABLEAU

Dans le Pavillon

SCÈNE 1

Olga rend visite à Hugo et Jessica, et révèle à cette dernière qu’elle a tenté d’assassiner Hoederer pour protéger la réputation d’Hugo. En effet, le Parti s’impatiente et commence à voir Hugo comme un traître. Olga blâme Jessica pour ne pas avoir soutenu Hugo, et les deux femmes échangent des paroles acerbes, mettant en lumière leurs divergences de caractère et d’engagement politique. Lorsque Hugo se réveille, il fait part à Olga de sa déception quant au manque de confiance du Parti à son égard. Olga lui rappelle qu’il doit accomplir sa mission avant la soirée suivante, sinon quelqu’un d’autre s’en chargera et il sera vu comme un traître par le Parti. Hugo promet de donner sa réponse le lendemain. Avant de partir, Olga demande d’éteindre la lumière pour éviter d’être repérée en quittant les lieux.

SCÈNE 2

Jessica et Hugo discutent de la mission d’assassinat imposé par le Parti. Jessica prend conscience qu’ils ne jouent plus et tout est vrai. Ils sont en désaccord sur leurs idées et sur ce qu’ils devraient faire. Hugo se sent seul et déchiré entre son devoir et ses émotions, tandis que Jessica ne comprend pas pleinement les enjeux politiques de la situation. Ils se questionnent mutuellement sur leurs choix, leurs motivations et leurs relations. Jessica supplie Hugo de tenter de trouver une solution pacifique avant de se décider à assassiner Hoederer.

SCÈNE 3

Hoederer entre dans la pièce et discute avec Hugo et Jessica. Il parle de ses difficultés au travail et d’une affaire avec Karsky qui progresse vite. Il conseille à Hugo, qui semble fatigué, de se reposer. Jessica rappelle à ce dernier qu’il doit échanger avec Hoederer, mais celui-ci souhaite reporter la discussion au lendemain. Jessica ne l’écoute pas et lui fait comprendre qu’Hugo estime que c’est un traître. Hoederer se défend en expliquant que les partis révolutionnaires sont faits pour prendre le pouvoir et que cela doit se faire par des alliances. Il argue que l’Armée rouge qui occupera le pays ne leur garantira pas le soutien du peuple, car ils seront considérés comme imposés par l’étranger.

Hoederer veut prendre le pouvoir en collaboration avec les libéraux et les conservateurs, espérant ainsi gagner la confiance du peuple et éviter d’être associé à l’étranger. Hugo désapprouve, craignant que cela ne conduise le Parti à devenir réformiste et nationaliste. Hoederer considère que les risques sont inévitables en politique et Hugo doit se salir les mains pour obtenir le pouvoir. Ils débattent également de l’amour pour les hommes et des principes. Hugo dit qu’il est dans le Parti pour la justice, et non pour les hommes. Hoederer, en revanche, affirme aimer les hommes pour ce qu’ils sont, avec tous leurs défauts. Il accuse Hugo d’être un destructeur et un assassin plutôt qu’un vrai révolutionnaire. Georges et Slick arrivent et interrompent leur confrontation.

SCÈNE 4

Georges et Slick sont rassurés de retrouver Hoederer. Ils pensaient qu’il lui était arrivé quelque chose. Hoederer repart avec eux en donnant rendez-vous à Hugo pour neuf heures.

SCÈNE 5

Jessica est persuadée que Hoederer a convaincu son mari. Toutefois, ce dernier lui fait comprendre que ce n’est pas le cas et qu’il a bel et bien l’intention de le tuer dès le lendemain.

SIXIÈME TABLEAU

Le bureau de Hoederer.

SCÈNE 1

Alors que Hoederer prépare du café, il reçoit la visite de Jessica qui lui révèle que Hugo projette de le tuer. Hoederer s’en doutait et décide de parler à Hugo pour le convaincre de ne pas le faire. Craignant qu’il passe à l’acte en la voyant, par fierté, Hoederer demande à Jessica de partir discrètement avant que son mari n’arrive.

SCÈNE 2

Face aux propos de Hoederer, Hugo est complètement déstabilisé et il n’arrive pas à le tuer. Hoederer parvient à le désarmer. Bien qu’ils soient en désaccord avec ses idées politiques, Hugo admet qu’il ne pourra jamais tirer sur lui.
Hoederer lui donne des conseils en lui disant qu’il devrait se concentrer sur ses talents d’écrivain plutôt que de chercher à prouver qu’il peut devenir un assassin. Finalement, Hugo demande la permission de quitter la pièce pour réfléchir à la situation, et Hoederer accepte en lui demandant de ne pas faire de bêtises. Par précaution, il demande à Slick de le surveiller et d’intervenir si nécessaire.

SCÈNE 3

Jessica, qui était assise sur le rebord de la fenêtre durant l’altercation, revient. Bien qu’il lui fasse peur, elle ne peut pas s’éloigner de lui. Ils parlent de l’amour, de la peur et du courage. Jessica confesse qu’elle est attirée par Hoederer et qu’il la fait se sentir réelle. Hoederer lui demande ce qu’elle attend de lui, et elle répond qu’elle est prête à accepter tout ce qu’il fera. Ils échangent un baiser, et Jessica prend conscience que ce baiser est différent de ses expériences précédentes. À ce moment-là, Hugo entre dans la pièce.

SCÈNE 4

En surprenant Hoederer et sa femme, ensemble, Hugo se sent trahi. Il pense que c’est la raison pour laquelle Hoederer l’a épargné. Déçu et en colère, il saisit le revolver sur le bureau et tire à trois reprises sur Hoederer. Slick souhaite tirer sur Hugo, mais Hoederer l’en dissuade en lui expliquant qu’il n’a tiré que par jalousie dans la mesure où il couchait avec sa femme.

SEPTIÈME TABLEAU

Dans la chambre d’Olga.

SCÈNE UNIQUE

Hugo et Olga discutent du meurtre d’Hoederer. Hugo avoue l’avoir tué, mais il ne se considère pas responsable de ses actes, les attribuant plutôt au hasard et aux circonstances. Olga cherche à comprendre les motivations d’Hugo et lui demande s’il est fier de son acte ou s’il le referait. Hugo est confus et incertain quant à la réalité de son crime. Il avoue qu’il aimait profondément Hoederer. Olga tente de le convaincre de rejoindre le Parti, affirmant que le Parti a changé et qu’il sera protégé s’il travaille avec eux. Cependant, Hugo refuse de changer d’avis sur la politique de Hoederer et de travailler avec le Parti. Hugo se met à rire sans pouvoir s’arrêter lorsqu’il réalise que le Parti a rejeté son crime. Il refuse de fuir et décide d’affronter ses poursuivants, affirmant qu’il va tuer Hoederer et lui-même. Armé d’un revolver, il ouvre la porte pour affronter ses agresseurs, en déclarant qu’il est “non récupérable“.

Présentation des personnages

Hugo Barine est un jeune intellectuel bourgeois d’une vingtaine d’années qui rejoint le Parti pour fuir l’hypocrisie de son milieu. C’est un jeune homme naïf et ingénu connu pour avoir la langue bien pendue. Étant mal intégré au Parti en raison de ses origines, il aspire à prouver à ses camarades qu’il peut endosser bien plus que le simple rôle de journalisme. À la demande de Louis, il se retrouve à devoir assassiner Hoederer, le secrétaire du parti dont les idées sont controversées. Tout au long de la pièce, Hugo est déchiré entre ses idéaux et la réalité de ses actions. Ce personnage incarne l’angoisse et le conflit moral qui peuvent survenir lorsque les individus sont confrontés à des choix difficiles en politique. Il symbolise le décalage entre les idéaux personnels et les compromis nécessaires pour agir au nom d’un bien plus grand. En finissant par tuer Hoederer, Sartre illustre à quel point les réalités obscures de la politique et du pouvoir peuvent fortement impacter la jeunesse et l’innocence.

Hoederer est un leader charismatique et pragmatique du Partie. Pour lui, tous les moyens sont efficaces pour atteindre des objectifs à long terme. Ce secrétaire du Partie n’hésite donc pas à s’opposer à Louis, son opposant, pour faire des compromis et travailler avec ses ennemis politiques. Bien qu’il soit totalement en désaccord avec le milieu bourgeois de Hugo, il tente de lui transmettre ses principes politiques. Il sait pertinemment que Hugo est celui qui est destiné à le tuer néanmoins, cette menace n’est pas très grande pour lui étant donné qu’il est persuadé que Hugo n’est pas un meurtrier. Il tente de le rallier à ses convictions, mais Hugo est totalement hermétique à sa vision. C’est un personnage convaincant qui mise sur le bien-être des gens. Si Hugo ne l’avait pas surpris avec Jessica, il aurait pu abandonner sa mission et se ranger de son côté. Ce personnage symbolise la complexité et l’ambiguïté de la politique, où les choix et les actions ne sont pas toujours clairs ou faciles à déterminer. Sa présence dans la pièce sert à remettre en question les idées simplistes sur la moralité en politique.

Olga fait partie du Parti. Malgré sa féminité, elle présente des qualités généralement associées aux hommes. Apparaissant comme un personnage déterminé et rigide (une femme forte), elle est également empreinte de sentiments. Elle met tout en œuvre pour protéger Hugo. Outre une certaine forme de jalousie, elle voit en Jessica un élément perturbateur qui pourrait influencer négativement les idées politiques d’Hugo et compromettre sa mission. Olga perçoit Jessica comme une bourgeoise ignorante en matière de politique. Ce personnage incarne la loyauté envers le parti et la cause, ainsi que la réalité pragmatique de la politique. En tant que personnage féminin, elle représente également l’idée de camaraderie et de soutien entre les militants.

Jessica est la femme d’Hugo, à l’instar de ce dernier, elle est issue d’une famille bourgeoise. Malgré elle, elle suit Hugo dans ses engagements politiques. Bien qu’elle présente un caractère léger, c’est une femme intelligente et intuitive. Lorsqu’elle apprend que Hugo compte tuer Hoederer, elle comprend que son mari sera incapable de le tuer étant donné qu’elle sait que l’homme qu’elle a épousé n’est pas un meurtrier. Elle élabore différents stratagèmes pour l’aider dans son entreprise. Elle essaie de séduire Hoederer pour que son mari réussisse sa mission toutefois, le baiser qu’elle échangera avec lui l’affectera profondément. Son rôle dans la pièce permet d’explorer les conséquences des décisions d’Hugo sur leur vie conjugale et leurs relations personnelles.

Louis est une figure importante du Parti. Opposé à Hoederer, il a la ferme intention de l’assassiner. Il suggère à Hugo, qui lui est loyal, de devenir secrétaire et de gagner sa confiance jusqu’à ce qu’il envoie des hommes pour l’assassiner. Toutefois, à la demande de Hugo, il consent à ce que ce dernier soit chargé de la mission. Après que Hugo ait passé deux années en prison, il missionnera des hommes pour le tuer, le considérant comme “non récupérable”. À l’instar de Hoederer, Louis est un personnage qui a les mains sales. Néanmoins, à chaque fois, ce personnage s’arrange pour missionner d’autres personnes pour faire les sales besognes à sa place. Il incarne le genre de personnages intouchables dont les mains sales ne sont que “symboliques”.

Slick, Georges et Léon sont les gardes du corps de Hoederer. Tout comme ce dernier, ils viennent tous trois du même milieu. Ils sont prêts à défendre leur leader tant que cette situation leur permet de fuir la misère. Slick et Georges affichent clairement le mépris qu’ils ont pour la classe bourgeoise en discréditant Hugo.

Karsky et Le Prince représentent les formes de politiques opposées à celui du parti. Conscient que les Russes sont en train de gagner la Guerre, ils ont à cœur de se ranger du côté des vainqueurs pour continuer à jouir de leurs privilèges. Contrairement au Parti qui incarne les prolétaires, ces deux hommes symbolisent la bourgeoisie et les gens qui disposent d’une situation confortable. Si les Russes gagnent la guerre, ce sont eux qui ont le plus à perdre. C’est donc pour cette raison qu’ils décident de se lier avec le Parti.

Charles et Frantz sont les deux hommes du Parti qui suivent Hugo jusqu’à chez Olga après qu’il soit sorti de prison. Ce sont les hommes missionnés par Louis pour assassiner Hugo afin que celui-ci ne puisse pas se mettre à parler.

Ivan est l’homme qui échange avec Hugo dans le deuxième tableau. Il est chargé de se déplacer à vélo avec une valise, fixée à son porte-bagage, qui contient un explosif. Toutefois, il ne révélera pas sa mission à Hugo. Il se montrera stressé, sûrement parce qu’il sait que sa mort approche. Son action fait rêver Hugo qui souhaite entreprendre des missions périlleuses pour le Parti afin de montrer sa valeur. D’autre part, Sartre utilise ce personnage pour ironiser les paroles de Louis. En effet, Ivan réalise un attentat et pourtant, lorsque Hugo proposera un de ces plans à Louis, pour prouver sa loyauté et sa détermination au Parti, celui-ci lui expliquera que les attentats ne se font plus.

Analyse de l’oeuvre

Souvent considérées à tort comme étant anticommuniste, Les Mains Sales met en scène une opposition entre plusieurs personnages : d’un côté, Hugo, un jeune homme d’une vingtaine d’années, en quête de sens dans l’action, un jeune intellectuel idéaliste qui refuse de collaborer et Hoederer, un militant plus modéré et pragmatique, soucieux avant tout d’efficacité. Dans Les Mains Sales, Sartre oppose deux idéologies politiques : la conception machiavélienne défendue par Hoederer et la vision moraliste portée par Hugo. Hoederer croit que “la fin justifie les moyens” et qu’il est parfois nécessaire de se compromettre pour gouverner, tandis qu’Hugo prône l’intégrité morale et la franchise en politique. Avec ces deux personnages, Sartre aborde également des problématiques éthiques, telles que la moralité et l’immoralité dans le domaine politique, ainsi que la vérité et le mensonge. En effet, pour Hoederer, le mensonge est inévitable et parfois indispensable, alors qu’Hugo le désapprouve catégoriquement.
Enfin, cette pièce de théâtre offre une expérience libératrice pour le spectateur ou le lecteur en mettant en lumière les risques d’un gouvernement prêt à tout pour réaliser ses ambitions, tout en proposant une alternative plus éthique et sincère à travers le personnage d’Hugo.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !