Littérature

Edgar Allan Poe, Souvenirs de M. Auguste Bedloe : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Souvenirs de M. Auguste Bedloe est la troisième nouvelles du recueil Histoires Extraordinaires sur la thématique du magnétisme, qui aujourd’hui s’apparente plus à de l’hypnose. Elle a été publiée dans le journal Godey’s Lady’s Book en avril 1944 pour la première fois. Edgar Allan Poe s’est inspiré de ses expériences lorsqu’il était étudiant à l’Université de Virginie pour écrire cette histoire. C’est sans doute pour cette raison que c’est la seule nouvelle du recueil qui se déroule en Virginie. Découvrons ensemble cette nouvelle dans laquelle l’auteur confronte la réalité et le fantastique.

Résumé détaillé de Souvenirs de M. Auguste Bedloe d’Edgar Allan Poe

M. Auguste Bedloe, un personnage atypique

Le narrateur fait la connaissance de M. Auguste Bedloe vers la fin de l’année 1827 alors qu’il habite à Charlottesville. Ce “jeune gentleman”, aux origines mystérieuses, a été confronté à “une longue série d’attaques névralgiques”. Étant riche, Bedloe a trouvé le moyen de s’octroyer les services exclusifs du docteur Templeton, un vieux médecin hypnotiseur, en échange d’une “généreuse rémunération annuelle”. Du fait de ses compétences, ce dernier apaise et soulage les douleurs de son patient.
Le narrateur décrit Bedloe comme une personne disposant d’une bonne imagination, sans doute grâce à sa dépendance pour l’opium. En effet, Bedloe a pour habitude d’en consommer une forte dose après sa tasse de café du matin puis il part ensuite se promener avec son chien. Toutefois, un jour Bedloe s’absente plus longtemps que prévu et il revient au moment où le narrateur et le docteur se décident à partir à sa recherche.

Le voyage de M. Auguste Bedloe

Bedloe raconte au docteur et au narrateur ce qui lui est arrivé. Il est neuf heures lorsqu’il quitte Charlottesville et il décide de s’aventurer dans une gorge qui est nouvelle pour lui.
Alors qu’il s’aventure dans la gorge, il commence à ressentir les effets de l’opium. En effet, tous ses sens sont éveillés et il profite de l’instant jusqu’à ce qu’un brouillard l’oblige à essayer de chercher son chemin à tâtons. Par peur de tomber dans le vide, Bedloe explique qu’il n’arrive pas à avancer. Il se met à entendre le bruit d’un tambour puis il voit dévaler devant lui un homme à moitié nu. Puis Bedloe se trouve face à une hyène. À ce moment précis, il sait qu’il est en train de rêver et il essaye de se pincer pour sortir de ses rêveries. En trouvant une source d’eau, il profite de s’asperger le visage pour dissiper les effets de l’opium puis il continue son chemin.

Sans aucune explication logique, Bedloe prend conscience qu’il a été propulsé dans un univers oriental coloré. Il y distingue une ville qu’il arrive à voir distinctement. Il se met à décrire la cité avec beaucoup de précision. Il ne sait pas ce qui lui arrive, mais il est sûr qu’il n’est pas en train de rêver. Il décide alors de se diriger vers cette cité et sans comprendre ce qu’il se passe, il sent qu’il a un rôle à jouer. Concernés par ce qu’il se passe au sein de la cité, il prend les armes d’un officier mort et se met à prêter main forte à une faible troupe qui se retrouve vite écrasée par le nombre. Après s’être cachée un moment, la petite troupe reprend le combat et il explique avoir trouvé la mort en ayant reçu une flèche dans la tempe.
Bedloe se met alors à raconter les sensations qu’il a ressenties : “celle de la nuit et du non-être”. Il sent qu’il s’élève du sol et aperçoit son corps qui gît sur le sol, mais celui-ci lui semble étranger. Puis Bedloe confie s’être retrouvé à l’endroit où il avait rencontré la hyène auparavant. Il ne sait pas ce qui lui est arrivé, mais il est sûr que ce n’était pas un songe.

Les révélations du docteur Templeton

Le docteur Templeton prend la parole et montre une peinture dans laquelle le narrateur distingue Bedloe. Ce dernier manque de s’évanouir. Templeton avoue que cette peinture a été réalisée en 1780 et qu’elle représente le portrait d’un ami défunt, M. Oldeb que le docteur a rencontré alors qu’il n’avait que vingt ans. Templeton avoue que lorsqu’il vit Bedloe pour la première fois, la ressemblance fut si frappante qu’il rechercha son amitié.

Templeton explique à Bedloe que les événements qu’il a décrits sont ceux de l’insurrection de Cheyte-Sing qui ont eu lieu en 1780 durant l’administration de Warren Hastings dans une ville indienne de Bénarès. Templeton faisait partie de la faible troupe et son ami Oldeb est mort à la suite d’une flèche qui s’est logé sur sa tempe. Templeton montre ses notes prouvant à Bedloe que pendant qu’il vivait ses événements, le docteur était en train de les décrire sur un papier.

La mort de “Bedlo

Une semaine après cette conversation, le narrateur apprend que M. Auguste Bedlo est mort. Après son excursion bizarre, Bedloe aurait attrapé un rhume et une fièvre “qui fut suivi d’un grand mouvement du sang à la tête”. En tentant de réaliser une saignée pour le soulager, le docteur Templeton se serait trompé de sangsue et aurait utilisé une sangsue vermiculaire venimeuse qui se fixa sur la tempe droite de Bedloe. Lorsque le docteur se rendit compte de son erreur, il était trop tard, Bedloe était mort.

Lorsque le narrateur rencontre l’éditeur du journal, il lui fait remarquer que “Bedloe” a été orthographié “Bedlo” sans le “e” dans l’article. Celui-ci confie que ce n’est qu’une erreur, mais le narrateur fait le parallèle sur le fait que “Bedlo” à l’envers donne “Oldeb”, le nom de l’ami défunt du docteur Templeton.

Présentation des personnages

Le narrateur est celui qui nous raconte l’histoire toutefois, nous ne savons pas grand-chose sur lui. Les seules choses que nous pouvons dire, c’est que c’est un personnage borné et positiviste. Il est présent chez Auguste Bedloe le jour où celui-ci revient de son aventure à mi-chemin entre la réalité et l’imaginaire. C’est également lui qui fait remarquer à l’éditeur du journal la faute typographique du nom “Bedloe” qui s’est transformé en “Bedlo”.

Auguste Bedloe est un homme grand et mince qui souffre d’une névralgie depuis quelque temps. Du fait de sa richesse, il a pu obtenir les faveurs du docteur Templeton, un très bon hypnotiseur, afin d’obtenir ses services exclusifs. Auguste Bedloe est dépendant à l’opium. Au cours d’une de ses promenades journalières, Auguste Bedloe est confronté à une série d’événements dont il a du mal à démêler le vrai du faux. À son retour, il se confie au narrateur et au docteur Templeton sur l’histoire invraisemblable qu’il vient de vivre. Une semaine après, il trouve la mort.

Le docteur Templeton est un vieil hypnotiseur qui est réputé pour sa discipline. Il utilise ses compétences pour soulager M. Bedloe, atteint d’une névralgie. Lorsqu’il prend la parole après l’expérience incroyable qu’a vécue Auguste, on apprend qu’il a cherché à gagner l’amitié d’Auguste Bedloe, car celui-ci ressemblait à un de ses amis, M. Olbed qu’il a rencontré alors qu’il n’avait que vingt ans. Ce dernier est mort d’une flèche dans la tête, lors de l’insurrection de Cheyte-Sing dans une ville indienne de Bénarès. Bien qu’il n’ait aucune explication sur ce que vient de vivre Bedloe, il lui apprend que tout ce qu’il a vécu durant son expérience s’est réellement déroulé. Peu de temps après, alors qu’il tente de soulager les douleurs de Bedloe, Templeton confond la sangsue médicinale avec la sangsue vermiculaire venimeuse, causant la mort de Bedloe.

Analyse de l’oeuvre

Une nouvelle à tiroirs ou le récit à trois voix

Dans Souvenirs de M. Auguste Bedloe, Edgar Allan Poe fait intervenir trois personnages qui vont tour à tour raconter l’histoire. Dans un premier temps, la parole est donnée au narrateur qui nous réalise une description longue et détaillée de M. Auguste Bedloe. Puis très vite, c’est ce dernier qui raconte la fabuleuse aventure qui lui est arrivée. Une histoire à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire. Durant tout le moment où il raconte son épopée, nous nous demandons s’il n’a pas imaginé ou rêvé cette histoire, d’autant plus que nous savons qu’il est dépendant à l’opium. Ce n’est que lorsque le docteur Templeton prend la parole pour nous narrer son histoire que l’on comprend qu’Auguste Bedloe a vécu une expérience surnaturelle. Toutefois, il n’y a aucune explication et le docteur lui-même n’est pas en mesure de comprendre comment cela est-il possible.
C’est le narrateur qui finit par clôturer le récit en apprenant la mort d’Auguste Bedloe à la suite d’une faute d’inattention de Templeton. Par ailleurs, le narrateur souligne la faute typographique à l’éditeur responsable du journal qui lui révèle que ce n’est qu’une faute d’inattention. Une faute qui laisse planer le doute, tant au lecteur qu’au narrateur : “qu’est-ce que Bedlo sans e, si ce n’est Oldeb retourné ? Et cet homme me dit que c’est une faute typographique !”.

La même thématique mais quelque chose de nouveau

Contrairement aux nouvelles précédentes, La vérité sur le cas de M. Valdemar ou Révélation Magnétique, dans Souvenirs de M. Auguste Bedloe, le narrateur, n’est pas un médecin-magnétiseur. Il est l’ami d’Auguste Bedloe. De plus, ici, le magnétiseur n’est pas responsable de l’aventure vécue par son patient. Ce dernier est seul lorsqu’il vit son aventure surnaturelle qui est peut-être considérée comme un cas de métempsychose, une “doctrine selon laquelle une même âme peut animer successivement plusieurs corps (humains ou animaux).” (dictionnaire Le Petit Robert).
Dans ce récit, Bedloe semble animer le corps d’Oldeb, l’ami défunt du docteur Templeton. Bien qu’il ne sache pas où il se trouve ni comment il a atterri là, il sait exactement quoi faire et à la nette impression de ressentir des émotions, qui ne lui appartiennent pas.
Par ailleurs, Souvenirs de M. Auguste Bedloe est la seule nouvelle, de cette thématique, qui ne se déroule pas dans une chambre en compagnie d’un mourant. Nous assistons à de nombreux paysages différents. Bedloe vit son expérience incroyable dans un monde ouvert où il aperçoit un guerrier basané (peaux-rouges) dans les Appalaches avant d’être propulsé dans un Orient à la fois coloré et exotique où règne la violence et la mort. Puis le narrateur nous propulse vers l’Amérique contemporaine où il lit l’article indiquant la mort de son ami.

Deux hommes, une même âme ?

Le tableau du docteur Templeton souligne la ressemblance frappante entre Bedloe et Oldeb. D’un point de vue littéraire, le fait que Bedloe, sans la lettre e donne Oldeb est symbolique. En effet, dans notre culture occidentale, la représentation du temps est symbolisée par une flèche qui pointe vers la droite. Ainsi, les parties les plus à gauche représentent notre passé. Si nous lisons Oldeb de la gauche vers la droite, nous lisons Bedlo, comme si le temps suggérait implicitement que nous avons à faire à une seule et même personne issue de deux époques différentes. Ces deux personnages sont également liés par les circonstances de leur mort. Oldeb reçoit une flèche qui vient se loger dans son crâne et Bedloe meurt à la suite d’une confusion d’une sangsue, dans le cadre d’une saignée locale, qui vient se fixer sur sa tempe. Par ailleurs, les deux personnages meurent devant l’impuissance de Templeton. Ce dernier n’a rien pu faire lorsque son ami est mort lors de l’insurrection et suite à sa mégarde avec les sangsues, le docteur Templeton n’a pas pu sauver Bedloe. À travers ces deux personnages, nous pouvons nous demander si Poe n’a pas voulu nous délivrer l’une de ses croyances selon laquelle deux personnes, issues de deux époques différentes, pouvaient être liées, et ce, jusqu’aux circonstances troublantes de leurs morts.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: Contenu protégé - Copyright www.lesresumes.com