Littérature

Charles Perrault, Riquet à la Houppe : résumé, personnages et analyse

Image de la 1ère page de couverture du dossier littéraire Riquet à la Houppe de Charles Perrault
Ecrit par Les Résumés

Moins connu que Cendrillon ou Le Petit Chaperon Rouge, Riquet à la Houppe est un conte de Charles Perrault, un auteur français, qui explore la même thématique que La Belle et la Bête. Découvrons cette œuvre où l’amour est capable de passer outre la laideur.

Résumé détaillé de Riquet à la Houppe de Charles Perrault, tiré de Recueil de Contes et nouvelles en vers

Une reine accouche d’un enfant laid avec une petite houppe de cheveux sur la tête : Riquet à la Houppe. À sa naissance, une fée lui fait don de l’esprit en expliquant qu’il réussira à rendre belle la personne qui l’aimera. Ainsi, en grandissant, Riquet à la Houppe devient un enfant qui charme grâce à son esprit. Sept ou huit ans plus tard, une reine du royaume voisin accouche de deux filles. L’une est belle, et dépourvue d’esprit quand l’autre est hideuse, mais dispose d’un esprit qui fait oublier à quel point elle est hideuse. De même que pour Riquet à la Houppe, elle s’arrange pour qu’elle puisse rendre beau l’homme qui lui plaira. Avec le temps, l’aînée devient de plus en plus belle, ainsi que de plus en plus stupide. À l’inverse, sa sœur est de plus en plus laide, mais son esprit se fortifie.
Si la sœur aînée a l’opportunité d’être vue et admirée, les gens se détournent d’elle à chaque fois pour profiter de l’esprit de sa sœur cadette. Elle remarque bien que tout le monde la délaisse et elle prend conscience que la beauté n’est pas la chose la plus importante.

En se baladant dans la forêt pour maudire sa laideur, elle tombe sur Riquet à la Houppe. Ce dernier lui avoue son amour et lui explique que la fée lui a donné la possibilité de donner de l’esprit à la femme qu’il aimera. Aussitôt dit, la princesse accepte qu’ils se fiancent. La sœur aînée obtient de l’esprit. Dans son royaume, tous s’étonnent de voir un changement si radical chez la princesse. Sa sœur cadette est jalouse de voir qu’elle n’a plus d’avantage par rapport à elle. Le temps défile et la princesse voit de nombreux princes arriver. Toutefois, aucun homme n’a assez d’esprit pour qu’elle consente à en épouser un seul. Un jour, un beau prince, plein d’esprit arrive à la cour. La princesse hésite. Elle part dans la forêt pour réfléchir. Là-bas, elle apprend que Riquet à la Houppe s’apprête à célébrer leur mariage. La princesse lui avoue qu’elle n’est plus sûre de ce mariage. En effet, maintenant qu’elle a de l’esprit, elle se rend compte de ce qu’elle veut et de ce qu’elle ne veut pas. Après un long échange sur la beauté physique et la beauté de l’esprit, Riquet à la Houppe confie à la princesse que la fée lui a donné un autre don. La femme qui l’aimera pourra le rendre beau.

À ces mots, la princesse n’hésite plus et consent à se marier. D’autant plus que peu à peu, Riquet à la Houppe devient un très bel homme. Le narrateur précise que le don de la fée n’y est pas vraiment pour quelque chose. Le pouvoir de l’amour aurait conquis la princesse de sorte à ce qu’elle voit Riquet, non pas par son physique, mais par ses qualités intérieures. Ainsi, les deux jeunes amants sont allés voir le père de la princesse pour qu’il leur donne son consentement.

Présentation des personnages

Riquet à la houppe, est surnommé ainsi en raison de la petite houppe de cheveux qu’il a sur la tête. À sa naissance, sa mère se rend compte à quel point il est hideux. Néanmoins, malgré son apparence ingrate, c’est un enfant qui dispose d’une grande intelligence et d’un esprit vif. Il est connu pour être un personnage spirituel. Pour célébrer sa naissance, une fée lui a donné le don de rendre une personne qu’il aimera vraiment intelligente. C’est ce qu’il fera avec la princesse dont il est amoureux. Toutefois, il est assez étrange de se dire que Riquet à la Houppe, aussi sage, généreux et vertueux qu’il soit, tombe amoureux de cette princesse dénuée d’esprit. Cela montre à quel point la beauté extérieure reste un élément important, et ce, peu importe les personnages. Riquet à la Houppe symbolise le fait que la beauté intérieure prime sur la beauté extérieure. Et pourtant, Riquet à la Houppe, lui-même, ne respecte pas cela. En effet, il est amoureux de la princesse que parce qu’il la trouve belle. Il utilise son don pour transformer la princesse pour qu’elle tombe amoureuse de lui, mais également pour avoir une personne qui lui corresponde. Ainsi, on peut se demander si Riquet à la Houppe est réellement amoureux de la princesse ou s’il n’est pas juste attiré par sa beauté.

La sœur aînée est présentée comme étant une jeune fille très belle, cependant, elle est dénuée d’esprit. Si elle est fière de sa beauté, très vite, elle prend conscience que les gens autour d’elle la fuient et lui préfère la compagnie de sa sœur. Elle se rend compte que la beauté n’est rien comparé à l’esprit. Néanmoins, cela ne l’empêchera pas de rejeter Riquet à La Houppe dans un premier temps. Si elle accepte de se marier, c’est par stupidité, simplement pour obtenir de l’esprit. Cependant, lorsqu’elle a de l’esprit, elle comprend qu’elle ne veut pas se marier avec Riquet. En effet, en plus d’être belle, elle dispose de l’esprit alors que Riquet est hideux. Elle est donc supérieure vis-à-vis de lui. Pour autant, lorsqu’elle apprend que la fée lui a fait don de devenir un bel homme pour la femme qui tombera amoureuse de lui, la princesse reconsidère son offre. On comprend alors que le don ne fait pas vraiment effet. En réalité, la sœur aînée à évoluer. Elle s’est remise en question et à réaliser que la beauté intérieure primait sur la beauté extérieure. Ainsi, elle est amoureuse de la personnalité de Riquet et non de son physique. C’est cet amour qui lui permet de le voir en tant que bel homme. Elle fait abstraction de ses défauts pour n’y voir que des qualités.

La sœur cadette est présentée comme étant une jeune fille très laide par rapport à sa sœur aînée. Toutefois, elle se révèle plus intelligente et possède plus d’esprit que sa sœur. C’est la raison pour laquelle les gens la préfèrent et qu’elle est entourée de nombreuses personnes. Néanmoins, lorsque sa sœur revient de son séjour dans les bois avec de l’esprit, la sœur cadette se retrouve démunie. Elle n’a plus aucun atout par rapport à sa sœur. Leur différence n’est plus aussi équilibrée. Elle éprouve une certaine jalousie, mais elle ne se montrera pas cruelle envers sa sœur.

La fée est un personnage mystérieux qui apparaît au début de l’histoire pour rassurer la mère de Riquet à la Houppe lorsqu’elle constate à quel point son fils est hideux. Grâce à ses pouvoirs magiques, elle donne à Riquet l’opportunité d’avoir de l’esprit pour compenser son visage disgracieux. Elle permet également de lui donner le don de rendre intelligente la personne qu’il aimera et d’être un bel homme aux yeux de la personne qui tombera amoureuse de lui. Ce deuxième don est plus une prédiction puisqu’il fait référence au pouvoir de l’amour. Ainsi, ce n’est pas vraiment la fée qui s’arrange pour que la sœur aînée tombe amoureuse de Riquet, mais plutôt l’amour venant ainsi souligner la morale à la fin de l’histoire : “Tout est beau dans ce que l’on aime”.

La mère de Riquet est peinée de voir le physique disgracieux de son fils. Non pas parce qu’elle ne l’aime pas, mais plutôt parce qu’elle souffre de la stigmatisation sociale qu’il pourrait subir en grandissant. Elle se soucie du bien-être de son fils. Elle obtient le soutien de la fée qui va s’arranger pour lui faire don de l’esprit pour compenser sa laideur.

La mère des deux soeurs, tout comme la mère de Riquet la Houppe, n’apparaît qu’au début du récit. Elle est très peinée de voir que sa fille est beaucoup trop belle, craignant qu’elle devienne hautaine et orgueilleuse avec le temps. Elle souffre des mêmes problèmes que la mère de Riquet lorsqu’elle constate que sa fille cadette est hideuse. La fée va lui apporter son aide afin de rééquilibrer le destin de ses deux filles.

Analyse de l’oeuvre

La beauté physique et la beauté intérieure sont deux thèmes qui ressortent dans de nombreuses histoires. Si la beauté physique peut faire rêver, elle peut également être dangereuse et apporter beaucoup de malheur. La sœur aînée dans Riquet se retrouve dépourvue d’esprit. Les gens n’apprécient sa compagnie que pour l’admirer. Après avoir gratté en surface, ils finissent par la délaisser pour profiter de la compagnie de sa sœur. “D’abord on allait du côté de la plus belle pour la voir et pour l’admirer ; mais bientôt après on allait à celle qui avait le plus d’esprit, pour lui entendre dire mille choses agréables ; et on était étonné qu’en moins d’un quart d’heure l’aînée n’avait plus personne auprès d’elle, et que tout le monde s’était rangé autour de la cadette.“. La beauté seule ne suffit pas. D’autre part, cette princesse rejoint d’autres personnages qui sont victimes de leur propre beauté, comme Hélène qui provoque la guerre de Troie où le personnage de Belle qui se retrouve confronté à la jalousie des autres filles ou la lourdeur de nombreux prétendants. Dans la mythologie grecque, Psyché est si belle qu’elle s’attire les foudres d’Aphrodite. Cette dernière ordonne même à son fils, Eros (Cupidon), de s’arranger pour qu’elle tombe amoureuse d’un monstre. Toutefois, Eros lui-même tombe amoureux de cette femme. Mais à la différence de Hélène ou de Belle, la sœur aînée de ce conte de Perrault ne présente aucun esprit. Ainsi, l’auteur illustre à quel point la beauté seule ne suffit pas à aimer une personne. Il faut quelque chose en plus. En effet, les histoires regorgent de récits où la beauté intérieure a surpassé la beauté physique, mais l’une des plus célèbres reste l’histoire de la Belle et la Bête. Il est important de souligner que le personnage d’Eros (le dieu de l’amour) n’est pas connu, dans les descriptions, pour avoir un visage gracieux. Comme le précise Perrault dans sa morale, l’amour a un pouvoir si fort en chacun de nous et s’arrange pour faire en sorte que tout ce que l’on aime nous semble beau et intelligent. L’amour est donc capable de rendre un cœur sensible plus que la beauté visible de la nature ou de l’art.

Il est intéressant de noter que ces deux morales ne s’appliquent qu’à la princesse soit la sœur aînée. En effet, la sœur cadette finit par jouir d’un sombre destin où elle finit par n’être elle “qu’une guenon fort désagréable“. Riquet à la Houppe, quant à lui, est subjugué par la beauté physique de la sœur aînée. Il prétend être amoureux d’elle, mais peut-on être vraiment amoureux d’une personne en ne nous basant que sur le physique ? Soit, c’est grâce à son amour qu’elle devient intelligente, mais à la base, son amour n’est qu’une attirance physique. Il l’aime parce qu’il n’a jamais vu une femme aussi belle de toute sa vie. Cette hypothèse est plausible, toutefois le projet de Perrault est de nous montrer à quel point l’amour que l’on a pour l’autre nous permet d’avoir une meilleure image qu’il a ou que les autres ont de lui-même. Riquet ne voit pas la princesse comme une femme qui est tout simplement magnifique, il la perçoit comme une femme intelligente et pourvue d’esprit. De la même manière, la princesse ne voit plus la laideur de Riquet, il devient un bel homme et elle fait abstraction de tous ces défauts physiques. Ainsi, on peut se demander si la fée est réellement intervenue ou si elle n’a pas dit ces choses pour rassurer les mères en peines, en sachant que l’amour s’occuperait du reste.

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: www.lesresumes.com : Copyright !