Littérature

Emile Zola, L’Assommoir : résumé, personnages et analyse

Ecrit par lesresumes
image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

Résumé de “L’Assommoir” d’Émile Zola (1877)

Résumé chapitre par chapitre

Chapitre 1

L’histoire se passe en France, au milieu du 19ème siècle. Gervaise Macquart, une jeune femme âgée de 22 ans, quitte le village de Plassans en compagnie de son compagnon, Auguste Lantier, et de leurs deux enfants, Étienne et Claude. La famille s’installe à Paris dans un hôtel délabré localisé dans le quartier de la Goutte-d’Or. Deux semaines plus tard, Auguste finit par abandonner sa compagne et ses enfants pour rejoindre Adèle, son amante. Plus tard, quand Gervaise se rend au lavoir, elle subit les moqueries de Virginie, la sœur d’Adèle. Les deux jeunes femmes finissent par se bagarrer et c’est Gervaise qui rend la monnaie de sa pièce à Virginie : elle lui donne un grand coup de battoir sur les fesses devant toutes les personnes qui observent la scène. Humiliée, Virginie quitte les lieux pleine de rancœur.

Chapitre 2

Gervaise travaille comme blanchisseuse chez Mme Fauconnier. Elle espère posséder un jour sa propre blanchisserie. Elle rencontre par la suite Coupeau, un ouvrier zingueur, qui l’invite à boire un verre au café du père Colombe nommé “l’Assommoir”. En discutant, ils se rendent compte que les problèmes d’alcool ont semé le chaos dans leurs deux familles. Au fil du temps, ils tombent amoureux et décident d’habiter ensemble en attendant de se marier prochainement. Les enfants de Gervaise finissent par apprécier ce père de substitution. Coupeau présente plus tard Gervaise à sa famille, mais la jeune femme n’est pas appréciée du tout par sa sœur, Mme Lorilleux. Cette dernière la surnomme “la Banban” (“la bancale”), en référence à la démarche boiteuse de Gervaise.

Chapitre 3

Gervaise et Coupeau se marie le 29 juillet 1850. Afin de se protéger de la pluie torrentielle et de l’orage, les nouveaux époux et leurs convives prennent refuge à l’intérieur du musée du Louvre. Le repas de noce s’avère généreux et on y boit beaucoup. Gervaise fait cependant l’objet de moqueries constantes de la part de la sœur de Coupeau, laquelle finit par l’insulter avant de quitter la table.

Chapitre 4

Quatre ans se sont écoulés. Gervaise et Coupeau se sont installés dans un appartement de la rue Neuve, dans le quartier de la Goutte-d’Or, où ils mènent une vie simple mais paisible. Bien qu’ils soient tous les deux ouvriers, la nourriture ne manque jamais à table. Gervaise souhaite investir l’argent économisé par la famille dans l’acquisition d’un petit local qui lui permettrait de posséder enfin sa propre blanchisserie. Son voisin, Goujet, qui lui porte un amour secret, lui prête de l’argent pour qu’elle puisse réaliser son rêve. Gervaise réussit donc à acheter le local. Elle accouche bientôt d’une fille nommée Anna (mais que la plupart des gens surnomment “Nana”) dont les parrains sont les Lorilleux. Coupeau tombe d’un toit sur lequel il travaillait et il vit très mal sa convalescence qui dure plusieurs mois. Il commence à boire. Gervaise est désormais la seule à gagner de l’argent.

Chapitre 5

L’immeuble où vivent Gervaise et Coupeau accueille de nouveaux concierges : les Boches. Gervaise aime beaucoup son quartier, malgré les rumeurs que certains colportent sur sa personne et sur sa famille. Sa boutique prospère et elle permet à la famille de vivre de manière nettement plus confortable. Elle reçoit même une partie de la clientèle de Mme Fauconnier, l’ancienne patronne de Gervaise. Celle-ci a engagé deux blanchisseuses, Mme Putois et Clémence, ainsi qu’une apprentie, Augustine. Coupeau, quant à lui, a repris son activité, mais il est peu assidu. Il passe son temps à boire et à manger au lieu de travailler sérieusement. Souffrant de problèmes d’alcoolisme, il se comporte mal avec les blanchisseuses de Gervaise. Un rapprochement s’opère entre Goujet et Gervaise.

Chapitre 6

Gervaise rend visite à Goujet sur son lieu de travail. Celui-ci lui fait découvrir les différentes machines de l’entreprise et lui explique qu’il a peur que ces dernières remplacent bientôt les employés. Gervaise lui fait comprendre qu’elle n’apprécie pas non plus cette technologie qui menace le travail humain. Elle procède de moins en moins au remboursement du prêt que lui a accordé Goujet pour l’achat de sa boutique. La blanchisserie est devenue un lieu de rencontre où les gens viennent discuter et se réchauffer durant l’hiver. Gervaise y héberge le père Bru. Coupeau, lui, continue à sombrer dans l’alcool…

Chapitre 7

Gervaise a organisé un grand repas festif qui comprend 14 convives. Tout le monde boit beaucoup. Alors que la fête bat son plein, Coupeau et Lantier se battent à l’extérieur dans la rue. Ils finissent par sympathiser et Coupeau invite Lantier chez lui.

Chapitre 8

Coupeau propose à Lantier, qui a regagné la confiance de tout le monde, de l’héberger chez lui. Goujet envoie Étienne travailler à Lille. Lantier ne contribue pas au frais du foyer et Gervaise doit du coup entretenir son époux et son ex-compagnon. Goujet propose à Gervaise de partir avec lui. Néanmoins, celle-ci décline sa proposition en raison de son mariage et de ses deux enfants. Alors qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour subvenir aux besoins de sa famille, les voisins n’arrêtent pas de calomnier ce qu’ils considèrent comme un “ménage à trois”.

Chapitre 9

La situation financière de Gervaise se dégrade. De plus en plus de clients habituels cessent de fréquenter sa blanchisserie et préfèrent se rendre chez celle de Mme Fauconnier. Malgré cela, Gervaise prend les choses à la légère et se réfugie dans la nourriture. Elle licencie ses trois employées, devient indolente, sale et fait des prêts pour acheter ce dont elle a besoin pour survivre. Elle vend l’intégralité de ses objets précieux afin de rembourser l’argent qu’elle a emprunté. Coupeau ne cesse de boire et ne va quasiment plus travailler. Lantier se fait entretenir et enchaîne les caprices alimentaires. Lorsqu’ils sont très alcoolisés, Lantier et Coupeau se mettent à frapper Gervaise. Celle-ci grossit et sa santé se dégrade. Lantier essaie de l’obliger à louer sa blanchisserie à la sœur d’Adèle, Virginie, mais Gervaise refuse.

Chapitre 10

Les Coupeau finissent par quitter leur appartement pour emménager dans un appartement exigu situé au sixième étage près des Lorilleux. Coupeau part travailler à la campagne pour gagner un peu d’argent et prend peu à peu ses distances avec l’alcool. Gervaise est engagée comme repasseuse par Mme Fauconnier. Les Lorilleux se mettent à rejeter Nana, qui a fait sa communion, car elle veut devenir fleuriste, un métier à la réputation négative. Durant deux ans, comme la plupart de leurs voisins, les Coupeau traversent une période de grande précarité.

Chapitre 11

Nana est à présent une jeune femme et elle est devenue fleuriste. Elle enchaîne les relations amoureuses. Gervaise s’enferme dans l’alcool. Elle et Coupeau multiplient les disputes et les violences conjugales, ce qui provoque la fuite de Nana du logement familial. Gervaise est licenciée et n’arrive pas à trouver un autre travail stable. Elle n’arrête pas de boire et devient obèse. Coupeau réussit à retrouver Nana et, avec Gervaise, ils la maltraitent. Plus tard, Coupeau fait à plusieurs reprises des crises de folie. Il passe un semestre à l’hôpital Sainte-Anne sans avaler une seule goutte d’alcool. Malheureusement, il recommence à boire dès qu’il remet les pieds chez lui. Il effectue encore d’autres séjours à Sainte-Anne, mais il ne parvient pas à guérir. Nana, qui ne supporte plus cette vie familiale chaotique, finit par quitter de façon définitive ses parents. Lantier quitte également le couple car ce dernier, ruiné, ne peut plus l’entretenir.

