Littérature

Charles Perrault, Les Souhaits ridicules : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés

Les Souhaits ridicules est une fable comique publiée pour la première fois en 1693 dans Le Mercure Galant avant d’être intégrée quatre années plus tard dans son recueil Contes de ma mère l’Oye. Explorons cette œuvre courte mais riche d’enseignement.

Résumé détaillé de Les Souhaits ridicules de Charles Perrault, tiré de Recueil de Contes et nouvelles en vers

Rencontre avec Jupiter

Le narrateur va raconter une fable insolite et peu galante à une personne charmante. Il pense que la façon de raconter compte plus que le sujet, et que cette personne appréciera l’histoire et sa moralité.
Se sentant ignoré par le destin, un bûcheron pauvre et fatigué désire se reposer près de l’Achéron. Un jour, Jupiter paraît devant le bûcheron. Ce dernier est effrayé, mais Jupiter lui annonce qu’il est là pour exaucer trois de ses souhaits. Toutefois, il lui explique qu’il doit bien réfléchir à ce qu’il veut avant de les formuler.

Le premier souhait ridicule

Le bûcheron rentre chez lui et raconte l’histoire à sa femme. Ils décident de bien réfléchir avant d’utiliser leurs souhaits et de reporter leur premier souhait au lendemain. En attendant, le bûcheron profite d’un bon vin et se repose près du feu. Il exprime alors son désir d’avoir une aune de boudin pour profiter de la chaleur du feu, sans se rendre compte que ce souhait pourrait être exaucé par Jupiter. Aussitôt dit, aussitôt fait, un boudin apparaît. Sa femme s’énerve et le critique, estimant qu’il aurait pu choisir d’avoir un empire, des richesses ou de nouveaux habits. L’homme admet son erreur et pense secrètement à être veuf. Il souhaite que le boudin pende au nez de sa femme.

Le souhait qui lui permet d’être “heureux

La saucisse se fixe alors sur le nez de sa femme. C’était embêtant puisque sa femme, qui, d’ordinaire était jolie, avait un physique disgracieux avec ce nouvel attrait. Toutefois, cela lui permet de ne pas trop parler. Le bûcheron trouve cela très avantageux. Heureux, il ne désire plus rien d’autre.

Retour à la case départ

Très vite, le bûcheron désire utiliser son souhait pour devenir roi. Toutefois, il se dit que sa femme pourrait être malheureuse avec un nez aussi long. Il décide de consulter son épouse pour vérifier si elle préfère devenir une reine avec son nez actuel ou rester bûcheronne avec un nez normal. Après réflexion, la femme choisit de ne pas devenir reine, afin de retrouver son nez normal plutôt que d’être laide en tant que souveraine. Le bûcheron consent à ne pas devenir roi et fait une croix définitive sur la richesse. Néanmoins, il est heureux d’utiliser son dernier souhait pour rendre sa femme heureuse en la ramenant à son état initial.

Moralité

Ainsi, le narrateur met en garde les hommes qui, souvent, sont inquiets de ne pas faire de souhaits. Selon lui, peu d’entre eux savent comment bien utiliser les dons que le ciel leur a accordés.

Présentation des personnages

Le bûcheron, Blaise, est un homme pauvre qui souhaite ardemment s’échapper à sa vie difficile et à trouver le bonheur. Insatisfait de sa situation actuelle, il se plaint constamment et considère que le destin l’a laissé pour compte. Sa rencontre avec Jupiter lui offre l’occasion d’exaucer trois vœux, ce qui semble être une aide précieuse pour améliorer sa vie. Toutefois, lorsqu’il en a la possibilité, il se montre incapable de formuler les souhaits qui lui permettraient de sortir de sa situation. Même s’il revient finalement à son point de départ, il n’est pas malheureux pour autant, car il a fait un souhait pour sa femme plutôt que pour lui-même, démontrant ainsi sa bonté. Le bûcheron incarne la faiblesse et l’imprudence de l’homme, qui peut être aisément tenté par des désirs superficiels.

L’épouse du bûcheron (Fanchon) est une femme vive et prompte. Elle est décrite comme une femme jolie et gracieuse. Prudente, elle est irritée lorsqu’elle se rend compte que son mari a gaspillé son premier souhait en voulant un boudin. Par la suite, elle est victime des mauvais souhaits de son mari et se retrouve avec un boudin qui lui sert de nez. Son mari lui permettra de retrouver son nez d’origine en utilisant son dernier vœu. Outre la mauvaise formulation des vœux de son mari, ce boudin qui se fixe sur le nez de cette femme peut symboliser l’importance de l’apparence physique. Elle refuse les honneurs, les privilèges et la richesse pour retrouver son nez préférant être pauvre et belle plutôt que moche et riche.

Jupiter, personnage mythique de la mythologie romaine, est considéré comme le souverain du monde, à l’instar de Zeus chez les Grecs. Dans cette histoire, il vient en aide à un bûcheron pour réaliser ses souhaits. Toutefois, Jupiter met en garde le bûcheron sur la nécessité de bien réfléchir à ses souhaits avant de les formuler. En tant que symbole de la sagesse, il est probable qu’il ait conscience que les souhaits du bûcheron ne seront pas forcément bénéfiques pour lui. Ainsi, on peut émettre l’hypothèse que Jupiter agit ainsi pour lui faire prendre conscience que sa vie n’est pas si malheureuse.

Le narrateur est omniscient. Il a le rôle de conteur. C’est lui qui introduit l’histoire et qui y ajoute une moralité.

Analyse de l’oeuvre

Schéma narratif

Étape du schéma narratif Événements du texte
Situation initiale Un pauvre bûcheron se plaint de sa vie pénible.
Élément perturbateur Jupiter apparaît et offre au bûcheron d’exaucer trois de ses souhaits.
Péripétie
  • Le bûcheron, de retour chez lui, explique à sa femme ce qu’il s’est passé. Ils s’accordent pour utiliser les souhaits à bon escient.
  • Le mari souhaite un boudin et celui-ci se matérialise. Cela provoque la colère de sa femme.
  • Agacé par l’attitude de sa femme, le bûcheron pense à être veuf. Il souhaite que le boudin pende au nez de sa femme. Le boudin se fixe sur le nez de cette dernière.
Dénouement Le bûcheron utilise son dernier souhait afin que sa femme puisse retrouver son apparence initiale.
Situation finale Le bûcheron est heureux de retrouver sa vie modeste et sa femme telle qu’elle était avant.

Analyse thématique

La morale et la prudence : Ce conte de Perrault, un auteur français, met en garde contre l’imprudence et l’avidité qui peuvent causer des malheurs. Le bûcheron est puni pour avoir fait un mauvais souhait, et sa femme le critique pour son manque de discernement. Finalement, il prend conscience que sa vie simple est en réalité très satisfaisante. Le dernier souhait leur permettent de revenir au point de départ. Toutefois, on peut se demander s’ils seraient réellement revenus au point de départ si la femme du bûcheron n’avait pas eu ce boudin en plein milieu du visage. Ainsi, le dernier souhait permet de rectifier les erreurs des premiers souhaits. Bien qu’ils se rendent compte que leurs vies ne sont pas si malheureuses, on peut se demander s’ils ne vont pas être déçus, par la suite. En effet, ils ont raté l’occasion de transformer leur vie de manière significative.

Comme chien et chat : Perrault utilise l’ironie pour souligner les contradictions entre les personnages. L’épouse qui voulait attendre le lendemain pour formuler un vœux critique le souhait du boudin par son mari. Le bûcheron qui souhaite la mort de sa femme à un moment donné. Bien qu’ils se critiquent et qu’ils ne cessent de se chamailler, ils sont tous les deux très amoureux l’un de l’autre. Le bûcheron comprendra qu’il est finalement satisfait de sa vie avec elle, et ce même si celle-ci est simple.

Une fable comique : Les souhaits ridicules se présente comme une fable comique. Perrault fait intervenir des personnages caricaturaux empêtrés dans des situations absurdes. La transformation de l’aune de boudin en un véritable boudin vivant est une scène comique qui montre les conséquences inattendues des souhaits. Tout comme le nez de l’épouse du bûcheron qui devient un boudin enlaidissant son joli visage gracieux.

La justice divine : Jupiter représente la puissance divine et la sagesse qui peut aider les humains à trouver la voie juste. Le bûcheron est averti de la nécessité de bien réfléchir à ses souhaits. En tant qu’être sage, nous pouvons supposer qu’il sait pertinemment que le bûcheron ne va pas être capable de formuler ses souhaits de la bonne manière. Néanmoins, en tant que juge divin, il tente de lui faire comprendre que la satisfaction d’une vie simple est préférable aux rêves ambitieux qui peuvent souvent s’avérer dangereux.

Analyse littéraire

Cette fable de Charles Perrault, intitulée Les Souhaits ridicules commence par une introduction ironique, où le narrateur déclare qu’il ne veut pas raconter une histoire absurde, mais plutôt une histoire simple à propos d’une aune de boudin. Cette introduction est une manière pour Perrault de se moquer des gens qui cherchent à se donner une image sophistiquée. Cette fable de Perrault illustre la thématique du “be careful what you wish for” (attention à ce que vous souhaitez), qui a été traité dans de nombreuses histoires populaires à travers le monde. Parmi elles, on retrouve La Peau de Chagrin de Honoré de Balzac qui suit l’histoire d’un jeune homme nommé Raphaël qui trouve une peau de chagrin magique. Néanmoins, à chaque souhait accordé, celle-ci se rétrécit, raccourcissant ainsi sa vie. À l’instar de La Peau de Chagrin, Les Souhaits Ridicules critique la cupidité et l’avidité, en montrant comment le bûcheron est insatisfait de sa vie. Outre la cupidité et l’avidité, c’est surtout l’envie qui apparaît puisque le bûcheron souhaite obtenir ce qu’il n’a pas. Lorsque Jupiter lui accorde trois vœux, il s’imagine devenir roi.
Le style d’écriture de Charles Perrault est poétique et élégant, avec une utilisation habile de la rime et de la métrique pour créer un rythme agréable à la lecture. Les personnages sont dessinés avec humour et ironie, ce qui ajoute à l’aspect satirique de la fable.

Analyse philosophique

Avec sa fable, Perrault illustre de manière allégorique les dangers de la convoitise, de l’impulsivité et de la recherche insatiable du bonheur. Sur le plan philosophique, Les Souhaits Ridicules souligne la difficulté de parvenir au bonheur en étant guidé par nos désirs égoïstes et impulsifs. En effet, le bûcheron est trompé par ses propres désirs et ne réalise pas la portée de ses choix, contrairement à sa femme qui exerce un jugement plus sage et plus prudent. Néanmoins, il est intéressant de prendre en considération que dans cette fable, Perrault ne fait pas la différence entre les souhaits et les désirs du moment. En effet, les souhaits sont des choses que nous souhaitons voir se réaliser dans le futur. Il peut s’agir des objectifs de vie, des aspirations ou des désirs profonds. Tandis que les désirs du moment sont des envies temporaires et impulsives. Ils sont liés à nos besoins ou à nos envies immédiates. Les deux premiers souhaits du bûcheron ne sont que des désirs du moment. Il est bien installé et se met à souhaiter du boudin, car ce petit plus pourrait sublimer sa journée. De même, lorsque sa femme se retrouve avec un boudin à la place du nez. Le bûcheron souhaite se venger de toutes les critiques qu’elle lui fait. Le seul souhait qu’il a véritablement pourrait être celui de devenir roi. Toutefois, le fait qu’il ne le formule pas approuve l’idée que ce n’est qu’une envie, quelque chose qu’il aimerait avoir maintenant, mais ce n’est pas un souhait profond. Retrouver sa femme avec son ancien nez pour qu’elle redevienne jolie et gracieuse, se révèle être un souhait beaucoup plus profond. Symbolisant le fait que le bonheur était déjà à portée de main.
De plus, cette fable de Perrault peut être interprétée comme une critique du consumérisme et de l’obsession de notre culture pour la richesse et le pouvoir, qui peuvent conduire à la perte de notre propre identité et de nos valeurs essentielles.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !