Littérature

Edgar Allan Poe, La lettre volée : résumé, personnages et analyse

Ecrit par Les Résumés
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

La Lettre volée (“The Purloined Letter”) est une nouvelle écrite par l’auteur américain Edgar Allan Poe. Elle paraît pour la première fois en décembre 1844. L’histoire se déroule à Paris et on y retrouve Auguste Dupin, celui qui a trouvé le meurtrier du Double Assassinat dans la rue Morgue. Explorons ensemble la méthode Dupin.

Résumé détaillé de La lettre volée d’Edgar Allan Poe

L’histoire se déroule à Paris au cours du XIXe siècle. Le préfet de Police de Paris, G…, vient informer Auguste Dupin et le narrateur qu’une lettre très importante a été volée dans le boudoir royal. Le voleur, le ministre D… a volé la lettre en la remplaçant par une lettre sans importance. La personne volée a vu le ministre D… subtiliser sa lettre, mais la présence d’une tierce personne l’a empêché d’agir. Bien que l’identité du voleur soit connue, G… explique que, malgré les fouilles minutieuses et le fait qu’ils aient passé au crible l’hôtel de D…, la lettre est introuvable. G… doit impérativement retrouver cette lettre, car elle permet d’exercer des pressions sur le membre de la famille royale. G… demande de l’aide à Dupin qui lui conseille de mieux fouiller l’hôtel. Quelque temps après, le préfet de police G… revient et confie qu’il n’a pas toujours réussi à récupérer cette lettre. Il se demande si D… ne l’a pas dissimulé ailleurs que dans son hôtel. Quand Dupin apprend le montant de la récompense à celui qui retrouvera la lettre, il demande un bon signé de ladite récompense et restitue la lettre au préfet de police.
Dupin explique à son ami, le narrateur comment il a réussi à retrouver la lettre. Le préfet de police G… a fouillé les pièces de fond en comble en partant du postulat qu’un homme tel que le ministre D… aurait forcément caché la lettre dans un endroit difficile d’accès ou une cachette secrète. Or, pour Dupin, en faisant la fouille avec cette hypothèse en tête, le préfet de police G… a occulté le fait que D… aurait pu s’attendre à ce type de fouille. D’ailleurs, selon Dupin, cela ne servait à rien qu’on trouve D… pour le fouiller puisqu’en sachant que ses méfaits sont connus, il s’attendait forcément à ce qu’on agisse ainsi. Ainsi, D… , en sachant qu’on allait chercher la lettre dans tous les coins de sa maison, a eu l’ingénieuse idée de dissimuler sa lettre en la mettant en évidence sur son bureau. Il s’est chargé de la froisser, de la maquiller d’un autre sceau et d’en déchirer au moins une partie afin de la faire passer pour une lettre sans valeur. Dupin explique au narrateur qu’il s’est rendu compte de la supercherie de D… lorsqu’il lui a rendu visite. Pour justifier les lunettes solaires qu’il portait, Dupin a prétexté avoir mal aux yeux. En réalité, c’était un subterfuge pour examiner la pièce tout en continuant de converser avec D…, et ce, sans attirer les soupçons.
Pour finir, Dupin explique au narrateur qu’il a profité d’un moment où D… s’est rendu à la fenêtre après avoir entendu “une détonation très forte” pour récupérer la lettre et la remplacer par une autre sur laquelle il a écrit :
……………..Un dessein si funeste, S’il n’est digne d’Atrée, est digne de Thyeste.

Présentation des personnages

Le narrateur est le personnage qui raconte l’histoire. Nous avons très peu d’informations sur ce personnage. Nous savons uniquement que cet homme curieux est un ami de Dupin. Le préfet de police parisienne G… est une personne qu’il connaît depuis un moment.

Auguste Dupin est l’ami du narrateur. Ce personnage très intelligent sait observer et dispose d’une excellente capacité réflexive. Pour retrouver la lettre, il va utiliser une autre méthode que celle utilisée par le préfet. Il va se rendre chez D…, en utilisant des lunettes de soleil pour masquer ses yeux, afin de pouvoir examiner la pièce tout en continuant de converser avec D…

G… est le préfet de police de Paris qui rend visite à Dupin pour lui demander son aide concernant une lettre volée par un dénommé D… à l’un des membres de la famille royale. Il lui explique qu’il a tout fait pour la trouver, et ce, en vain. En effet, la lettre reste introuvable. Lorsque Dupin lui conseille de fouiller une nouvelle fois, il ne comprend pas qu’il lui indique, implicitement, de fouiller en changeant de méthode. En cherchant une deuxième fois en utilisant la même méthode, le préfet de police n’arrive toujours pas à mettre la main sur la lettre et commence à se demander si celle-ci est vraiment à l’hôtel de D…

D… est le ministre qui a volé une lettre à l’un des membres de la famille royale afin d’exercer une pression sur lui. Comme il a conscience que le préfet de police parisienne sait qu’il a subtilisé la lettre, il part du postulat que ce dernier va forcément se mettre à chercher dans tous les recoins et dans toutes les cachettes de l’hôtel pour retrouver la lettre. Il décide alors de dissimuler la lettre en la mettant en évidence sur son bureau en la maquillant (froissé, déchiré, ect.) pour faire croire qu’elle n’a aucune valeur.

Analyse de l’oeuvre

Des clins d’oeils

Il est intéressant de noter que l’épigraphe “” signifiant “” que l’auteur attribue à Sénèque n’est jamais mentionnée par ce philosophe latin. En un sens, nous pouvons nous dire que Poe a choisi ce philosophe, en guise d’argument d’autorité, pour souligner le caractère imbu du préfet de police de Paris qui aspire à faire tomber un ministre en découvrant la lettre qu’il a dérobée dans les appartements royaux.

D’autre part, la nouvelle lettre, qui se substitue à la lettre volée, indique “Un dessein si funeste, S’il n’est digne d’Atrée, est digne de Thyeste”. Cette référence indique le destin tragique de deux frères dans la mythologie grecque dans laquelle Thyeste couche avec la femme d’Atrée. Quand ce dernier apprend la trahison de son frère, il tue ses neveux et les donne à manger à Thyeste. Il ne révèle ses méfaits que lorsque son frère a terminé son plat. Cette symbolique est à croiser avec l’hypothèse de Jean-Claude Milner, un linguiste français, indiquant le fait que le ministre D… et Auguste Dupin seraient frères.

Quelques mois avant la parution de la nouvelle de La Lettre volée, Alexandre Dumas a publié Les Trois Mousquetaires et il est assez curieux de retrouver certains éléments similaires entre ces deux récits. En effet, dans ces deux histoires, un objet important et compromettant est dérobé à la famille royale (la lettre / les ferrets) par un personnage important (le ministre D… / le cardinal de Richelieu). Dans les deux récits, on substitue l’objet volé par un autre similaire afin de restituer l’original à son propriétaire tout en faisant croire au voleur qu’il détient encore l’avantage.

L’analyse de Lacan

Dans La Lettre volée, nous avons à faire à une lettre qui est volée deux fois. La première fois, c’est le ministre D… qui la récupère à l’un des membres de la famille royale et la seconde fois, c’est Dupin qui la vole au ministre D…
Le psychanalyste Jacques Lacan a réalisé une comparaison de cette lettre volée à deux reprises lors de son Séminaire sur La Lettre volée en indiquant trois phases bien distinctes où les rôles changent :

Lettre volée la première fois Lettre volée la deuxième fois
Ceux qui ne voient rien Le membre de la famille royale La police incarnée par G… le préfet de police de Paris
Ceux qui sont conscient de cet aveuglement et pensent que la lettre ne risque rien Le membre de la famille royale Le ministre D…
Ceux qui savent qu’ils peuvent se saisir de la lettre s’ils le désirent Le ministre D… Auguste Dupin

La méthode Dupin

Tout comme dans Double Assassinat dans la rue Morgue, Dupin fait preuve de déduction remarquable afin de réussir là où la police n’a pas été en mesure d’être efficace. Pour expliquer son raisonnement, il cite une expérience du passé avec le jeu des billes “pair ou impair” qui a d’ailleurs fait partie d’un des jeux cités dans la série Squid Game de Hwang Dong-hyuk. L’objectif est simple, le joueur 1 doit deviner si le joueur 2 détient dans ses mains un nombre de billes pair ou impair. Si la réponse correspond au nombre de billes présentes dans la main du joueur 2, le joueur 1 gagne les billes. Toutefois, Dupin nous parle d’un enfant qui était réputé comme un excellent joueur et sa technique était simple. Après avoir gagné une première fois, il observait et analysait l’autre joueur en essayant de se mettre à sa place afin de comprendre comment il pourrait agir.
Cette expérience, bien qu’enfantine, explique clairement pourquoi la police a échoué à retrouver la lettre. Ne s’étant pas mis à la place du ministre D… ils ont pensé que ce dernier avait dû utiliser une très bonne cachette afin de dissimuler sa lettre. Cependant, le ministre D…, sachant pertinemment que le préfet sait qu’il est le voleur, a su se mettre à la place du préfet afin de connaître sa logique. C’est pour cette raison qu’il a fait le choix de dissimuler sa lettre en la mettant en évidence. En la maquillant (changer le sceau, la froisser et la déchirer), la lettre passe inaperçue puisqu’elle est jugée sans valeur pour la police. D’autant plus que cette lettre, en ayant été transformée, ne ressemble absolument plus à la description. Cette dernière se fait complètement avoir par le ministre D… C’est pour cette raison que le seul conseil que Dupin apporte au préfet de police de Paris est de “Faire une perquisition complète”. Toutefois, implicitement, il tente de lui faire comprendre qu’il doit changer de méthode. En effet, s’ils appliquent la même méthode lors de leurs différentes perquisitions, ils sont sûrs d’atteindre le même résultat. Et pourtant, c’est exactement ce qu’il se passe. Le préfet de police utilise la même méthode lors des différentes perquisitions en s’attendant à un résultat différent qui n’arrive forcément pas. Nous avons donc à faire à deux personnes et deux méthodes différentes :

  • Une première méthode, utilisée par le préfet de police de Paris, qui cherche la complexité dans une affaire qui paraît comme étant extrêmement simple : l’identité du voleur est connue et on sait où il a caché la lettre. Néanmoins, cette méthode n’apporte aucun résultat.
  • Une deuxième méthode, utilisée par Dupin, qui, se rendant compte de l’échec de G… met en œuvre d’autres moyens pour trouver la lettre tels que porter des lunettes de soleil pour observer la scène sans éveiller les soupçons de D… Cette méthode porte ses fruits.

On peut rapprocher le personnage d’Auguste Dupin avec d’Artagnan, de Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas qui dispose également d’un grand talent d’observateur dont l’histoire de La Lettre volée semble être inspirée. Par ailleurs, les personnages faisant preuve d’un grand sens de l’observation commencent à apparaître progressivement. On y recense Zadig de Voltaire mais également l’abbé Faria dans le comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas qui précisait : “Si vous voulez découvrir le coupable, cherchez d’abord à qui le crime commis profite”. Par la suite, nous verrons apparaître d’autres personnages comme Sherlock Holmes créé par Arthur Conan Doyle, Arsène Lupin créé par Maurice Leblanc ou encore Rouletabille créé par Gaston Leroux.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

Les Résumés

Laisser un commentaire

error: Contenu protégé - Copyright www.lesresumes.com