Chapitre 12

Personne ne veut plus employer Gervaise. Elle et Coupeau sont endettés de deux mois de loyer. Ils ont même vendu leur lit. Coupeau est obligé de retravailler. Gervaise l’attend à la sortie de son entreprise afin de l’empêcher de dilapider sa paye dans l’achat d’alcool. Mais ses efforts sont vains, elle finit par le retrouver alcoolisé dans un bistrot.

Chapitre 13

Étienne, le fils de Gervaise, fait parvenir dix francs à sa mère pour lui permettre de s’alimenter. Coupeau est de retour à l’hôpital Sainte-Anne. Il finit par mourir suite à une nouvelle crise de folie. Nana est devenue prostituée et Gervaise veut en faire de même pour gagner un peu d’argent. Elle ne vit plus dans son appartement car elle ne peut plus payer les loyers. Elle dort désormais sous l’escalier de l’immeuble. Elle finit par y mourir de faim et de froid. Les voisins n’en prennent conscience que lorsque sa dépouille commence à dégager une odeur désagréable. L’histoire se termine sur cette parole du croque-mort : “Va, t’es heureuse. Fais dodo ma belle !”.

Présentation des personnages principaux de l’histoire

Gervaise Macquart

Née à Plassans, en région provençale, Gervaise est la fille d’Antoine Macquart et de Joséphine Gavaudan. Boiteuse de naissance, elle travaille dans une blanchisserie dès l’âge de 10 ans. Sa mère l’initie à la consommation d’alcool dès sa plus tendre enfance. Gervaise fait la rencontre d’Auguste Lantier alors qu’elle est encore adolescente et qu’il a 18 ans. Elle est âgée de 14 ans lorsqu’elle accouche de leur premier fils, Claude. Elle donnera naissance à un second fils, Étienne, quelques années plus tard. Elle est travailleuse et courageuse, mais elle a tendance à subir les situations de la vie, plutôt que de réagir pour reprendre le contrôle des événements. Elle a pourtant conscience de sa mollesse et de sa complaisance mais ses tendances négatives finissent toujours par reprendre le dessus. Elle finit par grossir, sombrer dans l’alcoolisme, puis perd son emploi, avant de mourir dans l’indifférence la plus totale.

Coupeau

Cet ouvrier zingueur est l’époux de Gervaise. Il est également le père d’Anna, surnommée Nana. Sérieux et travailleur, sa vie bascule complètement à partir du moment où il tombe d’un toit qu’il réparait. Durant sa longue convalescence, il sombre progressivement dans l’alcoolisme et l’indolence. Hospitalisé plusieurs fois à Sainte-Anne, il finit par y mourir d’une terrible crise de folie.

Auguste Lantier

Chapelier après avoir été ouvrier tanneur, Auguste Lantier est le père de Claude et Étienne. Il se met en ménage avec Gervaise alors qu’elle est encore adolescente. Lorsqu’il emménage à Paris, il abandonne sa jeune compagne et ses deux enfants, en partant avec les maigres économies du foyer. Il réapparaît bien des années plus tard dans la vie de Gervaise pour se faire entretenir par cette dernière. Il s’agit d’un homme fainéant, dépensier, infidèle et manipulateur qui n’a aucun scrupule à parasiter son entourage.

Claude Lantier

Premier fils de Gervaise et de Lantier, Claude est envoyé à Plassans chez un vieil amateur de peintures. Ce dernier est sensible au talent de dessinateur de Claude et souhaite se charger de son éducation. Claude Lantier est le personnage principal du roman d’Émile Zola intitulé “L’Œuvre” (1886).

Étienne Lantier

Deuxième fils de Gervaise et de Lantier, Étienne travaille comme apprenti dans une forge aux côtés de Goujet. Il part ensuite vivre à Lille pour devenir mécanicien de locomotive. Quelques années plus tard, il sera le héros de Germinal qui lutte pour les droits des ouvriers des mines.

Anna Coupeau

Surnommée “Nana”, Anna est la fille de Gervaise et de Coupeau. Son enfance se passe au milieu de la précarité, de l’alcool et des disputes conjugales. Petite fille turbulente et provocatrice, elle grandit et devient une jolie jeune femme. Elle travaille tout d’abord comme fleuriste, puis finit par quitter le foyer familial. Sans le sou pour nourrir son fils Louiset dont elle a accouché à 16 ans, elle est obligée de se prostituer afin d’arrondir ses fins de mois. Elle est l’héroïne du roman d’Émile Zola nommé “Nana” (1880).

Goujet

Voisin de Gervaise et de Coupeau, cet homme célibataire vit auprès de sa mère. Il travaille à la forge et possède une grande force physique. Il aime secrètement Gervaise et lui prête de l’argent afin qu’elle puisse réaliser son rêve en ouvrant une blanchisserie. Honnête, travailleur et juste dans ses actes, Goujet incarne l’ouvrier modèle.

Analyse de l’œuvre

Un langage avec ses propres codes

Lorsqu’il fut publié, “L’Assommoir” choqua les lecteurs bourgeois en raison du langage qu’employaient ses personnages issus de classes ouvrières. Zola fut critiqué très violemment, d’autant plus que son roman a été le premier à décrire l’existence quotidienne et les souffrances du peuple de cette époque. Dans le roman, ces gens emploient une langue faite d’images, d’ironie (elle se joue souvent des situations malheureuses avec décalage et humour), de surnoms, mais aussi, parfois, d’insultes. Le langage de Gervaise illustre bien ces différentes facettes linguistiques. Il évolue proportionnellement à sa propre chute et ses paroles, au départ pleines d’humour et de positivité, deviennent de plus en plus dures et vulgaires.

Les ravages de l’alcoolisme

L’alcoolisme et ses répercussions sur la vie quotidienne des personnes qui en sont victimes figure parmi les thèmes centraux de “L’Assommoir”. Très abordable et présent partout dans le monde ouvrier, l’alcool constitue pour les pauvres un moyen de s’échapper de ce quotidien extrêmement dur à supporter. Le vin est décrit dans le roman comme un aliment permettant à l’ouvrier de survivre. Même les plus jeunes sont initiés à sa consommation, à l’instar de Gervaise à qui sa mère donne fréquemment de l’anisette à boire alors qu’elle n’est encore qu’une petite fille. Zola décrit l’alcool comme une substance qui détruit les classes populaires aussi bien personnellement, que familialement ou professionnellement. Coupeau en est l’incarnation la plus évidente : il perd tout (son emploi, sa famille, sa santé mentale et physique) et meurt dans la folie. L’alcoolisme, c’est aussi la violence, et Gervaise et ses trois enfants en font plus d’une fois les frais au fil des pages… Pour Zola, l’alcool est capable de transformer un être sain en une véritable brute capable des pires excès.

Le portrait d’une femme simple mais courageuse

Enfin, Zola dresse également un portrait de femme extrêmement intéressant et émouvant. L’héroïne de “L’Assommoir”, Gervaise, est un personnage attachant qui traverse une succession d’épreuves très difficiles. Elle n’est évidemment pas parfaite. Elle fait par exemple des choix disharmonieux, entretenant deux hommes misogynes, indolents et rudes avec elle (Lantier et Coupeau) pour ne pas les blesser ou rudoyant sa pauvre fille Nana qui, finalement, ne lui a rien fait de mal. Elle ne rêve finalement que d’une vie simple dans laquelle elle peut avoir un emploi, un logement, manger chaque jour à sa faim, élever correctement ses enfants et ne pas subir de violences de la part de son compagnon. Zola nous fait suivre les victoires et les défaites de cette héroïne issue du peuple qui ne cesse de se relever pour survivre, jusqu’à son ultime chute.

image_pdfTélécharger cette fiche de lecture en PDF

A propos de l'auteur

lesresumes

Laisser un commentaire