Littérature

Rabelais, Pantagruel : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Résumé chapitre par chapitre de Pantagruel de François Rabelais

Pantagruel est un livre écrit par Rabelais en 1532. Cette période, marquée par la Renaissance, voit émerger un grand nombre d’idées et de façons de penser. C’est un récit qui est très visuel tout en faisant place à l’imagination des lecteurs. Il faut voir ce livre comme une partie d’une histoire plus grande. En effet, afin de mieux comprendre l’enchaînement des événements, il sera aussi possible de découvrir Gargantua par exemple.

Chapitre 1

Le livre débute en racontant l’histoire du personnage éponyme : Pantagruel. Ses origines prennent source, il y a bien longtemps puisque son ancêtre serait apparu suite au crime de Caïn sur son frère Abel. Par la suite, les hommes auraient connu une année très fertile puisqu’ils ont commencé à manger les fruits des arbres : certain d’entre eux seraient même devenus des géants : c’est le cas de Chalbroth, l’ancêtre de Pantagruel.

Chapitre 2

C’est la naissance de Pantagruel. Malheureusement, sa mère n’a pas survécu, il ne la connaîtra donc jamais. Plus encore, sa venue au monde ne se fait pas dans les meilleures conditions : le royaume est en proie à de grandes sécheresses et des pénuries. Pour ces raisons, son père le fit appeler Pantagruel qui signifie « tout altéré ».

Chapitre 3

Le père de Pantagruel est partagé entre le décès de sa femme et la venue au monde de son fils. En mémoire de cette dernière, il promit de s’occuper pleinement de son enfant.

Chapitre 4

Pantagruel était un être unique. Son corps était recouvert de poils et il mangeait comme un ogre. Certains pensaient même que son appétit n’avait pas de fin. Pour éviter qu’il ne tue les vaches pour les manger, il fût solidement attaché à son berceau. Un jour, cependant, son père le fit détacher et s’asseoir à la table avec les convives. A partir de cet instant Pantagruel ne voulut plus jamais retourner dans son berceau qu’il finira par détruire.

Chapitre 5

Pantagruel commence à grandir et il est envoyé par son père à Poitiers afin qu’il puisse recevoir une bonne instruction. Il ira avec Epistémon et y restera quelque temps.

Chapitre 6

L’enseignement de Pantagruel se déroule sans problème et il passe une partie de son temps à faire des balades dans la ville. Il rencontre alors un étudiant Parisien avec qui il échange. Rapidement, le héros sera choqué des erreurs de Français que fait son ami. Il s’énerve au point même de menacer à mort le jeune homme en lui obligeant de mieux parler.

Chapitre 7

Les études de Pantagruel se terminent et il décide de partir à Paris en passant par Orléans. Il se retrouve dans une situation ou il aide les villageois avec sa force surhumaine : il replace ainsi la cloche qui était tombée du clocher. Il la fit ensuite sonner si fort que les vignes d’Orléans ont tourné et toutes les personnes qui burent du vin tombèrent malades. Après ce passage, il arriva à Paris ou il est rapidement perçu comme une véritable curiosité. De son côté, Pantagruel découvre la bibliothèque Saint-Victor qui enrichit sa passion pour les livres.

Chapitre 8

Durant tout son cursus, Pantagruel a pu bénéficier du soutien infaillible de son père. Dans plusieurs missives, il lui partage sa fierté tout en lui conseillant de développer ses compétences en langues étrangères tout en continuant de suivre la voie de Dieu. Pantagruel est sur le chemin de devenir un homme bon.

Chapitre 9

Pantagruel fait la rencontre de Panurge. Après des explications complexes, ils arrivent à dialoguer ensemble. Le mendiant demande à manger et le héros lui offre de quoi remplir son estomac.

Chapitre 10

Une activité favorite de Pantagruel est le débat public. Il aime partager et discuter avec l’auditoire au point même que le géant commence à se faire connaître. Sa bonne réputation arrive jusqu’à M. de Douhet qui lui propose d’intervenir sur une affaire juridique complexe. Le problème opposait M. Humevesne et M. de Baisecul.

Chapitre 11

Ce chapitre s’intéresse à la plaidoirie de M. de Baisecul. Pantagruel n’est pas séduit par sa diction, mais ses arguments étaient logiques.

Chapitre 12

Par la suite, c’est à M. Humevesne d’être entendu et le résultat est le même. Les propos s’enchaînent sans cohérence et le propos est diffus.

Chapitre 13

C’est l’heure pour Pantagruel de donner son jugement. Il prend une décision, mais ses raisons semblent aussi peu claires.

Chapitre 14

Le jugement semble plaire à tous, un grand banquet est organisé et Panurge commence à raconter des histoires sur sa vie. Il partage la fois où il avait été capturé par les Turcs. Il était prêt à mourir, rôti mais il avait réussi à s’échapper à ses ravisseurs en créant un immense incendie.

Chapitre 15

Pantagruel et Panurge se baladent à Paris, ils discutent de tout et de rien et le mendiant évoque l’idée de renforcer les murs de la cité.

Chapitre 16

Au fil du temps, Pantagruel se rend compte que Panurge n’est pas celui qu’il prétend être. Il est en réalité un voleur et un malin qui n’hésites pas à mentir pour obtenir ce qu’il souhaite. Il utilise tout ce qu’il dérobe rapidement, mais cela ne le dérange pas.

Chapitre 17

Il explique alors quelques procédés qu’il utilise souvent pour obtenir ce qu’il veut. Il en profite pour expliquer que la plupart de son argent disparaissait durant des procès ou dans des mariages avec des femmes qu’il n’appréciait même pas vraiment. Pantagruel est surpris de ce rapport que son ami entretient avec l’argent.

Chapitre 18

Un Anglais qui venait de loin était à la recherche de Pantagruel. Il souhaitait lui poser des questions sur son savoir qu’il l’a rendu si célèbre. Panurge propose de répondre à ses interrogations.

Chapitre 19

Cet échange eut lieu le lendemain et fut un échec. La discussion entre Panurge et l’Anglais étaient majoritairement faits à base de geste et cela ne plut pas au public qui était venu.

Chapitre 20

Malgré cela, Thumaste l’Anglais reconnût la grandeur de Pantagruel durant les quelques échanges qu’il à pu avoir avec lui.

Chapitre 21

La vie reprit son cours et Panurge fit la cour à une très belle noble de la ville. Elle le repoussa avec vigueur et alla même jusqu’à le menacer.

Chapitre 22

Vaincu, Panurge décida de se venger sur la noble en la recouvrant d’hormones d’animaux. Suite à cela, de nombreux animaux vinrent uriner sur elle.

Chapitre 23

De son côté, Pantagruel a reçu une lettre de son père : les Dipsodes attaquent les Amaurotes qui font partie de leur royaume. Le héros choisit de rejoindre son père au sud avec ses amis.

Chapitre 24

La vie parisienne rattrape Pantagruel puisqu’il reçoit une lettre d’une amante triste de le voir partir. Malgré ces ralentissements, ils prirent tous le bateau et continuent leur périple.

Chapitre 25

L’équipe de Pantagruel fut attaquée dès qu’elle descendit du bateau. Après avoir mis en place une stratégie d’équipe rapidement, ils tuèrent une bonne partie de leurs ennemis et ont fait quelques prisonniers.

Chapitre 26

Ils organisent un grand banquet pour célébrer leur victoire. Ils en profitèrent pour interroger les prisonniers et leur soutirer des informations.

Chapitre 27

Ils érigèrent un monument pour célébrer leur victoire, mais aussi pleurer les morts. Parallèlement, Pantagruel permit de créer un nouveau type d’homme en pétant : les Pygmées.

Chapitre 28

Un plan d’attaque est mis en place par Pantagruel pour vaincre les ennemis. Il s’arrange pour saouler les chefs de l’armée. Pendant qu’ils sont indisponibles, il en profite pour s’introduire dans le camp, l’incendier et détruire les munitions des soldats.

Chapitre 29

L’armée ennemie est aussi composée de géants. Parmi eux, il y a Loup-Garou : Pantagruel s’en charge et le tue. Il se sert aussi de son corps pour tuer les autres géants.

Chapitre 30

Epistémon est mort, mais Panurge le ressuscite. Le revenant en profite pour partager son expérience dans l’autre monde à tous.

Chapitre 31

Pour faire plus de place aux Utopiens, Pantagruel décide donc d’envahir les Dipsodiens.

Chapitre 32

Pantagruel protège aussi son armée de la pluie par exemple. Il tire simplement la langue pour qu’ils puissent s’abriter. Le narrateur raconte aussi être entré dans la bouche du héros dans laquelle il découvrit des villes entières. Il en ressortit 6 moins plus tard et la Dispodie était déjà conquise.

Chapitre 33

Pantagruel était malade et souffrait de terribles crampes à l’estomac. Ce chapitre explique sa guérison qui a été réalisée par ses serviteurs. Ils se sont introduits dans des pommes géantes qu’il a englouties. Par la suite, ils ont pu le soigner de l’intérieur.

Chapitre 34

Cette dernière partie est consacrée au lecteur. Elle regroupe certaines œuvres que Rabelais prévoit de sortir. Concernant l’histoire de Pantagruel, il demande à n’importe qui de ne pas le juger sur ces écrits.

Les personnages dans Pantagruel

Pantagruel : c’est le héros de l’ouvrage, c’est un géant immense par sa taille et sa force. Plus encore, il est très bien éduqué, intelligent et c’est un homme bon. La taille du personnage semble varier au fil de la lecture. Il est difficile d’en faire une représentation concrète.

Gargantua : c’est le père de Pantagruel, c’est aussi un homme bon qui soutient son fils durant ses aventures.

Panurge : c’est un ami de Pantagruel, il aime faire des farces et tromper les gens pour de l’argent. Malgré cela, il reste un homme bon et très fidèle au héros.

Anarche : c’est le roi des Dipsodes, il envahit le royaume d’Utopie. Il fut vaincu par Pantagruel et ses amis et fait prisonnier par Panurge. Il sera marié de force avec une vielle de marchande de lanternes.

Loup-Garou : c’est le chef de l’armée ennemie, il est aussi grand et fort que Pantagruel et commande plusieurs autres géants.

Thumaste : c’est un voyageur anglais qui vient de loin. Il est l’incarnation parfaite des sophistes de l’époque et cherche à prouver la valeur de Gargantua dans un discours public.

Une œuvre qui aborde de nombreuses thématiques

Bien que ce récit fictif aborde la vie de Pantagruel, il est important de noter qu’à chaque étape de son aventure, il rendre dans un nouveau monde avec des nouveaux codes. Au début, c’est l’éducation qui est traitée par Rabelais. Il invite à critiquer les étudiants en mettant en avant leur caractère paresseux et leur unique envie de faire la fête. Les occupations sont nombreuses et Pantagruel est d’ailleurs surpris de voir que les jeunes ne travaillent pas. La notion de justice est aussi abordée lorsque le héros évolue dans la ville de Paris. Rabelais cherche aussi à dénoncer un système qu’il trouve inefficace dans lequel le fait de bien parler à plus d’importance que les arguments. Par la suite, la notion des combats est aussi à prendre en compte et notamment son intérêt. Les combats sont tournés au ridicule, au même titre que les stratégies adoptées par les deux camps. Toutes ces visions sont entremêlées de passages concernant la religion. Rabelais aimerait pouvoir se rapprocher de la foi qu’il considère plus originelle. Il termine ainsi en mentionnant la médecine qui devrait être appréhendée plus souvent par les techniques de la Renaissance comme la dissection par exemple.

Une œuvre dans l’ère du temps

Rabelais à conscience que les Lettres reprennent une certaine importance. En effet, cette renaissance est traitée et abordée à de nombreuses reprises dans le libre. Bien que l’obscurantisme du Moyen-âge ait une place importante, l’auteur met en avant certains aspects nouveaux dans son œuvre. Il est par exemple possible de retrouver l’introduction de l’hébreu ou du grec face au Latin qui était alors dominant : l’objectif est de se rapprocher plus précisément des textes fondateurs afin de leur donner une meilleure interprétation. Il est aussi important de noter une certaine ouverture d’esprit puisque le texte permet d’évoquer toutes les catégories de la société, mais aussi toutes les autres civilisations.

En opposition aux sophistes qui débattent énormément de sujets divers, Rabelais met en avant un apprentissage par l’expérience. Ce sont des personnes d’actions qui sont formées de corps et d’esprit. D’ailleurs, les disciplines sont enseignées dès le plus jeune âge. La notion Humaniste est aussi à prendre en considération. C’est un enseignement qui est bénéfique pour Gargantua. La lettre que lui envoie son père permet d’en témoigner : il fait l’éloge des matières enseignées par cette philosophie de vie comme la géométrie, l’astronomie, l’arithmétique ou encore la musique.

La notion de temps a ici tout son intérêt, car dans l’œuvre, il est très difficile de donner des durées. Il est possible que plusieurs jours s’écoulent entre différentes actions ce qui rend difficile à donner un cadre concret au récit. On assiste alors à une suite d’événements à différents moments. En ajoutant à cela l’aspect fictif du texte, le cadre spatio-temporel est détruit et cela va donner à la narration une force supplémentaire. La visualisation n’est que renforcée et le lecteur est imprégné plus encore dans les événements.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire