Littérature

Edgar Allan Poe, Ligeia : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Ligeia est une nouvelle d’Edgar Allan Poe publiée en 1836, soit un an après son mariage avec sa cousine, Virginia. Cette nouvelle a inspiré de nombreux films, dont Ligeia de Michael Staininger sorti en 2009. Explorons ensemble cette nouvelle fantastique propre à l’univers de Poe.

Résumé détaillé de Ligeia d’Edgar Allan Poe

Le narrateur tente de se remémorer sa première rencontre avec lady Ligeia dans une ville située aux bords du Rhin. Le narrateur nous fait une longue description pour célébrer la femme qu’il a tant aimée. C’était une grande femme mince disposant de longs cheveux bruns ondulés. Elle avait des prunelles noires fendues. Lady Ligeia était une femme très intelligente qui possèdait des connaissances sur de nombreux sujets différents.
Ligeia fut l’épouse du narrateur avec laquelle il a vécu un bonheur bien trop court dans une “sombre cité délabrée au bord du Rhin”. En effet, Ligeia finit par tomber malade. Dans la nuit où elle trouva la mort, elle fit venir le narrateur pour qu’il lui lise les vers qu’elle avait composés quelques jours auparavant. Puis, après avoir résisté à la maladie pendant un moment, Ligeia finit par mourir. Seul, sans sa femme, le narrateur plonge dans le désespoir.
Après avoir erré pendant un moment, il finit par se retirer dans une chambre d’une vieille abbaye anglaise dont il ne souhaite pas évoquer le nom. Il y fait la connaissance de Lady Rowena Trevanion de Tremaine, une noble jeune femme blonde aux yeux bleus qui, bien qu’elle soit très belle, est également très différente de Ligeia.
Du fait de sa passion ardente et de son amour pour Ligeia, le narrateur explique que Rowena n’a jamais su remplacer celle qu’il avait aimé. Il la haïssait de ne pas être elle. Avec les voiles blanches qui rappellent un linceul, le narrateur compare leur chambre de noce à une tombe.
Progressivement, Lady Rowena commence à avoir des visions étranges et effrayantes. En proie aux malaises et à la terreur, cette dernière finit par tomber malade. Abandonnée de son mari opiomane qui ne lui porte que très peu d’intérêt, épuisée de se battre toute seule, Rowena succombe à sa maladie.
Alors qu’il est seul dans la chambre mortuaire pour veiller sur sa seconde épouse défunte, le narrateur commence à sentir une présence dans la chambre. Toutefois, il n’arrive pas à déterminer s’il s’agit de la réalité ou s’il est tout simplement victime des effets de l’opium.
Au beau milieu de la nuit, le narrateur assiste à une série de résurrections jusqu’à ce qu’au petit matin, le cadavre écarte le drap qui l’enveloppe. Il se rend compte que ce n’est pas lady Rowena qui se présente à lui, mais Ligeia, son grand amour qui n’a fait que l’obséder durant tout ce temps.

Présentation des personnages

Le narrateur est celui qui nous raconte l’histoire. Comme beaucoup de nouvelles d’Edgar Allan Poe, nous ne savons que très peu de choses sur cet homme. Nous savons simplement qu’il a fait la connaissance de sa première femme, Ligeia, aux bords du Rhin et que celle-ci a trouvé la mort. Inconsolable, il a fini par errer avant de se marier à Lady Rowena, une autre femme, qu’il a rencontré lorsqu’il s’est retiré dans une abbaye anglaise. Il n’a jamais su l’aimer autant qu’il a aimé sa première épouse. Cette dernière finira par l’obséder durant toute la nouvelle.

Lady Ligeia est une très belle femme. Elle est grande et mince, a des prunelles noires et de longs cheveux bruns ondulés. Elle dispose également d’une culture immense. Elle finit par trouver la mort causant le désespoir du narrateur qui sera obsédé par elle durant toute la nouvelle. À la fin de la nouvelle, elle semble réapparaître pour le narrateur alors qu’il est en train de veiller sur le corps de sa seconde épouse.

Lady Rowena Trevanion de Tremaine est une jeune femme noble que l’auteur rencontre et finit par épouser lors de sa retraite dans un couvent anglais. C’est une très belle femme, blonde aux yeux bleus. Elle commence par avoir des visions et finit par tomber malade. Face au peu d’intérêt que lui porte son mari, elle finit par succomber à sa maladie.

Analyse de l’oeuvre

L’inspiration de Poe

La nouvelle Ligeia est publiée alors qu’Edgar Allan Poe est âgé de vingt-neuf ans. À cet âge-là, il a connu de nombreuses mortes. Tout commence avec sa mère, Elizabeth Hopkins Poe qui meurt d’une tuberculose pulmonaire (phtisie) alors qu’il est âgé de deux ans. Il fut retrouvé dans la chambre mortuaire de sa mère en train de jouer. Certains prétendent qu’il n’a pas fait cas du décès de sa mère puisque cette dernière était une comédienne shakespearienne qui a interprété Juliette (Roméo et Juliette) et Ophélie (Hamlet), deux figures féminines qui trouvent la mort dans les pièces. Il se peut que Poe ait pu assister, dès son plus jeune âge, aux représentations de sa mère qui meurt sur scène pour réapparaître au lever du rideau, ce qui ne lui a pas permis de comprendre la situation où sa mère a réellement trouvé la mort. Alors qu’il avait treize ans, Poe est tombé amoureux d’une fille, Jane Stanard qui finit par trouver la mort.
À l’âge de vingt ans, il côtoie une nouvelle fois la mort lorsque sa mère adoptive, Frances Allan, meurt. Poe finit par habiter chez sa tante maternelle, Maria Clemm. Il épouse sa cousine, Virginia, en 1835, mais cette dernière meurt d’une phtisie douze ans plus tard.
Ce qu’il faut noter, c’est que toutes ses femmes : Elizabeth Hopkins Poe, Jane Stanard, Frances Allan, Virginia sont brunes tout comme le personnage de Ligeia.
Ainsi, toutes ces femmes brunes, qui ont été présentes dans la vie de Poe, sont incarnées, en un certain sens, par Ligeia.
Comme dans de nombreuses nouvelles qu’il a écrites, Poe s’est inspiré de Mémoires d’un gentilhomme corsaire d’Edward John Trelawny pour Ligeia. En effet, Zela tout comme Ligeia décline sous le regard impuissant de son époux qui reste présent auprès d’elle, et ce, jusqu’à la fin. De plus, du fait de leur usage de l’opium, l’époux de Zela, tout comme le narrateur dans Ligeia, finissent par entrer dans une certaine morbidité.

Une nouvelle avec plusieurs thématiques

Une histoire de “mort-vivant”

Dans un premier temps, Ligeia est l’histoire d’une morte qui ne veut pas mourir, renforcé par le désespoir d’un époux qui refuse que sa femme soit décédée. Nous avons à faire à une morte qui aspire à revenir à la vie, comme nous pouvons le constater lors de l’épisode de résurrection à la fin de la nouvelle ainsi qu’à un époux qui est obsédé par l’être qu’il a perdu et n’arrive plus à vivre et à trouver le bonheur.

Une nouvelle fantastique

Dans cette nouvelle, nous avons deux façons d’interpréter le récit :

  • une explication surnaturelle où Ligeia aurait pu jouir d’une certaine connaissance des sciences occultes afin de pouvoir revenir à la vie.
  • une explication rationnelle où le narrateur devenu dépendant à l’opium après la mort de sa première femme, aurait été victime d’hallucinations.

Ainsi, à travers toute la nouvelle, nous hésitons entre ces deux explications sans jamais avoir la moindre certitude.
Par ailleurs, comme de nombreuses nouvelles fantastiques d’Edgar Allan Poe, le récit de Ligeia plonge le lecteur dans un univers mystérieux et intemporel.

Une structure théatrale

Dans Ligeia, nous avons une structure en trois actes. Peut-être est-ce là un clin d’œil de l’auteur de faire honneur à sa mère, qui était comédienne, et qui fut l’un des modèles du personnage de Ligeia.

Le premier acte célèbre le personnage de Ligeia par le narrateur et nous raconte les maigres instants de bonheur qu’ils ont vécu ensemble. Il se finit par la mort de Ligeia où on assiste à la décomposition de l’épouse du narrateur.

Le deuxième acte est centré sur la rencontre et le mariage du narrateur avec Lady Rowena qui, bien qu’elle soit extrêmement belle, est totalement différente de sa première épouse. Elle est blonde aux yeux bleus alors que Ligeia était brune aux yeux noirs. Malgré la beauté de sa nouvelle épouse, le narrateur n’arrive pas à oublier sa première femme. Cette dernière l’obsède au point qu’il devient, sans le vouloir, responsable de la mort de Lady Rowena.

Le troisième acte est la chute de la nouvelle fantastique. On peut l’interpréter de deux façons différentes. Soit Ligeia s’est servi de ses connaissances occultes pour réintégrer le corps mort de Lady Rowena (explication surnaturelle), soit le narrateur opiomane est soumis à des hallucinations. En effet, il est tellement obsédé de retrouver la femme qu’il a aimé qu’il finît par croire réellement qu’il la revoit (explication rationnelle).

L’intérêt psychologique de cette nouvelle

Étant celui qui nous raconte l’histoire, le narrateur a un certain pouvoir sur le lecteur puisqu’il est libre de pouvoir déformer ce qu’il voit selon sa propre perception. C’est d’ailleurs ce qui renforce le caractère fantastique de la nouvelle : avons-nous à faire à une expérience mystique ou vivons-nous les hallucinations soumises par un narrateur esclave de l’opium ?
Il est d’ailleurs très intéressant de voir que nous n’avons que très peu d’éléments sur Lady Rowena. Tout ce que nous savons sur elle, c’est qu’elle a “la blonde chevelure” et qu’elle dispose de “yeux bleus”. Par ailleurs, dans la nouvelle, son nom n’apparaît que trois fois. Le nom de Lady Ligeia quant à lui apparaît 28 fois dans le récit. De plus, le narrateur célèbre sa beauté plus d’une fois : “De toutes les femmes que j’ai connues, la toujours placide Ligeia, apparemment si calme, fut la plus livrée aux tumultueux vautours d’une âpre passion. Et de cette passion, je ne pouvais me faire une idée que par cette miraculeuse dilatation de ses yeux, qui tout à la fois me ravissait et m’épouvantait – par la mélodie presque magique, modulée, distincte et placide de sa voix profonde – et par la farouche énergie (rendue doublement impressionnante par contraste avec sa manière de s’exprimer) des étranges paroles qu’elle prononçait d’ordinaire.
Nous pouvons alors nous demander les raisons qui ont poussé le narrateur à se remarier alors qu’il avait toujours cette “passion ardente” pour Ligeia. La réponse est simple : le narrateur cherche à remplacer sa première femme par une autre femme. Lady Rowena n’est qu’une relation pansement, un moyen pour le narrateur de substituer à cet amour qui ne fait que l’obséder. Plus tard, on découvrira avec la psychanalyse la notion de transfert. Toutefois, en étant beaucoup trop différente de sa première femme, Lady Rowena n’arrive pas à remplacer Ligeia. La dépendance à l’opium du narrateur est également un moyen pour lui de substituer à cet amour qu’il a perdu et pour lequel il lui est impossible de faire le deuil.
La thématique du deuil est également citée de manière implicite dans cette nouvelle. En effet, en étant obsédé par sa première épouse, le narrateur est incapable de clore le chapitre. La ressemblance entre l’histoire de sa première femme et celle de sa seconde épouse montre que le narrateur s’enferme dans un cercle vicieux dans lequel les choses se répètent : mariage – mort. Toutefois, dans le cas de la mort de Lady Rowena, les pensées du narrateur sont essentiellement dirigées vers sa première épouse. En un sens, la mort de Lady Rowena fait revivre au narrateur le traumatisme qu’il a eu lorsque Ligeia est morte.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: Contenu protégé - Copyright www.lesresumes.com